Aller au contenu

Aller à la table des matières

L’emprise de la superstition

L’emprise de la superstition

 L’emprise de la superstition

VOUS croisez quelqu’un en sortant de votre domicile. Vous butez contre un rocher. Un oiseau d’une certaine espèce crie dans la nuit. Vous faites souvent le même rêve. Autant d’événements banals et inoffensifs pour beaucoup de gens. Par contre, certains peuples d’Afrique occidentale y voient des signes, des présages ou des messages du monde des esprits. La chance ou le malheur frappera à la porte : tout dépend du signe et de son interprétation.

Bien entendu, les superstitions existent aussi ailleurs qu’en Afrique. Malgré des années d’athéisme officiel, un nombre étonnant de personnes en Chine et dans certaines républiques de l’ancienne Union soviétique restent attachées à des superstitions. En Occident, quantité de gens consultent leur horoscope, redoutent le vendredi 13 et évitent les chats noirs. Pour certaines peuplades du Grand Nord, les aurores boréales présagent une guerre ou une épidémie. En Inde, le sida se propage par les routiers convaincus qu’il leur faut avoir des relations sexuelles pour ne pas souffrir de la canicule. Au Japon, les ouvriers pensent que lorsqu’une femme entre dans un tunnel avant qu’il soit achevé cela porte malheur. Les superstitions n’épargnent pas le monde du sport. Un joueur de volley-ball a même attribué une série de victoires à ses chaussettes noires. Et la liste est sans fin.

Et vous ? Peut-être avez-​vous une crainte secrète et inexplicable ? Êtes-​vous conditionné par ‘ des croyances, des pratiques ou des préjugés pour lesquels il ne semble y avoir aucun fondement rationnel ’ ? C’est ce que désigne en effet le mot ‘ superstition ’. Votre réponse pourrait être révélatrice.

Permettre aux superstitions de régenter ses décisions et sa vie au quotidien, c’est se laisser dominer par quelque chose qui dépasse l’entendement. Est-​ce sage ? Devrions-​nous nous soumettre à une influence aussi nébuleuse et probablement néfaste ? La superstition n’est-​elle qu’une faiblesse humaine sans conséquence ou présente-​t-​elle un grave danger ?