Aller au contenu

Aller au sommaire

Tire profit des contrastes

Tire profit des contrastes

Jésus est le plus grand enseignant que la terre ait jamais porté, n’est-ce pas ? Tu essaies sûrement d’imiter certaines de ses méthodes d’enseignement, comme les questions et les exemples. Mais as-tu remarqué qu’il se servait souvent de contrastes ?

Beaucoup y recourent naturellement. Peut-être le fais-tu toi-même, souvent inconsciemment. Tu diras quelque chose comme : « Ils disent que tous ces fruits sont mûrs. Pourtant ceux-ci sont encore très durs ! » Ou bien : « C’était une enfant plutôt réservée, mais maintenant elle est très ouverte. »

Dans ces cas-là, tu énonces d’abord une idée (ou un fait) puis tu lui opposes une autre idée que tu introduis par une expression comme mais, cependant, plutôt ou par contre. Cette façon de s’exprimer est naturelle et peut aider les autres à bien comprendre ce que tu dis.

Même si, dans certaines langues ou cultures, ce procédé est rare, nous devrions en reconnaître la valeur. Pourquoi ? Parce que la Parole inspirée de Dieu l’emploie beaucoup. Jésus lui-même y recourait souvent. Par exemple : « On allume une lampe pour la mettre, non pas sous le panier à mesurer, mais sur le porte-lampe. » « Je suis venu, non pas pour détruire [la Loi], mais pour [l’]accomplir. » « Vous avez entendu qu’il a été dit : “Tu ne dois pas commettre d’adultère.” Mais moi je vous dis que tout homme qui continue à regarder une femme... » « Il a été dit : “Œil pour œil et dent pour dent.” Cependant moi je vous dis : Ne vous opposez pas à celui qui est méchant ; mais qui te gifle sur la joue droite, tourne aussi vers lui l’autre joue » (Mat. 5:15, 17, 27, 28, 38, 39).

On trouve des contrastes dans d’autres livres de la Bible. Ils aident à bien saisir une idée ou soulignent une meilleure façon d’agir. Si tu as des enfants, arrête-toi sur celui-ci : « Vous, pères, n’irritez pas vos enfants, mais continuez à les élever dans la discipline et les avertissements de Jéhovah » (Éph. 6:4). Si l’apôtre Paul avait simplement écrit qu’un père (ou une mère) doit élever son enfant dans la discipline de Dieu, son conseil aurait été juste et sage. Mais l’idée ressort très clairement grâce au contraste : ne pas les irriter mais les élever dans les avertissements de Jéhovah.

Un peu plus loin, Paul écrit : « Nous avons à lutter, non pas contre le sang et la chair, mais contre [...] les forces spirituelles méchantes dans les lieux célestes » (Éph. 6:12). Ce contraste t’aide probablement à comprendre que tu dois mener un dur combat, non contre de simples humains, mais contre des forces spirituelles méchantes.

 TIRE PROFIT DES CONTRASTES

La lettre aux Éphésiens contient bien d’autres contrastes. Si tu y réfléchis, tu saisiras mieux l’idée de Paul et ce qu’il veut t’encourager à faire.

Tu trouveras sans doute agréable et instructif d’examiner le tableau « Quelques contrastes tirés d’Éphésiens chapitres 4 et 5 ». Lis chaque contraste puis réfléchis à ta situation. Demande-toi : « Honnêtement, quel est mon état d’esprit ? Comment est-ce que je réagis dans ce genre de situation ? Par quelle partie du contraste mon entourage me définirait-il plutôt ? » Si tu déduis d’un contraste que tu as un point à travailler, efforce-toi de le travailler. Tire profit de ce contraste !

Tu peux aussi utiliser ce tableau lors du culte familial. D’abord, chacun peut le relire. Ensuite, quelqu’un peut citer la première partie d’un contraste et laisser les autres se rappeler l’idée soulignée dans la deuxième. Cela peut mener à une agréable discussion sur la façon d’appliquer plus pleinement la deuxième partie. À coup sûr, réfléchir ainsi aux contrastes aidera jeunes et moins jeunes à garder une conduite chrétienne tant au foyer qu’en dehors.

Te souviens-tu de la deuxième partie du contraste ?

En prenant davantage conscience de la valeur des contrastes, tu les repéreras plus facilement dans la Bible et tu verras qu’ils sont très utiles dans le ministère. Par exemple, tu pourrais dire : « Beaucoup de gens pensent qu’on a tous une âme immortelle, pourtant regardez ce que dit la Parole de Dieu. » Ou bien, lors d’une étude biblique, tu pourrais dire : « Dans notre région, la plupart des gens croient que Jésus est Dieu ; toutefois, qu’avons-nous lu dans la Bible ? Et vous, que croyez-vous ? »

Oui, la Bible contient quantité de contrastes instructifs, qui aident à marcher dans les voies de Dieu. Ils sont également très utiles pour enseigner les vérités bibliques.