Aller au contenu

Aller au sommaire

Vois-tu « Celui qui est invisible » ?

Vois-tu « Celui qui est invisible » ?

« Il est resté ferme comme s’il voyait Celui qui est invisible » (HÉB. 11:27).

1, 2. a) Explique pourquoi Moïse était apparemment en danger (voir illustration du titre). b) Pourquoi Moïse ne craignait-il pas la fureur du roi ?

LE PHARAON était un dirigeant redoutable ; les Égyptiens le considéraient comme un dieu vivant. À leurs yeux, explique l’ouvrage Quand l’Égypte était maîtresse de l’Orient (angl.), il « surpassait toute créature terrestre en sagesse et en puissance ». Pour inspirer la peur à ses sujets, le pharaon portait une couronne avec la représentation d’un cobra prêt à attaquer, ce qui rappelait que tout ennemi du roi serait rapidement supprimé. Alors imagine ce que Moïse a ressenti quand Jéhovah lui a dit : « Je t’envoie vers Pharaon, et fais sortir d’Égypte mon peuple les fils d’Israël » (Ex. 3:10).

2 Moïse est allé en Égypte proclamer le message de Dieu, s’attirant les foudres de Pharaon. Neuf plaies ayant frappé son pays, Pharaon l’a prévenu : « Ne cherche pas à revoir ma face, car le jour où tu verras ma face, tu mourras » (Ex. 10:28). Avant de sortir de devant Pharaon, Moïse a prophétisé que son fils premier-né mourrait (Ex. 11:4-8). Enfin, il a ordonné à toutes les familles israélites de tuer un chevreau ou un bélier (le bélier étant un animal consacré au dieu égyptien Râ) et d’appliquer  son sang autour de leur porte (Ex. 12:5-7). Comment Pharaon allait-il réagir ? Moïse n’avait pas peur. Pourquoi ? Parce qu’avec foi il obéissait à Jéhovah, « sans craindre la fureur du roi, car il est resté ferme comme s’il voyait Celui qui est invisible » (lire Hébreux 11:27, 28).

3. Qu’allons-nous examiner au sujet de la foi que Moïse avait en « Celui qui est invisible » ?

3 Ta foi est-elle aussi forte que si tu « v[oyais] Dieu » ? (Mat. 5:8). Pour acquérir une vision spirituelle plus nette et ainsi voir « Celui qui est invisible », réfléchissons à la foi de Moïse. Comment l’a-t-elle protégé de la peur des hommes ? Comment sa foi dans les promesses divines s’est-elle manifestée ? Et comment sa capacité à voir « Celui qui est invisible » l’a-t-elle affermi quand ses frères et lui ont été en danger ?

IL N’A PAS CRAINT « LA FUREUR DU ROI »

4. À l’œil physique, qu’était Moïse comparé à Pharaon ?

4 D’après ce que voit l’œil physique, Moïse n’était pas de taille à lutter contre Pharaon. Sa vie, son bien-être et son avenir semblaient entre les mains du roi. Lui-même avait demandé à Jéhovah : « Qui suis-je pour que j’aille vers Pharaon et pour que je fasse sortir d’Égypte les fils d’Israël ? » (Ex. 3:11). Ayant dû fuir l’Égypte une quarantaine d’années plus tôt, il s’est peut-être demandé : « Est-ce bien judicieux de retourner en Égypte et de risquer la colère du roi ? »

5, 6. Qu’est-ce qui a aidé Moïse à craindre Jéhovah plutôt que Pharaon ?

5 Avant que Moïse ne retourne en Égypte, Dieu lui a enseigné un principe essentiel, que Moïse a plus tard consigné dans le livre de Job : « La crainte de Jéhovah — c’est cela la sagesse » (Job 28:28). Pour aider Moïse à acquérir une telle crainte et à agir sagement, le Dieu Tout-Puissant a souligné le contraste entre les humains et lui. Il a posé cette question : « Qui a établi une bouche pour l’homme ou qui établit le muet, ou le sourd, ou le clairvoyant, ou l’aveugle ? N’est-ce pas moi, Jéhovah ? » (Ex. 4:11).

6 Quel était l’enseignement ? Moïse n’avait pas à avoir peur. C’est Jéhovah qui l’envoyait, et il lui donnerait tout ce dont il avait besoin pour transmettre son message à Pharaon. De plus, Pharaon n’était pas de taille à lutter contre Jéhovah. Ce n’était d’ailleurs pas la première fois que des serviteurs de Dieu se trouvaient en danger sous la domination égyptienne. Peut-être Moïse a-t-il médité sur la façon dont, sous les règnes de pharaons précédents, Jéhovah l’avait protégé, lui, mais aussi Abraham ou Joseph avant lui (Gen. 12:17-19 ; 41:14, 39-41 ; Ex. 1:22–2:10). Ayant foi en Jéhovah, « Celui qui est invisible », il s’est courageusement présenté devant Pharaon et a annoncé chaque parole que Jéhovah lui avait ordonné de dire.

7. Comment la foi en Jéhovah a-t-elle protégé une sœur ?

7 De la même manière, la foi en Jéhovah a retenu Ella de céder à la peur des hommes. En 1949, en Estonie, cette sœur a été arrêtée par le MGB (futur KGB). Elle a été entièrement déshabillée sous l’œil goguenard de jeunes policiers. « Je me suis sentie humiliée, dit-elle. Mais après avoir prié Jéhovah, j’ai éprouvé un sentiment de paix et de sérénité. » Puis elle a été isolée en cellule trois jours. Elle raconte : « Des fonctionnaires m’ont crié : “Nous allons faire en sorte qu’en Estonie, même le nom Jéhovah soit oublié ! Tu pars dans un camp et les autres en Sibérie !” Railleurs, ils ont ajouté : “Où est ton Jéhovah ?” » Ella aurait-elle peur des hommes, ou confiance en Jéhovah ? Quand ses persécuteurs l’ont interrogée, elle leur a dit avec courage : « J’ai beaucoup réfléchi à la question et je préfère rester en prison et garder mes relations avec Dieu intactes plutôt qu’être libre et  perdre son approbation. » Pour Ella, Jéhovah était aussi réel que les hommes qui se tenaient devant elle. Grâce à sa foi, elle est restée intègre.

8, 9. a) Quel est l’antidote contre la peur des hommes ? b) Si tu es tenté de céder à la peur des hommes, sur qui devrais-tu fixer ton attention ?

8 La foi en Jéhovah t’aidera à vaincre tes peurs. Si des fonctionnaires puissants essaient de limiter ta liberté de culte, il peut te sembler que ta vie, ton bien-être et ton avenir sont entre des mains humaines. Tu peux même te demander s’il est judicieux de continuer de servir Jéhovah et d’irriter les autorités. Mais retiens ceci : L’antidote contre la peur des hommes, c’est la foi en Dieu (lire Proverbes 29:25). Jéhovah demande : « Qui es-tu pour avoir peur d’un mortel qui mourra, d’un fils des humains qui deviendra comme de l’herbe verte ? » (Is. 51:12, 13).

9 Fixe ton attention sur ton Père tout-puissant. Il voit ceux qui souffrent sous des dirigeants injustes, comprend ce qu’ils ressentent et agit en leur faveur (Ex. 3:7-10). Même si tu dois défendre ta foi devant des officiels, ne t’inquiète pas, comme Jésus l’a dit, de savoir comment tu parleras ou ce que tu auras à dire, car ce que tu auras à dire te sera donné à cette heure-là (Mat. 10:18-20). Les dirigeants et les hauts fonctionnaires humains ne sont pas de taille à lutter contre Jéhovah. En fortifiant ta foi maintenant, tu peux en venir à voir Jéhovah comme une Personne réelle, qui ne demande qu’à te venir en aide.

IL AVAIT FOI DANS LES PROMESSES DE DIEU

10. a) Quelles instructions Jéhovah a-t-il données aux Israélites en Nisan 1513 av. n. è. ? b) Pourquoi Moïse a-t-il suivi les instructions de Jéhovah ?

10 Au mois de Nisan 1513 av. n. è., Jéhovah a demandé à Moïse et à Aaron de transmettre aux Israélites ces instructions étonnantes : Choisissez un bélier ou un bouc sans défaut, tuez-le et appliquez son sang autour de votre porte (Ex. 12:3-7). Comment Moïse a-t-il réagi ? L’apôtre Paul écrira à son sujet : « Par la foi, il avait célébré la Pâque et l’application du sang, pour que le destructeur ne touche pas leurs premiers-nés » (Héb. 11:28). Moïse savait que Jéhovah est digne de confiance et il avait foi en sa promesse d’exécuter les fils premiers-nés d’Égypte.

11. Pourquoi Moïse a-t-il averti ses frères ?

11 Les propres fils de Moïse se trouvaient apparemment en Madiân, loin du « destructeur * » (Ex. 18:1-6). Pourtant, Moïse a fidèlement transmis les instructions aux familles israélites, dont les fils premiers-nés étaient en danger. Des vies étaient en jeu, et Moïse aimait son prochain. « Aussitôt », relate la Bible, il « appela tous les anciens d’Israël et leur dit : “[...] tuez la victime pascale” » (Ex. 12:21).

12. Quel message important Jéhovah nous ordonne-t-il de transmettre ?

12 Sous la direction des anges, les serviteurs de Jéhovah transmettent ce message important : « Craignez Dieu et rendez-lui gloire, parce que l’heure de son jugement est venue ; et adorez Celui qui a fait le ciel, et la terre, et la mer, et les sources d’eaux » (Rév. 14:7). C’est le moment ou jamais de proclamer ce message. Nous devons exhorter nos semblables à sortir de Babylone la Grande pour qu’ils ne reçoivent pas leur part de ses plaies (Rév. 18:4). Les « autres brebis » se joignent aux oints pour supplier les humains éloignés de Dieu de « [se] réconcilie[r] » avec lui (Jean 10:16 ; 2 Cor. 5:20).

La foi dans les promesses de Jéhovah nourrira ton désir d’annoncer la bonne nouvelle (voir paragraphe 13).

13. Qu’est-ce qui nourrira notre désir d’annoncer la bonne nouvelle ?

13 Nous sommes convaincus que  « l’heure du jugement » est arrivée. Nous avons également foi que, lorsque Jéhovah qualifie d’urgente notre œuvre de prédication et d’enseignement, il n’exagère pas. Dans une vision, l’apôtre Jean a « vu quatre anges qui se tenaient debout aux quatre coins de la terre, retenant les quatre vents de la terre » (Rév. 7:1). Par la foi, vois-tu ces anges prêts à lâcher sur le présent monde les vents destructeurs de la grande tribulation ? Si, grâce aux yeux de la foi, tu vois ces anges, tu annonceras la bonne nouvelle avec assurance.

14. Qu’est-ce qui nous pousse à « avertir le méchant de se détourner de sa voie mauvaise » ?

14 Les vrais chrétiens entretiennent déjà une amitié avec Jéhovah et l’espoir de vivre éternellement. Pourtant, nous sommes conscients de notre responsabilité d’« avertir le méchant de se détourner de sa voie mauvaise, afin de le conserver en vie » (lire Ézékiel 3:17-19). Bien sûr, nous ne prêchons pas seulement pour ne pas être coupables de meurtre. Nous aimons Jéhovah et nous aimons notre prochain. Dans sa parabole du bon Samaritain, Jésus a illustré ce qu’amour et miséricorde signifient vraiment. Nous pourrions nous demander : « Est-ce qu’une “pitié” semblable à celle du bon Samaritain me pousse à prêcher ? » Nous ne voulons certainement pas ressembler au prêtre ni au Lévite de la parabole, en nous trouvant des excuses pour aller « de l’autre côté de la route » (Luc 10:25-37). La foi dans les promesses de Dieu et l’amour pour notre prochain nous pousseront à participer pleinement à la prédication avant qu’il ne soit trop tard.

 « ILS ONT TRAVERSÉ LA MER ROUGE »

15. Pourquoi les Israélites se sentaient-ils piégés ?

15 Quand, après la sortie d’Égypte, les Israélites ont été en danger, la foi en « Celui qui est invisible » a soutenu Moïse. La Bible rapporte : « Les fils d’Israël se mirent à lever les yeux, et voici que les Égyptiens marchaient derrière eux ; et les fils d’Israël eurent très peur et se mirent à crier vers Jéhovah » (Ex. 14:10-12). Cette situation était-elle prévisible ? Absolument. Jéhovah avait dit : « Je laisserai bel et bien s’obstiner le cœur de Pharaon ; oui, il les poursuivra et je me glorifierai par le moyen de Pharaon et de toutes ses forces militaires ; et à coup sûr les Égyptiens sauront que je suis Jéhovah » (Ex. 14:4). Mais les Israélites ne regardaient qu’avec leurs yeux physiques. Et que voyaient-ils ? Devant, l’infranchissable mer Rouge, derrière, les chars rapides de Pharaon et, pour les guider, un berger octogénaire ! Ils se sentaient piégés.

16. Comment, devant la mer Rouge, la foi a-t-elle fortifié Moïse ?

16 Pourtant, Moïse n’a pas flanché. Pourquoi ? Parce qu’avec les yeux de la foi, il voyait quelque chose de beaucoup plus puissant qu’une mer ou qu’une armée. Il « voy[ait] le salut de Jéhovah » et savait que Jéhovah combattrait pour son peuple (lire Exode 14:13, 14). Sa foi a stimulé celle des autres Israélites. « Par la foi, ils ont traversé la mer Rouge », dit la Bible, « mais, en s’y risquant, les Égyptiens ont été engloutis » (Héb. 11:29). Par la suite, « le peuple se mit à craindre Jéhovah et à avoir foi en Jéhovah et en Moïse son serviteur » (Ex. 14:31).

17. Quels évènements futurs mettront notre foi à l’épreuve ?

17 Bientôt, notre vie nous semblera menacée. Avant le point culminant de la grande tribulation, les gouvernements du présent monde auront dévasté des organisations religieuses plus importantes et plus nombreuses que la nôtre (Rév. 17:16). Jéhovah a prophétisé que nous serons aussi vulnérables qu’« un pays de campagnes ouvertes [...] sans muraille [...] ni barre ni portes » (Ézék. 38:10-12, 14-16). D’après ce que verront nos yeux physiques, nous n’aurons aucune chance de survivre. Comment réagiras-tu alors ?

18. Explique pourquoi nous pourrons rester fermes durant la grande tribulation.

18 Inutile de paniquer. Cette attaque contre son peuple, Jéhovah l’a prédite. Il en a également prédit l’issue. « “Le jour où Gog viendra sur le sol d’Israël”, c’est là ce que déclare le Souverain Seigneur Jéhovah, “[...] ma fureur me montera au nez. Et dans mon ardeur, dans le feu de ma furie, il faudra que je parle” » (Ézék. 38:18-23). Dieu détruira alors tous ceux qui veulent du mal à ses adorateurs. Ta foi en l’issue « du grand et redoutable jour de Jéhovah » t’aidera à « vo[ir] le salut de Jéhovah » et à rester intègre (Yoël 2:31, 32).

19. a) À quel point Jéhovah et Moïse étaient-ils proches ? b) Que te promet Jéhovah, si tu tiens compte de lui dans toutes tes voies ?

19 Prépare-toi à ces évènements palpitants maintenant en restant « ferme comme [si tu voyais] Celui qui est invisible » ! Renforce ton amitié avec Jéhovah en étudiant et en priant régulièrement. L’amitié entre Jéhovah Dieu et Moïse était tellement étroite et Jéhovah s’est servi de Moïse si puissamment que la Bible dit que Jéhovah connaissait Moïse « face à face » (Deut. 34:10). Moïse a été un prophète hors du commun. Par la foi, tu peux également connaître Jéhovah aussi intimement que si tu le voyais vraiment. Si, comme sa Parole t’y encourage, tu tiens compte de lui « dans toutes tes voies » en permanence, « il rendra droits tes sentiers » (Prov. 3:6).

^ § 11 Dieu a vraisemblablement envoyé des anges exécuter le jugement contre les Égyptiens (Ps. 78:49-51).