Aller au contenu

Aller à la table des matières

Jéhovah donne un lieu de repos à ses serviteurs

Jéhovah donne un lieu de repos à ses serviteurs

 Les prédicateurs du Royaume racontent

Jéhovah donne un lieu de repos à ses serviteurs

LA VUE d’un lieu de repos ombragé le long d’un sentier de montagne est toujours un soulagement pour le randonneur fatigué. Au Népal, ces lieux de repos sont appelés chautara. Le chautara type est à l’ombre d’un arbre touffu, un banian, sous lequel on peut s’asseoir et se reposer. Les gens qui installent un chautara le font par bonté, et la plupart d’entre eux restent anonymes.

Dans le système de choses actuel, bien des “ randonneurs ” fatigués trouvent joie et réconfort spirituel auprès de Jéhovah. Témoin ces situations survenues au Népal. — Psaume 23:2.

• Lil Kumari vit à Pokhara, une jolie ville d’où l’on a une vue splendide sur les sommets enneigés de l’Himalaya. Mais en raison des difficultés financières de sa famille, Lil Kumari n’espérait pas grand-chose de la vie. Touchée par l’espérance extraordinaire dont lui a parlé un Témoin de Jéhovah venu la voir, elle a immédiatement demandé à étudier la Bible.

Lil Kumari aimait étudier, mais il lui était difficile de le faire à cause de la forte opposition de sa famille. Elle a pourtant tenu bon. Elle assistait aux réunions régulièrement et appliquait ce qu’elle apprenait, notamment en ce qui concerne la soumission de la femme à son mari. Son mari et sa mère ont fini par comprendre que son étude biblique procurait des bienfaits à toute la famille.

Aujourd’hui, son mari et d’autres parents étudient eux aussi la Parole de Dieu. Récemment, Lil Kumari a assisté à une assemblée tenue à Pokhara en compagnie de 15 membres de sa famille. “ Ma maison est devenue un endroit paisible, dit-​elle, parce que notre famille est maintenant unie dans le vrai culte, et j’ai trouvé la véritable paix de l’esprit. ”

• Au Népal, la discrimination fondée sur la caste est interdite, mais elle exerce encore une profonde influence sur la vie des gens. C’est pourquoi beaucoup souhaitent connaître le point de vue biblique sur l’égalité et l’impartialité. Surya Maya et sa famille ont appris que “ Dieu n’est pas partial ”, ce qui a bouleversé leur vie. — Actes 10:34.

Les inégalités dues au système des castes ainsi que le poids de traditions et de coutumes profondément enracinées affligeaient Surya Maya. Très religieuse, elle priait ses idoles depuis des années, mais sans recevoir le moindre soulagement. Un jour, la voyant implorer leur aide, Babita, sa petite-fille de six ans, lui a dit : “ Pourquoi tu demandes à ces idoles de t’aider, alors qu’elles ne peuvent rien faire ? ”

En fait, la mère de Babita étudiait la Bible avec une femme Témoin de Jéhovah. Pleine d’enthousiasme, Babita a invité sa grand-mère à une réunion chrétienne. Surya Maya a accepté, et elle a été surprise de voir des personnes de castes différentes qui prenaient plaisir à se côtoyer sans préjugés. Immédiatement, elle a demandé une étude de la Bible, ce qui lui a valu d’être mise à l’écart par ses voisins ; mais elle ne s’est pas découragée. Elle ne savait pas bien lire ni écrire, mais cela ne l’a pas empêchée non plus de faire des progrès spirituels.

Huit ans plus tard, six membres de sa famille, dont son mari et ses trois enfants, étaient devenus Témoins de Jéhovah. Aujourd’hui pionnière permanente, c’est-à-dire ministre à plein temps, Surya Maya a la joie d’aider les autres à se décharger de leurs fardeaux au véritable lieu de repos que seul Jéhovah peut donner.