Aller au contenu

Aller au sommaire

« Si vous savez ces choses, heureux êtes-​vous si vous les faites »

« Si vous savez ces choses, heureux êtes-​vous si vous les faites »

« Ma nourriture, c’est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé et de terminer son œuvre » (JEAN 4:34).

CANTIQUES : 80, 35

1. Quel effet l’état d’esprit égoïste du monde pourrait-​il avoir sur nous ?

POURQUOI est-​ce souvent difficile de mettre en pratique ce que nous apprenons dans la Bible ? Entre autres parce qu’il faut de l’humilité pour faire ce qui est bien et que le monde actuel ne nous encourage pas à cultiver cette qualité. En ces « derniers jours », beaucoup de gens sont « égoïstes, amis de l’argent, vantards, orgueilleux » et « sans maîtrise de soi » (2 Tim. 3:1-3). Nous savons que nous devons rejeter ces défauts. Mais nous pourrions parfois envier ceux qui les manifestent et qui semblent réussir leur vie (Ps. 37:1 ; 73:3). Nous pourrions même nous demander : « Cela vaut-​il vraiment la peine de faire passer les intérêts des autres avant les miens ? Si je me conduis “comme un petit”, est-​ce que les autres continueront à me respecter ? » (Luc 9:48). Si nous laissions l’état d’esprit égoïste du monde nous influencer, cela pourrait nuire à nos relations avec nos frères et sœurs. De plus, les gens pourraient avoir du mal à nous identifier à des chrétiens. Par contre, en examinant et en imitant les exemples  d’humilité mentionnés dans la Bible, nous nous procurerons des bienfaits.

2. Que pouvons-​nous apprendre des fidèles du passé ?

2 Pour que les fidèles du passé soient nos modèles, nous devons chercher à comprendre ce qui leur a permis de devenir les amis de Dieu. Qu’ont-​ils fait pour lui plaire ? Comment ont-​ils trouvé la force de faire ce qui est bien ? Ce genre d’examen est essentiel pour renforcer notre foi.

POUR GARDER UNE FOI FORTE

3, 4. a) Par quels moyens Jéhovah nous enseigne-​t-​il ? b) Pourquoi ne suffit-​il pas d’acquérir des connaissances pour garder une foi forte ?

3 Jéhovah nous fournit tout ce qu’il nous faut pour garder une foi forte. Il nous donne de nombreux conseils et une excellente formation au moyen de la Bible, de nos publications, de jw.org, de JW Télédiffusion, de nos réunions et de nos assemblées. Mais Jésus a expliqué qu’acquérir des connaissances ne suffit pas. Il a dit : « Ma nourriture, c’est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé et de terminer son œuvre » (Jean 4:34).

4 Faire la volonté de Dieu était comme de la nourriture pour Jésus. En effet, tout comme un bon repas est agréable et redonne des forces, faire la volonté de Dieu fortifie la foi. Par exemple, t’est-​il déjà arrivé de partir prêcher alors que tu ne te sentais pas très bien, et de rentrer chez toi heureux et revigoré ?

5. Quels bienfaits la sagesse procure-​t-​elle ?

5 Quand nous obéissons humblement à Jéhovah, nous faisons preuve de sagesse (Ps. 107:43). Et cette qualité procure de nombreux bienfaits. En effet, la Bible dit : « Heureux l’homme qui trouve la sagesse [...]. Elle est plus précieuse que les coraux ; rien de ce que tu désires n’a autant de valeur [...]. Elle est un arbre de vie pour ceux qui la saisissent, et on proclamera heureux ceux qui la tiennent ferme » (Prov. 3:13-18). Jésus a dit à ses disciples : « Si vous savez ces choses, heureux êtes-​vous si vous les faites » (Jean 13:17). Les disciples seraient heureux tant qu’ils continueraient à faire ce que Jésus leur avait enseigné. Suivre ses enseignements et son exemple devait devenir leur mode de vie.

6. Pourquoi devons-​nous continuer à mettre en pratique ce que nous apprenons ?

6 Nous aussi, nous devons continuer à mettre en pratique ce que nous apprenons. Pour illustrer, imagine un mécanicien qui a toutes sortes d’outils et une certaine connaissance de son métier. Tout cela ne lui sera utile que s’il s’en sert. Il a peut-être des années d’expérience, mais s’il veut rester habile et efficace, il doit continuer de pratiquer ce qu’il a appris. Pareillement, quand nous avons découvert la vérité, nous avons ressenti des bienfaits en appliquant ce que nous apprenions dans la Bible. Mais pour que notre bonheur soit durable, nous devons continuer chaque jour de mettre en pratique ce que Jéhovah nous enseigne.

7. Comment tirer profit de l’exemple de fidèles du passé ?

7 Il y a des situations dans lesquelles il peut être difficile de rester humble. Tout en examinant comment des fidèles du passé y sont parvenus, nous verrons quatre façons de rester humbles nous aussi. Mais pour être forts spirituellement, nous ne devons pas seulement lire ce que ces fidèles ont fait. Nous devons aussi réfléchir à leur exemple et mettre rapidement en pratique ce qu’il nous apprend.

 CONSIDÈRE LES AUTRES COMME TES ÉGAUX

8, 9. Qu’apprenons-​nous sur l’humilité de Paul en Actes 14:8-15 ? (voir l’illustration du titre).

8 Dieu veut que « toutes sortes de gens soient sauvés et parviennent à une connaissance exacte de la vérité » (1 Tim. 2:4). Comment considères-​tu ceux qui ne connaissent pas encore la vérité ? L’apôtre Paul prêchait à des Juifs, qui avaient déjà une certaine connaissance de Dieu. Mais il prêchait aussi à des adorateurs de faux dieux, ce qui a parfois mis à l’épreuve son humilité. Comment cela ?

9 Lors de son premier voyage missionnaire, Paul s’est rendu à Lystre, en Lycaonie, avec Barnabé. Les habitants de cette ville les ont pris pour des super-héros et leur ont donné les noms de leurs dieux Zeus et Hermès. Paul et Barnabé ont-​ils cherché à profiter un peu de cette popularité ? Se sont-​ils dit qu’ils avaient bien besoin de réconfort après toutes les persécutions qu’ils venaient de subir dans d’autres villes ? Ont-​ils pensé qu’un peu de publicité contribuerait à faire connaître la bonne nouvelle ? Pas du tout ! Ils ont tout de suite protesté en s’écriant : « Pourquoi faites-​vous cela ? Nous sommes des humains avec les mêmes faiblesses que vous » (Actes 14:8-15).

10. Pourquoi Paul et Barnabé ne se sentaient-​ils pas supérieurs aux Lycaoniens ?

10 En disant qu’eux aussi étaient des humains, Paul et Barnabé rappelaient qu’ils étaient imparfaits. Ils ne voulaient pas dire qu’ils pratiquaient le même genre de culte que les Lycaoniens. En effet, ils avaient tous les deux été nommés missionnaires par Dieu lui-​même (Actes 13:2). De plus, ils avaient été oints d’esprit saint et bénéficiaient d’une magnifique espérance. Mais ils ne se sentaient pas pour autant supérieurs aux autres. Ils comprenaient que les Lycaoniens pourraient eux aussi recevoir l’espérance céleste s’ils acceptaient la bonne nouvelle.

11. Quand nous prêchons, comment imiter l’humilité de Paul ?

11 Comment imiter l’humilité de Paul ? Ne cherchons jamais à être admirés pour les choses que nous accomplissons avec l’aide de Jéhovah. De plus, demandons-​nous : « Comment est-​ce que je considère ceux à qui je prêche ? Se pourrait-​il que je sois influencé par des préjugés envers certaines catégories de personnes ? » Les Témoins de Jéhovah du monde entier analysent leur territoire pour savoir quelles langues y sont parlées. Ils veulent aider un maximum de gens à connaître la vérité. Cela nécessite parfois d’apprendre la langue ou les coutumes de personnes qui sont souvent méprisées. Mais ils ne se sentent jamais supérieurs à ces personnes. Ils cherchent plutôt à comprendre les besoins de chacune d’elles, afin de les aider à accepter le message du Royaume.

PRIE POUR LES AUTRES EN CITANT LEUR NOM

12. Comment Épaphras a-​t-​il montré qu’il se souciait sincèrement des autres ?

12 Une autre façon de nous montrer humbles est de prier pour nos frères et sœurs, qui ont déjà « acquis une foi aussi précieuse que la nôtre » (2 Pierre 1:1). C’est ce que faisait Épaphras. Alors que Paul se trouvait en résidence surveillée à Rome, il a écrit aux chrétiens de Colosses qu’Épaphras « lutt[ait] toujours pour [eux] dans ses prières » (Col. 4:12). Épaphras connaissait bien ses compagnons, et il se souciait profondément d’eux. Pourtant, il avait lui-​même des problèmes. Pendant un temps, par exemple, il a été le « compagnon de captivité » de  Paul (Philém. 23). Mais cela ne l’a pas empêché de penser aux besoins de ses frères et sœurs. Et il a fait quelque chose pour les aider : il a prié pour eux. Nous pouvons nous aussi prier pour nos compagnons, peut-être même en les mentionnant par leur nom. De telles prières ont un effet puissant (2 Cor. 1:11 ; Jacq. 5:16).

13. Comment imiter Épaphras dans tes prières ?

13 Qui peux-​tu mentionner dans tes prières ? Peut-être des membres de ta congrégation ou de ta famille qui assument de lourdes responsabilités, qui font face à des tentations, ou qui doivent prendre des décisions importantes. Tu peux également prier pour ceux dont les noms sont cités dans l’article de jw.org « Témoins de Jéhovah emprisonnés en raison de leur foi » (à retrouver sous SALLE DE PRESSE > VEILLE JURIDIQUE). N’oublie pas non plus ceux qui ont perdu un être cher, ceux qui souffrent des conséquences d’une catastrophe naturelle ou d’une guerre, et ceux qui ont des difficultés financières. En fait, beaucoup de nos frères et sœurs ont besoin de nos prières. Quand nous prions pour eux, nous montrons que nous ne pensons pas seulement à nos propres besoins, mais aussi à ceux des autres (Phil. 2:4). Jéhovah écoute de telles prières !

SOIS « TOUJOURS PRÊT À ÉCOUTER »

14. Pourquoi peut-​on dire que Jéhovah est le meilleur exemple qui soit pour ce qui est d’écouter ?

14 Une autre façon encore de nous montrer humbles est d’écouter patiemment les autres. Jacques 1:19 dit que nous devrions être « toujours prêt[s] à écouter ». Jéhovah nous donne le meilleur exemple qui soit dans ce domaine (Gen. 18:32 ; Jos. 10:14). Lis par exemple la conversation rapportée en Exode 32:11-14 (lire). Même si Jéhovah n’avait pas besoin de l’analyse de Moïse sur la situation, il l’a laissé s’exprimer. Écouterais-​tu jusqu’au bout le raisonnement de quelqu’un qui a parfois eu tort, et suivrais-​tu ensuite son avis ? Jéhovah, lui, écoute patiemment tous les humains qui le prient avec foi.

15. Comment imiter Jéhovah pour ce qui est d’honorer les autres ?

15 Demande-​toi : « Si Jéhovah est humble au point d’écouter des humains comme il l’a fait avec Abraham, Rachel, Moïse, Josué, Manoa, Élie et Ézéchias, est-​ce que je ne devrais pas m’efforcer de l’imiter ? Puis-​je honorer davantage mes frères en écoutant leurs suggestions et en les suivant quand c’est possible ? Y a-​t-​il quelqu’un dans ma congrégation ou dans ma famille à qui je pourrais accorder plus d’attention ? Que devrais-​je faire pour lui ? Que vais-​je faire pour lui ? » (Gen. 30:6 ; Juges 13:9 ; 1 Rois 17:22 ; 2 Chron. 30:20).

« PEUT-ÊTRE QUE JÉHOVAH VERRA MA DÉTRESSE »

David a répondu : « Laissez-​le tranquille. » Et toi, comment aurais-​tu réagi ? (voir les paragraphes 16, 17).

16. Comment le roi David a-​t-​il réagi quand Shiméï l’a provoqué ?

16 Nous pouvons aussi nous montrer humbles en nous maîtrisant lorsque quelqu’un nous traite injustement (Éph. 4:2). Le récit contenu en 2 Samuel 16:5-13 nous fournit un bel exemple sous ce rapport (lire). David, accompagné de ses hommes, s’est fait insulter et même agresser physiquement par Shiméï, un membre de la famille du roi Saül. Il a supporté ce traitement alors même qu’il aurait pu y mettre fin. Comment a-​t-​il trouvé la force de se maîtriser ? C’est ce que nous verrons en examinant le Psaume 3.

17. Qu’est-​ce qui a permis à David de se maîtriser, et comment l’imiter ?

 17 La suscription du Psaume 3 indique qu’il a été écrit alors que David « fuyait devant son fils Absalon ». Et en effet, les versets 1 et 2 de ce psaume correspondent aux évènements décrits en 2 Samuel 16. Puis au verset 4, David exprime toute la confiance qu’il avait en Jéhovah : « J’appellerai Jéhovah à pleine voix, et il me répondra de sa montagne sainte. » Quand nous sommes traités injustement, prions Jéhovah nous aussi. Il nous donnera alors son esprit saint. Penses-​tu à une situation dans laquelle tu dois faire preuve de maîtrise de soi ou pardonner volontiers ? Es-​tu convaincu que Jéhovah voit ton épreuve et qu’il te bénira ?

« LA SAGESSE EST LA CHOSE LA PLUS IMPORTANTE »

18. Quels bienfaits retirerons-​nous en continuant d’obéir à Jéhovah ?

18 Faire ce que nous savons être bien apporte de grands bienfaits. Comme le dit Proverbes 4:7, « la sagesse est la chose la plus importante » ! Bien que la sagesse soit fondée sur la connaissance, elle implique davantage que de comprendre des faits. Elle se voit dans les décisions que nous prenons. Même les fourmis font preuve de sagesse. Leur instinct les pousse à préparer leur nourriture pendant l’été (Prov. 30:24, 25). Christ, qui est appelé « la sagesse de Dieu », fait toujours ce qui plaît à son Père (1 Cor. 1:24 ; Jean 8:29). Dieu nous récompensera si, nous aussi, nous restons humbles et faisons preuve de sagesse en choisissant de pratiquer le bien (lire Matthieu 7:21-23). Alors, efforce-​toi de cultiver l’humilité. De cette façon, tu encourageras les autres membres de ta congrégation à servir Jéhovah humblement. Il faut du temps et de la patience pour mettre en pratique ce que nous avons appris, mais c’est une preuve d’humilité qui nous rendra heureux dès maintenant et pour l’éternité !