Aller au contenu

Aller au sommaire

« Saisis-tu le sens » ?

« Saisis-tu le sens » ?

« Il leur ouvrit pleinement l’intelligence pour saisir le sens des Écritures » (LUC 24:45).

1, 2. Comment, le jour de sa résurrection, Jésus a-t-il fortifié ses disciples ?

NOUS sommes le jour de la résurrection de Jésus. Deux de ses disciples se rendent dans un village situé à environ 11 kilomètres de Jérusalem. Ne sachant pas que Jésus a été ressuscité, ils ont le cœur lourd. Soudain, Jésus apparaît, se met à marcher avec eux et parvient à les réconforter. De quelle manière ? « Commençant par Moïse et tous les Prophètes, il leur interpr[ète] dans toutes les Écritures les choses qui le concern[ent] » (Luc 24:13-15, 27). C’est alors que le cœur de ces hommes se met à « brûler » parce que Jésus leur « ouvr[e] pleinement les Écritures », autrement dit, il les leur explique clairement (Luc 24:32).

2 Le soir même, les deux disciples retournent à Jérusalem. Ils y trouvent les apôtres, auxquels ils racontent ce qui leur est arrivé. Tandis qu’ils parlent, Jésus leur apparaît à tous. Mais ses apôtres sont terrifiés. Des doutes leur montent au cœur. Alors Jésus les affermit. Comment ? « Il leur ouvr[e] pleinement l’intelligence pour saisir le sens des Écritures » (Luc 24:45).

3. Quelles difficultés rencontrons-nous peut-être dans notre ministère, et comment acquérir un point de vue équilibré à ce sujet ?

3 Comme ces disciples, il peut nous arriver d’avoir le cœur lourd. Peut-être que nous nous activons dans l’œuvre du  Seigneur, mais que nous sommes découragés de ne pas voir de résultats (1 Cor. 15:58). Ou bien nous avons l’impression que les personnes qui étudient avec nous ne progressent pas beaucoup. Peut-être même que certaines se sont détournées de Jéhovah. Comment acquérir un point de vue équilibré sur notre ministère ? Un bon moyen consiste à saisir pleinement le sens des exemples de Jésus consignés dans les Saintes Écritures. Examinons-en trois et voyons quels enseignements nous pouvons en tirer.

LE SEMEUR QUI DORT

4. Que signifie l’exemple du semeur qui dort ?

4 (Lire Marc 4:26-29.) Que signifie l’exemple du semeur qui dort ? L’homme de cet exemple représente les proclamateurs du Royaume pris individuellement. La semence, c’est le message du Royaume, prêché aux humains sincères. Comme la plupart des gens, le semeur « dort la nuit » et « se lève le jour ». Le processus de croissance dure un certain temps, qui va des semailles à la récolte. Durant cette période, « la semence germe et grandit ». Cette croissance se fait « d’elle-même », progressivement et par étapes. De manière comparable, la croissance spirituelle se fait progressivement et par étapes. Quand une personne progresse au point de se sentir poussée à servir Dieu, elle porte du fruit en ce sens qu’elle se voue à Jéhovah et se fait baptiser.

5. Pourquoi Jésus a-t-il pris l’exemple du semeur qui dort ?

5 Pourquoi Jésus a-t-il pris cet exemple ? Pour nous aider à comprendre que c’est Jéhovah qui fait croître la vérité dans le cœur des gens « dans la disposition qu’il faut » (Actes 13:48 ; 1 Cor. 3:7). Nous plantons et arrosons, mais nous n’avons aucun pouvoir sur la croissance. Nous ne pouvons ni la forcer ni l’accélérer. À l’image du semeur, nous ne savons pas comment cette croissance se produit. Nous ne la remarquons pas tandis que nous vaquons à nos occupations quotidiennes. Mais en temps voulu, la semence du Royaume peut porter du fruit. Le nouveau disciple se joint alors à nous dans la moisson (Jean 4:36-38).

6. Que nous faut-il admettre à propos de la croissance spirituelle ?

6 Que nous enseigne cet exemple ? Premièrement, qu’il nous faut admettre que nous n’avons aucun pouvoir sur la croissance d’un étudiant de la Bible. La modestie nous retiendra de faire pression sur un étudiant pour qu’il se fasse baptiser, voire de le forcer à le faire. Nous lui apportons toute l’aide que nous pouvons, mais nous admettons humblement que c’est à lui seul de décider s’il se vouera à Jéhovah. Il doit le faire de son plein gré, parce que son cœur le pousse à servir Dieu par amour. Toute autre motivation ne serait pas agréée de Jéhovah (Ps. 51:12 ; 54:6 ; 110:3).

7, 8. a) Quel autre enseignement tirons-nous de l’exemple du semeur qui dort ? Cite un fait. b) Qu’est-ce que cela nous enseigne sur Jéhovah et sur Jésus ?

7 Deuxièmement, comprendre ce qu’enseigne cet exemple nous empêchera de nous décourager si nous ne voyons pas tout de suite les résultats de notre travail. Soyons patients (Jacq. 5:7, 8). Même si la semence ne porte pas de fruit, dans la mesure où nous avons fait de notre mieux pour enseigner l’étudiant, n’en déduisons pas que nous avons mal rempli notre mission. Ce n’est que dans les cœurs humbles, disposés à changer, que Jéhovah permet à la semence de vérité de croître (Mat. 13:23). Nous ne devrions donc pas mesurer l’efficacité de notre ministère simplement à ses résultats. Ce n’est pas en fonction de la réaction d’un étudiant que Jéhovah juge de la qualité de notre ministère. Il accorde plutôt une grande  valeur à nos efforts fidèles, quels qu’en soient les résultats (lire Luc 10:17-20 ; 1 Corinthiens 3:8).

8 Troisièmement, nous ne discernons pas toujours les changements en cours chez une personne. Par exemple, un couple a un jour dit au missionnaire avec qui ils étudiaient qu’ils souhaitaient devenir proclamateurs non baptisés. Le missionnaire leur a alors rappelé que, pour remplir les conditions requises, ils devaient arrêter de fumer. Mais à sa grande surprise, ils avaient arrêté depuis plusieurs mois. Pourquoi ? Parce qu’ils avaient compris que Jéhovah les voyait fumer, et que Jéhovah déteste l’hypocrisie. Leur cœur les avait alors incités à prendre une décision : soit ils fumaient devant le missionnaire, soit ils ne fumaient plus du tout. L’amour pour Jéhovah, qui s’enracinait dans leur cœur, les avait poussés à prendre la bonne décision. Ils avaient progressé spirituellement, même si ces progrès avaient totalement échappé au missionnaire.

LA SENNE

9. Que signifie l’exemple de la senne ?

9 (Lire Matthieu 13:47-50.) Que signifie l’exemple de la senne ? Jésus a établi un parallèle entre la prédication du message du Royaume à tous les humains et le lancer dans la mer d’une grande senne, ou filet. Tout comme un tel filet attrape en grand nombre et sans distinction des poissons « de toutes sortes », notre prédication attire des millions de personnes de toutes sortes (Is. 60:5). C’est ce que prouve le grand nombre de personnes qui assistent chaque année à nos assemblées régionales et au Mémorial. Certains de ces poissons symboliques étant « beaux », ils sont accueillis dans la congrégation chrétienne. Mais d’autres « ne conv[iennent] pas » ; tous les « poissons » rassemblés n’obtiennent pas l’approbation de Jéhovah.

Lis Matthieu 13:47-50 puis réfléchis à une application moderne.

Certaines personnes attirées par la vérité prendront position pour Jéhovah (voir paragraphes 9-12).

10. Pourquoi Jésus a-t-il pris l’exemple de la senne ?

10 Pourquoi Jésus a-t-il pris cet exemple ? Précisons tout d’abord que la séparation des poissons ne symbolise pas le jugement final durant la grande tribulation. Elle annonce ce qui se passe durant les derniers jours de l’actuel système mauvais. Jésus voulait montrer que, parmi les humains attirés par la vérité, tous ne prendraient pas position pour Jéhovah. Beaucoup ont assisté à nos réunions. D’autres ont accepté d’étudier la Bible avec nous mais ne veulent pas s’engager (1 Rois 18:21). D’autres encore ne fréquentent plus la congrégation chrétienne. Certains ont été élevés par des parents chrétiens, mais n’ont pas cultivé d’amour pour les normes de Jéhovah. Quoi qu’il en soit, Jésus a souligné que chacun doit décider pour lui-même. Jéhovah considère ceux qui prennent la bonne décision comme les choses « désirables », ou « précieuse[s] », « de toutes les nations » (Hag. 2:7 ; note).

11, 12. a) Comment tirer profit de l’exemple de la senne ? b) Qu’est-ce que cela nous enseigne sur Jéhovah et sur Jésus ?

11 Comment tirer profit de l’exemple de la senne ? Comprendre ce qu’enseigne cet exemple nous empêchera d’être tristes ou déçus à l’excès si un étudiant de la Bible ou un de nos enfants n’accepte pas la vérité. Cela peut arriver malgré tous nos efforts. Celui qui accepte d’étudier la Bible ou qui est plus ou moins élevé dans la vérité ne nouera pas forcément une solide relation personnelle avec Jéhovah. Ceux qui ne veulent pas se soumettre à la domination de Jéhovah seront à terme écartés de son peuple.

12 Cela signifie-t-il que ceux qui ont quitté la vérité n’auront plus jamais  le droit de revenir dans la congrégation ? ou que ceux qui ne se vouent pas à Jéhovah sont définitivement considérés comme « ne conven[ant] pas » ? Non. La possibilité de changer leur reste offerte jusqu’au déclenchement de la grande tribulation. Jéhovah leur lance en quelque sorte cet appel : « Revenez vers moi, et vraiment je reviendrai vers vous » (Mal. 3:7). C’est ce que met en évidence un autre exemple de Jésus, l’exemple du fils prodigue (lire Luc 15:11-32).

LE FILS PRODIGUE

13. Que signifie l’exemple du fils prodigue ?

13 Que signifie l’exemple du fils prodigue ? Le père compatissant représente Jéhovah, notre Père céleste plein d’amour. Le fils qui réclame son héritage puis le dilapide représente les personnes qui se sont éloignées de la congrégation. En la quittant, c’est comme si elles étaient parties pour « un pays lointain », le monde de Satan, qui est éloigné de Jéhovah (Éph. 4:18 ; Col. 1:21). Mais par la suite, certaines reviennent à la raison et font le difficile voyage retour vers l’organisation de Jéhovah. Notre Père prêt à pardonner accueille à bras ouverts ces humains humbles et repentants (Is. 44:22 ; 1 Pierre 2:25).

14. Pourquoi Jésus a-t-il pris l’exemple du fils prodigue ?

14 Pourquoi Jésus a-t-il pris cet exemple ? Il voulait montrer, de façon émouvante, que Jéhovah veut que les égarés reviennent à lui. Le père de l’exemple n’a jamais désespéré que son fils revienne. Quand il a aperçu son fils, pourtant « encore à une bonne distance », il s’est précipité à sa rencontre pour l’accueillir. Quel puissant encouragement, pour ceux qui ont quitté la vérité, à revenir à Jéhovah sans tarder ! Peut-être sont-ils épuisés spirituellement et éprouvent-ils des difficultés et une certaine honte à revenir. Mais l’effort en vaut la peine : à leur retour, même les cieux se réjouiront ! (Luc 15:7).

15, 16. a) Qu’apprenons-nous de l’exemple du fils prodigue ? Cite des faits. b) Qu’est-ce que cela nous enseigne sur Jéhovah et sur Jésus ?

15 Comment tirer profit de l’exemple du fils prodigue ? Nous devrions imiter Jéhovah. Surtout, gardons-nous d’être « juste[s] à l’excès », d’être justes au point de ne pas vouloir accueillir les pêcheurs repentants. Nous amènerions sur nous la « désolation » spirituelle (Eccl. 7:16). Autre enseignement : Considérons celui qui quitte la congrégation comme  « une brebis perdue » plutôt qu’une cause perdue (Ps. 119:176). Que ferons-nous si nous rencontrons quelqu’un qui s’est éloigné de la congrégation ? S’il n’est pas excommunié, lui proposerons-nous affectueusement de l’aider à revenir ? Dans tous les cas, informerons-nous rapidement les anciens pour qu’ils lui apportent l’aide nécessaire ? C’est une façon d’appliquer avec sagesse ce que nous enseigne l’exemple du fils prodigue.

16 Note en quels termes certains enfants prodigues des temps modernes expriment leur reconnaissance envers Jéhovah pour sa miséricorde, et envers la congrégation pour son amour et son soutien. Un frère qui a été excommunié pendant 25 ans déclare : « Depuis ma réintégration, à mesure que Jéhovah m’accorde “des époques de rafraîchissement”, ma joie ne cesse d’augmenter (Actes 3:19). Je reçois tant de soutien et d’amour de la part de tous ! J’ai maintenant une merveilleuse famille spirituelle. » Une jeune sœur qui est restée éloignée de Jéhovah cinq ans a dit : « Les mots me manquent pour décrire ce que j’ai ressenti lorsque j’ai été si clairement l’objet de l’amour dont Jésus a parlé. Faire partie de l’organisation de Jéhovah, ça n’a pas de prix ! »

17, 18. a) Quels enseignements avons-nous tirés des trois exemples étudiés ? b) À quoi devrions-nous être déterminés ?

17 Quels enseignements avons-nous tirés de ces trois exemples ? Premièrement, comprenons que nous n’avons aucun pouvoir sur la croissance spirituelle. Cet aspect appartient à Jéhovah. Deuxièmement, soyons réalistes : nous ne pouvons pas nous attendre à ce que tous ceux qui se joignent à nous et qui étudient avec nous prennent position pour la vérité. Enfin, même si certains quittent la vérité et se détournent de Jéhovah, ne désespérons jamais de les voir revenir. Et s’ils reviennent, accueillons-les d’une manière qui reflète le point de vue de Jéhovah.

18 Que chacun de nous continue à rechercher la connaissance, l’intelligence et la sagesse. Quand nous lisons les exemples de Jésus, demandons-nous ce qu’ils signifient, pourquoi ils ont été rapportés dans la Bible, comment en appliquer les enseignements, et ce qu’ils nous apprennent sur Jéhovah et sur Jésus. Ainsi, nous montrerons que nous saisissons réellement le sens des paroles de Jésus.