Aller au contenu

Aller au sommaire

Rends grâces à Jéhovah et sois béni

Rends grâces à Jéhovah et sois béni

« Rendez grâces à Jéhovah, car il est bon » (PS. 106:1).

1. Pourquoi Jéhovah mérite-t-il nos remerciements ?

JÉHOVAH, l’Auteur de « tout beau don » et de « tout présent parfait », mérite sans conteste nos remerciements (Jacq. 1:17). En Berger bienveillant, il pourvoit avec tendresse à tous nos besoins physiques et spirituels (Ps. 23:1-3). Il est « pour nous un refuge et une force », surtout durant les détresses ! (Ps. 46:1). Nul doute que nous avons de nombreuses raisons d’adhérer sans réserve à ces paroles d’un psalmiste : « Rendez grâces à Jéhovah, car il est bon, car sa bonté de cœur est pour des temps indéfinis » (Ps. 106:1).

Texte de l’année 2015 : « Rendez grâces à Jéhovah, car il est bon » (Ps. 106:1).

2, 3. a) Quels risques y a-t-il à considérer les bienfaits dont nous jouissons comme un dû ? b) À quelles questions allons-nous réfléchir dans cet article ?

2 Pourquoi réfléchir au thème de la reconnaissance ? Parce que, comme prédit, les gens sont de plus en plus ingrats en ces derniers jours (2 Tim. 3:2). Beaucoup considèrent les bienfaits dont ils jouissent comme un dû. Influencées par le système commercial et la publicité, des millions de personnes se démènent pour avoir plus, au lieu de se satisfaire de ce qu’elles ont. Cette mentalité pourrait nous gagner. Comme les  Israélites de l’Antiquité, nous pourrions devenir ingrats et ne plus attacher de prix à nos relations avec Jéhovah et aux bienfaits qu’il nous accorde (Ps. 106:7, 11-13).

3 Songeons également à l’effet que de dures épreuves peuvent avoir sur nous. Elles peuvent facilement nous accabler et nous faire perdre de vue les bienfaits dont nous jouissons (Ps. 116:3). Alors, comment cultiver et entretenir un esprit reconnaissant ? Et qu’est-ce qui nous aidera à rester positifs malgré de graves épreuves ? C’est ce que nous allons voir.

« TU AS FAIT BEAUCOUP DE CHOSES, Ô JÉHOVAH »

4. Comment pouvons-nous entretenir un esprit reconnaissant ?

4 Pour cultiver et entretenir un esprit reconnaissant, il nous faut prendre conscience des bienfaits venant de Jéhovah, méditer sur ces bienfaits avec reconnaissance, puis réfléchir attentivement à ses actes de bonté de cœur. Quand un psalmiste méditait sur les nombreuses choses extraordinaires accomplies par Jéhovah, une crainte mêlée d’admiration l’envahissait (lire Psaume 40:5 ; 107:43).

5. Quel exemple l’apôtre Paul nous laisse-t-il en matière de reconnaissance ?

5 En matière de reconnaissance, nous avons beaucoup à apprendre de l’apôtre Paul. Manifestement, il méditait sur les bienfaits reçus. Le nombre de ses expressions de gratitude le prouve. Conscient d’avoir été « un blasphémateur et un persécuteur et un homme insolent », il rendait grâces à Jéhovah et à Jésus, qui, malgré ses péchés passés, lui avaient fait miséricorde et lui avaient confié un ministère (lire 1 Timothée 1:12-14). Ses compagnons chrétiens aussi lui étaient précieux ; il remerciait souvent Jéhovah pour leurs qualités et leur service fidèle (Phil. 1:3-5, 7 ; 1 Thess. 1:2, 3). Et quand il traversait des situations éprouvantes, il était prompt à remercier Jéhovah pour le soutien qu’il recevait de ses frères spirituels au bon moment (Actes 28:15 ; 2 Cor. 7:5-7). Il n’est donc pas étonnant qu’il ait écrit aux chrétiens cette exhortation : « Soyez reconnaissants. [...] Chantez à Dieu, de tout votre cœur et avec reconnaissance, des psaumes, des hymnes et des cantiques » (Col. 3:15-17, Bible en français courant).

LA MÉDITATION ET LA PRIÈRE : INDISPENSABLES

6. Qu’est-ce qui te rend particulièrement reconnaissant envers Jéhovah ?

6 Comment, à l’exemple de Paul, pouvons-nous cultiver de la gratitude envers Jéhovah et l’exprimer ? Il nous faut méditer sur ce qu’il a fait pour nous personnellement (Ps. 116:12). Si on te demandait ce qui te rend particulièrement reconnaissant envers Jéhovah, que répondrais-tu ? Mentionnerais-tu ta précieuse relation avec lui ? Ou le pardon dont tu bénéficies grâce à ta foi dans le sacrifice rédempteur de Christ ? Nommerais-tu des frères et sœurs qui t’ont soutenu dans différentes épreuves ? Tu ne manquerais certainement pas de mentionner ton conjoint et tes enfants, chers à ton cœur. Si tu prends le temps de méditer sur ces magnifiques bienfaits venant de Jéhovah, ton Père bienveillant, ton cœur se gonflera de gratitude et te poussera à lui rendre grâces chaque jour (lire Psaume 92:1, 2).

7. a) Pourquoi adresser à Jéhovah des actions de grâces ? b) Quels bienfaits retire-t-on à exprimer sa gratitude à Jéhovah ?

7 Une fois que les bienfaits dont nous jouissons sont bien clairs dans notre esprit, nous sommes prêts à offrir à Jéhovah des actions de grâces (Ps. 95:2 ; 100:4, 5). Pour beaucoup, la prière ne  sert qu’à demander. Nous savons toutefois que Jéhovah aime que nous lui exprimions notre gratitude pour ce que nous avons. La Bible contient quantité de prières d’actions de grâces touchantes, dont celles de Hanna et de Hizqiya (1 Sam. 2:1-10 ; Is. 38:9-20). Alors, imite ces fidèles serviteurs de Dieu, qui avaient un état d’esprit reconnaissant. Oui, remercie Jéhovah pour tout ce qu’il t’accorde (1 Thess. 5:17, 18). Tu en retireras différents bienfaits : Tu seras revigoré, ton amour pour Jéhovah augmentera et tu t’approcheras toujours plus de lui (Jacq. 4:8).

Qu’est-ce qui te rend particulièrement reconnaissant envers Jéhovah ? (voir paragraphes 6, 7).

8. Qu’est-ce qui pourrait nous amener à banaliser tout ce que Jéhovah a fait pour nous ?

8 Pourquoi veiller à ne pas banaliser la bonté de Jéhovah ? Parce que nous avons hérité d’une tendance à l’ingratitude. Réfléchis à ceci : Nos premiers parents, Adam et Ève, ont été placés dans un jardin paradisiaque. Tous leurs besoins étaient comblés et ils avaient la perspective de vivre à jamais dans la paix (Gen. 1:28). Mais ils n’ont pas attaché de prix à tous ces bienfaits. L’avidité les a poussés à en vouloir davantage. Résultat, ils ont tout perdu (Gen. 3:6, 7, 17-19). Vivant dans un monde ingrat, nous risquons, nous aussi, de commencer à perdre de vue tout ce que Jéhovah a fait pour nous. Nous pourrions banaliser notre amitié avec lui. Nous pourrions sous-estimer l’honneur d’appartenir à une famille chrétienne internationale. Nous pourrions être absorbés par des choses de ce monde, qui est sur le point de disparaître (1 Jean 2:15-17). Pour éviter cette spirale, méditons sur les bienfaits reçus et remercions régulièrement Jéhovah pour l’honneur d’être ses serviteurs (lire Psaume 27:4).

FACE AUX ÉPREUVES

9. Pourquoi, face à de graves épreuves, devons-nous réfléchir aux bienfaits dont nous jouissons ?

9 Un état d’esprit reconnaissant peut nous aider à supporter de dures épreuves. Nous sommes peut-être accablés en raison d’évènements qui ont soudain bouleversé notre vie : l’infidélité de notre conjoint, une maladie grave, la mort d’un être cher, une catastrophe naturelle... Dans ces moments-là, réfléchir à certains bienfaits nous consolera et nous fortifiera. Prête attention aux témoignages qui suivent.

10. Quels bienfaits Irina retire-t-elle à se concentrer sur les raisons qu’elle a d’être heureuse ?

 10 Irina *, une pionnière permanente d’Amérique du Nord, était mariée avec un ancien, qui l’a trompée et l’a abandonnée, elle et ses enfants. Qu’est-ce qui l’a aidée à continuer de servir fidèlement Jéhovah ? Elle explique : « Je suis reconnaissante à Jéhovah pour l’intérêt personnalisé qu’il m’a personnellement manifesté. En prenant le parti de me concentrer chaque jour sur des raisons d’être heureuse, je mesure le bonheur qu’il y a à être connu et aimé de notre Père céleste protecteur. Je sais qu’il ne m’abandonnera jamais. » Bien qu’Irina ait vécu des drames, son état d’esprit joyeux continue de la soutenir et elle est une source d’encouragement pour les autres.

11. Qu’est-ce qui a aidé Kyung-sook à faire face à une maladie grave ?

11 Kyung-sook, qui vit en Asie, était pionnière avec son mari depuis plus de 20 ans quand, subitement, on lui a diagnostiqué un cancer du poumon à un stade avancé. On lui a dit qu’il lui restait trois à six mois à vivre. Bien que son mari et elle aient traversé de nombreuses épreuves, petites et grandes, côté santé, ils n’avaient jamais eu à se plaindre. « Quel choc ! s’exclame Kyung-sook. J’ai eu le sentiment d’avoir tout perdu, et j’étais terrifiée. » Qu’est-ce qui l’a aidée à faire face ? Elle répond : « Le soir, avant d’aller me coucher, je monte sur le toit de notre maison et je remercie Jéhovah à voix haute pour cinq choses qui se sont passées dans la journée. Après, je me sens rassurée et poussée à exprimer mon amour pour Jéhovah. » Quel bien lui font ces prières ? « Je me suis rendu compte que Jéhovah nous soutient dans les situations éprouvantes et que, dans nos vies, il y a beaucoup plus de bienfaits que d’épreuves. »

Sheryl et un de ses frères, rescapé comme elle (voir paragraphe 13).

12. Depuis la perte de sa femme, dans quoi Jason puise-t-il du réconfort ?

12 Jason, membre de la famille d’un Béthel d’Afrique, sert Jéhovah à plein temps depuis plus de 30 ans. Il rapporte : « Il y a sept ans, j’ai perdu ma femme. Parfois, le chagrin m’oppresse. Il m’arrive de ressasser ce qu’elle a vécu alors qu’elle combattait son cancer, et ça me démoralise complètement. » Qu’est-ce qui a aidé Jason à faire face ? « Un jour, dit-il, je me suis rappelé un agréable moment passé avec ma femme et j’ai remercié Jéhovah pour ce souvenir. J’en ai éprouvé du soulagement. Alors, j’ai pris l’habitude de remercier Jéhovah pour ce genre de souvenirs. La reconnaissance a transformé ma vision des choses. La douleur est toujours là, mais remercier Jéhovah d’avoir eu une vie de couple heureuse et de l’avoir servi aux côtés d’un être qui l’aimait profondément a amélioré ma vision des choses. »

« Je suis vraiment heureuse d’avoir Jéhovah pour Dieu » (Sheryl).

13. Grâce à quoi Sheryl a-t-elle supporté la perte de la plupart de sa famille ?

13 Quand, fin 2013, le typhon géant Haiyan a frappé le centre des Philippines, Sheryl, qui n’avait que 13 ans, a pratiquement tout perdu. Elle a déclaré : « J’ai perdu ma maison et la plupart de ma famille. » Ses parents et trois de ses frères et sœurs ont péri. Qu’est-ce qui l’a retenue de sombrer dans l’amertume ? Un état d’esprit reconnaissant. Elle reste consciente des bonnes choses dont elle jouit toujours. « J’ai vu tout ce que les frères et sœurs faisaient pour secourir et encourager les victimes, a-t-elle dit. Je savais que des frères du monde entier priaient pour moi. » Elle a ajouté : « Je  suis vraiment heureuse d’avoir Jéhovah pour Dieu. Il nous donne toujours ce qu’il nous faut. » Oui, être conscients des bienfaits dont nous jouissons est un puissant antidote contre un chagrin dévastateur. Une mentalité reconnaissante nous aidera à avancer quelles que soient les détresses qui nous attendent peut-être (Éph. 5:20 ; lire Philippiens 4:6, 7).

« MOI, JE VEUX EXULTER EN JÉHOVAH »

14. Quelle perspective exaltante nous est offerte ? (voir illustration du titre).

14 Tout au long de l’Histoire, les adorateurs de Jéhovah se sont réjouis des bienfaits qu’il leur accordait. Par exemple, après avoir été délivrés de Pharaon et de ses armées à la mer Rouge, les Israélites ont exprimé leur joie par des chants de louanges et d’actions de grâces (Ex. 15:1-21). Aujourd’hui, parmi les bienfaits auxquels nous tenons le plus figure notre solide espérance d’être délivrés de toute cause de douleur et d’affliction (Ps. 37:9-11 ; Is. 25:8 ; 33:24). Imagine ce que nous ressentirons quand Jéhovah écrasera tous ses ennemis et nous fera entrer dans un monde nouveau de paix et de justice. Quel jour d’actions de grâces ce sera ! (Rév. 20:1-3 ; 21:3, 4).

15. Qu’es-tu déterminé à faire tout au long de 2015 ?

15 Nous guettons les innombrables bénédictions que Jéhovah tient en réserve pour 2015. Bien sûr, des épreuves nous attendent peut-être aussi. Mais quoi qu’il arrive, nous savons que Jéhovah ne nous abandonnera pas (Deut. 31:8 ; Ps. 9:9, 10). Il continuera de nous fournir tout ce dont nous avons besoin pour le servir fidèlement. C’est pourquoi, soyons déterminés à garder un état d’esprit semblable à celui du prophète Habaqouq, qui a dit : « Même si le figuier ne fleurit pas et qu’il n’y ait pas de production dans les vignes ; oui, même si le travail de l’olivier avorte et que les terrasses ne produisent pas de nourriture ; même si le petit bétail est vraiment coupé de l’enclos et qu’il n’y ait pas de gros bétail dans les parcs — pour moi, toutefois, je veux exulter en Jéhovah lui-même ; je veux être joyeux dans le Dieu de mon salut » (Hab. 3:17, 18). Oui, tout au long de 2015, réfléchissons aux bénédictions divines, et que cette méditation nous remplisse de joie et nous pousse à suivre l’exhortation du texte de l’année : « Rendez grâces à Jéhovah, car il est bon » (Ps. 106:1).

^ § 10 Certains prénoms dans cet article ont été changés.