Aller au contenu

Aller au sommaire

« Sois vigilant en vue des prières »

« Sois vigilant en vue des prières »

« Soyez [...] sains d’esprit et soyez vigilants en vue des prières » (1 PIERRE 4:7).

1, 2. a) Pourquoi nous faut-il absolument être « vigilants en vue des prières » ? b) Que devrions-nous nous demander au sujet de nos prières ?

« LE MOMENT de la nuit où on a le plus de mal à veiller, c’est juste avant le lever du jour », dit un ancien travailleur de nuit. Ceux qui doivent rester éveillés la nuit ne le contrediront probablement pas. Le chrétien se heurte à une difficulté semblable parce que la longue nuit qu’est le système mauvais de Satan est aujourd’hui au point le plus sombre de son histoire (Rom. 13:12). Qu’il serait dangereux de s’endormir en cette heure avancée ! Nous devons donc impérativement être « sains d’esprit » et, comme nous le recommande la Bible, être « vigilants en vue des prières » (1 Pierre 4:7).

2 Compte tenu du point où nous sommes dans le cours du temps, il est important que nous nous demandions : « Que révèlent mes prières sur mon degré de vigilance ? Est-ce que j’emploie toutes les formes de prières et est-ce que je prie sans cesse ? Ai-je l’habitude de prier pour les autres ou est-ce que la plupart de mes prières ne tournent qu’autour de mes besoins ? Enfin, quel lien important y a-t-il entre mes prières et mon salut ? »

TOUTES SORTES DE PRIÈRES

3. Cite différentes sortes de prières.

3 Dans sa lettre aux Éphésiens, l’apôtre Paul parle de « toutes sortes de prières » (Éph. 6:18). Peut-être demandons-nous fréquemment à Jéhovah de nous aider à subvenir à nos besoins ou à surmonter des obstacles. Celui qui entend la prière écoute avec amour de telles requêtes (Ps. 65:2). Cependant, ne négligeons surtout pas ces autres formes de prières : la louange, l’action de grâces et la supplication.

4. Pourquoi devrions-nous souvent adresser des louanges à Jéhovah ?

4 Nous avons de nombreuses raisons d’adresser  des louanges à Jéhovah. Par exemple, ne sommes-nous pas poussés à le louer lorsque nous pensons à « ses œuvres de puissance » et à « l’abondance de sa grandeur » ? (lire Psaume 150:1-6). D’ailleurs, les six versets du Psaume 150 nous exhortent à 13 reprises à louer Jéhovah ! Rempli de révérence, le compositeur d’un autre psaume a chanté à Dieu : « Sept fois par jour je t’ai loué à cause de tes justes décisions judiciaires » (Ps. 119:164). Jéhovah mérite vraiment nos louanges. Ne devrions-nous donc pas lui en adresser « sept fois par jour », c’est-à-dire très souvent ?

5. Pourquoi un état d’esprit reconnaissant nous protège-t-il ?

5 L’action de grâces est une autre forme de prière importante. Paul a adressé aux chrétiens de la ville de Philippes cette exhortation : « Ne vous inquiétez de rien, mais en tout, par la prière et la supplication avec action de grâces, faites connaître vos requêtes à Dieu » (Phil. 4:6). Exprimer notre profonde reconnaissance à Jéhovah s’avère une protection. Surtout en ces derniers jours où les gens sont « ingrats » (2 Tim. 3:1, 2). Dans ce monde règne en effet un esprit d’ingratitude qui, si nous n’y prenons pas garde, pourrait déteindre sur nous. Quand nous exprimons notre gratitude à Dieu, notre contentement se renforce et nous ne devenons pas « des gens qui murmurent » ou « qui se plaignent de leur sort dans la vie » (Jude 16). Quant au chef de famille, lorsqu’il inclut des actions de grâces dans ses prières, il entretient un état d’esprit reconnaissant chez sa femme et ses enfants.

6, 7. Qu’est-ce que la supplication, et à propos de quoi peut-on supplier Jéhovah ?

6 La supplication est une demande pressante qui s’accompagne de sentiments intenses. À propos de quoi pouvons-nous supplier Jéhovah ? La persécution ou une maladie grave sont bien entendu de bonnes raisons de le faire. On comprend que, dans de telles situations, une requête puisse se transformer en supplication. Mais pouvons-nous supplier Jéhovah pour d’autres raisons ?

7 Note, dans le Notre Père, ce que Jésus a dit au sujet du nom, du Royaume et de la volonté de Dieu (lire Matthieu 6:9, 10). Le monde actuel est saturé de méchanceté et les gouvernements humains ne sont pas capables de combler ne serait-ce que les besoins élémentaires de leurs sujets. Il est donc impérieux de prier pour la sanctification du nom de notre Père céleste et pour que son Royaume débarrasse la terre de la domination de Satan. C’est aussi le moment de supplier Jéhovah d’accomplir sa volonté sur terre comme il l’a fait au ciel. Alors restons vigilants, n’hésitons pas à recourir à toutes sortes de prières.

« PRIE SANS CESSE »

8, 9. Pourquoi ne devrions-nous pas condamner trop vite Pierre et les autres apôtres qui se sont endormis dans le jardin de Gethsémané ?

8 Bien que l’apôtre Pierre ait exhorté les chrétiens à être « vigilants en vue des prières », lui-même ne l’a pas été au moins une fois. Il faisait partie des disciples qui s’étaient endormis pendant que Jésus priait dans le jardin de Gethsémané. Leur Maître leur avait alors dit : « Veillez et priez sans cesse », mais ils ne l’avaient pas fait (lire Matthieu 26:40-45).

9 Toutefois, ne jugeons pas sévèrement Pierre et les autres apôtres qui n’ont pas veillé. Souvenons-nous que leur « chair », faible, avait certainement été épuisée par les évènements de la journée. Ils avaient préparé la Pâque, qu’ils avaient célébrée le soir. Puis, établissant un modèle pour les futurs anniversaires de sa mort, Jésus avait institué  le Repas du Seigneur (1 Cor. 11:23-25). « Après avoir chanté des louanges, ils sortirent vers le mont des Oliviers », ce qui représentait notamment une petite marche dans les ruelles de Jérusalem (Mat. 26:30, 36). Il devait donc être plus de minuit. Si nous avions été dans le jardin de Gethsémané cette nuit-là, nous nous serions peut-être endormis nous aussi. Au lieu de faire des reproches aux apôtres, Jésus a reconnu affectueusement que, si « l’esprit [...] est ardent », « la chair est faible ».

Bien qu’il ait trébuché, Pierre a appris à être « vigilan[t] en vue des prières » (voir paragraphes 10, 11).

10, 11. a) Qu’a enseigné à Pierre l’épisode du jardin de Gethsémané ? b) Que t’enseigne la mésaventure de Pierre ?

10 Pierre n’oubliera pas l’épisode du jardin de Gethsémané. Il va comprendre dans la douleur ce que peut coûter un manque de vigilance. Un peu plus tôt, Jésus avait affirmé : « Vous tous, vous trébucherez à mon sujet cette nuit-ci. » Pierre s’était alors exclamé : « Même si tous les autres trébuchent à ton sujet, moi, jamais je ne trébucherai. » Mais, avait répondu Jésus, Pierre le renierait trois fois. Imperturbable, l’apôtre avait déclaré : « Même si je devais mourir avec toi, non je ne te renierai pas » (Mat. 26:31-35). Pourtant, comme prédit, il a trébuché. Anéanti à la suite de son dernier reniement, il « pleura amèrement » (Luc 22:60-62).

11 Tirant certainement leçon de cet évènement, Pierre a surmonté sa tendance à être trop sûr de lui. La prière l’y a de toute évidence aidé. D’ailleurs, l’exhortation à être « vigilants en vue des prières » vient de lui. Suivons-nous ce conseil divinement inspiré ? De plus, prions-nous Jéhovah « sans cesse », reconnaissant que nous dépendons de lui ? (Ps. 85:8). Retenons également cet avertissement de Paul : « Que celui qui pense être debout prenne garde de ne pas tomber » (1 Cor. 10:12).

RÉPONSE AUX PRIÈRES DE NEHÉMIA

12. Quel bel exemple Nehémia nous laisse-t-il ?

12 Remontons au Vsiècle av. n. è. Nehémia, alors échanson du roi de Perse Artaxerxès, nous offre un bel exemple d’homme ayant prié avec ferveur. Pendant des jours, raconte-t-il, il a jeûné et prié devant Dieu sans relâche à propos de la situation des Juifs de Jérusalem (Neh. 1:4). Quand le roi lui a demandé pourquoi son visage était triste et ce qu’il pouvait faire pour lui, « aussitôt » il « pri[a] le Dieu des cieux » (Neh. 2:2-4). Jéhovah l’a-t-il entendu ? Oui. Il l’a exaucé en dirigeant les évènements en faveur de son peuple (Neh. 2:5, 6).  Comme la foi de Nehémia a dû en sortir fortifiée !

13, 14. Que devrions-nous faire pour garder une foi forte et résister aux tentatives de Satan pour nous décourager ?

13 Si, comme Nehémia, nous prions sans relâche, nous garderons une foi forte. Impitoyable, Satan nous attaque généralement quand nous sommes faibles. Par exemple, si nous luttons contre une maladie ou la dépression, nous pourrions penser que le temps que nous passons dans le ministère chaque mois a très peu de valeur aux yeux de Dieu. Certains d’entre nous sont peut-être tourmentés par des pensées pénibles, parfois en raison de leur passé. Satan voudrait nous faire croire que nous ne valons pas grand-chose. Il se sert souvent de ce genre de sentiments pour affaiblir notre foi. Mais si nous sommes « vigilants en vue des prières », nous conserverons une foi forte. Et grâce au « grand bouclier de la foi », nous pourrons « éteindre tous les projectiles enflammés du méchant » (Éph. 6:16).

Si nous sommes « vigilants en vue des prières », nous serons capables de surmonter toutes sortes de difficultés (voir paragraphes 13, 14).

14 Si nous sommes « vigilants en vue des prières », le jour où notre foi subira une épreuve inattendue nous ne serons pas pris au dépourvu et ne transigerons pas. Face aux épreuves, souvenons-nous de l’exemple de Nehémia : prions immédiatement. Ce n’est qu’avec l’aide de Jéhovah que nous parviendrons à résister aux tentations et à surmonter les épreuves de notre foi.

PRIE POUR LES AUTRES

15. Quelles questions devrions-nous nous poser concernant nos prières pour les autres ?

15 Jésus a supplié pour que la foi de Pierre ne défaille pas (Luc 22:32). De la même manière, Épaphras, chrétien fidèle du Ier siècle, a « lutté dans ses  prières » pour ses frères de Colosses. Il « ne cesse pas de prier avec ardeur pour vous, leur a écrit Paul, afin que vous demeuriez fermes, spirituellement adultes et bien décidés à faire en tout la volonté de Dieu » (Col. 4:12, Bible en français courant). Demandons-nous donc : « Est-ce que je prie avec ardeur pour mes frères du monde entier ? Est-ce que je mentionne souvent dans mes prières mes compagnons chrétiens victimes de catastrophes naturelles ? Quand, pour la dernière fois, ai-je lutté dans mes prières pour ceux qui ont de lourdes responsabilités dans l’organisation de Jéhovah ? Ai-je récemment prié pour un membre de la congrégation qui rencontre des épreuves ? »

16. Nos prières pour les autres comptent-elles vraiment ? Explique.

16 Nos prières en faveur des autres peuvent leur être réellement bénéfiques (lire 2 Corinthiens 1:11). Lorsqu’un grand nombre de ses adorateurs lui adressent des requêtes répétées, Jéhovah n’est pas obligé d’agir. Mais cette sincère préoccupation collective ne lui échappe pas et, lorsqu’il répond aux prières, il en tient compte. Prenons donc à cœur l’honneur et la responsabilité qui sont les nôtres de prier pour les autres. Comme Épaphras, exprimons notre amour et notre souci pour nos frères et sœurs chrétiens en luttant pour eux dans nos prières. Nous en serons plus heureux, car « il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir » (Actes 20:35).

« NOTRE SALUT EST PROCHE »

17, 18. À quoi la vigilance en vue des prières nous aidera-t-elle ?

17 Juste avant de déclarer : « La nuit est avancée ; le jour s’est approché », Paul a écrit : « Vous connaissez l’époque, que c’est déjà l’heure de vous réveiller du sommeil, car maintenant notre salut est plus proche qu’au temps où nous sommes devenus croyants » (Rom. 13:11, 12). Le monde nouveau promis par Dieu est en vue, et notre salut est plus proche que nous ne l’imaginons peut-être. Ne nous endormons donc pas spirituellement, et ne laissons surtout pas les distractions du monde empiéter sur le temps que nous pourrions passer seuls avec Jéhovah à le prier. Soyons plutôt « vigilants en vue des prières ». Ainsi, tout en attendant le jour de Jéhovah, nous accomplirons des « actes de sainte conduite » et des « actions marquées par l’attachement à Dieu » (2 Pierre 3:11, 12). Notre façon de vivre révélera que nous restons éveillés spirituellement et que nous croyons vraiment que la fin de l’actuel système de choses est proche. Alors « pri[ons] constamment » (1 Thess. 5:17). Imitons par ailleurs Jésus qui se réservait des moments de solitude pour prier. Si nous prions longuement seuls, nous nous rapprocherons de Jéhovah (Jacq. 4:7, 8). Nous en retirerons d’immenses bienfaits.

18 Les Écritures déclarent : « Aux jours de sa chair Christ a offert des supplications ainsi que des requêtes à Celui qui pouvait le sauver de la mort — avec des cris puissants et des larmes —, et il a été entendu favorablement pour sa crainte de Dieu » (Héb. 5:7). Ayant offert des supplications et des requêtes, Jésus est resté fidèle à Dieu jusqu’à la dernière seconde de sa vie terrestre. C’est pourquoi Jéhovah a sauvé son Fils bien-aimé de la mort et lui a donné la vie éternelle dans les cieux. Nous aussi, nous sommes capables de rester fidèles à notre Père céleste, quelles que soient les tentations et les épreuves qui nous attendent peut-être. Oui, nous pouvons obtenir le prix, la vie éternelle, à condition de rester « vigilants en vue des prières ».