Aller au contenu

Aller au sommaire

Honorons nos frères et sœurs âgés

Honorons nos frères et sœurs âgés

« Tu dois avoir des égards pour la personne du vieillard » (LÉV. 19:32).

1. Dans quelle triste condition l’humanité se trouve-t-elle ?

LES humains n’ont pas été créés avec la sombre perspective de connaître le vieillissement et ses effets débilitants. Non, Jéhovah voulait qu’hommes et femmes vivent en parfaite santé dans le Paradis. Mais à présent, « toute la création ne cesse de gémir ensemble et de souffrir ensemble » (Rom. 8:22). D’après toi, que ressent Dieu quand il observe les ravages du péché sur les humains ? D’autant plus que beaucoup de personnes âgées sont délaissées à une époque de leur vie où elles ont particulièrement besoin d’aide (Ps. 39:5 ; 2 Tim. 3:3).

2. Pourquoi les chrétiens ont-ils une estime particulière pour les personnes âgées ?

2 Les serviteurs de Jéhovah sont heureux de compter des personnes âgées dans leurs congrégations. Ils profitent de leur sagesse et leur exemple de foi les stimule. Certains parmi nous ont des liens de parenté avec un ou plusieurs d’entre eux. Quoi qu’il en soit, leur bien-être nous tient à cœur (Gal. 6:10 ; 1 Pierre 1:22). Il sera utile à chacun de nous d’examiner la façon dont Dieu considère les personnes âgées. Nous examinerons aussi les responsabilités que leur famille et la congrégation ont envers ces chers compagnons.

 « NE ME REJETTE PAS »

3, 4. a) Quelle requête instructive le rédacteur du Psaume 71 a-t-il adressée à Jéhovah ? b) Que peuvent demander à Dieu les frères et sœurs âgés ?

3 Sous inspiration, le rédacteur de Psaume 71:9 a supplié Dieu en ces termes : « Ne me rejette pas au temps de la vieillesse ; quand ma force s’épuise, ne me quitte pas. » Ce psaume semble être une suite du Psaume 70, qui porte la suscription « de David ». L’auteur de cette supplication est donc probablement David. De sa jeunesse à un âge avancé, il a servi Jéhovah, et Jéhovah lui a fait accomplir des exploits (1 Sam. 17:33-37, 50 ; 1 Rois 2:1-3, 10). Pourtant, il a éprouvé le besoin de demander à Jéhovah de continuer à lui témoigner sa faveur (lire Psaume 71:17, 18).

4 Aujourd’hui, beaucoup font comme David. Malgré un âge avancé et les « jours funestes », ils louent toujours Dieu de leur mieux (Eccl. 12:1-7). Dans bien des domaines, dont le ministère, nombre d’entre eux ne sont plus en mesure d’en faire autant qu’avant. Mais eux aussi peuvent supplier Jéhovah de continuer à leur témoigner sa faveur et à prendre soin d’eux. Ces chrétiens fidèles peuvent être sûrs que Jéhovah exaucera leurs prières. Ne reflètent-elles pas les inquiétudes légitimes que David a exprimées sous inspiration divine ?

5. Comment Jéhovah considère-t-il ses fidèles serviteurs âgés ?

5 Les Écritures sont claires : Jéhovah accorde une grande valeur aux fidèles chrétiens âgés et il attend de ses adorateurs qu’ils les honorent (Ps. 22:24-26 ; Prov. 16:31 ; 20:29). « Devant les cheveux gris tu te lèveras, et tu dois avoir des égards pour la personne du vieillard, et tu dois craindre ton Dieu. Je suis Jéhovah », lit-on en Lévitique 19:32. Quand ces paroles ont été rédigées, honorer les personnes âgées dans la congrégation était en effet une responsabilité importante, et c’est toujours le cas aujourd’hui. Mais à qui, en réalité, revient la responsabilité de prendre soin d’une personne âgée ?

LA RESPONSABILITÉ DE LA FAMILLE

6. Quel exemple Jésus a-t-il donné en rapport avec l’aide à apporter à un parent ?

6 La Parole de Dieu ordonne : « Honore ton père et ta mère » (Ex. 20:12 ; Éph. 6:2). Appuyant ce commandement, Jésus a condamné les Pharisiens et les scribes qui ne voulaient pas subvenir aux besoins de leurs parents (Marc 7:5, 10-13). Lui-même a donné l’exemple : sur le poteau, peu avant de mourir, il a demandé à Jean, son disciple bien-aimé, de prendre soin de sa mère, qui, semble-t-il, était veuve (Jean 19:26, 27).

7. a) Quel principe l’apôtre Paul a-t-il énoncé concernant l’aide à apporter à un parent ? b) Dans quel contexte ces paroles s’inscrivent-elles ?

7 L’apôtre Paul a écrit sous inspiration qu’un croyant doit pourvoir aux besoins de sa maisonnée (lire 1 Timothée 5:4, 8, 16). Examinons le contexte de ces paroles écrites à Timothée. Paul expose les conditions requises pour recevoir un soutien financier de la congrégation. Il montre clairement que les enfants, les petits-enfants et les autres parents croyants sont les premiers à devoir subvenir aux besoins des veuves âgées. Ainsi, aucun fardeau financier ne reposerait indûment sur la congrégation. Pareillement aujourd’hui, une des façons dont les chrétiens pratiquent « l’attachement à Dieu » consiste à soutenir matériellement un parent dans le besoin.

8. Pourquoi la Bible a-t-elle la sagesse de ne pas fournir de solutions toutes faites en rapport avec l’aide aux parents âgés ?

8 En bref, les adultes chrétiens ont le devoir de veiller à ce que leur père et leur mère ne manquent de rien. Paul parlait des membres de la famille croyants, mais les parents non chrétiens ne doivent pas  être négligés. La façon dont les enfants apportent leur aide varie. Chaque cas est différent. Toutes les personnes âgées n’ont pas les mêmes besoins, le même caractère ou la même santé. Certaines ont plusieurs enfants, d’autres n’en n’ont qu’un. Certaines peuvent compter sur des aides sociales, d’autres non. Chacune a par ailleurs ses préférences. Ainsi, ce ne serait faire preuve ni de sagesse ni d’amour que de critiquer la façon dont quelqu’un s’efforce de subvenir aux besoins de parents âgés. N’oublie pas que, comme c’était déjà le cas à l’époque de Moïse, Jéhovah peut bénir et faire réussir toute décision fondée sur sa Parole (Nomb. 11:23).

9-11. a) Quelles situations difficiles certains peuvent-ils rencontrer ? (voir illustration du titre). b) Pourquoi des enfants adultes ne devraient-ils pas arrêter trop vite le service à plein temps ? Donne un exemple.

9 Quand on habite loin de ses parents âgés, il est généralement difficile de leur venir en aide. Une dégradation soudaine de leur santé, à la suite d’une chute, d’une fracture osseuse ou de toute autre situation critique, peuvent imposer une visite urgente. Ensuite, ils auront peut-être besoin d’assistance sur une période plus ou moins longue *.

10 Les serviteurs à plein temps que leur affectation amène à vivre loin de leurs parents peuvent se trouver face à des décisions particulièrement difficiles. Béthélites, missionnaires et surveillants itinérants sont attachés à leur affectation. Ils la considèrent comme un don de Jéhovah. Mais si leurs parents tombent malades, leur première réaction pourrait être d’envisager de tout arrêter pour aller s’en occuper. Pourtant, il serait sage de prier et de bien réfléchir : est-ce réellement ce que la situation réclame ou ce que les parents souhaitent ? Personne ne devrait renoncer trop vite à une attribution de service ; ce n’est pas forcément toujours nécessaire. L’ennui de santé est-il temporaire ? Des membres de la congrégation des parents seraient-ils heureux d’apporter leur soutien ? (Prov. 21:5).

11 Prenons ces deux frères, qui servaient Jéhovah loin de chez eux, l’un en Amérique du Sud, comme missionnaire, l’autre au siège mondial, à Brooklyn (New York). Leurs parents ont eu besoin d’aide. Accompagnés de leurs femmes, les deux frères sont allés les voir, en Extrême-Orient, pour réfléchir à la meilleure façon de prendre soin d’eux. Finalement, le couple de missionnaires a envisagé de quitter son affectation pour se rapprocher d’eux. C’est alors que le coordinateur du collège des anciens de la congrégation des parents leur a téléphoné. Le collège avait parlé de la question et voulait que ces missionnaires restent dans leur affectation le plus longtemps possible. Accordant de la valeur à leur activité, il était déterminé à faire son possible pour les aider à s’occuper de leurs parents. Toute la famille a été touchée par cet intérêt plein d’amour.

12. À quoi devrait veiller une famille chrétienne quand elle décide comment prendre soin de parents âgés ?

12 Quelle que soit la façon dont une famille chrétienne décide de répondre aux besoins de parents âgés, tous les membres concernés devraient absolument veiller à ce que cette solution honore le nom de Dieu. En aucun cas nous ne voudrions ressembler aux chefs religieux du temps de Jésus (Mat. 15:3-6). Nous voulons que nos décisions honorent Dieu et la congrégation (2 Cor. 6:3).

LA RESPONSABILITÉ DE LA CONGRÉGATION

13, 14. Pourquoi disons-nous que, d’après la Bible, les congrégations doivent se soucier des frères et sœurs âgés ?

13 Tous ne sont pas en mesure de soutenir des ministres à plein temps  comme dans le cas décrit au paragraphe 11. Cependant, une situation survenue au Ier siècle montre clairement que les congrégations aussi sont concernées par l’aide à apporter aux frères et sœurs âgés exemplaires. La Bible dit que « personne » dans la congrégation de Jérusalem n’« était dans le besoin ». Tous n’étaient pas forcément riches. De toute évidence, certains avaient de petits moyens, mais une distribution était faite « à chacun, selon qu’il en avait besoin » (Actes 4:34, 35). Un jour, un problème a surgi : des « veuves étaient négligées dans la distribution quotidienne » de nourriture. Les apôtres y ont remédié en nommant des hommes capables, qui ont pris des dispositions pour que les besoins des veuves soient satisfaits de façon équitable (Actes 6:1-5). Il s’agissait, il est vrai, d’une disposition temporaire visant à répondre aux besoins de personnes devenues chrétiennes à la Pentecôte 33 de n. è., et qui étaient restées à Jérusalem le temps d’affermir leur foi. Quoi qu’il en soit, la réaction des apôtres montre que la congrégation peut participer au soutien de ses membres dans le besoin.

14 Nous l’avons dit, Paul a expliqué à Timothée à quelles conditions une veuve chrétienne pouvait bénéficier d’une aide matérielle de la part de la congrégation (1 Tim. 5:3-16). De même, le rédacteur biblique Jacques, lui aussi inspiré par Dieu, a parlé de l’obligation chrétienne de veiller sur les orphelins, les veuves et tout autre frère ou sœur dans l’adversité ou le besoin (Jacq. 1:27 ; 2:15-17). L’apôtre Jean a quant à lui tenu ce raisonnement : « Celui qui a les moyens d’existence de ce monde et voit son frère dans le besoin et pourtant lui ferme l’accès de ses tendres compassions, comment l’amour de Dieu demeure-t-il en lui ? » (1 Jean 3:17). Si le chrétien, pris individuellement, a de tels devoirs envers les nécessiteux, cela ne vaut-il pas pour les congrégations ?

En cas d’accident, que peut faire la congrégation ? (voir paragraphes 15, 16).

15. Quels facteurs peuvent entrer en ligne de compte en rapport avec l’aide aux frères et sœurs âgés ?

15 Dans certains pays, les citoyens âgés bénéficient d’une retraite, d’une aide sociale ou de soins à domicile (Rom. 13:6). Mais ce n’est pas partout le cas. L’assistance que la famille ou la congrégation doivent apporter aux chrétiens âgés est donc très variable. La distance à laquelle des enfants croyants habitent de chez leurs parents influera sur l’aide qu’ils sont raisonnablement en mesure de leur apporter. Il est bien que les enfants parlent franchement avec les anciens de  la congrégation dont leurs parents font partie, afin que tous comprennent bien la situation familiale. Par exemple, les anciens pourront se rendre utiles en montrant aux parents à quelles aides sociales ils ont droit et comment en bénéficier. Ils peuvent avoir l’œil sur certaines choses (une facture qui n’a pas été ouverte, un traitement médical mal suivi...) et les signaler aux enfants. De tels échanges bienveillants peuvent éviter qu’une situation s’aggrave, mais aussi déboucher sur des solutions pratiques. Assurément, des aides et des conseillers qui sont en quelque sorte des « yeux » pour les enfants peuvent alléger les inquiétudes de la famille.

16. Comment certains chrétiens aident-ils les membres âgés de la congrégation ?

16 Par affection, des chrétiens consacrent, dans la mesure de leurs possibilités, du temps et de l’énergie à combler les besoins de leurs chers compagnons âgés. Ils ont à cœur de leur manifester un intérêt particulier. Certains volontaires s’organisent entre eux pour prendre soin des frères et sœurs âgés à tour de rôle. Ils sont heureux, même si leur situation ne leur permet pas de servir eux-mêmes Dieu à plein temps, d’aider les enfants à poursuivre le plus longtemps possible la carrière théocratique qu’ils ont choisie. Quel bel esprit ! Bien sûr, cette générosité ne dégage pas les enfants de la responsabilité de faire le maximum pour leurs parents.

HONORONS LES PERSONNES ÂGÉES PAR DES PAROLES FORTIFIANTES

17, 18. Quelle est l’importance de l’état d’esprit du « soignant » et du « soigné » ?

17 Tout chrétien amené à venir en aide à une personne âgée s’efforcera de rendre les choses aussi agréables que possible. Si c’est ton cas, fais le maximum pour entretenir un état d’esprit positif. La vieillesse est parfois cause de découragement, voire de dépression. Il te faudra donc peut-être faire un effort particulier pour honorer et encourager les frères et sœurs âgés en veillant à ce que tes conversations avec eux restent constructives. Ceux qui ont servi Jéhovah avec dévouement pendant des années méritent des éloges. Jéhovah n’oublie pas ce qu’ils ont accompli pour lui. Leurs compagnons chrétiens non plus (lire Malaki 3:16 ; Hébreux 6:10).

18 De plus, quand la situation s’y prête, un peu d’humour de la part du « soignant » comme du « soigné » peut rendre plus supportables des soins quotidiens pénibles (Eccl. 3:1, 4). Nombre de personnes âgées se gardent bien de se montrer trop exigeantes. Elles savent que leur façon d’être peut avoir une incidence sur l’attention et les visites qu’elles recevront. Il n’est pas rare d’entendre ce genre de commentaires : « Je suis allé encourager tel ami âgé, mais c’est moi qui ai été encouragé ! » (Prov. 15:13 ; 17:22).

19. Quelle espérance jeunes et moins jeunes peuvent-ils nourrir ?

19 Nous attendons avec impatience le jour où la souffrance et les conséquences de l’imperfection disparaîtront. D’ici là, les serviteurs de Dieu doivent continuer d’espérer en ce qui est éternel. Nous savons qu’en temps de détresse ou d’adversité, la foi dans les promesses divines est une ancre. Grâce à cette foi, « nous ne renonçons pas ; au contraire, même si l’homme que nous sommes extérieurement dépérit, à coup sûr l’homme que nous sommes intérieurement se renouvelle de jour en jour » (2 Cor. 4:16-18 ; Héb. 6:18, 19). Mais qu’est-ce qui, en plus de garder une foi forte dans les promesses divines, t’aidera à assumer tes responsabilités envers les personnes âgées ? L’article qui suit offre des suggestions pratiques.

^ § 9 L’article qui suit examine différentes façons de venir en aide à des parents âgés.