Aller au contenu

Aller au sommaire

Ne laissons rien nous éloigner de Jéhovah

Ne laissons rien nous éloigner de Jéhovah

« Choisissez pour vous aujourd’hui qui vous servirez » (JOS. 24:15).

1-3. a) Pourquoi peut-on dire que Josué a fait le bon choix ? b) Que devons-nous garder présent à l’esprit quand nous avons des décisions à prendre ?

« CHOISIS » : quelle proposition importante ! Quelqu’un qui doit choisir a devant lui diverses options et peut déterminer dans une certaine mesure la direction que va prendre sa vie. Imaginons qu’un homme marche sur une route et parvienne soudain à un embranchement. Quel chemin va-t-il choisir d’emprunter ? S’il souhaite atteindre une destination précise, l’un des chemins l’en rapprochera, tandis que l’autre l’en éloignera.

2 De nombreux personnages bibliques se sont trouvés dans ce genre de situation. Par exemple, Caïn a eu le choix de céder à sa colère ou bien de la maîtriser (Gen. 4:6, 7). Josué a eu le choix de servir le vrai Dieu ou bien d’adorer de faux dieux (Jos. 24:15). Josué souhaitait rester proche de Jéhovah. C’est pourquoi il a choisi une voie qui lui permettrait d’atteindre ce but. N’ayant pas cet objectif, Caïn a choisi un chemin qui l’a éloigné de Jéhovah.

3 Comme tout un chacun, il t’arrive de temps à autre de te trouver à la croisée des chemins. À ce moment-là, ne perds pas de vue ta destination, ton objectif : rendre gloire à Jéhovah dans tout ce que tu fais, et éviter tout ce qui t’amènerait à t’éloigner de lui (lire Hébreux 3:12). Dans cet article et le suivant, nous passerons en revue sept choses que nous ne devons pas laisser nous éloigner de Jéhovah.

LA CARRIÈRE PROFESSIONNELLE

4. Pourquoi est-il important de subvenir à ses besoins ?

4 Le chrétien est tenu de subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille. La Bible indique que, si quelqu’un ne veut pas pourvoir aux besoins de sa maisonnée, il est pire qu’un incroyant (2 Thess. 3:10 ; 1 Tim. 5:8, note). Le travail occupe indéniablement  une place importante dans la vie. Mais si tu n’y prends pas garde, ton emploi et ta carrière risquent de t’éloigner de Jéhovah. De quelle façon ?

5. Quels facteurs faut-il prendre en compte quand on analyse une offre d’emploi ?

5 Supposons que tu cherches du travail. Si tu vis dans un pays où les emplois sont rares, tu pourrais être tenté d’accepter la première offre qui se présente, quelle qu’elle soit. Mais que feras-tu si la nature de ce travail ne s’accorde pas avec les principes bibliques ? Ou encore si les horaires ou les déplacements exigés restreignent tes activités chrétiennes ou t’éloignent de ta famille ? Accepteras-tu quand même cet emploi, en partant du principe que c’est toujours mieux que rien ? N’oublie pas : choisir le mauvais chemin risque de t’éloigner de Jéhovah (Héb. 2:1). Si tu cherches un emploi ou si tu t’interroges sur celui que tu occupes actuellement, qu’est-ce qui peut t’aider à prendre une bonne décision ?

6, 7. a) Quels objectifs différents quelqu’un peut-il poursuivre en exerçant un travail ? b) Quel objectif te rapprochera de Jéhovah, et pourquoi ?

6 Comme nous l’avons déjà dit, ne perds pas de vue ta destination. Pose-toi la question : « Cet emploi va-t-il me mener là où je le souhaite ? » Si tu considères le travail profane comme un moyen, celui de servir Jéhovah tout en subvenant à tes besoins et à ceux de ta famille, Jéhovah bénira tes efforts (Mat. 6:33). Quand on perd son emploi ou qu’on traverse des difficultés financières inattendues, il n’est pas à court de solutions (Is. 59:1). Il « sait délivrer de l’épreuve les hommes qui [lui] sont attachés » (2 Pierre 2:9).

7 Et si maintenant ton seul but est de gagner beaucoup d’argent ? Peut-être y arriveras-tu. Souviens-toi cependant que cette « réussite » aura un prix, un prix qui sera toujours trop élevé (lire 1 Timothée 6:9, 10). En privilégiant ta carrière et la richesse, tu ne réussiras qu’à t’éloigner de Jéhovah.

8, 9. À quoi les parents devraient-ils réfléchir en ce qui concerne l’importance qu’ils accordent au travail profane ?

8 Si tu as des enfants, réfléchis à l’effet que ton exemple aura sur eux. À leurs yeux, qu’est-ce qui compte le plus pour toi : ta carrière ou ton amitié avec Jéhovah ? S’ils voient que ta position sociale et ton compte en banque passent en premier dans ta vie, ne risquent-ils pas eux aussi de s’engager dans cette mauvaise voie ? Ne risquent-ils pas d’éprouver moins de respect pour le père ou la mère que tu es ? « Aussi loin que je m’en souvienne, dit une jeune chrétienne, mon père a toujours pensé à son travail avant tout le reste. Au début, il a sans doute travaillé dur parce qu’il voulait offrir à notre famille ce qu’il y avait de mieux. Il voulait que nous ne manquions de rien. Mais ces dernières années, quelque chose a changé. Il travaille encore et encore, et rapporte à la maison des trucs coûteux dont nous n’avons pas vraiment besoin. Du coup, nous sommes connus comme la famille qui a beaucoup d’argent, mais pas comme celle qui encourage les autres à se fixer des objectifs spirituels. Je préférerais de loin avoir le soutien spirituel de mon père plutôt que tout cet argent. »

9 Pense à tes enfants, et ne t’éloigne pas de Jéhovah en accordant trop d’importance à ta carrière. Par ton exemple, montre-leur qu’à tes yeux la plus grande richesse que l’on puisse posséder est d’ordre spirituel et non matériel (Mat. 5:3).

10. Qu’est-il bon de considérer quand on réfléchit à son orientation professionnelle ?

10 Si tu es jeune et que tu réfléchisses à ton orientation professionnelle, comment peux-tu choisir le bon chemin ? Répétons-le, il te faut savoir quelle  direction ta vie va prendre. La formation et le métier que tu envisages vont-ils te permettre de soutenir davantage les intérêts du Royaume ou bien t’éloigner de Jéhovah ? (2 Tim. 4:10). Ton but est-il de vivre à la manière des gens dont le bonheur fluctue au gré de leur compte en banque ou de leur portefeuille d’actions ? Ou bien imiteras-tu David, dont la confiance en Dieu transparaît dans ces paroles : « J’étais un jeune homme, j’ai même vieilli, et pourtant je n’ai pas vu le juste complètement abandonné, ni sa descendance cherchant du pain » (Ps. 37:25). N’oublie pas : tel chemin t’éloignera de Jéhovah, tandis que tel autre te fera mener la meilleure vie qui soit (lire Proverbes 10:22 ; Malaki 3:10). Lequel choisiras-tu * ?

LA DÉTENTE

11. Que reconnaît la Bible au sujet de la détente et des divertissements, mais à quoi faut-il veiller ?

11 La Bible n’interdit pas de s’amuser, pas plus qu’elle ne présente la détente et les divertissements comme une perte de temps. « L’exercice physique a son utilité », a écrit Paul à Timothée (1 Tim. 4:8, Parole vivante). La Bible dit même qu’il y a « un temps pour rire » et « un temps pour bondir », et elle recommande de prendre suffisamment de repos (Eccl. 3:4 ; 4:6). Mais si tu n’es pas vigilant, tes divertissements pourraient bien t’éloigner de Jéhovah. Comment ? Une grande partie du danger tient à deux facteurs : la nature des divertissements que tu choisis et le temps que tu y consacres.

Accorder un temps raisonnable à une saine détente revigore.

12. Quelles questions devrais-tu te poser en ce qui concerne la façon dont tu te divertis ?

12 Réfléchis d’abord à la nature de tes divertissements. Sois convaincu qu’il existe de saines façons de se détendre. Cependant, il faut admettre que nombre de divertissements proposés aujourd’hui font la part belle à ce que Dieu déteste, y compris la violence, le spiritisme et l’immoralité sexuelle. Il te faut par conséquent examiner attentivement la nature des activités auxquelles tu t’adonnes. Quel effet ont-elles sur toi ? Développent-elles chez toi un penchant pour la violence, pour la compétition acharnée ou le nationalisme ? (Prov. 3:31). Absorbent-elles une grande partie de ton budget ? Pourraient-elles faire trébucher quelqu’un ? (Rom. 14:21). Quel genre  de personnes t’amènent-elles à côtoyer ? (Prov. 13:20). Avivent-elles chez toi le désir de commettre des actes répréhensibles ? (Jacq. 1:14, 15).

13, 14. À quoi dois-tu veiller en ce qui concerne le temps que tu réserves à la détente ?

13 Réfléchis à présent au temps que tu passes à te détendre. Pose-toi cette question : « Est-ce que je consacre tellement de temps à mes loisirs qu’il ne m’en reste que très peu pour les activités spirituelles ? » Si tu choisis de te divertir sans modération, tu t’apercevras que ton temps libre ne te revigore pas comme il le devrait. En réalité, celui qui maintient la détente à sa place l’apprécie encore plus. Pourquoi ? Parce qu’il a le sentiment de s’être d’abord occupé des « choses les plus importantes », de sorte qu’il peut s’accorder un moment de détente avec la conscience tranquille (lire Philippiens 1:10, 11).

14 Bien qu’il puisse être attirant de se livrer à de nombreuses activités de détente, c’est là un chemin qui risque de t’éloigner de Jéhovah. Kim, une sœur de 20 ans, s’en est rendu compte. « Avant, je ne ratais aucune fête, dit-elle. Toutes les semaines, il y avait des soirées à ne pas manquer, vendredi, samedi, dimanche... Maintenant je sais qu’il y a beaucoup de choses plus importantes à faire. Comme je suis pionnière, je me lève à six heures pour aller prêcher. Je ne peux donc pas rester avec des amis jusqu’à une ou deux heures du matin. Bien sûr, les petites fêtes ne sont pas à bannir, mais elles peuvent prendre énormément de temps. C’est comme pour tout, il faut être raisonnable. »

15. Comment les parents peuvent-ils aider leurs enfants à se détendre sainement ?

15 Les parents ont la responsabilité de pourvoir aux besoins matériels, spirituels et affectifs de leurs enfants et d’eux-mêmes. La détente fait partie de ces besoins. Si tu as des enfants, ne sois pas un rabat-joie pour qui tout loisir est à rejeter. Mais en même temps, sois prompt à détecter toute influence malsaine (1 Cor. 5:6). Si tu prends le temps d’y réfléchir, tu parviendras à trouver des divertissements vraiment délassants pour ta famille *. De cette façon, vous choisirez un chemin qui vous rapprochera de Jéhovah.

LES RELATIONS FAMILIALES

16, 17. Quelle situation pénible de nombreux parents ont-ils vécue, et comment savons-nous que Jéhovah comprend leur douleur ?

16 Les liens entre parent et enfant sont si forts que Jéhovah s’en est servi pour illustrer l’amour qu’il éprouve pour son peuple (Is. 49:15). Il est donc normal de ressentir une douleur intense quand un membre de notre famille quitte Jéhovah. « Ça m’a anéantie », témoigne une sœur dont la fille a été excommuniée. « Je n’arrêtais pas de me demander : “Mais pourquoi a-t-elle rejeté Jéhovah ?” Je me sentais coupable, je m’en voulais. »

17 Si tu vis cette situation, sache que Jéhovah comprend ce que tu ressens. Lui-même a été « peiné dans son cœur » lorsque son premier fils humain, et par la suite la plupart des humains vivant avant le Déluge, se sont rebellés (Gen. 6:5, 6). Pour ceux qui n’ont jamais connu une telle perte, il peut être difficile de mesurer à quel point elle est douloureuse. Toutefois, ce serait manquer de sagesse que de laisser la mauvaise décision d’un proche t’éloigner de Jéhovah. Mais comment endurer la douleur vive que l’on ressent quand un proche trahit Jéhovah ?

18. Pourquoi, lorsqu’un de leurs enfants rejette Jéhovah, les parents ne doivent-ils pas se juger responsables ?

18 Ne te juge pas responsable de ce qui est arrivé. Jéhovah a placé les  humains devant un choix, et chaque chrétien baptisé doit porter « sa propre charge » (Gal. 6:5). En définitive, c’est le pécheur, et non toi, que Jéhovah tient pour responsable de ses choix (Ézék. 18:20). Par ailleurs, n’accuse pas les autres. Respecte les dispositions que Jéhovah a prises en matière de discipline. Oppose-toi au Diable, pas aux bergers qui protègent la congrégation (1 Pierre 5:8, 9).

Il n’y a rien de mal à espérer qu’un proche renoue avec Jéhovah.

19, 20. a) Pour ne pas être submergés par la tristesse, que peuvent faire les parents dont l’enfant a été excommunié ? b) Qu’est-ce que les parents peuvent espérer à bon droit ?

19 Si tu gardes du ressentiment contre Jéhovah, tu emprunteras un chemin qui t’éloignera de lui. En réalité, ce proche, à qui tu tiens tellement, a besoin de voir que tu es résolu à faire passer Jéhovah avant tout, y compris tes liens familiaux. Par conséquent, pour endurer cette situation, veille à entretenir ta spiritualité. Ne te coupe pas de tes compagnons fidèles (Prov. 18:1). Prie Jéhovah et épanche tes sentiments auprès de lui (Ps. 62:7, 8). Ne cherche pas de prétexte pour fréquenter un proche excommunié, même par téléphone ou par courriel (1 Cor. 5:11). Continue de t’investir dans des activités spirituelles (1 Cor. 15:58). La chrétienne citée précédemment ajoute : « Je sais que je dois continuer de servir Jéhovah avec ardeur et rester spirituellement forte pour être en mesure d’aider ma fille lorsqu’elle reviendra à Jéhovah. »

20 La Bible affirme que l’amour « espère tout » (1 Cor. 13:4, 7). Il n’y a rien de mal à espérer qu’un proche renoue avec Jéhovah. Chaque année, quantité de personnes se repentent et reviennent dans son organisation. Leur repentir, Jéhovah ne l’accepte pas à contrecœur. Au contraire, il est « prêt à pardonner » (Ps. 86:5).

FAIS DE BONS CHOIX

21, 22. Comment es-tu résolu à utiliser ton libre arbitre ?

21 Jéhovah a doté les humains du libre arbitre (lire Deutéronome 30:19, 20). Mais cette liberté s’accompagne d’une responsabilité qui n’est pas à prendre à la légère. Chaque chrétien doit se demander : « Sur quel chemin me suis-je engagé ? Ai-je laissé mon emploi et ma carrière, la détente et les divertissements, ou encore mes relations familiales m’éloigner de Jéhovah ? »

22 L’amour de Jéhovah pour ses serviteurs ne faiblit jamais. Quand on s’éloigne de Jéhovah, c’est qu’on a choisi un mauvais chemin (Rom. 8:38, 39). Or ce n’est pas là un passage obligé ! Sois donc déterminé à ne rien laisser t’éloigner de Jéhovah. Dans l’article qui suit, nous aborderons quatre autres choses face auxquelles tu peux montrer cette détermination.

^ § 10 Pour d’autres éléments de réflexion sur le choix d’une carrière, voir le chapitre 38 du livre Les jeunes s’interrogent. Réponses pratiques (volume 2).