Aller au contenu

Aller au sommaire

Imite la compassion de Jéhovah

Imite la compassion de Jéhovah

« Jéhovah, Jéhovah, Dieu miséricordieux et compatissant » (EX. 34:6).

CANTIQUES : 142, 12

1. De quelle façon Jéhovah s’est-​il révélé à Moïse, et pourquoi est-​ce touchant ?

UN JOUR, Dieu s’est révélé à Moïse en proclamant son nom et ses qualités. Quelles qualités a-​t-​il citées en premier ? La miséricorde et la compassion (lire Exode 34:5-7). Jéhovah aurait pu mettre en avant sa puissance ou sa sagesse. Mais comme Moïse avait besoin d’être sûr qu’il le soutiendrait, il a plutôt mis en avant des qualités montrant qu’il veut aider ses serviteurs (Ex. 33:13). N’es-​tu pas touché que Jéhovah se soucie autant de nous ? Dans cet article, nous parlerons de la compassion. Elle est définie ainsi : Sentiment de pitié qui nous rend sensibles aux souffrances des autres et qui nous donne envie de les aider.

2, 3. a) Pourquoi disons-​nous que les humains ont naturellement de la compassion ? b) Pourquoi le sujet de la compassion devrait-​il t’intéresser ?

2 Les humains sont faits à l’image de Jéhovah, à sa ressemblance. C’est pourquoi ils sont naturellement capables d’avoir de la compassion. Souvent, même ceux qui ne connaissent pas Jéhovah manifestent de la compassion (Gen. 1:27). La Bible parle de nombreuses personnes qui ont manifesté de la compassion. On se rappelle l’histoire des deux prostituées qui ont demandé  à Salomon de régler leur dispute au sujet d’un enfant. Chacune disait qu’il était à elle. Pour savoir la vérité, Salomon a ordonné qu’on coupe le bébé en deux. Alors la vraie mère a ressenti une vive compassion. Elle a préféré laisser l’enfant à l’autre femme plutôt que de le voir mourir (1 Rois 3:23-27). On se souvient aussi de la fille de Pharaon qui a sauvé la vie du bébé Moïse. Elle avait compris que cet enfant était Hébreu et qu’elle ne devait pas le laisser vivre. Mais elle a eu « pitié de lui » et a décidé de l’élever comme s’il était son enfant (Ex. 2:5, 6).

3 Pourquoi le sujet de la compassion devrait-​il t’intéresser ? Parce que la Bible recommande d’imiter Jéhovah (Éph. 5:1). Mais, bien que nous ayons été créés capables de compatir, notre imperfection nous pousse plutôt à être égoïstes. Parfois nous avons du mal à choisir entre aider quelqu’un ou nous concentrer sur nous-​mêmes. Pour certains, c’est même un équilibre difficile à trouver. Qu’est-​ce qui peut t’aider à être plus compatissant ? Premièrement, prends le temps d’étudier comment Jéhovah et certains humains manifestent de la compassion. Deuxièmement, demande-​toi comment tu peux imiter Jéhovah, et pourquoi la compassion est bonne aussi pour toi.

JÉHOVAH, LE MODÈLE PARFAIT DE COMPASSION

4. a) Pourquoi Jéhovah a-​t-​il envoyé des anges à Sodome ? b) Quelle leçon tirer de l’histoire de Lot et ses deux filles ?

4 Beaucoup de récits bibliques mettent en évidence la compassion de Jéhovah. Prenons l’histoire de Lot. Cet homme juste se faisait beaucoup de souci à propos de la conduite scandaleuse des habitants de Sodome et Gomorrhe. Leur conduite était si mauvaise que Dieu avait décidé qu’ils méritaient la mort (2 Pierre 2:7, 8). Pour sauver Lot et sa famille, il a envoyé des anges qui leur ont dit de s’enfuir des villes condamnées. Mais Lot « s’attardait ». Alors, parce que Jéhovah a eu de la « compassion [...] à son égard, les [anges] saisirent sa main, la main de sa femme et les mains de ses deux filles, puis ils le firent sortir et le placèrent en dehors de la ville » (Gen. 19:16). Ce récit montre que Jéhovah sait parfaitement dans quelles situations difficiles ses fidèles se trouvent parfois ! (Is. 63:7-9 ; Jacq. 5:11, note ; 2 Pierre 2:9).

5. Comment la Bible, par exemple en 1 Jean 3:17, nous enseigne-​t-​elle à avoir de la compassion ?

5 Non seulement Jéhovah est compatissant, mais il enseigne à ses serviteurs à l’être aussi. Prenons l’exemple de sa loi qui autorisait un prêteur d’argent à prendre le vêtement de son emprunteur comme garantie de remboursement (lire Exode 22:26, 27). Pour que l’emprunteur n’ait pas froid pendant la nuit, le prêteur devait lui rendre son vêtement avant le coucher du soleil. Un prêteur sans pitié risquait de ne pas vouloir rendre le vêtement. Mais par cette loi, Jéhovah enseignait aux Israélites à ne pas être insensibles. Ils devaient être compatissants. Le principe contenu dans cette loi nous pousse à l’action. En effet, laisserions-​nous notre frère ou notre sœur « avoir froid » si nous pouvions faire quelque chose pour soulager sa souffrance ? (Col. 3:12; Jacq. 2:15, 16 ; lire 1 Jean 3:17).

6. Quelle leçon peut-​on tirer des efforts insistants de Jéhovah pour aider les Israélites pécheurs à changer ?

6 Même quand les Israélites péchaient, Jéhovah ressentait de la compassion pour eux. « [Il] leur envoyait des avertissements par le moyen de ses messagers, envoyant maintes et maintes fois, car il avait pitié de son peuple et de sa demeure »  (2 Chron. 36:15). Nous aussi, nous devrions avoir de la compassion pour ceux qui ne connaissent pas encore Jéhovah, mais qui pourraient un jour se repentir de leurs péchés et devenir ses amis. Jéhovah ne veut pas que même une seule personne soit détruite quand il exécutera son jugement (2 Pierre 3:9). Donc, avant qu’il intervienne et détruise les méchants, continuons de proclamer son avertissement compatissant.

7, 8. Pourquoi une famille est-​elle convaincue que Jéhovah a eu de la compassion pour elle ?

7 On pourrait citer de nombreux faits illustrant la compassion de Dieu. Voici par exemple ce qui est arrivé à la famille d’un garçon de 12 ans, que nous appellerons Milan. C’était au début des années 1990, en Bosnie, à l’époque d’une guerre ethnique. Milan, son frère, ses parents et plusieurs autres Témoins de Jéhovah avaient pris l’autocar pour aller en Serbie. Ils allaient à une assemblée régionale où les parents de Milan devaient se faire baptiser. Mais, à la frontière, en voyant l’origine ethnique des parents de Milan, les soldats ont fait descendre toute la famille du car et ont laissé les autres Témoins repartir. Au bout de deux jours, le chef a demandé par radio à son supérieur ce qu’il fallait faire de cette famille. Comme il se tenait juste en face de Milan et sa famille, ils ont tous entendu la réponse : « Fais-​les sortir et tue-​les ! »

8 Pendant que le chef parlait avec ses hommes, deux inconnus se sont dirigés vers la famille. Ils leur ont dit à voix basse qu’ils étaient Témoins de Jéhovah et que des passagers du car leur avaient raconté ce qui s’était passé. Ils ont dit à Milan et à son frère de monter dans leur voiture pour traverser la frontière, puisqu’on ne contrôlait pas les papiers des enfants. Puis ils ont dit aux parents de passer derrière le poste-frontière pour les rejoindre de l’autre côté. En entendant cela, Milan s’est demandé s’il fallait rire ou pleurer. Ses parents ont dit : « Et vous croyez qu’ils vont nous laisser partir comme ça ? » Mais quand ils se sont éloignés, on aurait dit que les soldats les regardaient sans les voir. Parents et enfants se sont retrouvés de l’autre côté de la frontière, et ils sont allés à l’assemblée. Ils étaient convaincus que Jéhovah avait répondu à leurs prières intenses ! La Bible montre que Jéhovah n’intervient pas toujours directement pour protéger ses serviteurs (Actes 7:58-60). Mais Milan raconte ainsi ce qu’il a ressenti : « J’ai eu l’impression que les anges avaient rendu les soldats aveugles et que Jéhovah nous sauvait » (Ps. 97:10).

9. Comment Jésus réagissait-​il en voyant l’état des foules qui le suivaient ? (voir l’illustration du titre).

9 Jésus aussi nous a appris la compassion. Il avait pitié des foules qu’il rencontrait, « parce qu’elles étaient dépouillées et éparpillées comme des brebis sans berger ». Comment réagissait-​il en voyant leur triste état ? Il « leur enseign[ait] beaucoup de choses » (Mat. 9:36 ; lire Marc 6:34). Sa réaction était bien différente de celle des Pharisiens, qui n’avaient pas envie d’aider les gens ordinaires (Mat. 12:9-14 ; 23:4; Jean 7:49). As-​tu comme Jésus le grand désir de « nourrir » les personnes qui ont « faim » de connaître Jéhovah ?

10, 11. Faut-​il avoir de la compassion dans toutes les situations ? Explique.

10 Cela ne signifie pas qu’il faut avoir de la compassion dans toutes les situations. Par exemple, Jéhovah avait dit à Saül de tuer tous les Amaléqites (des ennemis d’Israël) et tout leur bétail. Mais Saül a laissé vivre le roi, Agag, et les meilleures bêtes du troupeau. C’était soi-disant par  « pitié », alors qu’en fait c’était de la désobéissance. Par conséquent, Jéhovah a décidé que Saül ne serait plus roi d’Israël (1 Sam. 15:3, 9, 15). Bien sûr, Jéhovah est le Juge juste. Il lit dans les cœurs, et il sait quand il ne faut pas avoir de compassion (Lam. 2:17; Ézék. 5:11). Bientôt, il exécutera son jugement contre tous les humains qui ne veulent pas lui obéir (2 Thess. 1:6-10). Il ne sera pas question pour lui d’avoir de la compassion pour ceux qu’il aura jugés méchants. Par contre, en les détruisant, il exprimera sa compassion pour les justes, qu’il sauvera.

11 Ce n’est donc pas notre rôle de juger qui doit mourir ou vivre. Par contre, nous devons faire tout notre possible pour aider les gens. Alors, comment manifester à notre prochain une compassion qui convient ? Voici quelques suggestions.

COMMENT MANIFESTER UNE COMPASSION QUI CONVIENT

12. Comment te montrer compatissant dans tes relations avec les autres ?

12 Rends service dans la vie de tous les jours. Jéhovah veut absolument que nous ayons de la compassion pour notre prochain et pour nos frères et sœurs chrétiens (Jean 13:34, 35 ; 1 Pierre 3:8). Le sens de base de « compatir », c’est « souffrir avec » quelqu’un. Quelqu’un qui compatit a envie de soulager la souffrance de l’autre, peut-être en l’aidant à se sortir de ses difficultés. Cherche des occasions d’agir ainsi ! Par exemple, pourrais-​tu aider quelqu’un en lui proposant de lui faire du ménage, ou du repassage, ou une course, ou autre ? (Mat. 7:12).

Manifeste ta compassion pour les autres en leur proposant ton aide (voir le paragraphe 12).

13. Que font les Témoins de Jéhovah après une catastrophe naturelle ?

13 Participe à des opérations de secours. En voyant souffrir des victimes de catastrophes, beaucoup de gens veulent leur manifester de la compassion. Les Témoins de Jéhovah ont la réputation d’être volontaires pour aider dans ces situations (1 Pierre 2:17). Prenons le cas d’une sœur japonaise habitante d’une région qui a été dévastée par le séisme et le tsunami de 2011. Elle raconte qu’elle a été « beaucoup encouragée et réconfortée » en voyant les nombreux volontaires de tout le Japon et de l’étranger s’activer  pour réparer les maisons et les Salles du Royaume. Elle écrit : « J’ai réalisé que Jéhovah se soucie de nous, et que ses Témoins se soucient les uns des autres. Des frères et sœurs du monde entier prient pour nous. »

14. Comment peux-​tu aider les malades et les personnes âgées ?

14 Aide les malades et les personnes âgées. Quand nous voyons des personnes subir les effets du péché hérité d’Adam, nous avons envie de leur manifester de la compassion. Nous avons hâte que la maladie et la vieillesse disparaissent, et nous prions pour que le Royaume de Dieu vienne. Mais en attendant, nous faisons notre possible pour aider les personnes qui en ont besoin. Un auteur raconte ce qui est arrivé à sa mère âgée qui avait la maladie d’Alzheimer. Un jour, elle a souillé ses sous-vêtements. Elle était en train de se nettoyer quand on a sonné à la porte : c’étaient des chrétiennes Témoins de Jéhovah qui venaient régulièrement la voir. Elles lui ont demandé si elles pouvaient l’aider. Sa mère a répondu : « Ça me gêne, mais oui. » Alors les sœurs l’ont aidée à se nettoyer. Puis elles lui ont fait du thé et sont restées bavarder un instant. Cela a beaucoup touché le fils de cette dame. Il écrit : « Bravo à ces Témoins. Elles mettent en pratique ce qu’elles prêchent. » Ta compassion pour les malades et les personnes âgées te pousse-​t-​elle à faire tout ce que tu peux, toi, pour alléger leur souffrance ? (Phil. 2:3, 4).

15. Quelle aide importante notre prédication apporte-​t-​elle aux gens ?

15 Propose une aide spirituelle. En voyant les gens se débattre contre leurs problèmes et leurs inquiétudes, nous avons envie de leur offrir une aide spirituelle. La meilleure façon de le faire, c’est de leur parler de Dieu et de ce que son Royaume va accomplir pour l’humanité. On peut aussi leur expliquer pourquoi ce serait bon pour eux d’appliquer les normes de Dieu dans leur vie (Is. 48:17, 18). Pourrais-​tu participer davantage à la prédication ? Cette activité honore vraiment Jéhovah, et elle montre ta compassion pour ton prochain (1 Tim. 2:3, 4).

TA COMPASSION EST BONNE POUR TOI AUSSI !

16. Pourquoi disons-​nous que ta compassion est bonne pour toi ?

16 Selon des spécialistes de la santé mentale, quelqu’un qui a l’habitude de compatir améliore sa santé, son bien-être et ses relations avec les autres. Quand tu soulages les souffrances de quelqu’un, tu te sens plus heureux, plus optimiste, moins seul, et tu as moins tendance à avoir des pensées négatives. Ainsi, ta compassion est bonne pour toi aussi (Éph. 4:31, 32). Un chrétien qui cherche avec bienveillance à aider les autres bénéficie d’une bonne conscience. En effet, il sait qu’il fait ce que Jéhovah attend de lui. Quelqu’un qui est volontiers compatissant est un meilleur parent, un meilleur conjoint et un meilleur ami. Il a également plus de chances d’être aidé quand il en aura besoin (lire Matthieu 5:7 ; Luc 6:38).

17. Pourquoi veux-​tu manifester de la compassion ?

17 Même si c’est bon pour toi d’être compatissant, ce n’est pas pour cette seule raison que tu devrais l’être. C’est surtout pour imiter et glorifier la Source de l’amour et de la compassion, Jéhovah (Prov. 14:31). Il est l’exemple parfait pour nous. Faisons donc tout pour imiter sa compassion. Ainsi nous favoriserons l’affection entre chrétiens, et nous aurons de bonnes relations avec les gens en général (Gal. 6:10 ; 1 Jean 4:16).