Aller au contenu

Aller au sommaire

Organisés en accord avec la Parole de Dieu

Organisés en accord avec la Parole de Dieu

« Jéhovah lui-​même avec sagesse a fondé la terre. Il a solidement fixé les cieux avec discernement » (PROV. 3:19).

CANTIQUES : 105, 107

1, 2. a) Comment certains réagissent-​ils à l’idée que Dieu possède une organisation ? b) Qu’étudierons-​nous dans cet article ?

DIEU a-​t-​il une organisation ? « On n’a pas besoin d’être dirigé par une organisation, diront certains. Il suffit d’avoir une relation personnelle avec Dieu. » Ce point de vue est-​il correct ? Que montrent les faits ?

2 Dans cet article, nous examinerons des preuves que Jéhovah, le Dieu d’ordre, est un Organisateur incomparable. Nous réfléchirons aussi à la façon dont nous devrions réagir aux directives de son organisation (1 Cor. 14:33, 40). Aujourd’hui comme au Ier siècle, les Écritures aident la partie terrestre de l’organisation de Jéhovah à effectuer l’œuvre mondiale de prédication de la bonne nouvelle. En suivant la Bible et en obéissant aux instructions de l’organisation de Dieu, nous favorisons la pureté, la paix et l’unité de toute la congrégation.

JÉHOVAH, UN ORGANISATEUR INCOMPARABLE

3. Qu’est-​ce qui te convainc que Jéhovah est un Organisateur incomparable ?

3 La création montre que Jéhovah est un Organisateur incomparable. « Jéhovah lui-​même avec sagesse a fondé la  terre, dit la Bible. Il a solidement fixé les cieux avec discernement » (Prov. 3:19). Nous ne connaissons que « les bords de ses voies » et n’entendons à son sujet qu’un « murmure » (Job 26:14). Pourtant, le peu que nous savons sur les planètes, les étoiles et les galaxies nous incite à reconnaître que les corps célestes sont organisés de façon éblouissante (Ps. 8:3, 4). Les galaxies comptent des millions d’étoiles, qui se déplacent toutes avec ordre dans l’espace. Les planètes de notre système solaire tournent en orbite autour du soleil comme si elles se soumettaient à des règles de circulation ! En voyant l’ordre époustouflant de l’univers, nous reconnaissons que Jéhovah, qui « a fait les cieux [et la terre] avec intelligence », mérite nos louanges, notre fidélité et notre adoration (Ps. 136:1, 5-9).

4. Pourquoi la science a-​t-​elle laissé de nombreuses questions sans réponse ?

4 La science nous en a appris beaucoup sur l’univers et notre demeure terrestre, et a amélioré notre vie sous bien des aspects. Mais elle a laissé de nombreuses questions sans réponse. Par exemple, les astronomes ne peuvent nous apprendre précisément comment l’univers est apparu ni pourquoi nous sommes sur la Terre, qui compte une profusion d’êtres vivants. De plus, les gens en général ne peuvent expliquer pourquoi les humains ont le vif désir de vivre pour toujours (Eccl. 3:11). Pourquoi tant de questions importantes restent-​elles sans réponse ? Notamment parce que quantité de personnes, dont des scientifiques, écartent l’idée de Dieu et défendent la théorie de l’évolution. Toutefois, dans sa Parole, Jéhovah répond aux questions que se posent les humains où qu’ils vivent.

5. Pourquoi peut-​on dire que nous dépendons des lois de la nature ?

5 Nous dépendons des lois immuables et fiables de la nature établies par Jéhovah. Électriciens, plombiers, ingénieurs, pilotes, chirurgiens : tous se reposent sur ces lois pour effectuer leur travail. Par exemple, un chirurgien compte sur le fait que tous les humains ont la même anatomie ; il n’aura pas à chercher le cœur d’un patient. Et tous, nous respectons les lois de la nature. Vouloir défier celle de la gravité pourrait nous coûter la vie !

ORGANISÉS PAR DIEU

6. Pourquoi est-​ce logique que les adorateurs de Jéhovah soient organisés ?

6 L’univers est un prodige d’organisation ! Logiquement donc, Jéhovah veut que ses adorateurs soient bien organisés. Pour cela, il nous a fourni un guide, la Bible. Sans l’aide de son organisation et de ses normes, notre existence serait malheureuse.

7. Qu’est-​ce qui montre que la Bible est un livre bien structuré ?

7 La Bible n’est pas un ensemble décousu d’écrits juifs et chrétiens. C’est un ouvrage bien structuré, un chef-d’œuvre divinement inspiré. Les livres qui le composent sont liés entre eux. De Genèse à Révélation, on retrouve le thème central de la Bible : la justification de la souveraineté de Jéhovah et l’accomplissement de son dessein pour la terre au moyen de son Royaume dirigé par Christ, la « semence » promise (lire Genèse 3:15 ; Matthieu 6:10 ; Révélation 11:15).

8. Pourquoi peut-​on dire que le peuple d’Israël était bien organisé ?

8 Le peuple d’Israël était un modèle d’organisation. Par exemple, la Loi mosaïque prévoyait que des femmes fassent « un service organisé à l’entrée de la tente de réunion » (Ex. 38:8). Les déplacements  du camp et du tabernacle s’effectuaient avec ordre. Plus tard, le roi David a réparti les Lévites et les prêtres en divisions (1 Chron. 23:1-6 ; 24:1-3). Lorsqu’ils obéissaient à Jéhovah, les Israélites vivaient dans l’ordre, la paix et l’unité (Deut. 11:26, 27 ; 28:1-14).

9. Qu’est-​ce qui montre que la congrégation chrétienne du Ier siècle était organisée ?

9 La congrégation chrétienne du Ier siècle était organisée et bénéficiait de la direction du collège central. Au début, ce groupe était composé des apôtres et, plus tard, d’autres frères y ont été ajoutés (Actes 6:1-6 ; 15:6). Des conseils et des instructions étaient également donnés au moyen de lettres inspirées, écrites par des membres du collège central ou des hommes qui lui étaient étroitement associés (1 Tim. 3:1-13 ; Tite 1:5-9). Quels bienfaits les congrégations retiraient-​elles à obéir à la direction du collège central ?

10. Quels bienfaits les congrégations du Ier siècle retiraient-​elles à observer les décrets du collège central ? (voir illustration du titre).

10 (Lire Actes 16:4, 5.) Les frères qui voyageaient au nom du collège central transmettaient « les décrets qu’avaient arrêtés les apôtres et les anciens qui étaient à Jérusalem ». En observant ces décrets, « les congrégations continuaient à s’affermir dans la foi et à croître en nombre de jour en jour ». De quelle utilité ce récit biblique peut-​il être pour nous aujourd’hui dans l’organisation de Dieu ?

SUIS-​TU LES DIRECTIVES ?

11. Comment les frères nommés devraient-​ils réagir aux directives de l’organisation de Dieu ?

11 De nos jours, comment devraient réagir les membres des comités de filiale ou de pays, les surveillants de circonscription et les anciens quand ils reçoivent des directives de l’organisation de Dieu ? La Parole de Jéhovah nous demande à tous d’être obéissants et soumis (Deut. 30:16 ; Héb. 13:7, 17). Dans son organisation, il n’y a pas de place pour un état d’esprit critique ou rebelle, qui pourrait perturber l’amour, la paix et l’unité de nos congrégations. Évidemment, aucun chrétien ne voudrait se montrer irrespectueux et infidèle comme Diotréphès (lire 3 Jean 9, 10). Il est bien de se demander : « Est-​ce que je contribue à la spiritualité de mon entourage ? Suis-​je prompt à accepter et à soutenir les directives données par les frères qui ont des responsabilités ? »

12. Quel changement a eu lieu dans la façon dont les anciens et les assistants ministériels sont nommés ?

12 Arrêtons-​nous sur une décision récente du Collège central. La rubrique « Questions des lecteurs » de notre numéro du 15 novembre 2014 expliquait un changement dans la façon dont les anciens et les assistants ministériels sont nommés. L’article observait que le collège central du Ier siècle donnait autorité aux surveillants itinérants pour effectuer de telles nominations. En accord avec ce modèle, depuis le 1er septembre 2014, les anciens et les assistants ministériels sont nommés par le surveillant de circonscription. Celui-ci s’efforce d’apprendre à connaître les frères recommandés et prêche avec eux, si possible. Il observe également leurs familles (1 Tim. 3:4, 5). Puis, avec le collège des anciens, il examine attentivement les conditions bibliques requises des assistants ministériels et des anciens (1 Tim. 3:1-10, 12, 13 ; 1 Pierre 5:1-3).

13. Comment pouvons-​nous montrer notre soutien aux directives des anciens ?

13 Il nous faut suivre les directives  bibliques que nous recevons des anciens. Ces fidèles bergers de la congrégation sont guidés par les « paroles salutaires », ou bénéfiques, contenues dans la Bible (1 Tim. 6:3). Examinons le conseil donné par Paul à propos des désordonnés dans la congrégation. Certains « ne travaill[aient] pas du tout, mais se mêl[aient] de ce qui ne les regard[ait] pas ». Ils avaient de toute évidence été avertis par les anciens, mais ils continuaient de mépriser leurs conseils. Comment la congrégation devait-​elle agir envers une telle personne ? Paul a donné cet ordre : « Notez cet homme, cessez de le fréquenter. » Puis il a équilibré son conseil en mettant en garde contre le danger de traiter cette personne en ennemie (2 Thess. 3:11-15). De nos jours, si quelqu’un persiste dans une voie qui salit la réputation de la congrégation, par exemple en sortant avec un non-Témoin, les anciens donneront peut-être un discours de mise en garde (1 Cor. 7:39). Comment réagis-​tu quand ils jugent nécessaire de prononcer un tel discours ? Si tu connais la situation en question, veilleras-​tu à ne pas fréquenter la personne concernée ? Ton intérêt plein d’amour et ton attitude ferme l’inciteront peut-être à abandonner sa conduite désordonnée [1].

PRÉSERVE LA PURETÉ, LA PAIX ET L’UNITÉ

14. Comment pouvons-​nous contribuer à la pureté de la congrégation ?

14 Nous pouvons contribuer à la pureté spirituelle de la congrégation en suivant les directives de la Parole de Dieu. Songe à la situation qui existait autrefois à Corinthe. Paul s’était pleinement dépensé en prêchant dans cette ville, et il aimait ses frères et sœurs, « appelés à être saints » (1 Cor. 1:1, 2). Comme il a dû être difficile pour lui de traiter un cas d’immoralité sexuelle tolérée dans la congrégation ! Il a ordonné aux anciens de livrer l’individu immoral à Satan, c’est-à-dire de l’excommunier. Pour préserver la pureté de la congrégation, les anciens devaient enlever le « levain » (1 Cor. 5:1, 5-7, 12). En soutenant la décision des anciens d’excommunier un pécheur non repentant, nous contribuons à préserver la pureté de la congrégation et pouvons inciter la personne à se repentir et à rechercher le pardon de Jéhovah.

15. Comment pouvons-​nous préserver la paix de la congrégation ?

15 À Corinthe, il y avait un autre problème à traiter. Des frères en poursuivaient d’autres en justice. Paul les a fait réfléchir par cette question : « Pourquoi ne vous laissez-​vous pas plutôt faire du tort ? » (1 Cor. 6:1-8). Ce genre de situations se produit également aujourd’hui. Il arrive que la paix entre des frères soit perturbée lorsque l’un d’eux a perdu de l’argent dans un projet commercial avec un autre et peut-être même l’accuse de fraude. Certains ont attaqué leurs frères en justice, mais la Parole de Dieu nous aide à comprendre qu’il vaut mieux perdre de l’argent que de jeter le discrédit sur le nom de Dieu ou de troubler la paix de la congrégation [2]. Pour régler les problèmes et les conflits graves, nous devons bien sûr appliquer les conseils de Jésus (lire Matthieu 5:23, 24 ; 18:15-17). En agissant ainsi, nous favorisons l’unité de la famille des adorateurs de Jéhovah.

16. Pourquoi est-​ce logique que le peuple de Dieu soit uni ?

16 La Parole de Jéhovah montre pourquoi il est logique que son peuple soit uni. Le psalmiste a chanté : « Voyez ! Qu’il est bon et qu’il est agréable pour  des frères d’habiter unis ensemble ! » (Ps. 133:1). Quand ils obéissaient à Jéhovah, les Israélites étaient organisés et unis. Au sujet de la condition que connaîtraient ses serviteurs, Dieu a déclaré : « Je les mettrai ensemble, les regroupant dans l’unité, comme du petit bétail dans l’enclos » (Mika 2:12). Il a aussi prédit par le prophète Tsephania : « Je changerai la langue des peuples en une langue pure [la vérité biblique], pour qu’ils invoquent tous le nom de Jéhovah, pour qu’ils le servent épaule contre épaule [ou : « d’une seule épaule », note] » (Tseph. 3:9). Quel bonheur d’adorer Jéhovah dans l’unité !

Les anciens s’efforcent d’aider spirituellement ceux qui ont fait un faux pas (voir paragraphe 17).

17. Pour préserver l’unité et la pureté d’une congrégation, comment les anciens doivent-​ils traiter les cas de faute ?

17 Pour préserver l’unité et la pureté d’une congrégation, les anciens doivent s’occuper des affaires de discipline religieuse sans tarder et avec amour. Paul savait que l’amour de Dieu n’est pas guidé par les seuls sentiments, et que Jéhovah ne ferme pas les yeux sur les fautes (Prov. 15:3). C’est pourquoi il ne s’est pas retenu d’écrire Un Corinthiens, une lettre énergique mais pleine d’amour. Deux Corinthiens, rédigée quelques mois plus tard, montre que les anciens avaient appliqué les directives de l’apôtre et que, de ce fait, la congrégation avait progressé. Si un chrétien fait un faux pas avant de s’en rendre compte, les frères qualifiés doivent chercher à le redresser dans un esprit de douceur (Gal. 6:1).

18. a) Comment les conseils de la Parole de Dieu ont-​ils aidé les congrégations du Ier siècle ? b) Qu’étudierons-​nous dans l’article suivant ?

18 Il est clair qu’au Ier siècle les conseils de la Parole de Dieu ont aidé les chrétiens de Corinthe et d’ailleurs à préserver la pureté, la paix et l’unité de leurs congrégations (1 Cor. 1:10 ; Éph. 4:11-13 ; 1 Pierre 3:8). Nos frères et sœurs de l’époque ont ainsi été en mesure de faire beaucoup dans le ministère. Paul a même pu dire que la bonne nouvelle avait été « prêchée dans toute la création qui est sous le ciel » (Col. 1:23). À l’heure actuelle, la connaissance des magnifiques desseins de Dieu gagne toute la terre grâce aux efforts des membres d’une organisation qui prêchent dans l’unité. L’article suivant donnera d’autres preuves que ces personnes attachent une grande valeur à la Bible et sont déterminées à honorer le Souverain Seigneur Jéhovah (Ps. 71:15, 16).

^ [1] (paragraphe 13) Voir Organisés pour faire la volonté de Jéhovah, p. 134-136.

^ [2] (paragraphe 15) Pour en savoir plus sur les situations où un chrétien pourrait décider de poursuivre un frère en justice, voir « Gardez-​vous dans l’amour de Dieu », p. 223, note.