Aller au contenu

Aller à la table des matières

Pourquoi servez-vous Dieu ?

Pourquoi servez-vous Dieu ?

 Pourquoi servez-​vous Dieu ?

Un roi qui craignait Dieu donna un jour ce conseil à son fils : “ Connais le Dieu de ton père et sers-​le d’un cœur complet et d’une âme délicieuse. ” (1 Chroniques 28:9). Jéhovah, on le voit, veut que les humains qui le servent le fassent avec gratitude.

LORSQU’ON nous a fait connaître pour la première fois les promesses bibliques, nous avons éprouvé une profonde reconnaissance. Chaque jour, nous apprenions quelque chose de nouveau sur les desseins de Dieu. Plus nous connaissions Jéhovah, plus nous étions résolus à le servir “ d’un cœur complet et d’une âme délicieuse ”.

Beaucoup d’entre nous continuent toute leur vie à servir Jéhovah joyeusement. D’autres, en revanche, prennent un bon départ, mais finissent par perdre de vue les raisons qui les ont poussés à servir Dieu. Est-​ce votre cas ? Si oui, ne vous découragez pas. Il est possible de retrouver la joie que l’on a perdue. Comment ?

Méditez sur les bienfaits reçus

Premièrement, méditez sur les bénédictions que vous recevez chaque jour. Pensez à tous les dons merveilleux de Jéhovah : sa création infiniment variée, dont tous les humains peuvent profiter quel que soit leur statut économique et social, la nourriture et la boisson auxquelles il pourvoit dans la nature, les ressources physiques dont votre corps dispose, la connaissance de la vérité biblique et, par-dessus tout, le don de son Fils, dont la mort permet de servir Dieu avec une bonne conscience (Jean 3:16 ; Jacques 1:17). Plus vous méditerez sur la bonté de Dieu, plus votre reconnaissance augmentera. Votre cœur vous poussera à le servir par gratitude pour tout ce qu’il a fait. Alors, vous partagerez certainement de nouveau les sentiments exprimés par le psalmiste : “ Toi, tu as fait beaucoup de choses, ô Jéhovah mon Dieu, oui tes œuvres prodigieuses et tes pensées envers nous ; nul ne t’est comparable. [Elles] sont devenues plus nombreuses que ce que je peux raconter. ” — Psaume 40:5.

Ces mots sont de David, un homme dont la vie ne fut pas paisible, loin de là. Dans sa jeunesse, il passa le plus clair de son temps à fuir le roi Saül et ses gardes du corps, qui le recherchaient pour le tuer (1 Samuel 23:7, 8, 19-23). Il dut également combattre ses propres faiblesses. C’est ce qu’il dit dans le 40Psaume : “ Des malheurs m’ont encerclé, à ne pouvoir les compter. Mes fautes m’ont atteint — en plus grand nombre que ce que j’ai pu voir ; elles sont devenues plus nombreuses que les cheveux de ma tête. ” (Psaume 40:12). David avait des soucis, mais il ne se laissait pas engloutir par eux. Il était attentif à la manière dont Jéhovah le bénissait, malgré ses problèmes, et constatait que ces bénédictions compensaient largement ses difficultés.

Lorsqu’on se sent submergé par des problèmes personnels ou par un sentiment de médiocrité, il est bon de faire une pause et de méditer, comme l’a fait David, sur les bénédictions reçues. C’est sans aucun doute parce que vous étiez reconnaissant pour ces bénédictions que vous vous êtes voué à Jéhovah ; cette même reconnaissance peut vous aider à retrouver la joie que vous avez perdue et à servir de nouveau Jéhovah avec gratitude.

 L’aide des réunions

Méditer en privé sur la bonté de Jéhovah est bénéfique, mais nous avons également besoin de nous réunir avec d’autres chrétiens. Il est encourageant de côtoyer régulièrement des hommes, des femmes et des jeunes qui aiment Dieu et sont déterminés à le servir. Leur exemple nous encourage à nous dépenser de toute notre âme dans le service de Jéhovah. Réciproquement, notre présence à la Salle du Royaume les encourage.

Il est vrai que, lorsque nous rentrons chez nous après une dure journée de travail ou lorsque nous sommes découragés à cause d’un problème ou d’une faiblesse, nous n’avons pas toujours envie d’assister à une réunion. Dans de tels moments, il nous faut être fermes avec nous-​mêmes, en quelque sorte ‘ bourrer notre corps de coups ’, pour obéir au commandement de nous réunir avec nos compagnons chrétiens. — 1 Corinthiens 9:26, 27 ; Hébreux 10:23-25.

Si un tel effort nous est nécessaire, cela signifie-​t-​il que nous n’aimons pas réellement Jéhovah ? Certainement pas. Des chrétiens mûrs du passé qui aimaient assurément Jéhovah ont dû fournir de vigoureux efforts pour faire sa volonté (Luc 13:24). L’apôtre Paul était du nombre. Voici comment il a décrit ce qu’il ressentait : “ Je sais qu’en moi, c’est-à-dire dans ma chair, il n’habite rien de bon ; car la faculté de vouloir est présente chez moi, mais la faculté d’accomplir ce qui est excellent n’est pas présente. Car le bien que je veux, je ne le fais pas, mais le mal que je ne veux pas, c’est ce que je pratique. ” (Romains 7:18, 19). Il a également écrit aux Corinthiens : “ Si donc j’annonce la bonne nouvelle, ce n’est pas pour moi un motif de me glorifier, car la nécessité m’en est imposée. [...] Si j’accomplis cela de bon gré, j’ai une récompense ; mais si je le fais contre mon gré, toujours est-​il qu’une gestion m’a été confiée. ” — 1 Corinthiens 9:16, 17.

Comme nous, Paul avait des tendances pécheresses qui s’opposaient à son désir de faire le bien. Cependant, il livrait un dur combat contre ces penchants et, le plus souvent, il avait le dessus. Bien sûr, il n’y parvenait pas en s’appuyant sur ses propres forces. “ Pour toutes choses, dit-​il, j’ai cette force grâce à celui qui me donne de la puissance. ” (Philippiens 4:13). Jéhovah, qui donnait à Paul de la puissance, peut aussi vous donner la force de faire le bien si vous lui demandez son aide (Philippiens 4:6, 7). Livrez “ un dur combat pour la foi ” et Jéhovah vous bénira. — Jude 3.

Ce combat, rien ne vous oblige à le mener seul. Dans les congrégations, des anciens mûrs, qui persévèrent dans le “ combat pour la foi ”, sont prêts à vous aider. Si vous demandez de l’aide à l’un d’entre eux, il s’efforcera de ‘ vous parler de façon consolante ’. (1 Thessaloniciens 5:14.) Son objectif sera d’être “ comme une cachette contre le vent et une retraite contre la tempête de pluie ”. — Isaïe 32:2.

“ Dieu est amour ” et il veut que ceux qui le servent le fassent par amour (1 Jean 4:8). Si votre amour pour Dieu a besoin d’être ravivé, prenez les mesures indiquées plus haut pour remédier à la situation. Vous serez heureux de l’avoir fait.