Aller au contenu

Aller au sommaire

La bienveillance : une qualité qui se manifeste en paroles et en actions

La bienveillance : une qualité qui se manifeste en paroles et en actions

UN SEUL acte de bienveillance peut faire beaucoup pour rassurer ou réconforter quelqu’un. Et savoir qu’on se soucie de nous nous rend très heureux. Puisque la bienveillance * est une qualité appréciée de tous, comment pouvons-​nous la développer ?

Celui qui manifeste la bienveillance s’intéresse sincèrement au bien-être des autres et cherche à les aider en paroles et en actions. Cette qualité ne consiste pas seulement à avoir de bonnes manières. Elle est motivée par la compassion et un amour profond. De plus, elle fait partie du fruit de l’esprit saint que les chrétiens doivent cultiver (Gal. 5:22, 23). Voyons donc comment Jéhovah et son Fils manifestent cette qualité et comment nous pouvons les imiter.

JÉHOVAH EST BIENVEILLANT ENVERS TOUS

Jéhovah est bienveillant et attentionné envers tous, y compris « les ingrats et méchants » (Luc 6:35). Par exemple, il « fait lever le soleil sur les méchants et sur les bons, et [il] fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes » (Mat. 5:45). C’est pourquoi même ceux qui ne le reconnaissent pas comme leur Créateur bénéficient de ses dons qui entretiennent la vie, et ils peuvent ainsi être heureux dans une certaine mesure.

Ce que Jéhovah a fait pour Adam et Ève peu après leur péché est un excellent exemple de bienveillance. Le premier couple avait cousu « des feuilles de figuier » pour se faire « des pagnes ». Mais Jéhovah savait qu’ils auraient besoin de vêtements plus adaptés à la vie à l’extérieur du jardin d’Éden. En effet, le sol désormais maudit allait produire « des ronces et des chardons ». Jéhovah a donc fait preuve de bienveillance en leur fournissant « de longs vêtements de peau » (Gen. 3:7, 17, 18, 21).

Jéhovah est bienveillant envers tous, « les méchants et [...] les bons », mais il l’est surtout envers ses serviteurs fidèles. À l’époque du prophète Zacharie, un ange était triste de voir que la reconstruction du temple de Jérusalem avait complètement cessé. Jéhovah a écouté l’ange exprimer ses inquiétudes et lui a répondu par « des paroles bienveillantes et réconfortantes » (Zach. 1:12, 13). Il a fait la même chose avec le prophète Élie. Un jour, celui-ci était tellement découragé qu’il a demandé à Jéhovah de le faire mourir. Jéhovah a été attentif aux sentiments d’Élie et il a envoyé un ange le fortifier. De plus, il lui a assuré qu’il n’était pas seul. Après avoir entendu ces paroles bienveillantes et reçu une aide pratique, Élie a pu poursuivre sa mission (1 Rois 19:1-18). Parmi les serviteurs de Dieu, qui a le mieux imité le remarquable exemple de bienveillance de Jéhovah ?

 JÉSUS : UN HOMME D’UNE GRANDE BIENVEILLANCE

Durant son ministère terrestre, Jésus était connu pour sa personnalité bienveillante et attentionnée. Il n’était jamais dur ni autoritaire. Il a prononcé ces paroles compatissantes : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et qui portez une lourde charge, et je vous réconforterai » (Mat. 11:28-30). Attirés par sa bienveillance, les gens suivaient Jésus partout où il allait. « Pris de pitié pour eux », Jésus les a nourris, leur a enseigné « beaucoup de choses » sur son Père et a guéri ceux qui étaient malades ou handicapés (Marc 6:34 ; Mat. 14:14 ; 15:32-38).

Preuve de sa grande bienveillance, Jésus comprenait les sentiments des autres et se montrait attentionné envers eux. Même si c’était à des moments qui ne l’arrangeaient pas, il recevait « aimablement » tous ceux qui venaient vers lui avec sincérité (Luc 9:10, 11). Et quand une femme a touché son vêtement dans l’espoir d’être guérie de son écoulement de sang, il ne l’a pas réprimandée, alors qu’elle était impure selon la Loi (Lév. 15:25-28). Par compassion pour cette femme qui souffrait depuis 12 ans, il lui a dit : « Ma fille, ta foi t’a rétablie. Va en paix et sois guérie de ta pénible maladie » (Marc 5:25-34). Quel extraordinaire acte de bienveillance !

UNE QUALITÉ QUI POUSSE À L’ACTION

Comme nous venons de le voir, la bienveillance s’exprime par des actions. C’est ce que Jésus a indiqué dans la parabole du bon Samaritain. Dans cette histoire, un Samaritain ressent de la pitié pour un Juif qui a été volé, battu et laissé pour mort au bord d’une route. (Rappelons que les Samaritains et les Juifs se haïssaient.) La bienveillance pousse le Samaritain à agir. Il soigne les blessures de l’homme et l’emmène dans une auberge. Puis il donne de l’argent à l’aubergiste pour qu’il s’occupe de l’homme et lui dit même qu’il paiera les dépenses supplémentaires (Luc 10:29-37).

La bienveillance s’exprime également par des paroles attentionnées et encourageantes. La Bible dit que « l’inquiétude dans le cœur d’un homme l’oppresse », mais qu’« une bonne parole le réjouit » (Prov. 12:25). La bienveillance et la bonté * nous poussent à encourager par nos paroles ceux qui en ont besoin afin de les aider à retrouver leur joie. Nos paroles bienveillantes montrent que nous nous soucions d’eux. Ainsi encouragés, ils pourront mieux faire face aux épreuves de la vie (Prov. 16:24).

CULTIVE LA BIENVEILLANCE

Puisque les humains ont été créés « à l’image de Dieu », ils sont tous capables de cultiver la bienveillance (Gen. 1:27). Prenons l’exemple de Julius, un officier romain chargé d’emmener Paul et d’autres prisonniers à Rome. Il a traité l’apôtre « avec bonté et lui a permis d’aller chez ses amis [à Sidon] pour qu’ils prennent soin de lui » (Actes 27:3). Quand plus tard ils ont fait naufrage près de Malte, les habitants de l’île ont fait preuve d’« une bonté remarquable » envers eux. Ils ont même fait un feu pour les aider à se réchauffer (Actes 28:1, 2). Cela dit, agir avec bienveillance, ce n’est pas seulement accomplir de bonnes actions de temps en temps.

Si nous voulons plaire entièrement à Dieu, la bienveillance doit faire partie de notre personnalité et de notre mode de vie. Mais il faut l’admettre, ce n’est pas toujours facile d’arriver à ce résultat. Pourquoi ? Peut-être parce que nous sommes timides, que nous manquons de confiance en nous, que nous subissons de l’opposition, ou qu’il reste des traces d’égoïsme en nous. Cependant,  nous pourrons y arriver si nous prions pour recevoir de l’esprit saint et que nous nous efforçons d’imiter Jéhovah (1 Cor. 2:12).

Y a-​t-​il des domaines dans lesquels nous pourrions manifester plus de bienveillance ? Demandons-​nous : « Est-​ce que je sais écouter les autres avec compassion ? Est-​ce que je suis attentif à leurs besoins ? Quand pour la dernière fois ai-​je manifesté de la bienveillance à quelqu’un qui n’est pas un membre de ma famille ou un ami ? » Ensuite, fixons-​nous des objectifs, comme celui de mieux connaître ceux qui nous entourent, particulièrement les membres de notre assemblée. De cette façon, nous pourrons en apprendre plus sur leur situation et leurs besoins. Puis, efforçons-​nous de faire pour eux ce que nous aimerions qu’ils fassent pour nous si nous étions à leur place (Mat. 7:12). Enfin, rappelons-​nous que Jéhovah nous aidera à cultiver la bienveillance à condition que nous lui demandions son aide (Luc 11:13).

LA BIENVEILLANCE : UNE QUALITÉ ATTIRANTE

Paul a dit qu’une des choses qui l’identifiaient à un ministre de Dieu était « la bonté » (2 Cor. 6:3-6). Les gens étaient attirés par lui parce qu’il se montrait bienveillant en paroles et en actes, ce qui prouvait son intérêt pour eux (Actes 28:30, 31). Pareillement, nous pouvons attirer des personnes à la vérité en nous montrant bienveillants. Si nous le sommes envers ceux qui s’opposent à nous, cela peut toucher leur cœur et les adoucir (Rom. 12:20). Ils peuvent même finir par s’intéresser au message de la Bible.

Dans le monde nouveau, les nombreux ressuscités seront sans aucun doute ravis d’être traités avec bienveillance, ce qui sera peut-être une expérience nouvelle pour eux. Par reconnaissance, ils se sentiront poussés à se montrer bienveillants à leur tour. Toute personne qui refusera de manifester cette qualité et d’aider les autres perdra la possibilité de vivre éternellement dans le paradis. Par contre, ceux qui traiteront les autres avec amour et bienveillance pourront vivre pour toujours (Ps. 37:9-11). Le monde sera alors sûr et en paix ! Mais en attendant cette époque merveilleuse, quels bienfaits retirons-​nous à nous montrer bienveillants ?

LES BIENFAITS

« Un homme bon se fait du bien », dit la Bible (Prov. 11:17). On se sent attiré par quelqu’un de bienveillant et, en retour, on a envie de se montrer bienveillant envers lui. Jésus a déclaré : « C’est avec la mesure que vous utilisez pour mesurer qu’on mesurera aussi pour vous » (Luc 6:38). Par conséquent, une personne bienveillante arrive plus facilement à se faire des amis et à les garder.

Paul a encouragé les membres de l’assemblée d’Éphèse à « deven[ir] bons les uns pour les autres, pleins d’une tendre compassion, [se] pardonnant volontiers les uns aux autres » (Éph. 4:32). Les bienfaits sont grands quand, dans une assemblée, tous se montrent bienveillants les uns envers les autres et cherchent à s’entraider. N’ayons jamais de mots durs ou critiques, même sous forme de plaisanteries. Et plutôt que de répandre des bavardages malveillants, efforçons-​nous d’avoir des paroles qui feront du bien aux autres (Prov. 12:18). Ainsi, notre assemblée sera forte et servira Jéhovah avec joie.

La bienveillance est donc une qualité qui s’exprime par des paroles et des actions. En nous montrant bienveillants, nous imitons la personnalité chaleureuse et généreuse de notre Dieu, Jéhovah (Éph. 5:1). De plus, cela fortifie notre assemblée et attire d’autres personnes vers le culte pur. Alors, faisons tout pour continuer d’être connus comme un peuple qui manifeste la bienveillance !

^ § 2 Dans le texte grec original, le mot rendu par « bienveillance » est parfois traduit par « bonté ». Cet article contient donc de nombreux versets bibliques utilisant les mots « bon » et « bonté » comme synonymes de « bienveillant » et de « bienveillance ».

^ § 13 La bonté est une qualité qui sera examinée dans un prochain article de cette série.