Aller au contenu

Aller à la table des matières

Que signifie être fidèle ?

Que signifie être fidèle ?

 Que signifie être fidèle ?

LES Hassidim, des Juifs du IIsiècle avant notre ère, se considéraient comme des modèles de fidélité. Leur nom vient de ḥasidh, le terme hébreu fondamental correspondant à “ fidèle ”. Il vient du nom ḥèsèdh, qu’on traduit souvent par “ bonté de cœur ”, “ amour fidèle ”, “ bonté ”, “ miséricorde ”. D’après un dictionnaire (Theological Dictionary of the Old Testament), le ḥèsèdh “ est actif, sociable et durable [et] désigne toujours non pas seulement une attitude humaine, mais aussi l’acte qu’engendre cette attitude. C’est un acte qui préserve ou défend la vie. C’est une intervention en faveur de quelqu’un qui subit un revers ou connaît la détresse. C’est une démonstration d’amitié ”.

À l’évidence, dans bien des langues aucun mot ne rend parfaitement le sens de ce terme hébreu employé dans la Bible. En effet, la fidélité au sens biblique implique davantage que de s’acquitter d’obligations. Elle englobe l’idée de s’attacher avec amour et d’agir en faveur d’autrui. Pour comprendre ce que signifie la fidélité véritable, considérez la manière dont Jéhovah l’a manifestée envers Abraham, Moïse, David, la nation d’Israël et l’humanité en général.

Jéhovah s’est montré fidèle

Jéhovah a dit à son ami Abraham : “ Je suis pour toi un bouclier. ” (Genèse 15:1 ; Isaïe 41:8). Ce n’étaient pas des paroles en l’air. Jéhovah a protégé et délivré Abraham et sa maisonnée de Pharaon ainsi que d’Abimélek. Il a aidé Abraham à sauver Lot d’une coalition de quatre rois. Il lui a rendu ses facultés procréatrices alors qu’il avait 100 ans ainsi qu’à Sara qui en avait 90, afin que la Semence promise vienne par eux. Jéhovah communiquait régulièrement avec Abraham au moyen de visions, de rêves et de messagers angéliques. En fait, Jéhovah s’est montré fidèle envers Abraham de son vivant et encore longtemps après sa mort. Au fil des siècles, il a tenu les promesses qu’il a faites aux descendants d’Abraham, les membres de la nation d’Israël, malgré leur rébellion. Les relations qui unissaient Jéhovah à cet homme ont démontré ce qu’est la véritable fidélité : l’amour en action. — Genèse, chapitres 12 à 25.

On a dit que “ Jéhovah parlait à Moïse face à face, comme un homme parle à son compagnon ”. (Exode 33:11.) Moïse a donc eu avec Jéhovah des relations plus intimes que n’importe quel prophète avant Jésus Christ. Comment Jéhovah s’est-​il montré fidèle envers lui ?

À l’âge de 40 ans, étant fort et intelligent, Moïse a présomptueusement voulu libérer son peuple. Mais ce n’était pas encore le moment. Il a dû s’enfuir pour  ne pas mourir. Pendant 40 années, il a gardé des moutons en Madiân (Actes 7:23-30). Néanmoins, Jéhovah ne l’a pas abandonné. Le moment venu, il a ramené en Égypte Moïse pour qu’il en fasse sortir Israël.

Jéhovah s’est également montré fidèle envers David, le deuxième et célèbre roi d’Israël. David était tout jeune quand Jéhovah a dit au prophète Samuel : “ Lève-​toi, oins-​le, car c’est lui ! ” À partir de ce jour, Jéhovah a fidèlement protégé et guidé David qui mûrissait en vue de devenir roi de tout Israël. Jéhovah l’a délivré “ de la patte du lion et de la patte de l’ours ” ainsi que de la main du géant philistin Goliath. Il a accordé à David victoire après victoire sur les ennemis d’Israël, et l’a délivré de la lance de Saül, qui le jalousait et le haïssait. — 1 Samuel 16:12 ; 17:37 ; 18:11 ; 19:10.

Évidemment, David n’était pas parfait. Il a même commis de graves péchés. Cependant, loin de l’abandonner, Jéhovah a fait preuve d’amour fidèle envers lui parce qu’il était profondément repentant. Tout au long de l’existence de David, Jéhovah a agi pour préserver et défendre la vie. Il est intervenu en faveur de celui qui était dans la détresse. Quelle bonté de cœur ! — 2 Samuel 11:1–12:25 ; 24:1-17.

La nation d’Israël dans son entier est entrée dans des relations particulières avec Jéhovah lorsqu’elle a accepté les termes de la Loi mosaïque au mont Sinaï (Exode 19:3-8). C’est pourquoi on lit que la nation était mariée avec Jéhovah. Dieu a dit à Israël : “ Jéhovah t’a appelée comme si tu étais une femme. ” Et aussi : “ Avec une bonté de cœur pour des temps indéfinis, j’aurai vraiment pitié de toi. ” (Isaïe 54:6, 8). En quoi Jéhovah s’est-​il montré fidèle dans le cadre de ces relations spéciales ?

Jéhovah a pris l’initiative de pourvoir aux besoins des Israélites et de renforcer leurs liens avec lui. Il les a délivrés d’Égypte, les a organisés en nation et les a conduits dans “ un pays ruisselant de lait et de miel ”. (Exode 3:8.) Il leur a dispensé une instruction spirituelle régulière par l’intermédiaire des prêtres, des Lévites et d’une suite ininterrompue de prophètes et de messagers (2 Chroniques 17:7-9 ; Nehémia 8:7-9 ; Jérémie 7:25). Quand la nation servait d’autres dieux, Jéhovah la corrigeait. Quand elle se repentait, il lui pardonnait. Manifestement, la nation d’Israël était une “ femme ” difficile à vivre. Pourtant, Jéhovah ne l’a pas rejetée rapidement. En raison des promesses qu’il avait faites à Abraham, il est resté fidèle aux Israélites jusqu’à ce que ses desseins en rapport avec eux s’accomplissent (Deutéronome 7:7-9). Quel exemple pour les maris et les femmes d’aujourd’hui !

Jéhovah se montre également fidèle envers l’humanité en général en procurant à tous les hommes ce qui est nécessaire à la vie, qu’ils soient justes ou injustes (Matthieu 5:45 ; Actes 17:25). Surtout, il a consenti au sacrifice rédempteur de son Fils afin que tous les humains aient la possibilité d’être libérés du péché et de  la mort, qu’ils aient la perspective glorieuse de vivre éternellement et parfaits dans le Paradis (Matthieu 20:28 ; Jean 3:16). La rançon a été l’acte par excellence permettant de préserver et de défendre la vie. Elle a vraiment été “ une intervention en faveur de quelqu’un qui subit un revers ou connaît la détresse ”.

Prouvez votre fidélité par des actes

Synonyme de bonté de cœur, la fidélité emporte aussi l’idée de réciprocité. Si quelqu’un manifeste de la bonté de cœur, il peut s’attendre à ce qu’on la lui rende. La fidélité se paie de retour. David avait compris les implications de ḥèsèdh, témoin ses paroles : “ Je me prosternerai vers ton saint temple, et je louerai ton nom. ” Pourquoi ? “ À cause de ta bonté de cœur et à cause de ta fidélité. ” (Psaume 138:2). Comme il bénéficiait de la bonté de cœur de Jéhovah, David se sentait poussé à l’adorer et à le louer. Quand, à notre tour, nous constatons la bonté de cœur de Jéhovah à notre égard, n’avons-​nous pas envie de la lui rendre ? Par exemple, quand son nom est couvert d’opprobre, ne sommes-​nous pas portés à prendre sa défense par souci de sa réputation ?

C’est ce qui est arrivé à un homme, chrétien depuis relativement peu de temps, et à sa femme. Ils assistaient à l’enterrement d’un jeune de leur famille qui s’était tué dans un accident de moto. Il n’y avait pas de service religieux ; les assistants ont été invités à prononcer quelques paroles sur le défunt. L’un d’eux a reproché à Dieu la mort prématurée du jeune homme ; il a dit que ‘ Dieu l’avait pris parce qu’il le voulait au ciel ’. Notre frère n’a pas pu s’empêcher de prendre la parole. Il est monté sur l’estrade, bien que n’ayant ni bible ni notes. “ Pensez-​vous qu’un Dieu miséricordieux, compatissant et tout-puissant trouve de telles situations normales ? ” a-​t-​il demandé. Puis, dans un discours impromptu d’une dizaine de minutes émaillé de citations des Écritures, il a expliqué pourquoi nous mourons, ce que Dieu a fait pour sauver les humains de la mort et la merveilleuse perspective de ressusciter pour vivre éternellement sur la terre transformée en paradis. Les plus de 100 assistants l’ont spontanément applaudi un long moment. Le frère s’est souvenu plus tard : “ J’ai éprouvé une joie intérieure que je n’avais jamais ressentie. J’ai remercié Jéhovah de m’instruire de sa sagesse et de m’avoir donné l’occasion de défendre son saint nom. ”

Qui veut être fidèle à Jéhovah doit l’être aussi à sa Parole, la Bible. Pourquoi ? Parce que dans les pages de la Bible, Dieu nous enseigne comment vivre. Les lois et les principes qu’elle renferme sont les meilleurs et les plus profitables qui existent (Isaïe 48:17). Ne permettez ni aux incitations des autres ni à vos faiblesses de vous faire dévier des lois de Jéhovah. Restez fidèle à sa Parole.

Pour être fidèle à Dieu, il faut l’être encore à son organisation. Par la force des choses, au cours des années notre compréhension de certains versets a été revue et corrigée. Quoi qu’il en soit, personne n’est aussi bien nourri que nous sur le plan spirituel (Matthieu 24:45-47). Jéhovah soutient incontestablement son organisation moderne. Ne devrions-​nous pas l’imiter ? Alexander Macmillan l’a fait. Il a déclaré peu avant sa mort : “ Depuis septembre 1900, date à laquelle je me suis voué à Dieu à l’âge de vingt-trois ans, j’ai vu l’organisation de Jéhovah, qui était alors à ses faibles débuts, se développer et devenir une société mondiale de gens heureux, proclamateurs zélés des vérités divines. [...] Je suis plus que jamais convaincu, au moment où mon service terrestre pour Dieu arrive à son terme, que Jéhovah a dirigé son peuple et pourvu à ses besoins en temps voulu. ” Frère Macmillan a servi Dieu fidèlement pendant près de 66 ans, jusqu’à sa mort survenue le 26 août 1966. Il a donné un bel exemple de fidélité envers l’organisation visible de Jéhovah.

 En plus d’être fidèles à l’organisation divine, le serons-​nous l’un envers l’autre ? Si on nous menaçait de persécution, resterions-​nous fidèles à nos frères et sœurs ? Au cours de la Deuxième Guerre mondiale, nos frères des Pays-Bas ont été d’une fidélité exemplaire. Un ancien de la congrégation de Groningue, Klaas de Vries, a subi les interrogatoires impitoyables de la Gestapo, a été enfermé seul pendant 12 jours au cours desquels on ne lui a donné que du pain et de l’eau, puis a été de nouveau interrogé. Un revolver pointé sur lui, on l’a menacé de mort si dans les deux minutes qui suivaient il ne dénonçait pas les frères responsables et ne livrait pas d’autres renseignements importants. Klaas a seulement répété : “ Je ne vous révélerai rien de plus. [...] Je ne veux pas devenir un traître. ” À trois reprises il a été menacé avec un revolver, mais la Gestapo a finalement renoncé. Klaas a été envoyé dans une autre prison. À aucun moment il n’a trahi ses frères.

Serons-​nous fidèles envers notre parent le plus proche : notre conjoint ? Jéhovah a honoré son alliance avec la nation d’Israël ; serons-​nous tout aussi fidèles à nos vœux de mariage ? Ne vous contentez pas de respecter votre engagement ; entretenez des relations étroites avec votre conjoint. Affermissez vos liens. Passez du temps ensemble, communiquez librement, soutenez-​vous et encouragez-​vous mutuellement, soyez à l’écoute l’un de l’autre, riez ensemble, pleurez ensemble, jouez ensemble, travaillez à des objectifs communs, faites-​vous plaisir l’un à l’autre, soyez des amis. Veillez particulièrement à ne pas nourrir de sentiments pour quelqu’un d’autre. Bien qu’il soit naturel et normal d’avoir des affinités avec d’autres en dehors du mariage, et même des amis intimes, n’éprouvez des sentiments amoureux que pour votre conjoint. Ne laissez personne s’interposer entre lui et vous. — Proverbes 5:15-20.

Restez fidèle à vos amis et aux membres de votre famille qui croient en Dieu. Ne les oubliez pas avec les années. Restez en relation avec eux : écrivez-​leur, téléphonez-​leur, rendez-​leur visite. Où que la vie vous mène, efforcez-​vous de ne pas les décevoir. Vivez de façon qu’ils soient heureux de dire qu’ils vous connaissent ou qu’ils font partie de votre famille. Votre fidélité à leur égard renforcera votre détermination à pratiquer le bien et vous encouragera. — Esther 4:6-16.

Ainsi, la fidélité véritable pousse à agir afin de conserver des relations précieuses. Répondez de votre mieux à la bonté de cœur de Jéhovah. Imitez sa fidélité dans votre comportement à l’intérieur de la congrégation chrétienne, avec votre conjoint, votre famille et vos amis. Proclamez fidèlement les vertus de Jéhovah. Le psalmiste a eu raison de dire : “ Pour des temps indéfinis je veux chanter les marques de bonté de cœur de Jéhovah. De génération en génération je ferai connaître ta fidélité par ma bouche. ” (Psaume 89:1). Ne sommes-​nous pas attirés par un tel Dieu ? Vraiment, “ sa bonté de cœur est pour des temps indéfinis ”. — Psaume 100:5.

[Illustration, page 23]

A. Macmillan