Aller au contenu

Aller au sommaire

Comment réussir son mariage

Comment réussir son mariage

« Que chacun de vous, pour sa part, aime ainsi sa femme comme lui-​même ; [...] la femme doit avoir un profond respect pour son mari » (ÉPH. 5:33).

CANTIQUES : 87, 3

1. Même si en général un mariage commence dans la joie, à quoi peuvent s’attendre les conjoints ? (voir illustration du titre).

QUAND la ravissante mariée paraît devant son fiancé le jour du mariage, ils éprouvent une joie difficile à décrire. Durant leurs fréquentations, leur amour a grandi au point qu’ils sont maintenant prêts à se jurer fidélité. Bien sûr, lorsque deux vies s’unissent pour créer un nouveau foyer, des adaptations sont nécessaires. Mais la Parole de Dieu fournit de sages conseils pour tous ceux qui choisissent de se marier, car l’Auteur bienveillant du mariage veut que chaque couple réussisse son mariage et soit heureux (Prov. 18:22). Cependant, les Écritures nous disent clairement que des humains imparfaits qui se marient « auront des tribulations dans leur chair » (1 Cor. 7:28). Comment réduire au minimum ces tribulations ? Et comment faire de son mariage une réussite ?

2. Quelles sortes d’amour sont nécessaires pour des conjoints ?

2 La Bible souligne l’importance de l’amour. Une tendre affection (en grec, philia) est nécessaire dans un mariage. L’amour romantique (érôs) est source de joie, et l’amour entre membres de la famille (storgê) est essentiel lorsque des enfants  arrivent. Mais c’est l’amour basé sur des principes (agapê) qui garantit la réussite d’un mariage. L’apôtre Paul a écrit au sujet de cet amour : « Que chacun de vous, pour sa part, aime ainsi sa femme comme lui-​même ; de son côté, la femme doit avoir un profond respect pour son mari » (Éph. 5:33).

LE RÔLE DES CONJOINTS

3. Jusqu’à quel point des conjoints doivent-​ils s’aimer ?

3 Paul a écrit : « Maris, continuez à aimer vos femmes, comme le Christ aussi a aimé la congrégation et s’est livré lui-​même pour elle » (Éph. 5:25). Les disciples de Jésus doivent, à son exemple, s’aimer les uns les autres comme lui les a aimés (lire Jean 13:34, 35 ; 15:12, 13). Entre des conjoints chrétiens, l’amour doit être si fort que chacun devrait être prêt, si nécessaire, à mourir pour l’autre. En cas de désaccord grave, c’est peut-être la dernière chose qu’ils seraient disposés à faire. Mais l’amour agapê « supporte tout, croit tout, espère tout, endure tout ». Oui, « l’amour ne disparaît jamais » (1 Cor. 13:7, 8). S’ils gardent présent à l’esprit qu’ils se sont promis amour et fidélité, des conjoints qui craignent Jéhovah coopéreront en accord avec ses principes élevés pour résoudre n’importe quelle difficulté.

4, 5. a) Comment une femme doit-​elle considérer l’autorité de son mari ? b) Comment le mari doit-​il exercer sa responsabilité de chef de famille ? c) De quelle façon Cathy et Fred ont-​ils dû s’adapter ?

4 Détaillant les devoirs de chacun des conjoints, Paul a écrit : « Que les femmes soient soumises à leurs maris comme au Seigneur, parce que le mari est chef de sa femme comme le Christ aussi est chef de la congrégation » (Éph. 5:22, 23). Loin de rendre la femme inférieure à son mari, ce principe l’aide à remplir le rôle que Dieu prévoyait pour elle lorsqu’il a dit : « Il n’est pas bon que l’homme [Adam] reste seul. Je vais lui faire une aide qui lui corresponde » (Gen. 2:18). Tout comme Christ, le « chef de la congrégation », manifeste de l’amour, un mari chrétien doit exercer son autorité avec amour. Lorsqu’il le fait, sa femme se sent en sécurité et trouve de la satisfaction à être respectueuse, solidaire et soumise.

5 Cathy [1] reconnaît que le mariage demande de l’adaptation : « Quand j’étais célibataire, j’étais indépendante et je me débrouillais toute seule. Avec le mariage, j’ai dû apprendre à dépendre de mon mari. Ça n’a pas toujours été facile, mais en faisant les choses comme Jéhovah le demande, nous sommes devenus un couple très uni. » Fred, son mari, admet : « J’ai toujours eu du mal à prendre des décisions. Et tenir compte d’une deuxième personne ajoute à la difficulté. Mais en priant Jéhovah de me guider et en écoutant attentivement l’avis de ma femme, j’y arrive de mieux en mieux. Je sens que nous formons une vraie équipe ! »

6. Quand il y a des problèmes dans un couple, comment l’amour est-​il « un lien d’union parfait » ?

6 Un couple solide se compose de deux personnes qui font preuve d’indulgence pour les imperfections de l’autre. Elles « continue[nt] à [se] supporter » et « à [se] pardonner volontiers » l’une à l’autre. C’est sûr, les deux commettent des erreurs. Mais quand cela arrive, c’est l’occasion d’en tirer des leçons, de pardonner et de laisser l’amour exercer son plein rôle de « lien d’union parfait » (Col. 3:13, 14). En outre, « l’amour est patient et bon. [...] Il ne tient pas compte du mal subi » (1 Cor. 13:4, 5). Les malentendus doivent être dissipés le plus vite possible.  C’est pourquoi un couple chrétien doit s’efforcer de résoudre tout désaccord avant la fin de la journée (Éph. 4:26, 27). Un sincère « Pardon de t’avoir fait de la peine » demande de l’humilité et du courage, mais contribue grandement à régler les problèmes et à rapprocher les conjoints.

LE BESOIN DE TENDRESSE

7, 8. a) Quels conseils la Bible donne-​t-​elle sur les relations sexuelles entre conjoints ? b) Pourquoi les conjoints doivent-​ils se manifester de la tendresse ?

7 Les sages conseils bibliques peuvent aider un couple à avoir un point de vue équilibré sur le dû conjugal (lire 1 Corinthiens 7:3-5). Il est essentiel de manifester une considération bienveillante pour les sentiments et les besoins de son conjoint. Si elle n’est pas traitée avec tendresse, une femme peut avoir du mal à apprécier cet aspect du mariage. Les maris doivent agir envers leurs femmes « selon la connaissance » (1 Pierre 3:7). Les relations sexuelles ne devraient jamais être exigées ni forcées, mais devraient venir naturellement. Souvent, l’homme réagit plus vite que la femme, mais émotionnellement, le moment doit être le bon pour les deux conjoints.

8 Sans fournir de règles précises sur la nature et les limites des jeux amoureux qui peuvent être associés à une intimité sexuelle naturelle, la Bible parle toutefois de marques de tendresse (Chant de S. 1:2 ; 2:6). Des conjoints chrétiens doivent se traiter avec tendresse.

9. Pourquoi est-​ce mal de manifester un intérêt sexuel pour quelqu’un d’autre que son conjoint ?

9 Un amour fort pour Dieu et pour le prochain ne laissera rien ni personne nuire aux liens conjugaux. Certains mariages ont subi des tensions, voire l’échec, à cause de la dépendance d’un des conjoints à la pornographie. Toute attirance pour la pornographie ou tout intérêt sexuel pour quelqu’un d’autre que son conjoint est à combattre fermement. Donner ne serait-​ce que l’impression d’avoir un comportement séducteur envers quelqu’un d’autre est un manque d’amour ; il faut s’en abstenir. Si nous nous souvenons que Dieu connaît toutes nos pensées et nos actions, nous aurons le désir de lui plaire et de rester chastes (lire Matthieu 5:27, 28 ; Hébreux 4:13).

QUAND DES TENSIONS APPARAISSENT

10, 11. a) Le divorce est-​il courant ? b) Que dit la Bible à propos de la séparation ? c) Qu’est-​ce qui aidera un conjoint à ne pas penser trop vite à la séparation ?

10 Si des problèmes graves persistent, il peut arriver que l’un des conjoints ou les deux envisagent la séparation ou le divorce. Dans certains pays, plus de la moitié des mariages finissent par un divorce. Même si cette tendance n’est pas aussi marquée dans la congrégation chrétienne, on y note une augmentation inquiétante des problèmes conjugaux.

11 La Bible donne ces instructions : « Qu’une femme ne se sépare pas de son mari ; mais si vraiment elle se sépare, qu’elle reste sans se marier ou bien qu’elle se réconcilie avec son mari ; et un mari ne doit pas quitter sa femme » (1 Cor. 7:10, 11). La séparation ne doit pas être prise à la légère. Bien qu’elle puisse sembler être la solution à des difficultés graves, elle en occasionne souvent d’autres. Après avoir répété la déclaration de Dieu selon laquelle l’homme quitterait son père et sa mère et s’attacherait à sa femme, Jésus a dit : « Ce que Dieu a attelé au même joug, que l’homme ne le sépare pas » (Mat. 19:3-6 ;  Gen. 2:24). Cela signifie que pas même le mari ni la femme ne doit séparer « ce que Dieu a attelé au même joug ». Aux yeux de Jéhovah, le mariage est une union pour la vie (1 Cor. 7:39). S’ils sont conscients que tous rendront des comptes à Dieu, les conjoints feront de sérieux efforts pour résoudre les problèmes sans tarder afin qu’ils ne s’aggravent pas.

12. Qu’est-​ce qui pourrait amener un conjoint à penser à la séparation ?

12 Un problème de couple peut être dû à des attentes irréalistes. Quand ses rêves d’un mariage heureux ne se concrétisent pas, une personne peut devenir insatisfaite, se sentir trahie, voire s’aigrir. Des tensions peuvent surgir à cause des différences de constitution émotionnelle ou d’éducation, ou bien de désaccords au sujet de l’argent, des relations avec la belle-famille ou de l’éducation des enfants. Malgré tout, il est réjouissant de constater que la grande majorité des couples chrétiens se laissent guider par Dieu et trouvent à tous ces problèmes des solutions acceptables aux deux conjoints.

13. Pour quelles raisons valables peut-​on se séparer ?

13 La séparation peut parfois se justifier. Le refus délibéré de pourvoir aux besoins des siens, des violences physiques ou la mise en danger incontestable de la spiritualité d’un des conjoints sont des situations exceptionnelles que certains ont considérées comme des motifs de séparation [2]. Un couple en proie à des problèmes graves devrait faire appel aux anciens. Ces frères expérimentés peuvent l’aider à appliquer les conseils de la Parole de Dieu. Le couple devrait aussi prier Jéhovah de lui donner son esprit, et de l’aider à appliquer ses principes et à manifester le fruit de l’esprit (Gal. 5:22, 23).

14. Que dit la Bible aux chrétiens qui ont un conjoint non Témoin ?

14 Certains chrétiens ont un conjoint qui ne sert pas encore Jéhovah. Dans une telle situation, la Bible donne de bonnes raisons de ne pas se séparer (lire 1 Corinthiens 7:12-14). Que le conjoint non Témoin en soit conscient ou pas, il est « sanctifié » parce qu’il est marié à un serviteur de Jéhovah. Leurs enfants sont considérés comme « saints » et se trouvent ainsi sous la protection divine. Paul explique : « Femme, comment sais-​tu que tu ne sauveras pas ton mari ? Ou bien, mari, comment sais-​tu que tu ne sauveras pas ta femme ? » (1 Cor. 7:16). Presque toutes les congrégations de Témoins de Jéhovah comptent des couples où le chrétien a largement contribué à « sauve[r] » son conjoint.

15, 16. a) Quel conseil la Bible contient-​elle pour une chrétienne qui a un mari non Témoin ? b) Si un non-Témoin « entreprend de se séparer », comment le conjoint chrétien doit-​il réagir ?

15 L’apôtre Pierre recommande aux chrétiennes d’être soumises à leur mari, « afin que, si quelques-uns n’obéissent pas à la parole, ils soient gagnés sans parole grâce à la conduite de leurs femmes, parce qu’ils auront été témoins oculaires de [leur] conduite pure ainsi que d’un profond respect ». Par une conduite reflétant « l’esprit doux et paisible, qui est d’une grande valeur aux yeux de Dieu », une femme aura plus de chances de gagner son mari au vrai culte qu’en parlant de ses croyances avec insistance (1 Pierre 3:1-4).

16 Que faire si le conjoint non Témoin choisit de se séparer ? La Bible dit : « Si le non-croyant entreprend de se séparer, qu’il se sépare ; un frère ou une sœur ne sont pas asservis en pareil cas, mais Dieu vous a appelés à la paix » (1 Cor. 7:15).  Cela ne veut pas dire que le chrétien est désormais bibliquement libre de se remarier. Mais il n’est pas obligé d’essayer de forcer son conjoint à rester. La séparation peut lui apporter une certaine paix. De plus, le chrétien peut espérer que son conjoint revienne avec le désir de travailler à sauver leur couple et finisse par partager ses croyances.

LE MARIAGE ET NOS PRIORITÉS

En donnant la priorité aux choses spirituelles, tu peux rendre ton couple encore plus heureux (voir paragraphe 17).

17. À quoi les chrétiens mariés doivent-​ils donner la première place ?

17 Étant très avancés dans « les derniers jours », nous vivons des « temps critiques, difficiles à supporter » (2 Tim. 3:1-5). Toutefois, garder une spiritualité forte contribuera grandement à contrecarrer les influences négatives du monde. « Le temps qui reste est réduit, a écrit Paul. Désormais, que ceux qui ont des femmes soient comme s’ils n’en avaient pas, [...] et ceux qui usent du monde comme ceux qui n’en usent pas pleinement » (1 Cor. 7:29-31). Paul ne disait pas aux chrétiens mariés de négliger leurs obligations conjugales. Mais puisque le temps est réduit, ils doivent accorder la priorité aux choses spirituelles (Mat. 6:33).

18. Qu’est-​ce qui nous fait dire que les chrétiens peuvent réussir leur mariage ?

18 Même si notre époque est très éprouvante et que les échecs conjugaux se multiplient autour de nous, il est possible de réussir son mariage et d’être heureux. Les chrétiens mariés qui restent proches du peuple de Jéhovah, qui appliquent les conseils bibliques et qui acceptent la direction de l’esprit saint peuvent préserver « ce que Dieu a attelé au même joug » (Marc 10:9).

^ [1] (paragraphe 5) Les prénoms ont été changés.

^ [2] (paragraphe 13) Voir l’appendice intitulé « Le point de vue biblique sur le divorce et la séparation », dans le livre « Gardez-​vous dans l’amour de Dieu ».