Aller au contenu

Aller au sommaire

Préserves-​tu la « sagesse pratique » ?

Préserves-​tu la « sagesse pratique » ?

C’EST l’histoire d’un petit garçon pauvre qui habitait un village isolé. Les villageois, qui le trouvaient lent d’esprit, se moquaient de lui. Quand leurs amis leur rendaient visite, ils le raillaient devant eux. Ils lui tendaient deux pièces : l’une d’argent et l’autre d’or, plus petite mais valant deux fois plus. « Choisis celle que tu veux », lui disaient-​ils. Le petit garçon prenait toujours la pièce d’argent et déguerpissait.

Un jour, un visiteur lui demande : « Tu ne sais pas que la pièce d’or vaut deux fois plus que celle d’argent ? » Le garçon lui sourit et dit : « Si, je le sais. » « Alors pourquoi choisis-​tu la pièce d’argent ? reprend l’homme. Si tu choisis l’autre, tu gagneras deux fois plus ! » « Mais, rétorque le garçon, si je prends la pièce d’or, on ne jouera plus à ce jeu avec moi. Savez-​vous combien de pièces d’argent j’ai récoltées ? » Le garçon de cette histoire a manifesté une qualité qui peut être utile aux adultes : la sagesse pratique.

La Bible déclare : « Préserve la sagesse pratique et la capacité de réflexion. Alors tu marcheras en sécurité sur ton chemin, et ton pied ne heurtera rien » (Prov. 3:21, 23). Il nous faut donc savoir ce qu’est la « sagesse pratique » et comment l’appliquer, car notre sécurité en dépend. Cela nous permet de garder le « pied » stable et nous évite de trébucher spirituellement.

QU’EST-​CE QUE LA SAGESSE PRATIQUE ?

La sagesse pratique diffère de la connaissance et de l’intelligence. Une personne acquiert la connaissance en emmagasinant des informations, des faits. Quelqu’un qui a l’intelligence établit des liens entre ces informations. Quelqu’un qui a la sagesse associe la connaissance à l’intelligence et les met en œuvre de façon concrète.

Par exemple, une personne peut être capable de lire et de comprendre relativement vite le contenu du livre Qu’enseigne réellement la Bible ? Il est possible qu’elle réponde correctement durant son cours biblique et qu’elle se mette à fréquenter les réunions de la congrégation, voire à donner de bons commentaires. Même si cela peut indiquer qu’elle progresse spirituellement, a-​t-​elle pour autant acquis la sagesse ? Pas forcément. Elle a peut-être juste l’esprit vif. Mais quand elle se met à pratiquer la vérité, en faisant bon usage de la connaissance et de l’intelligence, elle devient sage. Si ses décisions sont couronnées de succès, parce qu’elles ont été mûrement réfléchies, il devient évident qu’elle fait preuve de sagesse pratique.

En Matthieu 7:24-27, Jésus prend l’exemple de deux hommes qui bâtissent chacun sa maison. L’un d’eux est qualifié d’« avisé ». Étant prévoyant, il construit sa maison sur le roc. Il voit loin et a le sens pratique. Il ne se dit pas que construire sur le sable lui reviendrait moins cher et serait plus rapide. Il a la sagesse d’envisager les conséquences à long terme de ses actes. Aussi, quand une tempête arrive, sa maison tient bon. Mais comment acquérir et préserver cette qualité précieuse qu’est la sagesse pratique ?

COMMENT PUIS-​JE L’ACQUÉRIR ?

Premièrement, Mika 6:9 déclare : « Celui qui a de la sagesse pratique craindra [le] nom [de  Dieu]. » Craindre ce nom implique de respecter Jéhovah. Cela signifie avoir une révérence salutaire pour ce que son nom représente, notamment ses normes. Pour respecter quelqu’un, il faut savoir ce qu’il pense. On peut alors lui faire confiance et apprendre de lui, en imitant ses sages décisions et en en récoltant les bons fruits. Si nous nous soucions des effets à long terme de nos actes sur notre relation avec Jéhovah et fondons nos décisions sur ses normes, c’est que nous sommes en train d’acquérir la sagesse pratique.

Deuxièmement, Proverbes 18:1 dit : « Qui s’isole cherchera son désir égoïste ; il se déchaînera contre toute sagesse pratique. » Si nous ne faisons pas attention, nous pourrions nous éloigner de Jéhovah et de son peuple. Pour ne pas nous isoler, nous devons passer du temps avec des personnes qui craignent son nom et respectent ses normes. Nous devons fréquenter régulièrement la congrégation, en étant si possible présents en personne à la Salle du Royaume. Aux réunions, il nous faut ouvrir notre esprit et notre cœur, et permettre à ce qui est dit d’y pénétrer.

En outre, si nous épanchons notre cœur devant Jéhovah dans la prière, nous nous rapprocherons de lui (Prov. 3:5, 6). Lorsque nous lisons la Bible et les publications de l’organisation de Jéhovah en ayant l’esprit et le cœur ouverts, nous avons un aperçu des effets à long terme de nos actions  et pouvons agir en conséquence. Nous devons aussi ouvrir notre cœur aux conseils des frères mûrs (Prov. 19:20). Ainsi, au lieu de « [nous] déchaîn[er] contre toute sagesse pratique », nous renforcerons cette qualité importante.

COMMENT PEUT-​ELLE AIDER MA FAMILLE ?

La sagesse pratique protège les familles. Par exemple, la Bible exhorte les femmes à « avoir un profond respect » pour leurs maris (Éph. 5:33). Comment un mari peut-​il s’attirer ce profond respect ? S’il emploie la force ou la dureté, il obtiendra des résultats à court terme. Pour éviter la confrontation, sa femme lui témoignera peut-être un certain respect quand il est là. Mais le respectera-​t-​elle en son absence ? Probablement pas. Il doit réfléchir à ce qui produit des résultats à long terme. S’il manifeste le fruit de l’esprit, en étant aimant et bon, il gagnera le profond respect de sa femme. Bien entendu, une chrétienne doit respecter son mari, qu’il le mérite ou pas (Gal. 5:22, 23).

La Bible dit encore qu’un mari doit aimer sa femme (Éph. 5:28, 33). Pour s’assurer l’amour de son mari, une femme pourrait se dire qu’il vaut mieux lui cacher des choses désagréables, qu’il est pourtant en droit de savoir. Mais est-​ce vraiment faire preuve de sagesse pratique ? Lorsqu’il découvrira la vérité, que se passera-​t-​il ? L’aimera-​t-​il davantage ? C’est peu probable. Par contre, si elle choisit le bon moment pour lui expliquer les choses calmement, son mari appréciera sans doute sa franchise. Alors son amour pour elle grandira.

La façon dont tu disciplines tes enfants aujourd’hui influencera ta communication avec eux plus tard.

Les enfants doivent obéir à leurs parents et être élevés dans la discipline de Jéhovah (Éph. 6:1, 4). Est-​ce à dire que les parents doivent leur dresser une longue liste d’obligations et d’interdits ? Il ne suffit pas de faire connaître à l’enfant les règles de la maison ou la punition en cas d’infraction. Un parent qui a de la sagesse pratique aide son enfant à comprendre pourquoi il doit obéir.

Imagine qu’un enfant parle de façon irrespectueuse à l’un de ses parents. Peut-être que des paroles dures ou une punition sous le coup de la colère l’embarrasseront ou le feront taire. Mais au fond de lui, il risque de nourrir du ressentiment envers ses parents et de s’éloigner d’eux.

Des parents qui cultivent la sagesse pratique réfléchissent à la façon dont ils disciplinent leur enfant et aux effets que cela aura sur lui dans l’avenir. Ils ne devraient pas être prompts à réagir à la gêne qu’ils éprouvent sur le moment. En privé peut-être, ils raisonneront avec l’enfant calmement et avec amour, en lui expliquant que Jéhovah attend de lui qu’il honore ses parents pour son bien éternel. L’enfant comprendra alors que lorsqu’il respecte ses parents, il honore Jéhovah (Éph. 6:2, 3). Cette démarche pleine de bonté peut toucher son cœur. Il ressentira l’intérêt sincère de ses parents à son égard, et les respectera davantage. Plus tard, quand des problèmes importants surgiront, il sera disposé à leur demander de l’aide.

Certains parents se retiennent de corriger leur enfant par peur de le vexer. Mais que se passera-​t-​il quand l’enfant grandira ? Craindra-​t-​il Jéhovah et reconnaîtra-​t-​il qu’il est sage d’accepter ses normes ? Sera-​t-​il enclin à lui ouvrir son cœur et son esprit ou s’isolera-​t-​il spirituellement ? (Prov. 13:1 ; 29:21).

Un bon sculpteur réfléchit à l’avance à la forme qu’il veut obtenir. Il ne donne pas de coups de ciseau au hasard en souhaitant le meilleur résultat possible. Les parents qui ont de la sagesse pratique passent des heures à apprendre les normes de Jéhovah et à les appliquer, et craignent ainsi son nom. En ne s’isolant pas de lui et de son organisation, ils développent leur sagesse pratique et s’en servent pour bâtir leur famille.

Chaque jour, nous avons à faire des choix qui peuvent influencer notre vie pendant des années. Au lieu de vite chercher une réponse et de décider sur un coup de tête, pourquoi ne pas prendre le temps de réfléchir ? Songeons aux conséquences à long terme. Recherchons la direction de Jéhovah et appliquons sa sagesse. Nous préserverons ainsi la sagesse pratique, et elle nous vaudra la vie (Prov. 3:21, 22).