Aller au contenu

Aller au sommaire

Imite l’humilité et la tendresse de Jésus

Imite l’humilité et la tendresse de Jésus

« Christ [...] a souffert pour vous, vous laissant un modèle pour que vous suiviez fidèlement ses traces » (1 PIERRE 2:21).

1. Pourquoi nous rapprochons-nous de Jéhovah si nous imitons Jésus ?

NOUS avons tendance à imiter les gens dont nous admirons la personnalité et le comportement. De tous les humains que la terre ait portés, personne n’est plus digne d’être imité que Jésus Christ. Pourquoi ? Lui-même a dit : « Qui m’a vu a vu le Père aussi » (Jean 14:9). Effectivement, Jésus imite si parfaitement son Père qu’observer le Fils revient à voir le Père. Ainsi donc, si nous imitons Jésus — ses qualités et son comportement —, nous nous rapprochons de Jéhovah, le plus grand Personnage de l’univers. Quelle récompense !

2, 3. a) Pourquoi Jéhovah a-t-il fait rapporter les actions de son Fils, et qu’attend-il de nous ? b) Qu’examinerons-nous dans cet article et le prochain ?

2 Mais comment connaître Jésus ? Nous disposons, dans les Écritures grecques chrétiennes, de récits rapportant les actions de Jésus. Jéhovah les a fait écrire parce qu’il veut que nous connaissions bien son Fils et que nous l’imitions (lire 1 Pierre 2:21). La Bible compare l’exemple laissé  par Jésus à des « traces », autrement dit des empreintes. C’est donc comme si Jéhovah nous disait de marcher derrière Jésus en mettant nos pas dans les siens. Cela dit, Jésus a laissé un exemple parfait et nous, nous sommes loin d’être parfaits. Mais en réalité Jéhovah ne nous demande pas de suivre les pas de Jésus de façon parfaite. Il veut que nous imitions son Fils du mieux que nous le pouvons, tout imparfaits que nous sommes.

3 Arrêtons-nous à présent sur certaines qualités de Jésus. Dans cet article, nous examinerons son humilité et sa tendresse ; dans le prochain, son courage et son discernement. Pour chaque qualité, nous verrons 1) sa définition, 2) comment Jésus l’a manifestée et 3) comment imiter l’exemple de Jésus.

JÉSUS EST HUMBLE

4. Comment définirais-tu l’humilité ?

4 Qu’est-ce que l’humilité ? Dans ce monde orgueilleux, certains font rimer humilité avec faiblesse et manque d’assurance. Mais souvent c’est l’inverse : être humble réclame force et courage. L’humilité est le contraire de l’orgueil et de l’arrogance. C’est d’abord une façon de se considérer soi-même. Selon un dictionnaire biblique, « l’homme humble s’abaisse comme un néant devant la majesté de Dieu ». Si nous manifestons une humilité sincère vis-à-vis de Dieu, nous nous retiendrons de nous croire supérieurs aux autres (Rom. 12:3 ; Phil. 2:3). Pour des humains imparfaits, il n’est pas facile de cultiver l’humilité. Mais nous pouvons apprendre à être humbles si nous réfléchissons à notre position par rapport à Dieu et si nous marchons dans les pas de son Fils.

5, 6. a) Qui est l’archange Mikaël ? b) Comment Mikaël s’est-il montré humble ?

5 Comment Jésus a-t-il manifesté l’humilité ? Il l’a toujours fait, que ce soit en tant que créature spirituelle puissante ou en tant qu’homme parfait. Voyons quelques exemples.

6 Son état d’esprit. Jude a rapporté un épisode de l’existence préhumaine de Jésus qui montre son humilité (lire Jude 9). L’archange Mikaël, c’est-à-dire Jésus, « eut un différend avec le Diable » et « discutait » avec lui. Le débat tournait autour du « corps de Moïse ». Souviens-toi qu’après la mort de Moïse, Jéhovah a enterré son corps dans un lieu inconnu (Deut. 34:5, 6). Peut-être le Diable voulait-il l’utiliser comme relique pour instaurer un culte idolâtrique. Quoi qu’il en soit, Mikaël a pris une position courageuse. Un ouvrage de référence souligne que les termes grecs traduits par « avoir un différend » et « discuter » sont « aussi utilisés en lien avec un litige » et laissent à penser que « Mikaël “a contesté le droit du Diable” de se servir du corps de Moïse ». Cependant, reconnaissant qu’il ne lui appartenait pas de porter un jugement, le Chef des anges a préféré porter l’affaire devant le Juge suprême, Jéhovah. Ainsi, même provoqué par le Diable, Mikaël a refusé d’abuser de son autorité. Quelle humilité !

7. Comment l’humilité de Jésus ressort-elle de ses paroles et de ses actions ?

7 Durant son ministère terrestre, les paroles et les actions de Jésus ont révélé une humilité authentique. Ses paroles. Il n’a jamais excessivement attiré l’attention sur lui. Au contraire, il a dirigé toute gloire vers son Père (Marc  10:17, 18 ; Jean 7:16). Il ne rabaissait pas ses disciples ni ne leur donnait un sentiment d’infériorité. Il leur accordait plutôt de la dignité, les félicitant pour leurs bons côtés et leur exprimant sa confiance en eux (Luc 22:31, 32 ; Jean 1:47). Ses actions. Jésus a choisi une vie modeste, il ne s’est pas encombré de choses matérielles (Mat. 8:20). Il a volontiers accompli la plus servile des tâches (Jean 13:3-15). Son obéissance est une preuve éclatante d’humilité (lire Philippiens 2:5-8). À l’inverse des arrogants, qui méprisent l’obéissance, Jésus s’est humblement soumis à la volonté de Dieu le concernant. Il est devenu « obéissant jusqu’à la mort ». C’est indéniable, Jésus, le Fils de l’homme, était « humble de cœur » (Mat. 11:29).

IMITE L’HUMILITÉ DE JÉSUS

8, 9. Comment pouvons-nous agir avec humilité ?

8 Comment imiter l’humilité de Jésus ? Notre état d’esprit. L’humilité nous retient d’abuser de notre autorité. Si nous reconnaissons qu’il ne nous appartient pas de juger, nous ne serons pas prompts à critiquer les autres pour leurs fautes ou à mettre en doute leurs mobiles (Luc 6:37 ; Jacq. 4:12). L’humilité nous empêche d’être « juste[s] à l’excès », de mépriser ceux qui n’ont pas les mêmes capacités ou avantages que nous (Eccl. 7:16). Un ancien qui est humble ne se croit pas supérieur à ses compagnons chrétiens. Au contraire, il considère « que les autres sont supérieurs » à lui et « se conduit comme un petit » (Phil. 2:3 ; Luc 9:48).

9 Parlons de Walter Thorn, qui a été pèlerin (surveillant itinérant) à partir de 1894. Après de nombreuses années dans cette activité, il a été affecté à la ferme du Royaume, dans le nord de l’État de New York, où il s’est occupé des poules. Il a dit un jour : « Lorsqu’il m’arrive de me prendre trop au sérieux, je rentre en moi-même et je me dis : “Eh toi, atome de poussière, as-tu de quoi être si fier ?” » (lire Isaïe 40:12-15). Belle humilité, n’est-ce pas ?

10. Comment être humbles dans nos paroles et nos actions ?

10 Nos paroles. Si nous sommes vraiment humbles de cœur, cela transparaîtra dans nos paroles (Luc 6:45). Nous veillerons à ne pas axer nos conversations sur nos succès ou nos atouts (Prov. 27:2). Nous chercherons plutôt ce qu’il y a de bien chez nos frères et sœurs, et les féliciterons pour leurs qualités, leurs capacités ou leurs actions (Prov. 15:23). Nos actions. Un chrétien humble ne cherche pas à être en vue dans ce système. Il souhaite plutôt mener une vie simple, quitte à accomplir des tâches que ce monde juge serviles, afin de se consacrer le plus possible au service de Jéhovah (1 Tim. 6:6, 8). Par-dessus tout, notre humilité se voit à notre obéissance. Il faut être humble de cœur pour « obéi[r] à ceux qui [n]ous dirigent » dans la congrégation, ainsi que pour accepter et suivre les instructions de l’organisation de Jéhovah (Héb. 13:17).

JÉSUS EST TENDRE

11. Explique ce qu’est la tendresse.

11 Qu’est-ce que la tendresse ? On la définit comme un état affectif empreint de douceur et de délicatesse. C’est une facette de l’amour proche de la compassion et de la miséricorde. La Bible parle de « tendre compassion », de « tendres miséricordes » et de « tendre affection » (Luc 1:78 ; 2 Cor. 1:3 ;  Phil. 1:8). Elle nous invite à faire preuve de compassion. « Cette invitation est plus qu’un encouragement à avoir de la sympathie pour les nécessiteux, déclare un dictionnaire biblique. C’est une incitation à être sensible au point de s’investir en leur faveur et de les aider en prenant des initiatives qui vont améliorer leur vie. » La tendresse est une force qui pousse à agir. Quelqu’un de tendre a envie d’améliorer la vie des autres.

12. a) Pourquoi peut-on dire que Jésus avait de la compassion pour les autres ? b) Qu’est-ce que sa tendresse le poussait à faire ?

12 Comment Jésus a-t-il fait preuve de tendresse ? Ses sentiments et ses actions. Jésus éprouvait de la compassion pour les autres. À la mort de Lazare, quand il a vu son amie Marie et ceux qui étaient avec elle pleurer, Jésus s’est lui aussi laissé « aller aux larmes » en public (lire Jean 11:32-35). Puis, sans doute aussi ému de pitié que lorsqu’il avait ressuscité le fils d’une veuve, il a rendu la vie à Lazare (Luc 7:11-15 ; Jean 11:38-44). Par ce geste plein de tendresse, Jésus mettait Lazare en situation de recevoir la vie céleste. Précédemment, il avait été « pris de pitié » pour une foule. Et cette pitié l’avait poussé à « leur enseigner beaucoup de choses » (Marc 6:34). Pour ceux qui étaient sensibles à son message, la vie ne serait plus jamais la même ! Remarque bien que la tendresse de Jésus était plus qu’un sentiment : elle le poussait à prendre l’initiative d’aider les autres (Mat. 15:32-38 ; 20:29-34 ; Marc 1:40-42).

13. Comment la tendresse de Jésus se voyait-elle dans ses paroles ? (voir illustration du titre).

13 Ses paroles. La tendresse de Jésus influençait sa façon de parler aux autres, notamment aux opprimés. L’apôtre Matthieu a appliqué à Jésus ces paroles d’Isaïe : « Il ne brisera pas le roseau broyé ; quant à la mèche de lin qui faiblit, il ne l’éteindra pas » (Is. 42:3 ; Mat. 12:20). Jésus parlait d’une façon qui faisait du bien aux personnes qui ressemblaient à un roseau froissé, ou à une mèche de lampe à huile sur le point de s’éteindre. Il prêchait un message d’espoir « pour panser ceux qui [avaient] le cœur brisé » (Is. 61:1). Il a invité ceux « qui pein[aient] et qui [étaient] chargés » à venir à lui, leur promettant qu’ainsi, ils « trouver[aient] du réconfort » (Mat. 11:28-30). Il a donné à ses disciples l’assurance que Dieu se soucie tendrement de chacun de Ses adorateurs, y compris des « petits », c’est-à-dire ceux que le monde considère comme sans valeur (Mat. 18:12-14 ; Luc 12:6, 7).

IMITE LA TENDRESSE DE JÉSUS

14. Comment cultiver la tendresse ?

14 Comment imiter la tendresse de Jésus ? Nos sentiments. Peut-être que la tendresse n’est pas innée chez nous, mais la Bible nous encourage à la cultiver. Les « tendres affections de la compassion » font partie de la nouvelle personnalité que tous les chrétiens doivent revêtir (lire Colossiens 3:9, 10, 12). Comment peux-tu cultiver la tendresse ? Ouvre grand ton cœur (2 Cor. 6:11-13). Écoute attentivement celui qui te confie ses sentiments et ses soucis (Jacq. 1:19). Fais preuve d’imagination et demande-toi : « Si j’étais à sa place, que ressentirais-je ? De quoi aurais-je besoin ? » (1 Pierre 3:8).

15. Comment aider ceux qui ressemblent à un roseau froissé ou à une mèche qui fume ?

15 Nos actions. La tendresse nous donne envie d’améliorer la vie des autres,  en particulier de ceux qui ressemblent à un roseau froissé ou à une mèche qui fume. Comment leur venir en aide ? « Pleurez avec ceux qui pleurent », dit Romains 12:15. Une personne abattue a sans doute plus besoin d’empathie que de solutions. Une sœur qui a été réconfortée par des compagnons chrétiens après avoir perdu sa fille dit : « J’ai été touchée par des amis qui sont venus me voir et qui se sont contentés de pleurer avec moi. » Nous pouvons aussi faire preuve de tendresse en agissant avec bonté. Connais-tu une veuve qui a besoin d’aide pour faire des réparations dans sa maison ? ou un chrétien âgé qui a besoin qu’on l’emmène aux réunions, en prédication, ou chez le médecin ? Même un petit acte de bonté peut changer la vie d’un compagnon (1 Jean 3:17, 18). Par-dessus tout, nous manifestons une tendre sollicitude envers notre prochain en participant pleinement au ministère. Il n’y a pas meilleure façon de changer la vie de personnes sincères !

Te soucies-tu sincèrement de tes compagnons chrétiens ? (voir paragraphe 15).

16. Que dire pour encourager ceux qui sont déprimés ?

16 Nos paroles. Notre tendre affection nous incite à « parle[r] de façon consolante » à ceux qui sont déprimés (1 Thess. 5:14). Que pouvons-nous leur dire ? Pour les encourager, exprimons-leur notre intérêt sincère. Félicitons-les de tout cœur pour les aider à prendre conscience de leurs qualités et de leurs capacités. Rappelons-leur que, si Jéhovah les a attirés vers son Fils, c’est qu’ils sont précieux à ses yeux (Jean 6:44). Enfin, assurons-les que Jéhovah se soucie profondément de ses serviteurs qui ont « le cœur brisé » ou « l’esprit écrasé » (Ps. 34:18). Nos paroles pleines de tendresse peuvent avoir un effet apaisant sur ceux qui ont besoin de réconfort (Prov. 16:24).

17, 18. a) Comment Jéhovah veut-il que les anciens traitent ses brebis ? b) Qu’examinerons-nous dans le prochain article ?

17 Anciens, Jéhovah vous demande de traiter ses brebis avec tendresse (Actes 20:28, 29). N’oubliez pas que vous avez la responsabilité de nourrir, d’encourager et de réconforter ses brebis (Is. 32:1, 2 ; 1 Pierre 5:2-4). Ainsi, un ancien tendrement compatissant ne cherche pas à régenter les brebis, en établissant des règles ou en jouant sur un sentiment de culpabilité afin de les forcer à faire plus que leur situation ne le leur permet. Au contraire, il s’efforce de les rendre heureuses et a confiance que leur amour pour Jéhovah les incitera à le servir au maximum (Mat. 22:37).

18 Réfléchir sur l’humilité et la tendresse de Jésus nous donne certainement envie de continuer à marcher sur ses traces. Dans le prochain article, nous examinerons deux autres aspects de la personnalité attirante de Jésus : son courage et son discernement.