Aller au contenu

Aller au sommaire

Questions des lecteurs

Questions des lecteurs

Qui étaient les Bienfaiteurs dont Jésus a parlé le dernier soir avant sa mort, et pourquoi leur donnait-​on ce titre ?

Le dernier soir avant sa mort, Jésus a conseillé aux apôtres de ne pas chercher de position en vue parmi leurs compagnons. Il leur a dit : « Les rois des nations les dominent, et ceux qui exercent le pouvoir sur elles sont appelés Bienfaiteurs. Mais vous, vous ne devez pas être comme eux » (Luc 22:25, 26).

Qui étaient ces Bienfaiteurs dont Jésus parlait ? Des inscriptions, des pièces de monnaie et des écrits révèlent qu’il était courant dans les sociétés grecque et romaine d’honorer des hommes en leur donnant le titre d’Évergète, ou Bienfaiteur. Ce titre était donné à des dirigeants ou à d’autres hommes importants qui avaient rendu de grands services à leurs contemporains.

Plusieurs souverains ont porté le titre de Bienfaiteur. Citons Ptolémée III Évergète (vers 247-222 avant notre ère) et Ptolémée VIII Évergète II (vers 147-117 av. n. è.), des dirigeants égyptiens. Il y a eu également les empereurs romains Jules César (48-44 av. n. è.) et Auguste (31 av. n. è.–14 de n. è.), ainsi qu’Hérode le Grand, roi de Judée. Si Hérode a reçu ce titre, c’est certainement parce qu’il a distribué du blé à ses sujets lors d’une famine et a fourni des vêtements aux pauvres.

Selon le bibliste allemand Adolf Deissmann, l’utilisation du titre de Bienfaiteur était très répandue. Il a fait ce commentaire : « On peut facilement trouver, en très peu de temps, plus d’une centaine de cas [d’utilisation de ce titre] parmi les inscriptions [anciennes]. »

Alors, que signifiaient ces paroles de Jésus : « Mais vous, vous ne devez pas être comme eux » ? Est-​ce qu’il indiquait par là que les disciples ne devaient pas se soucier du bien-être de leurs contemporains ? Pas du tout. Il semblait plutôt faire allusion aux mobiles qui doivent pousser quelqu’un à se montrer généreux.

À l’époque de Jésus, de riches individus finançaient des spectacles et des jeux d’arène, construisaient des parcs et des temples, et soutenaient d’autres activités de ce genre. Cependant, ils le faisaient dans l’objectif de recevoir des louanges, d’augmenter leur popularité ou de convaincre les gens de voter pour eux. Un ouvrage biblique explique : « Certains donateurs étaient motivés par une réelle générosité, mais beaucoup pensaient surtout à leurs intérêts politiques. » C’est contre ce genre d’attitude poussée par l’ambition et la recherche d’intérêts égoïstes que Jésus mettait ses disciples en garde.

Quelques années plus tard, l’apôtre Paul a lui aussi montré l’importance d’avoir de bons mobiles quand on donne. Il a écrit aux chrétiens de Corinthe : « Que chacun fasse comme il l’a décidé dans son cœur, mais pas à contrecœur ou sous la contrainte, car Dieu aime celui qui donne avec joie » (2 Cor. 9:7).