Aller au contenu

Aller au sommaire

« Aspires-tu à une fonction de surveillant » ?

« Aspires-tu à une fonction de surveillant » ?

FERNANDO * est tendu. Deux anciens ont demandé à lui parler en privé. À la suite de différents passages du surveillant de circonscription, les anciens lui avaient expliqué quelles qualités cultiver pour endosser davantage de responsabilités dans la congrégation. Mais le temps passant, Fernando commençait à se demander s’il serait un jour nommé ancien. Or, tout récemment, le surveillant de circonscription a de nouveau visité la congrégation. Que vont donc dire les anciens cette fois ?

Un des anciens prend la parole. Il fait allusion à 1 Timothée 3:1 et annonce à Fernando, très attentif, que les anciens de la congrégation ont été informés de sa nomination en tant qu’ancien. À ces mots, il se redresse : « Qu’est-ce que tu as dit ? » Le frère lui répète la nouvelle. Un sourire illumine le visage de Fernando. Par la suite, quand sa nomination est annoncée à la congrégation, c’est sur tous les visages qu’un sourire se dessine.

Est-il mal de vouloir exercer des responsabilités dans la congrégation ? Pas du tout. Selon 1 Timothée 3:1, « si quelqu’un aspire à une fonction de surveillant, il désire une belle œuvre ». Beaucoup de frères tiennent compte de cet encouragement, progressent spirituellement et se qualifient pour endosser des responsabilités dans la congrégation. Le peuple de Dieu a ainsi la joie de compter des dizaines de milliers d’anciens et d’assistants ministériels capables. Mais en raison de l’accroissement que connaissent les congrégations, il faut que davantage de frères aspirent à des responsabilités. Quelle est la bonne manière de le faire ? Et ceux qui aspirent à devenir surveillants devraient-ils, comme Fernando, se préoccuper outre mesure de la question ?

QUE SIGNIFIE « ASPIRER À UNE FONCTION » ?

L’expression biblique « aspirer à » traduit un verbe grec qui signifie désirer ardemment, tendre vers. Elle peut évoquer l’image d’une personne qui fait un gros effort pour cueillir un fruit alléchant.  Mais « aspirer à » ne signifie pas chercher avidement à accéder à « une fonction de surveillant ». Pourquoi ? Parce que l’objectif de celui qui désire sincèrement être ancien ne doit pas être d’accéder à une certaine position, mais d’accomplir « une belle œuvre ».

Une bonne partie des qualités requises pour accomplir cette belle œuvre sont énumérées en 1 Timothée 3:2-7 et en Tite 1:5-9. À propos de ces normes élevées, Raymond, un ancien de longue date, explique : « Pour moi, ce qui compte le plus, c’est ce que nous sommes. Savoir s’exprimer et enseigner sont des capacités importantes, mais pas plus que la nécessité d’être irréprochable, modéré dans ses habitudes, sain d’esprit, ordonné, hospitalier et raisonnable. »

Aspire à des responsabilités en soutenant les activités de la congrégation de différentes manières.

Un frère qui aspire de la bonne manière à une fonction de surveillant se montre irréprochable en rejetant toute forme de malhonnêteté et d’impureté. Il est modéré dans ses habitudes, sain d’esprit, ordonné et raisonnable. Par conséquent, ses compagnons chrétiens ont confiance en sa capacité à diriger la congrégation et à les aider à affronter leurs difficultés. En étant hospitalier, ce frère est une source d’encouragement pour les jeunes et les nouveaux. Parce qu’il aime la bonté, il réconforte et soutient les malades et les personnes âgées. Il cultive ces qualités pour le bien de ses compagnons, non dans l’espoir d’être nommé ancien plus vite *.

Le collège des anciens est heureux d’offrir ses conseils et ses encouragements, mais c’est au frère qui aspire à une fonction d’ancien qu’il incombe de remplir les conditions requises. Voici ce que dit Henry, un surveillant expérimenté : « Si tu aspires à une fonction, prouve que tu en remplis les conditions. » Citant Ecclésiaste 9:10 : « Tout ce que ta main trouve à faire, fais-le avec ta force », il explique : « Quelle que soit la tâche que les anciens te confient, fais de ton mieux. Aime tout ce qu’on te donne à faire dans la congrégation, même balayer. Avec le temps, ton travail et tes efforts seront remarqués. » Si tu souhaites devenir un jour ancien,  sois travailleur et digne de confiance dans tous les aspects du service sacré. Ce qui doit caractériser ta vie, c’est l’humilité, pas l’ambition (Mat. 23:8-12).

PENSÉES ET COMPORTEMENTS À REJETER

Certains frères désirant recevoir des responsabilités dans la congrégation pourraient être tentés d’y faire allusion ou essayer d’influencer le collège des anciens. D’autres manifestent un certain mécontentement quand les anciens leur offrent un conseil. Tous devraient se demander : « Est-ce que je recherche en premier lieu mon intérêt, ou bien est-ce que je veux humblement prendre soin des brebis de Jéhovah ? »

Un frère qui aspire à une fonction ne doit pas oublier cette autre condition requise des anciens : « deven[ir] des exemples pour le troupeau » (1 Pierre 5:1-3). Celui qui est un exemple pour la congrégation n’agit ni ne pense de manière tortueuse. Qu’il soit ancien ou non, il cultive la patience et l’endurance. Devenir ancien ne libère pas miraculeusement un homme des défauts humains (Nomb. 12:3 ; Ps. 106:32, 33). Par ailleurs, un frère peut n’avoir « conscience de rien qui témoigne contre [lui-même] », mais d’autres ont peut-être des raisons d’avoir de lui une opinion nettement moins favorable (1 Cor. 4:4). Par conséquent, si les anciens te donnent des conseils sincères, fondés sur la Bible, efforce-toi de les écouter sans t’irriter. Puis fais tout ton possible pour appliquer ces conseils.

ET SI L’ATTENTE EST LONGUE ?

Certains frères attendent ce qui leur semble une longue période avant d’être nommés anciens. Si tu « aspire[s] à une fonction de surveillant » depuis plusieurs années, t’arrive-t-il de t’impatienter ? Dans ce cas, souviens-toi de ces paroles inspirées : « Une attente différée rend le cœur malade, mais la chose désirée est un arbre de vie quand vraiment elle arrive » (Prov. 13:12).

En effet, quand quelqu’un a l’impression de ne pas pouvoir atteindre un objectif qui lui tient à cœur, il peut déprimer. Abraham a connu ce sentiment. Jéhovah lui avait promis un fils. Mais les années passaient, et Sara et lui n’avaient toujours pas d’enfant (Gen. 12:1-3, 7). Dans sa vieillesse, il s’est lamenté : « Souverain Seigneur Jéhovah, que me donneras-tu, puisque je m’en vais sans enfant [...]. Tu ne m’as pas donné de semence. » Jéhovah l’a rassuré en lui disant qu’il tiendrait sa promesse de lui donner un fils. Mais au moins 14 autres années se sont écoulées avant qu’elle ne s’accomplisse (Gen. 15:2-4 ; 16:16 ; 21:5).

Tandis qu’il attendait, Abraham a-t-il perdu sa joie de servir Jéhovah ? Non. Il n’a jamais douté de la promesse de Dieu. Il n’a cessé d’attendre avec joie qu’elle se réalise. L’apôtre Paul a écrit : « Après avoir fait preuve de patience, Abraham a obtenu cette promesse » (Héb. 6:15). Au bout du compte, le Dieu Tout-Puissant a béni cet homme fidèle bien au-delà de ses espérances. Que retenir de l’exemple d’Abraham ?

Si tu souhaites devenir ancien, mais que, malgré les années, tu ne l’es pas encore, continue à mettre ta confiance en Jéhovah. Ne perds pas ta joie de le  servir. Pourquoi ? Warren, qui a aidé de nombreux frères à progresser spirituellement, l’explique : « Se qualifier pour devenir ancien est progressif. Au fil du temps, les aptitudes et l’état d’esprit d’un frère se voient dans sa manière de se comporter et d’assumer les tâches qui lui sont attribuées. Certains croient qu’ils n’ont fait leurs preuves que si on leur a confié telle responsabilité ou telle fonction. C’est là un mauvais raisonnement qui risque de tourner à l’obsession. Quand on sert Jéhovah fidèlement où que l’on soit et quoi que l’on fasse, on a de la valeur. »

Un frère a attendu plus de dix ans avant d’être nommé ancien. Faisant allusion à la description bien connue d’Ézékiel chapitre 1, il explique ce que cette attente lui a appris : « Jéhovah conduit son char, son organisation, à la vitesse qu’il décide. Ce n’est pas notre notion du temps qui compte, c’est celle de Jéhovah. Quand on veut devenir ancien, ce qui importe, ce n’est pas soi, c’est-à-dire ce qu’on veut ou ce qu’on souhaite être. Ce que je veux n’est peut-être pas ce qu’il me faut et Jéhovah le sait. »

Si tu espères un jour accomplir la belle œuvre de surveillant chrétien, aspire à cette fonction en contribuant au bonheur de la congrégation. Si le temps te semble long, lutte contre l’impatience. Raymond, déjà mentionné, déclare : « L’ambition est l’ennemie du contentement. Les impatients chroniques se privent de la joie qu’on éprouve à servir Jéhovah. » Cultive plus encore le fruit de l’esprit de Dieu, en particulier la patience. Efforce-toi d’améliorer ta spiritualité par l’étude des Écritures. Augmente ta participation à l’œuvre de prédication de la bonne nouvelle et d’enseignement de la Bible. Guide ta famille dans les activités spirituelles et dans le culte familial. Savoure chaque moment que tu passes avec tes frères et sœurs. Ainsi, tout en progressant vers ta destination, tu apprécieras le voyage.

S’efforcer de remplir les conditions pour endosser des responsabilités dans la congrégation est un bonheur que Jéhovah nous offre ; ni lui ni son organisation ne veulent que ceux qui aspirent à une fonction en viennent à le servir l’esprit amer. Dieu soutient et bénit tout chrétien qui le sert avec de saines motivations. À cette bénédiction comme à toutes les autres, « il n’ajoute aucune douleur » (Prov. 10:22).

Même si tu aspires à des responsabilités depuis longtemps, tu peux encore faire d’excellents progrès spirituels. Jéhovah n’oubliera pas les efforts que tu fais pour cultiver les qualités requises et te dépenser dans la congrégation, sans pour autant négliger ta famille. Quelle que soit la tâche qu’on te confie, que servir Jéhovah reste pour toi un plaisir !

^ § 2 Les prénoms dans cet article ont été changés.

^ § 8 Les principes énoncés dans cet article s’appliquent aussi au frère qui désire devenir assistant ministériel. Il doit quant à lui remplir les conditions requises consignées en 1 Timothée 3:8-10, 12, 13.