Aller au contenu

Aller à la table des matières

Questions des lecteurs

Questions des lecteurs

Un chrétien peut-​il prêter serment ? Qu’en dit la Bible ?

On définit parfois un serment comme une affirmation ou promesse solennelle, souvent faite en invoquant Dieu comme témoin. Il peut être oral ou écrit.

Certains pourraient penser qu’il ne faut pas prêter serment parce que Jésus a dit : « Ne jurez pas du tout [par un serment] […]. Que votre “oui” signifie simplement oui, et votre “non”, non ; car ce qui est dit en plus vient du méchant » (Mat. 5:33-37). Jésus savait toutefois que la Loi mosaïque exigeait des Israélites qu’ils prêtent serment dans certaines situations et que des adorateurs fidèles de Jéhovah avaient prononcé des serments (Gen. 14:22, 23 ; Ex. 22:10, 11). Il savait également que Jéhovah lui-​même l’avait fait en certaines circonstances (Héb. 6:13-17). Il ne voulait donc pas dire que nous ne devrions jamais prêter serment. Ses paroles signifiaient en réalité qu’il ne faut pas jurer au sujet de choses sans importance. Quand nous prêtons serment, nous nous engageons devant Dieu. Nous devons donc tenir parole.

Mais que faire si on te demande de prononcer un certain serment ? Tout d’abord, demande-​toi si tu seras en mesure de le respecter. Si tu n’en es pas sûr, il vaut mieux que tu ne prêtes pas serment. La Parole de Dieu nous conseille en effet : « Mieux vaut que tu ne fasses pas de vœu que d’en faire un et de ne pas t’en acquitter » (Eccl. 5:5). Puis réfléchis aux principes bibliques qui entrent en jeu. Et ensuite, agis en accord avec ta conscience éduquée par la Bible. Quels sont quelques-uns des principes bibliques à prendre en compte ?

Certains serments sont en accord avec la volonté de Dieu. Par exemple, les Témoins de Jéhovah échangent des vœux au moment de leur mariage. Ces vœux sont une forme de serment. Devant Dieu et devant témoins, le mari et la femme promettent de s’aimer, de se chérir et de se respecter l’un l’autre ‘aussi longtemps qu’ils seront en vie’. (Certains couples n’utilisent pas exactement les mêmes termes, mais ils font néanmoins un vœu devant Dieu.) Ils sont alors déclarés mari et femme, et leur mariage est supposé durer toute leur vie (Gen. 2:24 ; 1 Cor. 7:39). Ce genre de vœux est convenable, approprié à la situation et en accord avec la volonté de Dieu.

Certains serments sont contraires à la volonté de Dieu. Par exemple, les vrais chrétiens ne feront pas le serment de défendre leur pays par les armes ou de renoncer à leur foi. Cela reviendrait à désobéir à un commandement de Dieu. En effet, les chrétiens ne doivent pas ‘faire partie du monde’. Ils ne peuvent donc pas s’engager dans ses débats et ses conflits (Jean 15:19 ; Is. 2:4 ; Jacq. 1:27).

Certains serments relèvent de la conscience. Parfois, avant de décider s’il prononcera un serment, un chrétien devra considérer attentivement la recommandation de Jésus de ‘rendre les choses de César à César, mais les choses de Dieu à Dieu’ (Luc 20:25).

Supposons qu’il veuille faire une demande de naturalisation ou de passeport et qu’il apprenne qu’il devra prononcer un serment d’allégeance. Si ce serment implique de s’engager à agir d’une manière qui est contraire aux lois de Dieu, sa conscience éduquée par la Bible ne lui permettra pas de le prononcer. Toutefois, le gouvernement l’autorisera peut-être à modifier la formulation du serment afin que sa conscience soit respectée.

Prononcer un serment d’allégeance dont certains termes ont été modifiés peut être conforme à ce principe que l’on trouve en Romains 13:1 : « Que toute personne soit soumise aux autorités supérieures. » Un chrétien peut donc estimer qu’il n’y a rien de mal à s’engager par serment à faire quelque chose que Dieu exige de nous de toute façon.

Il est également important de tenir compte de notre conscience si on nous demande de prêter serment sur un objet ou en effectuant un geste. Dans l’Antiquité, les Romains et les Scythes juraient sur leurs épées. Ils invoquaient ainsi un dieu de la guerre comme témoin de leur sincérité. Les Grecs, eux, levaient la main vers le ciel. Ils reconnaissaient ainsi l’existence d’une puissance divine qui observe ce qui se dit et se fait sur la terre, et à qui les humains doivent rendre des comptes.

Naturellement, un adorateur de Jéhovah ne jurera pas sur un emblème national ni sur tout autre objet qui a un lien avec le faux culte. Mais si, pour prêter serment devant un tribunal, tu dois poser la main sur la Bible et jurer de présenter un témoignage véridique ? Dans ce cas, tu peux choisir de le faire, puisque la Bible parle de fidèles du passé qui ont accompagné un serment d’un geste (Gen. 24:2, 3, 9 ; 47:29-31). Bien sûr, il est important de te rappeler qu’en faisant ce serment, c’est devant Dieu que tu jures de dire la vérité. Tu dois être prêt à donner des réponses véridiques à chaque question qui te sera posée.

Nous attachons beaucoup de prix à notre relation avec Jéhovah. Avant de faire un serment, nous voudrons donc le prier et réfléchir attentivement pour nous assurer que ce serment ne nous pose pas un problème de conscience et qu’il est conforme aux principes bibliques. Et si nous choisissons de prêter serment, tenons parole ! (1 Pierre 2:12).