Aller au contenu

Aller à la table des matières

Que signifie être une personne spirituelle ?

Que signifie être une personne spirituelle ?

« [Que Dieu] vous accorde d’avoir entre vous la même attitude mentale qu’avait Christ Jésus » (ROM. 15:5).

CANTIQUES : 17, 13

1, 2. a) Que pensent beaucoup de nos frères et sœurs à propos de la spiritualité ? b) À quelles questions clés répondrons-​nous ?

« ÊTRE une personne spirituelle m’a rendue plus heureuse et m’a aidée à surmonter les épreuves de la vie », témoigne une sœur du Canada. Un frère qui vit au Brésil fait ce constat : « Ma femme et moi sommes heureux en mariage depuis 23 ans parce que nous nous efforçons d’être des personnes spirituelles. » Et un frère des Philippines explique : « Être quelqu’un de spirituel me permet d’avoir l’esprit en paix et de mieux m’entendre avec des frères d’origines différentes. »

2 À l’évidence, être quelqu’un de spirituel procure de nombreux bienfaits. Alors que faire pour progresser en spiritualité et ressentir plus pleinement ces bienfaits ? Tout d’abord, nous devons bien comprendre ce que la Bible dit sur les personnes spirituelles. Dans cet article, nous répondrons à trois questions clés : 1) Que signifie être une personne spirituelle ? 2) Quels exemples nous aideront à progresser spirituellement ? 3) Pourquoi peut-​on dire qu’avoir « la pensée de Christ » nous aide à être spirituels ?

 QU’EST-​CE QU’UNE PERSONNE SPIRITUELLE ?

3. Selon la Bible, quelle est la différence entre quelqu’un de « physique » et quelqu’un de « spirituel » ?

3 L’apôtre Paul nous aide à comprendre la différence entre un « homme spirituel » et un « homme physique » (lire 1 Corinthiens 2:14-16). Quelqu’un de « physique » n’accepte pas « les choses de l’esprit de Dieu, car elles sont une sottise pour lui ; et il ne peut pas parvenir à les connaître ». À l’inverse, quelqu’un de « spirituel » « examine [...] toutes choses » et il a « la pensée de Christ », ce qui signifie qu’il s’efforce de penser comme Jésus. Paul nous encourage bien sûr à être des personnes spirituelles. Quelles autres différences y a-​t-​il entre quelqu’un de physique et quelqu’un de spirituel ?

4, 5. Quelles sont les caractéristiques d’une personne physique ?

4 Une personne physique adopte la façon de penser du monde, qui consiste à se concentrer sur les désirs de la chair, c’est-à-dire les désirs égoïstes. On dit aussi qu’une telle personne est charnelle. Paul a parlé de cette façon de penser comme de « l’esprit qui opère maintenant dans les fils de la désobéissance » (Éph. 2:2). Cet esprit pousse les gens à suivre la tendance générale : faire comme bon leur semble, sans se soucier des normes de Dieu. Une personne physique se préoccupe souvent à l’excès de sa position sociale ou de l’argent, et elle cherche avant tout à défendre ses droits.

5 De plus, une personne physique pratique généralement ce que la Bible appelle « les œuvres de la chair » (Gal. 5:19-21). Dans sa première lettre aux Corinthiens, Paul mentionne d’autres caractéristiques de ceux qui sont charnels : ils créent des divisions, prennent parti dans des désaccords, encouragent à la rébellion, se font des procès les uns aux autres, ne respectent pas l’autorité et manquent de maîtrise pour ce qui est de manger et de boire. La Bible indique aussi que quelqu’un de charnel ne résiste pas à la tentation (Prov. 7:21, 22). Et Jude a écrit que certains deviendraient tellement charnels qu’ils n’auraient « pas de spiritualité » (Jude 18, 19).

6. À quoi reconnaît-​on une personne spirituelle ?

6 À l’inverse, une personne spirituelle se soucie profondément de sa relation avec Dieu. Elle se laisse guider par l’esprit saint et s’efforce d’imiter Jéhovah (Éph. 5:1). Elle cherche à comprendre sa façon de penser et à voir les choses comme lui. Dieu est très réel pour elle. Quelqu’un de spirituel s’efforce d’appliquer les principes de Jéhovah dans tous les aspects de sa vie (Ps. 119:33 ; 143:10). Plutôt que de pratiquer « les œuvres de la chair », il cherche à manifester les qualités du « fruit de l’esprit » (Gal. 5:22, 23).

7. Selon la Bible, quels bienfaits ceux qui sont spirituels se procurent-​ils ?

7 La Bible montre que ceux qui sont spirituels se procurent de nombreux bienfaits. Nous lisons en Matthieu 5:3 : « Heureux ceux qui sont conscients de leur pauvreté spirituelle [ou : de leurs besoins spirituels], puisque le royaume des cieux leur appartient. » Et Romains 8:6 explique : « Penser à la chair, en effet, signifie la mort, mais penser à l’esprit signifie vie et paix. » En nous concentrant sur les choses spirituelles, nous pouvons donc être en paix avec Dieu et  avec nous-​mêmes dès aujourd’hui, et vivre éternellement dans l’avenir.

8. Pourquoi peut-​il être difficile de devenir et de rester quelqu’un de spirituel ?

8 Cependant, nous vivons dans un monde dangereux. Comme nous sommes entourés de personnes qui ne pensent pas comme Dieu, nous devons faire de gros efforts pour devenir et rester quelqu’un de spirituel. Si nous ne remplissons pas notre esprit avec les pensées de Jéhovah, le monde le remplira avec ses raisonnements charnels. Comment éviter cela ? Comment progresser spirituellement ?

DES EXEMPLES À SUIVRE

9. a) Qu’est-​ce qui peut nous aider à progresser en spiritualité ? b) Quels exemples de personnes spirituelles allons-​nous examiner ?

9 Pour acquérir de la maturité, un enfant a besoin d’observer ses parents et d’imiter leur bel exemple. De même, pour progresser en spiritualité, nous avons besoin d’observer et d’imiter ceux qui ont une relation forte avec Jéhovah. D’un autre côté, ceux qui sont charnels nous servent d’exemples à ne pas suivre (1 Cor. 3:1-4). La Bible contient des bons et des mauvais exemples. Mais arrêtons-​nous sur trois modèles à imiter : Jacob, Marie et Jésus.

Qu’apprenons-​nous de l’exemple de Jacob ? (voir le paragraphe 10).

10. Comment Jacob a-​t-​il montré qu’il était quelqu’un de spirituel ?

10 Jacob. Comme beaucoup d’entre nous, il n’a pas eu une vie facile. Son propre frère, Ésaü, a voulu le tuer. Son beau-père a essayé plusieurs fois de l’exploiter. Mais Jacob avait foi en la promesse que Jéhovah avait faite à Abraham. Et comme il savait que sa famille jouerait un rôle dans l’accomplissement de cette promesse, il a fait de son mieux pour en prendre soin (Gen. 28:10-15). Comment savons-​nous qu’il n’a pas laissé les personnes « physiques » de son entourage lui faire oublier les  promesses de Jéhovah ? Par exemple, quand il s’est senti menacé par Ésaü, il a supplié Jéhovah de le délivrer et a ajouté : « Tu as dit : “Vraiment, je te ferai du bien et je constituerai ta semence comme les grains de sable de la mer” » (Gen. 32:6-12). Manifestement, Jacob avait une foi forte dans les promesses de Jéhovah, et sa façon de vivre le prouvait.

Qu’apprenons-​nous de l’exemple de Marie ? (voir le paragraphe 11).

11. Qu’est-​ce qui montre que Marie était une femme spirituelle ?

11 Marie. Jéhovah l’a choisie pour être la mère de Jésus parce que c’était une jeune femme spirituelle. Sa spiritualité ressort de ce qu’elle a dit quand elle a rendu visite à ses proches, Zacharie et Élisabeth (lire Luc 1:46-55). Les paroles de Marie prouvent qu’elle aimait profondément la Parole de Dieu et qu’elle connaissait très bien les Écritures hébraïques (Gen. 30:13 ; 1 Sam. 2:1-10 ; Mal. 3:12). Remarquons également que, même après leur mariage, Marie et Joseph n’ont pas eu de relations sexuelles jusqu’à la naissance de Jésus. Cela montre qu’ils accordaient plus d’importance à la mission que Dieu leur avait confiée qu’à leurs désirs personnels (Mat. 1:25). De plus, au cours des années, Marie a observé attentivement ce qui se passait dans la vie de Jésus et elle a gardé « dans son cœur » toutes les paroles de sagesse qu’il prononçait (Luc 2:51). De toute évidence, elle s’intéressait aux prophéties concernant le Messie. Pouvons-​nous imiter Marie en mettant la volonté de Dieu en premier dans notre vie ?

12. a) Sur terre, comment Jésus a-​t-​il imité son Père ? b) Comment suivre l’exemple de Jésus ? (voir l’illustration du titre).

12 Jésus. De toutes les personnes qui ont vécu sur terre, il est le meilleur exemple de spiritualité. Au cours de son ministère et de sa vie en général, il a montré qu’il voulait imiter son Père. Il pensait et il agissait comme lui, et il éprouvait le même genre de sentiments. Il faisait sa volonté et il se conformait à ses exigences (Jean 8:29 ; 14:9 ; 15:10). Par exemple, compare la compassion de Jéhovah décrite par Isaïe et les sentiments de Jésus décrits par Marc (lire Isaïe 63:9 ; Marc 6:34). Sommes-​nous, comme Jésus, toujours disposés à manifester de la compassion envers ceux qui ont besoin d’aide ? Comme lui, est-​ce que nous prêchons et enseignons la bonne nouvelle avec zèle ? (Luc 4:43). Quelqu’un de spirituel manifeste ces qualités.

13, 14. a) Que pouvons-​nous apprendre de frères et sœurs spirituels aujourd’hui ? b) Cite un exemple.

13 Nous avons aussi beaucoup d’exemples modernes de frères et sœurs spirituels qui s’efforcent d’imiter Jésus. Tu remarques peut-être leur zèle en prédication, leur grande hospitalité et leur compassion. Ils ne sont pas parfaits, mais ils font de gros efforts pour développer des qualités qui plaisent à Dieu. Rachel, une sœur du Brésil, raconte : « J’aimais suivre la mode. Du coup, je ne m’habillais pas très modestement. Mais en découvrant la vérité, j’ai eu envie de faire ce qu’il fallait pour devenir une personne spirituelle. Ça n’a pas été facile, mais aujourd’hui je suis plus heureuse et j’ai trouvé un but véritable à ma vie. »

14 Reylene, qui vit aux Philippines, s’était beaucoup investie dans ses études supérieures et sa carrière, même  si elle était déjà dans la vérité. Elle raconte : « J’ai commencé à perdre mes objectifs spirituels. Mais je me suis rendu compte qu’il me manquait quelque chose, quelque chose de bien plus important que mon travail. Alors, j’ai recentré ma vie sur mon service pour Jéhovah. » Aujourd’hui, Reylene a pleinement foi dans ce que Jéhovah promet en Matthieu 6:33, 34. Elle dit : « Je suis sûre que Jéhovah prendra soin de moi ! » Tu as peut-être des frères et sœurs aussi exemplaires dans ta congrégation. Nous voulons certainement imiter ces fidèles Témoins qui suivent l’exemple de Jésus ! (1 Cor. 11:1 ; 2 Thess. 3:7).

AYONS « LA PENSÉE DE CHRIST »

15, 16. a) Pour imiter Jésus, que devons-​nous faire ? b) Comment laisser « la pensée de Christ » nous influencer ?

15 Comment pouvons-​nous imiter Jésus ? Un Corinthiens 2:16 explique que nous devons avoir « la pensée de Christ ». Et Romains 15:5 nous encourage à avoir « la même attitude mentale qu’avait Christ Jésus ». Pour l’imiter, nous devons donc bien connaître sa façon de penser et sa personnalité. Et puisque Jésus se soucie plus que tout de sa relation avec son Père, être comme lui nous rapprochera de Jéhovah. C’est donc très important d’apprendre à penser comme Jésus.

16 Dans la pratique, comment faire ? Les disciples de Jésus l’ont vu accomplir des miracles, l’ont entendu enseigner des foules, et ont observé sa manière de traiter des gens de toutes sortes et d’appliquer les principes de Jéhovah. Ils ont dit : « Nous sommes témoins de toutes les choses qu’il a faites » (Actes 10:39). Mais aujourd’hui, nous ne pouvons pas observer Jésus. Heureusement, nous avons les récits des Évangiles, qui nous aident à bien le connaître. Quand nous lisons et méditons les livres de Matthieu, de Marc, de Luc et de Jean, nous laissons « la pensée de Christ » nous influencer. Cela nous aide à « suiv[re] fidèlement ses traces » et à nous « arme[r] du même état d’esprit » que lui (1 Pierre 2:21 ; 4:1).

17. Quels bienfaits retirons-​nous à penser comme Jésus ?

17 Quels bienfaits retirons-​nous à penser comme Jésus ? Tout comme manger des aliments sains renforce notre organisme, nourrir notre esprit de « la pensée de Christ » renforce notre spiritualité. Petit à petit, nous en venons à savoir ce qu’il aurait fait dans n’importe quelle situation. Cela nous permet de prendre des décisions qui plaisent à Dieu et de garder ainsi une bonne conscience. N’es-​tu pas d’accord pour dire que ce sont d’excellentes raisons de « revêt[ir] le Seigneur Jésus Christ » ? (Rom. 13:14).

18. Qu’as-​tu appris de l’examen de cet article ?

18 Nous avons vu ce que signifie être quelqu’un de spirituel. Nous avons aussi vu que nous pouvons beaucoup apprendre des personnes spirituelles. Enfin, nous avons compris qu’avoir « la pensée de Christ » nous aide à progresser en spiritualité. Cependant, d’autres questions se posent. Par exemple : Comment savoir si nous sommes spirituellement forts ? Que faire pour devenir plus fort spirituellement ? Et comment notre spiritualité influencera-​t-​elle notre vie ? L’article suivant répondra à ces questions.