Aller au contenu

Aller à la table des matières

Croyez-vous ce que vous ne pouvez voir ?

Croyez-vous ce que vous ne pouvez voir ?

 Croyez-​vous ce que vous ne pouvez voir ?

LORSQUE quelqu’un dit : “ Je ne crois que ce que je vois ”, il ne l’affirme pas de façon absolue. En réalité, nous croyons tous à l’existence de choses qui sont invisibles à nos yeux.

À l’école, peut-être avez-​vous déjà effectué l’expérience visant à prouver l’existence d’un champ magnétique. Pour mémoire, on peut, par exemple, répandre de la limaille de fer sur une feuille de papier que l’on place ensuite au-dessus d’un aimant. Lorsqu’on secoue  légèrement la feuille, la limaille va, comme par magie, se concentrer près des pôles de l’aimant pour épouser la forme du champ magnétique. Si vous avez fait cette expérience, avez-​vous pour autant vu le champ magnétique ? Non, mais vous avez observé ses effets, ce qui vous a convaincu de son existence.

Nous admettons facilement l’existence d’autres choses invisibles. Devant un magnifique tableau ou une belle sculpture, nous ne doutons pas qu’il a fallu un peintre ou un sculpteur pour les réaliser. Dès lors, quand nous contemplons une chute d’eau ou un coucher de soleil, ne devrions-​nous pas au moins envisager la possibilité qu’ils puissent être l’œuvre d’un Artiste ou d’un Sculpteur talentueux ?

Pourquoi certains ne croient pas

Paradoxalement, certains ont cessé de croire en Dieu en raison de ce qu’on leur a enseigné à l’église. Témoin ce Norvégien à qui l’on avait appris que Dieu tourmente les méchants dans un enfer de feu. Il n’arrivait pas à imaginer quel genre de dieu pouvait faire souffrir les gens de la sorte, si bien qu’il est devenu athée.

Plus tard, cependant, il a accepté d’examiner la Bible avec un Témoin de Jéhovah et il a été surpris de découvrir qu’elle n’enseigne pas les supplices de l’enfer. Elle compare en effet la mort à un sommeil. Dans la tombe on ne ressent aucune douleur ; on n’est conscient de rien (Ecclésiaste 9:5, 10). Cet homme a également appris que les humains que Dieu juge définitivement méchants demeureront à jamais dans la tombe, que le reste des morts seront ressuscités quand Dieu le décidera et qu’ils auront la perspective de vivre éternellement dans des conditions paradisiaques (Matthieu 12:31, 32 ; Jean 5:28, 29 ; 17:3). Cette explication lui a paru sensée. Elle s’harmonisait avec l’affirmation de la Bible selon laquelle “ Dieu est amour ”. (1 Jean 4:8.) Cet homme sincère a poursuivi son étude de la Parole de Dieu et, avec le temps, en est arrivé à aimer le Dieu de la Bible.

D’autres rejettent l’existence d’un Créateur aimant en raison de la détresse et de l’injustice qui règnent dans le monde. Ils partagent l’opinion de ce Suédois qui, à une époque, disait en montrant le ciel : “ Comment pourrait-​il y avoir un Dieu tout-puissant et bon là-haut alors qu’il y a tant de corruption et de méchanceté ici-bas ? ” Personne ne pouvant répondre à sa question, lui aussi est devenu athée. Il s’est  plus tard mis à étudier la Bible avec les Témoins de Jéhovah et il a découvert que la Parole de Dieu fournit une réponse satisfaisante à la sempiternelle question : pourquoi Dieu permet-​il la méchanceté * ?

Cet homme sincère a appris que l’existence de la méchanceté ne prouve pas l’inexistence de Dieu. Pour illustrer cela, prenons l’exemple d’un homme qui fabrique des couteaux de boucher. Quelqu’un peut très bien acheter l’un de ces couteaux et l’utiliser, non pas pour couper de la viande, mais pour commettre un meurtre. Cette mauvaise utilisation du couteau ne remet pas en question l’existence de son fabricant. De même, le fait que la terre n’a pas été utilisée telle qu’elle aurait dû l’être ne signifie pas qu’elle n’a pas eu de Créateur.

La Bible enseigne que les œuvres de Dieu sont parfaites. Chez lui “ il n’y a pas d’injustice ; il est juste et droit ”. (Deutéronome 32:4.) Dieu fait de beaux dons à l’homme, mais leur mauvaise utilisation cause des souffrances indescriptibles (Jacques 1:17). Toutefois, Dieu va mettre fin à la souffrance. Alors, “ les humbles posséderont la terre, [...] et sur elle ils résideront pour toujours ”. — Psaume 37:11, 29.

Le Suédois mentionné plus haut était bouleversé de voir souffrir d’autres humains. En fait, sa compassion confirme l’existence de Dieu. Comment cela ?

Pour la plupart des gens, le seul pendant à la croyance en Dieu est la croyance en l’évolution. Les évolutionnistes professent “ la survivance du plus apte ” : les humains et les animaux luttent au sein de leur espèce pour survivre ; les plus aptes survivent, les plus faibles disparaissent. Il s’agit là de l’ordre naturel des choses, affirment-​ils. Néanmoins, s’il est “ naturel ” que le faible meure pour laisser la place au fort, comment expliquer qu’à l’instar de ce Suédois certains humains forts s’émeuvent de la souffrance de leurs semblables ?

Apprenons à connaître Dieu

Nous ne pouvons voir Dieu parce qu’il n’a pas forme humaine. Pourtant, Dieu désire que nous apprenions à le connaître. Une manière de faire sa connaissance est d’observer ses œuvres extraordinaires — les “ tableaux ” et les “ sculptures ” de la création. En Romains 1:20 la Bible déclare : “ Ses qualités invisibles se voient clairement depuis la création du monde, parce qu’elles sont perçues par les choses faites, oui sa puissance éternelle et sa Divinité. ” Tout comme l’étude d’un tableau ou d’une sculpture peut nous dévoiler la personnalité de son auteur, la méditation des œuvres merveilleuses de Dieu nous renseigne sur sa personnalité.

Bien sûr, nous ne pouvons trouver la réponse à toutes nos questions existentielles simplement en observant la création de Dieu. Cela est possible en revanche en approfondissant Sa Parole. C’est en lisant la Bible avec un esprit ouvert que les deux hommes mentionnés précédemment sont arrivés à la conclusion que Dieu existe et qu’il se soucie de nous.

[Note]

^ § 8 Sur les raisons pour lesquelles Dieu permet la méchanceté, veuillez vous reporter au chapitre 10 du livre Y a-​t-​il un Créateur qui se soucie de vous ? publié par les Témoins de Jéhovah.

[Crédit photographique, page 28]

J. Hester et P. Scowen (AZ State Univ.), NASA