Aller au contenu

Aller au sommaire

Pourquoi nous célébrons le Repas du Seigneur

Pourquoi nous célébrons le Repas du Seigneur

« Continuez à faire ceci en souvenir de moi » (1 COR. 11:24).

1, 2. Qu’a fait Jésus le soir du 14 Nisan 33 de n. è. ? (voir illustration du titre).

LA NUIT est tombée, mais la douce clarté de la pleine lune baigne Jérusalem. Nous sommes le soir du 14 Nisan 33 de n. è. Jésus et ses apôtres viennent de célébrer la Pâque, la fête qui commémore la délivrance d’Israël de l’esclavage égyptien, survenue 15 siècles plus tôt. Avec ses 11 apôtres fidèles, Jésus institue à présent un repas particulier, un repas qui servira à commémorer sa mort, qui aura lieu avant la fin de la journée * (Mat. 26:1, 2).

2 Jésus dit une bénédiction puis, tendant du pain sans levain aux apôtres, il leur dit : « Prenez, mangez. » Ensuite, il prend une coupe de vin, rend de nouveau grâces et dit : « Buvez-en tous » (Mat. 26:26, 27). Il ne leur présente pas d’autres aliments, mais il va avoir beaucoup d’autres choses à leur dire en cette soirée cruciale.

3. À quelles questions allons-nous répondre dans cet article ?

3 C’est ainsi que Jésus a institué le Mémorial de sa mort, également appelé « repas du Seigneur » (1 Cor.  11:20). À ce propos, certains pourraient se demander : Pourquoi commémorer la mort de Jésus ? Que représentent le pain et le vin ? Comment se préparer pour le Mémorial ? Qui peut avoir part aux emblèmes ? Enfin, quel effet ce que disent les Écritures sur leur espérance a-t-il sur les chrétiens ?

POURQUOI NOUS COMMÉMORONS LA MORT DE JÉSUS

4. Qu’a rendu possible la mort de Jésus ?

4 Étant descendants d’Adam, nous avons hérité du péché et de la mort (Rom. 5:12). Aucun humain imparfait ne peut fournir à Dieu une rançon pour sa vie ou celle d’autres humains (Ps. 49:6-9). Cependant, par sa mort, Jésus a payé l’unique prix de rachat acceptable : son corps parfait et son sang versé. Quand il a présenté à Dieu la valeur de la rançon, Jésus nous a ouvert la possibilité d’être délivrés du péché et de la mort, et de recevoir le don de la vie éternelle (Rom. 6:23 ; 1 Cor. 15:21, 22).

5. a) Comment savons-nous que Dieu et Christ aiment les humains ? b) Pourquoi devrions-nous assister à la commémoration de la mort de Jésus ?

5 La rançon prouve que Dieu aime le genre humain (Jean 3:16). Le sacrifice de Jésus prouve que Jésus aussi nous aime. En effet, durant son existence préhumaine, alors « habile ouvrier » de Dieu, n’était-il pas « attach[é] » aux « fils des hommes » ? (Prov. 8:30, 31). Notre reconnaissance envers Dieu et son Fils devrait nous pousser à assister à la commémoration de la mort de Jésus, en obéissance à cet ordre : « Continuez à faire ceci en souvenir de moi » (1 Cor. 11:23-25).

CE QUE LES EMBLÈMES REPRÉSENTENT

6. Comment devrions-nous considérer le pain et le vin ?

6 Lorsqu’il a institué le Mémorial, Jésus n’a pas miraculeusement changé le pain en sa chair et le vin en son sang. Il a plutôt dit du pain : « Ceci représente mon corps », et du vin : « Ceci représente mon “sang de l’alliance”, qui va être répandu en faveur de beaucoup » (Marc 14:22-24). Il est donc clair que le pain et le vin devaient être considérés comme des symboles, ou emblèmes.

7. Que symbolise le pain du Mémorial ?

7 Lors de cet évènement capital de 33 de n. è., Jésus s’est servi d’un reste de pain du repas de la Pâque. Du pain sans levain (Ex. 12:8). Dans les Écritures, le levain symbolise parfois la corruption, ou le péché (Mat. 16:6, 11, 12 ; Luc 12:1). Ainsi, Jésus ne s’est pas servi de pain sans levain par hasard. C’était en effet un symbole approprié de son corps sans péché (Héb. 7:26). Lors du Mémorial, on utilise donc ce genre de pain.

8. Que représente la coupe de vin du Mémorial ?

8 Tout comme le vin utilisé le 14 Nisan 33 de n. è., aujourd’hui, la coupe de vin du Mémorial représente le sang de Jésus. Au Golgotha, situé à l’extérieur de Jérusalem, ce sang a été répandu « pour le pardon des péchés » (Mat. 26:28 ; 27:33). Le pain et le vin du Mémorial symbolisent donc le sacrifice inestimable de Jésus, offert en faveur des humains obéissants. Mesurant la valeur de cette disposition pleine d’amour, nous comprenons l’importance de nous préparer personnellement pour la célébration annuelle du Repas du Seigneur.

DES FAÇONS DE SE PRÉPARER

9. a) Pourquoi est-il important de bien suivre le programme de lecture biblique pour le Mémorial ? b) Quels sentiments la rançon éveille-t-elle en toi ?

9 En suivant de près le programme de lecture biblique pour le Mémorial, proposé  dans Examinons les Écritures chaque jour, nous pouvons méditer sur ce que Jésus a fait juste avant sa mort. Cette méditation préparera notre cœur en vue du Repas du Seigneur *. « Nous attendons le Mémorial avec impatience, a écrit une sœur. Nous l’apprécions davantage chaque année. Je me souviens du jour où je me tenais dans un funérarium pour l’enterrement de mon père [...]. Je regardais mon cher papa et j’ai éprouvé une immense reconnaissance envers Jéhovah pour la rançon. [...] Bien sûr, je connaissais et pouvais expliquer tous les versets qui en parlent ! Mais c’est seulement face à la dure réalité de la mort que penser à tous les bienfaits que nous apportera ce don précieux a fait bondir mon cœur de joie. » En effet, en nous préparant pour le Mémorial, il est bien de réfléchir à la façon dont le sacrifice de Jésus nous libère des fléaux que sont le péché et la mort.

Prépare ton cœur pour le Mémorial grâce aux outils fournis par l’organisation de Jéhovah (voir paragraphe 9).

10. Quelle influence notre préparation pour le Mémorial peut-elle avoir sur notre ministère ?

10 Notre préparation pourrait également consister à étendre notre ministère, peut-être en étant pionniers auxiliaires à l’époque du Mémorial. En invitant les gens, dont les étudiants de la Bible, au Repas du Seigneur, nous éprouverons la joie de parler de Dieu, de son Fils et des bienfaits que Jéhovah réserve aux humains qui ont son approbation et qui le louent (Ps. 148:12, 13).

11. De quelle manière indigne certains Corinthiens avaient-ils part aux emblèmes ?

11 Durant ta préparation pour le Repas du Seigneur, réfléchis à ce que l’apôtre Paul a écrit à la congrégation de Corinthe (lire 1 Corinthiens 11:27-34). Paul souligne que quiconque mange le pain ou boit la coupe indignement est « coupable à l’égard du corps et du sang du Seigneur », Jésus Christ. Un oint doit donc « s’approuve[r] lui-même après s’être examiné sérieusement », et alors seulement avoir part aux emblèmes. Autrement, il « mange et boit un jugement contre lui-même ». À cause d’une conduite inconvenante, beaucoup de Corinthiens étaient « faibles et malades, et bon nombre dorm[ai]ent dans la mort » spirituelle. Peut-être que certains mangeaient et buvaient tellement  avant ou pendant le Mémorial qu’ils n’étaient éveillés ni mentalement ni spirituellement. Celui qui avait part aux emblèmes de cette manière indigne s’attirait la désapprobation divine.

12. a) À quoi Paul a-t-il comparé le Mémorial, et quelle mise en garde a-t-il faite aux participants ? b) Que devrait faire un oint qui a commis un péché grave ?

12 Comparant le Mémorial à un repas pris à plusieurs, Paul a adressé aux « convives » cette mise en garde : « Vous ne pouvez boire la coupe de Jéhovah et la coupe des démons ; vous ne pouvez avoir part à “la table de Jéhovah” et à la table des démons » (1 Cor. 10:16-21). Si un chrétien qui prend les emblèmes au Repas du Seigneur a commis un péché grave, il devrait chercher une aide spirituelle (lire Jacques 5:14-16). Maintenant, si ce chrétien oint a produit « des fruits qui conviennent à la repentance », il ne montre pas de mépris pour le sacrifice de Jésus en ayant part aux emblèmes du Mémorial (Luc 3:8).

13. Pourquoi aurions-nous tout intérêt à prier Dieu au sujet de notre espérance ?

13 Lors de notre préparation individuelle pour le Mémorial, il nous sera sûrement utile de prier Dieu sérieusement au sujet de l’espérance qu’il nous a donnée. En effet, aucun humain voué à Jéhovah et disciple de son Fils ne voudrait manquer de respect pour le sacrifice de Jésus en prenant les emblèmes du Mémorial s’il n’a pas la preuve manifeste qu’il est oint. Par conséquent, comment un chrétien peut-il déterminer s’il doit ou non prendre les emblèmes ?

QUI PEUT PRENDRE LES EMBLÈMES ?

14. Quel rapport la nouvelle alliance a-t-elle avec ceux qui prennent les emblèmes du Mémorial ?

14 S’il est absolument certain d’être contractant de la nouvelle alliance, c’est à bon droit qu’un chrétien prend les emblèmes. Jésus a dit à propos du vin : « Cette coupe représente la nouvelle alliance grâce à mon sang » (1 Cor. 11:25). Jéhovah a prédit par le prophète Jérémie qu’il conclurait une nouvelle alliance, différente de l’alliance de la Loi conclue avec les Israélites (lire Jérémie 31:31-34). Dieu a contracté cette nouvelle alliance avec les Israélites spirituels (Gal. 6:15, 16). Elle a été validée par le sacrifice de Christ et a pris effet grâce à son sang versé (Luc 22:20). La nouvelle alliance a Jésus pour Médiateur, et les oints fidèles qui y sont admis reçoivent un héritage céleste (Héb. 8:6 ; 9:15).

15. Quels chrétiens sont admis dans l’alliance pour un Royaume, et quel honneur les attend s’ils demeurent fidèles ?

15 Le chrétien habilité à prendre les emblèmes du Mémorial sait qu’il est admis dans l’alliance pour un Royaume (lire Luc 12:32). Ceux qui sont devenus disciples oints de Jésus, qui lui sont restés attachés et qui ont participé à ses souffrances, participeront à son règne céleste (Phil. 3:10). Étant membres de l’alliance pour un Royaume, les oints fidèles régneront à jamais avec Jésus en qualité de rois célestes (Rév. 22:5). Durant le Repas du Seigneur, ces chrétiens-là sont fondés à prendre les emblèmes.

16. Explique brièvement le sens de Romains 8:15-17.

16 Seul celui à qui l’esprit témoigne qu’il est enfant de Dieu peut prendre les emblèmes du Mémorial (lire Romains 8:15-17). Note que Paul a employé le terme araméen abba, qui signifie « Ô Père ! » C’est un terme affectueux alliant l’intimité du mot « papa » au respect du mot « père » et qu’on pouvait entendre dans la bouche d’un enfant. Ceux qui ont reçu « un esprit d’adoption comme fils » sont des enfants de  Dieu engendrés de l’esprit. L’esprit de Dieu témoigne avec leur esprit, ce qui leur fait prendre conscience qu’ils sont des fils oints de Jéhovah. Ce n’est pas simplement qu’ils n’aspirent plus à vivre sur terre. Ils sont certains que, s’ils sont fidèles jusqu’à la mort, ils seront cohéritiers de Jésus dans le Royaume céleste. Aujourd’hui, il n’y a plus sur terre qu’un reste des 144 000 disciples de Christ ayant « une onction qui vient du saint », Jéhovah (1 Jean 2:20 ; Rév. 14:1). C’est par le moyen de l’esprit de Dieu qu’ils crient « Abba, Père ! » Quelle relation extraordinaire ils entretiennent avec Dieu !

CHÉRIS TON ESPÉRANCE BIBLIQUE

17. Quelle espérance les oints ont-ils, et comment la considèrent-ils ?

17 Si tu es un chrétien oint, l’espérance céleste est pour toi un important sujet de prières personnelles. Quand la Bible emploie l’expression « promis en mariage » à l’Époux céleste, Jésus Christ, tu te l’appliques personnellement et tu as hâte de former avec les autres oints l’« épouse » de Christ (2 Cor. 11:2 ; Jean 3:27-29 ; Rév. 21:2, 9-14). Quand, dans les Écritures, Dieu exprime son amour pour ses enfants spirituels, tu te dis : « Ces paroles s’adressent à moi. » Et lorsque, dans la Bible, Jéhovah donne des instructions à ses fils oints, l’esprit saint te pousse à obéir et à te dire : « Ces paroles s’appliquent à moi. » Ainsi, l’esprit de Dieu et ton esprit s’unissent pour témoigner que tu as l’espérance céleste.

18. Quelle espérance les « autres brebis » ont-elles, et quels sentiments t’inspire cette espérance ?

18 Si, quant à toi, tu fais partie de la « grande foule » des « autres brebis », Dieu t’a donné l’espérance terrestre (Rév. 7:9 ; Jean 10:16). Tu veux vivre pour toujours dans le Paradis et tu aimes méditer sur ce que la Bible déclare au sujet de cette vie à venir. Tu as hâte de savourer une paix abondante, aux côtés de ta famille et d’autres humains justes. Tu attends avec impatience le jour où les pénuries alimentaires, la pauvreté, la souffrance, la maladie et la mort n’affligeront plus l’humanité (Ps. 37:10, 11, 29 ; 67:6 ; 72:7, 16 ; Is. 33:24). Il te tarde d’accueillir les ressuscités, qui auront la perspective de vivre éternellement sur terre (Jean 5:28, 29). Nul doute que l’espérance terrestre que Jéhovah te donne te comble de joie ! Bien que tu ne prennes pas les emblèmes, assister au Mémorial est une façon d’exprimer ta reconnaissance à Jéhovah pour le sacrifice rédempteur de Jésus Christ.

SERAS-TU PRÉSENT ?

19, 20. a) À quelles conditions l’espérance que Dieu te donne se réalisera-t-elle ? b) Pourquoi seras-tu présent au Repas du Seigneur ?

19 Que ton espérance soit terrestre ou céleste, elle ne se réalisera que si tu exerces la foi en Jéhovah Dieu, en Jésus Christ et dans la rançon. Ta présence au Mémorial t’offrira l’occasion de réfléchir à ton espérance et à l’importance de la mort de Jésus. Alors, fixe-toi l’objectif d’être parmi les millions qui, le vendredi 3 avril 2015 après le coucher du soleil, assisteront au Repas du Seigneur dans des Salles du Royaume ou d’autres lieux, partout dans le monde.

20 Assister au Mémorial peut renforcer ta reconnaissance envers Jéhovah pour le sacrifice rédempteur de Jésus. Écouter attentivement le discours peut te pousser à manifester de l’amour à tes semblables en leur communiquant ce que tu as appris sur l’amour de Jéhovah et sur son grand dessein pour l’humanité (Mat. 22:34-40). Alors, surtout, sois présent au Repas du Seigneur !

^ § 1 Chez les Hébreux, un jour commençait au coucher du soleil et finissait au coucher du soleil suivant.

^ § 9 Voir le Guide d’étude de la Parole de Dieu, partie 16.