Aller au contenu

Aller au sommaire

Les adorateurs de Jéhovah « renoncent à l’injustice »

Les adorateurs de Jéhovah « renoncent à l’injustice »

« Que tout homme qui nomme le nom de Jéhovah renonce à l’injustice » (2 TIM. 2:19).

1. Qu’est-ce qui occupe une place particulière dans notre culte ?

AS-TU déjà vu le nom Jéhovah inscrit sur un monument ou une pièce de musée ? Cette découverte a sûrement suscité ton intérêt et ton enthousiasme. En effet, le nom personnel de Dieu occupe une place particulière dans notre culte. Ne sommes-nous pas Témoins de Jéhovah ? À l’échelle mondiale, aucun autre groupement n’est aujourd’hui aussi étroitement associé au nom divin. Pourtant, nous le savons, l’honneur de porter le nom de Dieu s’accompagne d’une responsabilité.

2. De quelle responsabilité l’honneur de porter le nom de Dieu s’accompagne-t-il ?

2 Pour obtenir la faveur de Jéhovah, il ne suffit pas d’employer son nom. Il faut aussi se conformer à ses normes morales. C’est pourquoi la Bible rappelle que les adorateurs de Dieu doivent se « détourn[er] de ce qui est mauvais » (Ps. 34:14). L’apôtre Paul a clairement énoncé ce principe quand il a écrit : « Que tout homme qui nomme le nom de Jéhovah renonce à l’injustice » (lire 2 Timothée 2:19). Étant ses Témoins, nous avons la réputation de nommer le nom de Jéhovah. Mais que faut-il faire pour renoncer à l’injustice ?

 « ÉCARTE-TOI » DU MAL

3, 4. Quel verset intrigue les biblistes depuis longtemps ?

3 Intéressons-nous au contexte des paroles de Paul consignées en 2 Timothée 2:19. Ce verset parle du « solide fondement de Dieu », puis de deux déclarations inscrites dessus. La première, « Jéhovah connaît ceux qui lui appartiennent », est manifestement une citation de Nombres 16:5 (voir l’article qui précède). La seconde, « Que tout homme qui nomme le nom de Jéhovah renonce à l’injustice », intrigue les biblistes depuis longtemps. Pourquoi ?

4 La tournure que Paul utilise laisse supposer qu’il cite une source. Pourtant, aucun passage des Écritures hébraïques ne semble correspondre à sa citation. Alors à quoi faisait-il allusion quand il a dit : « Que tout homme qui nomme le nom de Jéhovah renonce à l’injustice » ? Juste avant, Paul a cité un extrait de Nombres chapitre 16, qui raconte la rébellion de Qorah. Se pourrait-il que la seconde déclaration ait également un lien avec les évènements qui ont entouré cette rébellion ?

5-7. À quels évènements du temps de Moïse Paul fait-il probablement allusion en 2 Timothée 2:19 ? (voir illustration du titre).

5 La Bible dit que Dathân et Abiram, les fils d’Éliab, faisaient, comme Qorah, partie des meneurs de la rébellion contre Moïse et Aaron (Nomb. 16:1-5). Ils manquaient ouvertement de respect envers Moïse et rejetaient l’autorité dont Dieu l’avait investi. Ces rebelles résidant toujours au milieu du peuple de Dieu, la santé spirituelle des fidèles était menacée. Le jour où Jéhovah a décidé de faire la distinction entre ses serviteurs fidèles et les rebelles, il a donné un ordre très clair.

6 On lit : « Alors Jéhovah parla à Moïse, en disant : “Parle à l’assemblée, en disant : ‘Éloignez-vous d’autour des tabernacles de Qorah, Dathân et Abiram !’” Après cela Moïse se leva et alla vers Dathân et Abiram, et les anciens d’Israël allèrent avec lui. Puis il parla à l’assemblée, en disant : “Écartez-vous, s’il vous plaît, de devant les tentes de ces hommes méchants et ne touchez à rien de ce qui leur appartient, pour que vous ne soyez pas supprimés dans tout leur péché.” Aussitôt ils s’éloignèrent de devant le tabernacle de Qorah, Dathân et Abiram, de toutes parts » (Nomb. 16:23-27). Puis Jéhovah fit mourir tous les rebelles. Par contre, les adorateurs fidèles, qui, en s’écartant, avaient renoncé à l’injustice, restèrent en vie.

7 Jéhovah lit dans les cœurs. Il perçoit la fidélité de ceux qui lui appartiennent. Toutefois, ses fidèles ont dû agir avec fermeté : ils ont dû se séparer des injustes. Il est donc fort possible que Paul ait fait allusion à Nombres 16:5, 23-27 quand il a écrit : « Que tout homme qui nomme le nom de Jéhovah renonce à l’injustice. » Cette conclusion s’accorderait avec cette autre déclaration de Paul : « Jéhovah connaît ceux qui lui appartiennent » (2 Tim. 2:19).

« REFUSE LES DISCUSSIONS SOTTES ET STUPIDES »

8. Pourquoi utiliser le nom de Jéhovah ou appartenir à la congrégation chrétienne n’est-il pas suffisant ?

8 Paul évoquait ces évènements du temps de Moïse pour rappeler à Timothée la nécessité d’agir avec fermeté s’il voulait protéger sa précieuse relation avec Jéhovah. Appartenir à la congrégation n’est pas suffisant en soi, pas plus que nommer le nom de Jéhovah n’était suffisant aux jours de Moïse. Les adorateurs fidèles doivent fermement renoncer à l’injustice. Qu’est-ce que cela signifiait pour Timothée ? Et  quels enseignements les adorateurs de Jéhovah des temps modernes peuvent-ils dégager du conseil que Dieu a inspiré à Paul ?

9. Quel effet des « discussions sottes et stupides » avaient-elles sur la congrégation chrétienne du Ier siècle ?

9 La Parole de Dieu donne des conseils précis sur les sortes d’injustices auxquelles les chrétiens doivent renoncer, c’est-à-dire qu’ils doivent rejeter. Par exemple, dans le contexte immédiat de 2 Timothée 2:19, Paul dit « de ne pas se battre sur des mots » et d’« évit[er] les discours vides » (lire 2 Timothée 2:14, 16, 23). Certains membres de la congrégation prêchaient des enseignements apostats. D’autres propageaient apparemment des idées suscitant des controverses. Même si elles n’étaient pas franchement contraires aux Écritures, ces idées causaient des divisions. Elles provoquaient des chamailleries et des querelles sur des mots. Il en résultait une ambiance spirituellement malsaine. C’est pourquoi Paul a insisté sur la nécessité de rejeter « les discussions sottes et stupides ».

10. Si nous sommes en contact avec l’apostasie, comment devrions-nous réagir ?

10 De nos jours, les serviteurs de Jéhovah n’affrontent pas souvent l’apostasie au sein même de la congrégation. Mais s’il nous arrive d’être en contact avec des enseignements non bibliques, quelle qu’en soit la provenance, nous devons les rejeter fermement. Il ne serait pas prudent de se lancer dans des discussions avec des apostats, que ce soit face à face, en laissant un commentaire sur leur blog ou par tout autre moyen de communication. Même avec l’intention de venir en aide à ces gens, participer à de telles conversations serait contraire à l’ordre biblique que nous venons d’examiner. Le peuple de Dieu rejette totalement l’apostasie. Il y renonce.

Refusons toute discussion avec les apostats (voir paragraphe 10).

11. Qu’est-ce qui pourrait provoquer des « discussions [...] stupides », et comment les anciens peuvent-ils donner l’exemple ?

11 L’apostasie n’est toutefois pas la seule menace à la paix de la congrégation. Les différences d’opinion sur les divertissements peuvent provoquer des « discussions sottes et stupides ». Bien sûr, si certains encouragent la pratique d’un divertissement contraire aux normes morales de Jéhovah, les surveillants chrétiens ne doivent pas le tolérer juste pour éviter les conflits (Ps. 11:5 ; Éph. 5:3-5). Les anciens se gardent bien, néanmoins, de faire valoir leurs propres opinions. Ils suivent fidèlement cette exhortation adressée aux surveillants chrétiens : « Faites paître le troupeau de Dieu qui vous est confié, non [...] en personnes qui commandent en maîtres ceux qui sont l’héritage de Dieu, mais en devenant des exemples pour le troupeau » (1 Pierre 5:2, 3 ; lire 2 Corinthiens 1:24).

12, 13. a) Quelle est la position des Témoins de Jéhovah sur le choix des divertissements, et quels principes bibliques les guident ? b) Comment les principes commentés au paragraphe 12 s’appliquent-ils à d’autres questions personnelles ?

12 L’organisation de Jéhovah ne se livre pas à une critique de films, de jeux vidéo, de livres ou de chansons dans le but de statuer sur ce qui est à rejeter. Pourquoi ? Parce que la Bible encourage chacun à exercer ses « facultés de perception [...] à distinguer et le bien et le mal » (Héb. 5:14). Elle énonce des principes de base auxquels les chrétiens peuvent réfléchir quand ils choisissent un divertissement. Dans tous les aspects de notre vie, notre objectif devrait être de « continue[r] à vérifier ce qui est agréable au Seigneur » (Éph. 5:10). La Bible enseigne que les chefs de famille ont une autorité importante ; ils peuvent donc décider de ne pas autoriser certains divertissements  sous leur toit * (1 Cor. 11:3 ; Éph. 6:1-4).

13 Les principes bibliques que nous venons de commenter ne s’appliquent pas qu’au choix des divertissements. L’habillement, la santé, l’alimentation et d’autres questions personnelles peuvent également déclencher des controverses. Par conséquent, si aucun principe biblique n’est enfreint, les adorateurs de Jéhovah ont la sagesse de ne pas débattre sur ce genre de questions, car « un esclave du Seigneur n’a pas à se battre ; il faut au contraire qu’il soit doux [plein de tact, note] envers tous » (2 Tim. 2:24).

REJETTE LES MAUVAISES FRÉQUENTATIONS

14. De quelle image Paul se sert-il pour souligner l’importance de rejeter les mauvaises fréquentations ?

14 Celui qui « nomme le nom de Jéhovah renonce à l’injustice » d’une autre manière encore. Laquelle ? Il ne fréquente pas ceux qui pratiquent l’injustice. Remarquons qu’après l’image du « solide fondement de Dieu », Paul recourt à une autre image. Il parle d’« une grande maison » dans laquelle ne se trouvent « pas seulement des récipients en or et en argent, mais aussi en bois et en terre cuite ; les uns pour un usage honorable, mais les autres pour un usage vulgaire » (2 Tim. 2:20, 21). Ensuite, Paul exhorte les chrétiens à se tenir « à distance », ou à se séparer, des ustensiles destinés à un usage « vulgaire ».

15, 16. Que nous enseigne l’image de la « grande maison » ?

15 Que signifie cette image ? Paul compare la congrégation chrétienne à « une grande maison » et ses membres à des « récipients », ou accessoires à usage domestique. Dans une maison, certains ustensiles peuvent être contaminés par des substances dangereuses ou par un environnement insalubre. L’occupant doit les maintenir séparés des ustensiles propres, notamment de ceux qui servent à cuisiner.

 16 Pareillement aujourd’hui, les adorateurs de Jéhovah, qui s’efforcent de mener une vie pure, ne doivent pas être les intimes de membres de la congrégation qui persistent à ne pas tenir compte des principes divins (lire 1 Corinthiens 15:33). Si cela concerne des individus à l’intérieur de la congrégation, à combien plus forte raison faut-il « [se] détourn[er] » de la fréquentation d’individus extérieurs à la congrégation. En effet, beaucoup sont « amis de l’argent », « désobéissants à l’égard de leurs parents », « sans fidélité », « calomniateurs », « cruels, sans amour du bien, traîtres » et « amis des plaisirs plutôt qu’amis de Dieu » (2 Tim. 3:1-5).

JÉHOVAH BÉNIT UNE ATTITUDE FERME

17. Avec quel sérieux les Israélites fidèles ont-ils pris position contre l’injustice ?

17 La Bible précise avec quelle fermeté les Israélites ont agi quand ils ont reçu l’ordre de « [s’]éloigne[r] d’autour des tabernacles de Qorah, Dathân et Abiram ». Selon le récit, ils s’éloignèrent « aussitôt » (Nomb. 16:24, 27). Ils n’ont ni hésité ni tardé à agir. Le verset décrit également avec quel sérieux ils ont suivi l’ordre : « Ils s’éloignèrent [...] de toutes parts. » Les adorateurs fidèles ne voulaient prendre aucun risque. Ils n’ont obéi ni à moitié ni mollement. Ils ont pris clairement position pour Jéhovah et contre l’injustice. Que nous enseigne leur exemple ?

18. Que suggérait Paul quand il a dit à Timothée de fuir les désirs de la jeunesse ?

18 Quand notre amitié avec Jéhovah est menacée, nous devons agir avec rapidité et fermeté. C’est ce que Paul suggérait quand il a dit à Timothée : « Fuis donc les désirs de la jeunesse » (2 Tim. 2:22). À cette époque, Timothée était déjà adulte. Il avait probablement passé la trentaine. Toutefois, les « désirs de la jeunesse » ne tentent pas que les jeunes. Face à ce genre de désirs, Timothée devait « fuir ». Autrement dit, il devait « renoncer à l’injustice ». Jésus a exprimé une idée semblable : « Si ton œil te fait trébucher, arrache-le et jette-le loin de toi » (Mat. 18:9). Aujourd’hui, le chrétien qui tient compte de ce conseil prend, sans hésiter ni tarder, des mesures fermes contre ce qui menace sa spiritualité.

19. Comment certains ont-ils agi avec fermeté pour se protéger de ce qui menaçait leur spiritualité ?

19 Certains, qui ont eu des problèmes d’alcoolisme avant de devenir Témoins, ont pris la décision de s’abstenir de toute boisson alcoolisée. D’autres renoncent, en raison d’un point faible, à des divertissements qui ne sont pas condamnables en soi mais qui, chez eux, risquent de réveiller un désir immoral (Ps. 101:3). Par exemple, avant de devenir Témoin, un frère aimait l’ambiance immorale des soirées dansantes qu’il fréquentait. Mais après avoir connu la vérité, il a totalement arrêté de danser, même lors de fêtes entre chrétiens, craignant que cela réveille en lui des pensées et des désirs inconvenants. Bien sûr, il n’est pas exigé des chrétiens qu’ils s’abstiennent totalement d’alcool, de danse ou d’autres choses qui ne sont pas mauvaises en soi. Chacun doit cependant prendre des mesures fermes et rigoureuses pour se protéger de ce qui menace sa spiritualité.

20. Bien qu’il ne soit pas toujours facile de « renonce[r] à l’injustice », quelle pensée nous rassure ?

20 L’honneur de porter le nom de Dieu s’accompagne d’une responsabilité. Nous devons « renonce[r] à l’injustice » et « [nous] détourne[r] de ce qui est mauvais » (Ps. 34:14). C’est vrai, ce n’est pas toujours facile. Mais il est très rassurant de savoir que Jéhovah aimera toujours « ceux qui lui appartiennent » et qui restent attachés à ses voies justes (2 Tim. 2:19 ; lire 2 Chroniques 16:9a).

^ § 12 Voir sur jw.org l’article « Y a-t-il des films, des livres ou des chansons qui sont interdits aux Témoins de Jéhovah ? », sous QUI SOMMES-NOUS ? > QUESTIONS FRÉQUENTES.