Aller au contenu

Aller au sommaire

Ne laisse rien t’empêcher de saisir la gloire

Ne laisse rien t’empêcher de saisir la gloire

« Qui est humble d’esprit saisira la gloire » (PROV. 29:23).

1, 2. a) Que signifient les termes des langues originales rendus par « gloire » ? b) Quelles questions allons-nous examiner dans cet article ?

QU’ÉVOQUE pour toi le mot « gloire » ? La splendeur de la création ? (Ps. 19:1). Les éloges et la gloire que récoltent des humains particulièrement riches, sages ou talentueux ? Dans les langues bibliques originales, les termes rendus par « gloire » emportent l’idée de poids. Jadis, quand la monnaie était faite de métaux précieux, plus une pièce était lourde, plus elle avait de valeur. Les termes exprimant la notion de lourdeur en sont venus à désigner, au sens figuré, ce à quoi on accorde du prix, ce qui est magnifique ou impressionnant.

2 Peut-être une personne nous impressionne-t-elle en raison de son pouvoir, de sa position ou de sa réputation. Mais Dieu, que cherche-t-il chez les humains ? En fait, les Écritures parlent d’une gloire que Dieu accorde aux humains. Par exemple, Proverbes 22:4 déclare : « Le résultat de l’humilité et de la crainte de Jéhovah, c’est la richesse et la gloire et la vie. » Le disciple Jacques a écrit quant à lui : « Humiliez-vous aux yeux de Jéhovah, et il vous élèvera » (Jacq. 4:10). Quelle sorte de gloire Jéhovah accorde-t-il à des humains ? Qu’est-ce qui peut nous empêcher de la saisir ? Enfin, comment en aider d’autres à la saisir ?

3-5. À quelle gloire Jéhovah peut-il nous mener ?

3 Le psalmiste a exprimé sa certitude que Jéhovah le saisirait par la main droite et le mènerait à la véritable gloire (lire Psaume 73:23, 24). Comment Jéhovah fait-il cela ? Il mène ses serviteurs humbles à la gloire en les honorant de nombreuses manières. Il leur donne la compréhension de sa volonté (1 Cor. 2:7). Il accorde à ceux qui écoutent sa Parole et qui lui obéissent l’honneur d’entretenir des relations personnelles et étroites avec lui (Jacq. 4:8).

4 Jéhovah confie également à ses serviteurs un  trésor glorieux : le ministère chrétien (2 Cor. 4:1, 7). Et ce ministère mène à la gloire. Jéhovah promet à ceux qui prêchent pour le louer et pour faire du bien à leurs semblables : « Ceux qui m’honorent, je les honorerai » (1 Sam. 2:30). De tels serviteurs ont le bonheur de s’être fait un nom auprès de Jéhovah, et sont sans doute l’objet d’éloges de la part de leurs compagnons (Prov. 11:16 ; 22:1).

5 Quel avenir s’offre à celui qui « espère en Jéhovah et garde sa voie » ? La Bible lui promet : « [Jéhovah] t’élèvera pour prendre possession de la terre. Quand les méchants seront retranchés, tu le verras » (Ps. 37:34). Le fidèle attend le jour où Dieu lui accordera l’honneur incomparable de vivre éternellement (Ps. 37:29).

« JE N’ACCEPTE PAS DE GLOIRE VENANT DES HOMMES »

6, 7. Pourquoi beaucoup n’étaient-ils pas disposés à avoir foi en Jésus ?

6 Qu’est-ce qui pourrait nous empêcher de recevoir la gloire que Jéhovah nous réserve ? Un premier obstacle serait d’accorder trop d’importance aux opinions de ceux qui n’ont pas l’approbation de Dieu. Notez ce que l’apôtre Jean a écrit au sujet d’hommes investis d’autorité à l’époque de Jésus : « Même parmi les chefs, beaucoup eurent vraiment foi en lui ; mais, à cause des Pharisiens, ils ne le confessaient pas, pour ne pas être expulsés de la synagogue ; car ils aimaient la gloire des hommes plus que la gloire de Dieu » (Jean 12:42, 43). Comme ils auraient mieux fait de donner moins d’importance à ce que les Pharisiens pensaient !

7 Précédemment au cours de son ministère, Jésus avait dévoilé pourquoi beaucoup ne le recevraient pas et n’auraient pas foi en lui (lire Jean 5:39-44). La nation d’Israël attendait la venue du Messie depuis des siècles. Lorsque Jésus a commencé à enseigner, certains ont sans doute discerné sur la base de la prophétie de Daniel que le temps fixé de la venue du Messie était arrivé. Des mois auparavant, quand Jean le baptiseur avait commencé à prêcher, beaucoup avaient dit : « Ne serait-il pas peut-être le Christ ? » (Luc 3:15). À présent, le Messie tant attendu se trouvait parmi eux et enseignait. Mais les hommes versés dans la Loi ne l’ont pas accepté. Révélant la raison de cette attitude, Jésus leur a dit : « Comment pouvez-vous croire, alors que vous acceptez de la gloire les uns des autres et que vous ne cherchez pas la gloire qui vient du seul Dieu ? »

8, 9. En prenant la lumière pour exemple, montre comment la gloire humaine peut masquer la gloire divine.

8 Pour illustrer comment la gloire humaine peut masquer la gloire divine, comparons la gloire à la lumière. La voûte céleste scintillante est des plus glorieuses. Te souviens-tu de la dernière fois que tu as regardé le ciel par une nuit claire et que tu as eu l’impression d’être entouré de milliers d’étoiles ? « La gloire des étoiles » inspire une crainte mêlée d’admiration (1 Cor. 15:40, 41). Cependant, comment vois-tu le même ciel depuis une rue très éclairée ? À vrai dire, les lumières de la ville empêchent pratiquement de voir la lumière des étoiles lointaines. Pourquoi ? Est-ce parce que l’éclairage des routes, des stades et des bâtiments est plus puissant et plus beau que la lumière des astres ? Non ! C’est parce que les lumières de la ville sont plus proches de nous, et qu’elles perturbent ce que nous percevons de la création de Jéhovah. Pour admirer les merveilles du ciel nocturne, nous devons d’une façon ou d’une autre neutraliser les interférences de la lumière artificielle.

9 De même, si la mauvaise gloire se trouve trop près de notre cœur, elle risque de nous empêcher d’estimer et de rechercher la gloire durable que Jéhovah  veut nous accorder. Beaucoup n’acceptent pas le message du Royaume par crainte de ce que des parents ou des connaissances pourraient penser d’eux. Mais le désir de recevoir la gloire des hommes pourrait-il s’emparer d’un serviteur de Dieu baptisé ? Suppose qu’un jeune homme doive prêcher dans un quartier où il est bien connu, mais pas encore comme Témoin de Jéhovah. La crainte va-t-elle le retenir d’y aller ? Et si un chrétien fait l’objet de moqueries parce qu’il poursuit des objectifs théocratiques ? Va-t-il laisser des personnes à la vision spirituelle obscurcie influencer ses choix de vie ? Que dire d’un chrétien qui a commis un péché grave ? Va-t-il dissimuler sa faute, craignant pour sa réputation dans la congrégation ou par peur de décevoir ses proches ? S’il souhaite avant tout rétablir ses relations avec Jéhovah, il « appelle[ra] à lui les anciens de la congrégation » pour obtenir de l’aide (lire Jacques 5:14-16).

10. a) Comment un souci démesuré de la façon dont les autres te considèrent peut-il obscurcir ton jugement ? b) Si tu agis humblement, de quoi peux-tu être sûr ?

10 Suppose que tu progresses vers la maturité chrétienne et que quelqu’un te donne un conseil. Ses remarques franches te seront utiles à condition que l’orgueil, l’envie de sauver la face ou le souci de te justifier ne te mette pas sur la défensive. Imagine maintenant que tu travailles sur un projet avec un compagnon chrétien. Le souci de savoir à qui reviendra le mérite de tes bonnes idées et de ton dur travail aura-t-il un effet sur ta collaboration ? Si tu te trouves dans l’une de ces situations, souviens-toi que celui « qui est humble d’esprit saisira la gloire » (Prov. 29:23).

11. Comment, en notre for intérieur, devrions-nous réagir aux compliments, et pourquoi ?

11 Les surveillants et ceux qui « aspire[nt] » à une telle fonction devraient également se garder de chercher les louanges des hommes (1 Tim. 3:1 ; 1 Thess. 2:6). Comment un frère devrait-il réagir lorsqu’on le félicite sincèrement pour un travail bien fait ? Probablement n’ira-t-il pas, comme le roi Saül, s’ériger un monument (1 Sam. 15:12). Toutefois, reconnaît-il volontiers que c’est uniquement grâce à la faveur imméritée de Jéhovah qu’il a réalisé une telle chose, et que toute perspective de réussite dépend toujours de la bénédiction et de l’aide divines ? (1 Pierre 4:11). La façon dont nous réagissons intérieurement aux compliments révèle quelle sorte de gloire nous recherchons (Prov. 27:21).

« VOUS VOULEZ ACCOMPLIR LES DÉSIRS DE VOTRE PÈRE »

12. Qu’est-ce qui empêchait certains Juifs d’écouter Jésus ?

12 Qu’est-ce qui pourrait encore nous empêcher de saisir la gloire que Dieu donne ? Nos désirs. Les mauvais désirs peuvent nous rendre tout bonnement sourds à la vérité (lire Jean 8:43-47). Jésus a dit à certains Juifs que s’ils n’écoutaient pas son message, c’était parce qu’ils « voul[aient] accomplir les désirs de [leur] père » le Diable.

13, 14. a) Que disent des chercheurs au sujet de la façon dont notre cerveau traite la voix humaine ? b) Qu’est-ce qui détermine quelle voix nous écoutons ?

13 Ce que nous désirons influe sur notre façon d’écouter (2 Pierre 3:5). Jéhovah nous a conçus avec la faculté extraordinaire de faire abstraction des bruits indésirables. Arrête-toi une minute, et essaie de distinguer combien de sons tu parviens à détecter. Avant cet instant, tu ne prêtais sans doute pas attention à la plupart d’entre eux. Une région de ton cerveau, le système limbique, te permet de te fixer sur une seule chose tout en maintenant ta faculté d’entendre une variété de sons. Mais des chercheurs ont découvert que la tâche consistant à démêler de nombreux sons simultanés devient extrêmement difficile quand il s’agit  d’écouter des voix humaines. Autrement dit, quand tu entends deux voix en même temps, tu dois décider sur laquelle fixer ton attention. Ton choix dépendra de celle que tu veux écouter. Les Juifs, qui voulaient accomplir les désirs de leur père, le Diable, n’ont pas écouté Jésus.

14 Figurément parlant, la maison de la sagesse et celle de la stupidité nous adressent chacune une invitation (Prov. 9:1-5, 13-17). Leurs habitantes nous appellent sans cesse à grands cris, ce qui nous place devant un choix. Quelle invitation allons-nous accepter ? Tout dépend à qui nous voulons plaire. Les brebis de Jésus écoutent sa voix et le suivent (Jean 10:16, 27). Elles sont « du côté de la vérité » (Jean 18:37). « Elles ne connaissent pas la voix des étrangers » (Jean 10:5). Grâce à leur humilité, elles saisissent la gloire (Prov. 3:13, 16 ; 8:1, 18).

« CELLES-CI SIGNIFIENT LA GLOIRE POUR VOUS »

15. En quel sens les tribulations de Paul signifiaient-elles pour d’autres « la gloire » ?

15 Notre persévérance à accomplir la volonté de Jéhovah en aide d’autres à saisir la gloire. Paul a écrit à la congrégation d’Éphèse : « Je vous demande donc de ne pas renoncer à cause de mes tribulations pour vous, car celles-ci signifient la gloire pour vous » (Éph. 3:13). En quel sens les tribulations de l’apôtre signifiaient-elles pour les Éphésiens « la gloire » ? Son empressement à continuer de les servir malgré les épreuves montrait aux Éphésiens que leurs privilèges de chrétiens avaient de l’importance et la plus grande valeur qui soit. Si Paul avait renoncé sous le feu de l’épreuve, n’aurait-il pas laissé entendre à ses frères que leurs relations avec Jéhovah, leur ministère et leur espérance étaient sans valeur ? Son endurance magnifiait le christianisme et prouvait qu’être disciple de Christ valait tous les sacrifices.

16. Quelle tribulation Paul a-t-il subie à Lystres ?

16 Songe aux effets qu’ont eus le zèle et l’endurance de Paul. Actes 14:19, 20 rapporte : « Des Juifs survinrent d’Antioche et d’Iconium et persuadèrent les foules, et ils lapidèrent Paul et le traînèrent hors de [Lystres], pensant qu’il était mort. Cependant, lorsque les disciples l’entourèrent, il se leva et entra dans la ville. Le lendemain il partit avec Barnabas pour Derbé. » Imagine être laissé pour mort un jour et entamer un voyage d’une centaine de kilomètres le lendemain, sans les moyens de transport modernes !

17, 18. a) En quel sens Timothée a-t-il sans doute suivi de près ce que Paul a subi à Lystres ? b) Quel effet l’endurance de Paul a-t-elle eu sur Timothée ?

17 Timothée faisait-il partie des « disciples » qui ont porté secours à Paul ? Le récit des Actes ne le dit pas expressément,  mais c’est possible. Note ce que Paul a écrit dans sa seconde lettre à Timothée : « Tu as suivi de près mon enseignement, ma manière de vivre, [...] le genre de choses qui me sont arrivées à Antioche [expulsion de la ville], à Iconium [tentative de lapidation], à Lystres [lapidation], le genre de persécutions que j’ai supportées ; et pourtant de toutes le Seigneur m’a délivré » (2 Tim. 3:10, 11 ; Actes 13:50 ; 14:5, 19).

18 Ayant « suivi de près » ces évènements, Timothée a pris toute la mesure de l’endurance de Paul, endurance qui l’a profondément impressionné. Quand Paul s’est rendu à Lystres, Timothée était un chrétien exemplaire, dont « les frères de Lystres et d’Iconium rendaient [...] un bon témoignage » (Actes 16:1, 2). Avec le temps, il a acquis des qualités qui lui ont permis d’endosser de lourdes responsabilités (Phil. 2:19, 20 ; 1 Tim. 1:3).

19. Quel effet notre endurance peut-elle avoir sur d’autres ?

19 Notre persévérance à faire la volonté divine peut produire un effet semblable sur les autres, en particulier sur les jeunes, dont beaucoup deviendront des serviteurs de Dieu très précieux. Les jeunes disciples apprennent à nos côtés quand ils voient non seulement comment nous nous exprimons dans le ministère, mais aussi comment nous surmontons nos difficultés quotidiennes. Paul « continu[ait] à endurer toutes choses » afin que tous ceux qui restent fidèles « obtiennent le salut [...] avec la gloire éternelle » (2 Tim. 2:10).

La persévérance des chrétiens âgés encourage les jeunes.

20. Pourquoi devrions-nous continuer à chercher la gloire qui vient de Dieu ?

20 Ne devrions-nous donc pas continuer à « cherche[r] [...] la gloire qui vient du seul Dieu » ? (Jean 5:44 ; 7:18). Certainement ! (lire Romains 2:6, 7). Jéhovah donne la « vie éternelle à ceux qui cherchent gloire ». De plus, notre « endurance dans une œuvre qui est bonne » en incite d’autres à rester fermes, pour leur bonheur éternel. Alors, ne permettons à rien de nous empêcher de saisir la gloire que Dieu accorde.