Aller au contenu

Aller à la table des matières

 ARTICLE D’ÉTUDE 18

Continue la course jusqu’au bout !

Continue la course jusqu’au bout !

« J’ai achevé la course » (2 TIM. 4:7).

CANTIQUE 129 Gardons notre endurance

APERÇU *

1. Que devons-​nous tous faire ?

AURAIS-​TU envie de participer à une course que tu sais être difficile, surtout si tu es malade ou fatigué ? Probablement pas. Pourtant, l’apôtre Paul a dit que tous les vrais chrétiens participent à une course (Héb. 12:1). Et que nous soyons jeunes ou vieux, pleins d’énergie ou fatigués, nous devons tous endurer jusqu’à la fin si nous voulons recevoir le prix que Jéhovah nous offre (Mat. 24:13).

2. D’après 2 Timothée 4:7, 8, pourquoi Paul pouvait-​il se sentir libre de parler de la course chrétienne ?

2 Paul pouvait se sentir libre de parler de la course chrétienne parce qu’il l’avait lui-​même ‘achevée’ (lire 2 Timothée 4:7, 8). Mais qu’est-​ce que cette course implique exactement ?

QU’EST-​CE QUE LA COURSE CHRÉTIENNE ?

3. Qu’est-​ce que la course chrétienne ?

3 Paul s’est parfois servi de certaines caractéristiques des jeux de la Grèce antique pour enseigner des leçons importantes (1 Cor. 9:25-27 ; 2 Tim. 2:5). À plusieurs reprises, il a comparé le mode de vie chrétien à une course à pied (1 Cor. 9:24 ; Gal. 2:2 ; Phil. 2:16). Une personne commence à courir cette « course » quand elle se voue à Jéhovah et se fait baptiser (1 Pierre 3:21). Et elle franchit la ligne d’arrivée quand Jéhovah lui donne le prix qu’est la vie éternelle (Mat. 25:31-34, 46 ; 2 Tim. 4:8).

4. Qu’examinerons-​nous dans cet article ?

4 Quelles ressemblances y a-​t-​il entre une course de fond et le mode de vie chrétien ? Il y en a plusieurs. Examinons-​en trois. Premièrement, il faut suivre le bon itinéraire. Deuxièmement, il faut rester concentré sur la ligne d’arrivée. Et troisièmement,  il faut surmonter les difficultés qui peuvent se présenter en chemin.

SUIS LE BON ITINÉRAIRE

Nous devons tous suivre l’« itinéraire » défini pour les chrétiens * (voir paragraphes 5-7).

5. Quel « itinéraire » devons-​nous suivre, et pourquoi ?

5 Dans une course, pour obtenir le prix, les coureurs doivent suivre l’itinéraire choisi par les organisateurs. De la même façon, si nous voulons recevoir le prix qu’est la vie éternelle, nous devons suivre l’itinéraire, ou le mode de vie, qui a été défini pour les chrétiens (Actes 20:24 ; 1 Pierre 2:21). Cependant, Satan et ceux qui l’imitent veulent que nous suivions un autre chemin : ils veulent que nous ‘courions avec eux’ (1 Pierre 4:4). Ils considèrent comme ridicule le genre de vie que nous menons. Ils prétendent que la voie qu’ils suivent est bien meilleure et que c’est la voie de la liberté. Mais c’est faux ! (2 Pierre 2:19).

6. Qu’apprends-​tu de l’exemple de Brian ?

6 Tous ceux qui courent avec ceux qui se laissent influencer par le monde de Satan se rendent vite compte que le chemin qu’ils ont choisi les rend non pas libres, mais esclaves (Rom. 6:16). Prenons l’exemple de Brian. Ses parents l’ont toujours encouragé à suivre le mode de vie chrétien. Mais à l’adolescence, il s’est mis à douter que ce mode de vie le rendrait heureux. Il a alors décidé de courir avec ceux qui suivent dans leur vie les normes du monde de Satan. Il avoue : « J’étais loin de penser que cette soi-disant liberté que j’avais tant désirée me ferait tomber dans la dépendance. [...] J’ai commencé à boire, à me droguer et à mener une vie immorale. Et puis, j’ai essayé des drogues de plus en plus dures et je suis devenu accro à plusieurs d’entre elles. [...] Je me suis mis à vendre de la drogue pour satisfaire mes vices *. » Finalement, Brian a décidé de vivre en accord avec les normes de Jéhovah. Il a changé d’« itinéraire » et s’est fait baptiser en 2001. Maintenant qu’il suit l’itinéraire de la course chrétienne, il est réellement heureux.

7. D’après Matthieu 7:13, 14, quelles sont les deux routes qui sont placées devant nous ?

7 Il est vraiment très important de choisir le bon chemin ! Satan voudrait que nous arrêtions de courir sur la route étroite qui « mène à la vie » et que nous nous engagions sur celle où la plupart des gens se trouvent. Beaucoup de personnes choisissent cette route-​là parce qu’elle est grande et qu’il est facile de la suivre. Mais elle « mène à la destruction » (lire Matthieu 7:13, 14). Pour rester sur la route qui mène  à la vie sans nous laisser distraire, nous devons faire confiance à Jéhovah et lui obéir.

RESTE CONCENTRÉ

Nous devons rester concentrés et ne pas faire trébucher les autres * (voir paragraphes 8-12).

8. Que fait un coureur s’il lui arrive de tomber ?

8 Un participant à une course de fond regarde juste devant lui pour éviter les obstacles. Toutefois, il peut lui arriver de ne pas voir un trou, ou un autre coureur peut le faire trébucher. S’il tombe, il se relève et se remet à courir. Il se concentre non pas sur ce qui l’a fait tomber, mais sur la ligne d’arrivée et sur le prix qu’il espère gagner.

9. Que devons-​nous faire s’il nous arrive de tomber ?

9 Dans notre course chrétienne, nous trébuchons tous : il nous arrive de dire ou de faire des choses qui ne conviennent pas, ou bien d’être blessés par les erreurs que les autres coureurs commettent. Ce n’est pas étonnant, car nous sommes imparfaits et nous courons tous sur la même route étroite. Il est donc inévitable que quelqu’un nous heurte ou que nous heurtions quelqu’un. Paul nous a prévenus que nous nous donnerions les uns aux autres des ‘raisons de nous plaindre’ (Col. 3:13). Mais quand quelque chose nous fait trébucher, ne nous focalisons pas dessus. Concentrons-​nous plutôt sur le prix qui nous attend. Choisissons de nous relever et continuons à courir ! Si nous éprouvons du ressentiment et refusons de nous relever, nous n’atteindrons pas la ligne d’arrivée et nous ne recevrons pas le prix. De plus, nous risquons de devenir un obstacle pour ceux qui continuent de courir sur la route étroite qui mène à la vie.

10. De quelle façon pouvons-​nous éviter de faire trébucher ceux qui courent à nos côtés ?

10 Pour ne pas « faire trébucher » ceux qui courent à nos côtés, il est également important de tenir compte de leurs préférences à chaque fois que c’est possible et de ne pas insister sur nos droits (Rom. 14:13, 19-21 ; 1 Cor. 8:9, 13). Sous cet aspect-​là, la course chrétienne est différente d’une course littérale. Un coureur considère les autres comme ses adversaires, et il veut être celui qui gagnera le prix. Il pense avant tout à ses propres intérêts. Il essaiera peut-être même de jouer des coudes pour se retrouver à l’avant. Mais nous, nous ne sommes pas en compétition les uns avec  les autres (Gal. 5:26 ; 6:4). Notre objectif est d’aider le plus de personnes possible à franchir avec nous la ligne d’arrivée et à obtenir le prix, c’est-à-dire la vie. Nous nous efforçons donc d’appliquer ce conseil de Paul : « Ne recherchez pas seulement vos propres intérêts, mais aussi les intérêts des autres » (Phil. 2:4).

11. Sur quoi un coureur se concentre-​t-​il, et pourquoi ?

11 En plus de regarder juste devant lui, un coureur se concentre sur la ligne d’arrivée. Même s’il ne la voit pas, il s’imagine en train de la franchir et de recevoir le prix. Il reste motivé en pensant constamment au prix.

12. Quelle magnifique récompense Jéhovah nous offre-​t-​il ?

12 Les serviteurs de Jéhovah qui courent la course chrétienne jusqu’au bout peuvent être sûrs d’obtenir la récompense qu’il leur offre : la vie éternelle au ciel ou sur la terre. La Bible nous donne un aperçu de ce qui nous attend pour nous permettre d’imaginer à quel point notre vie sera belle. Si cette espérance est bien réelle pour nous, nous ne permettrons à rien de nous faire abandonner la course.

CONTINUE DE COURIR MALGRÉ LES DIFFICULTÉS

Nous voulons continuer de courir la course pour la vie malgré nos difficultés personnelles * (voir paragraphes 13-20).

13. Quel avantage avons-​nous par rapport aux coureurs de la Grèce antique ?

13 Les coureurs de la Grèce antique devaient endurer des difficultés, comme la fatigue et la douleur. Pour cela, ils ne pouvaient compter que sur leurs propres forces et sur la formation qu’ils avaient reçue. Comme ces coureurs, nous recevons une formation qui nous apprend de quelle façon il nous faut courir. Mais nous avons un avantage par rapport à eux : nous pouvons puiser de la force auprès d’une source d’énergie infinie ! Jéhovah nous promet que, si nous comptons sur lui, en plus de nous former, il nous rendra forts ! (1 Pierre 5:10).

14. Comment 2 Corinthiens 12:9, 10 peut-​il nous aider à endurer nos difficultés ?

14 Paul a dû faire face à de nombreuses difficultés. Il a subi des insultes et des persécutions. Et parfois, il se sentait faible, car il devait supporter une « épine dans la chair » (2 Cor. 12:7). Cependant, plutôt que de considérer ces difficultés comme une raison d’abandonner, il voyait en elles l’occasion de compter sur Jéhovah (lire 2 Corinthiens 12:9, 10). C’est parce qu’il avait adopté cette façon de penser que Jéhovah l’a aidé à endurer toutes ses épreuves.

15. Si nous imitons Paul, de quoi bénéficierons-​nous ?

15 Nous aussi, nous subissons parfois des insultes et des persécutions en raison de notre foi. De plus, peut-être que nous avons une mauvaise santé ou que nous souffrons d’épuisement. Mais si nous imitons Paul, chacune de ces difficultés peut être pour nous l’occasion de bénéficier du soutien plein d’amour de Jéhovah.

16. Même si tu es en mauvaise santé, que peux-​tu faire ?

16 Es-​tu alité ou en fauteuil roulant ? As-​tu des problèmes de vue ou du mal à marcher ? Si c’est le cas, t’est-​il vraiment possible de courir avec ceux qui sont jeunes et en bonne santé ? Oui ! Beaucoup de serviteurs de Dieu âgés ou handicapés courent sur la route qui mène à la vie. Ce n’est pas grâce à leurs propres forces qu’ils y arrivent. Ils puisent de la force auprès de Jéhovah en écoutant nos réunions par téléphone ou en regardant leur diffusion en streaming. De plus, ils s’efforcent de faire des disciples en donnant un témoignage aux médecins et aux infirmiers qui s’occupent d’eux, ainsi qu’aux membres de leur famille.

17. Que ressent Jéhovah pour ceux qui ont des limites physiques ?

 17 Si tu as des limites physiques, ne laisse jamais le découragement te convaincre que tu es trop faible pour courir sur la route qui mène à la vie. Jéhovah t’aime parce que tu as foi en lui et parce que tu te montres endurant. Tu as plus que jamais besoin de son aide, et il ne t’abandonnera pas (Ps. 9:10). Au contraire, il se rapprochera encore plus de toi. Remarque ce qu’a dit une sœur qui a de graves problèmes de santé : « À mesure que ma santé se détériore, j’ai de moins en moins d’occasions de faire connaître la vérité. Mais je sais que les moindres efforts que je fais font plaisir à Jéhovah, et ça me rend heureuse. » Quand tu es découragé, rappelle-​toi que Jéhovah est avec toi. Souviens-​toi de l’exemple de Paul, qui a dit : « Je suis content d’avoir des faiblesses, [...] car lorsque je suis faible, c’est alors que je suis puissant » (2 Cor. 12:10).

18. Quelle situation particulièrement difficile certains rencontrent-​ils ?

18 Certains de ceux qui courent sur la route qui mène à la vie rencontrent une autre difficulté. Ils doivent faire face à une « épine dans la chair » que les autres ne voient pas et ne peuvent peut-être pas comprendre. Certains souffrent par exemple de dépression ou de troubles anxieux. Pourquoi la situation de ces chers frères et sœurs est-​elle particulièrement difficile ? Quand quelqu’un a un bras cassé ou est en fauteuil roulant, tout le monde peut le constater et il reçoit de l’aide. Mais certains souffrent de troubles affectifs ou mentaux qui ne s’accompagnent pas de manifestations extérieures. Leur détresse est tout aussi réelle que la détresse de celui qui a un membre cassé, mais ils ne bénéficient pas toujours de l’aide et de la compassion des autres.

19. Qu’apprenons-​nous de l’exemple de Mefibosheth ?

19 Si tu as des limites physiques ou affectives et que tu te sens incompris, l’exemple de Mefibosheth peut t’encourager (2 Sam. 4:4). Il était handicapé, et un jour, il a été mal jugé par le roi David. Il n’avait rien fait pour mériter cela. Mais il n’a pas laissé ces choses le rendre négatif ; il appréciait ce qui lui arrivait de bien dans la vie. Il était reconnaissant à son roi pour la bonté qu’il lui avait manifestée dans le passé (2 Sam. 9:6-10). Alors quand David l’a jugé injustement, il s’est efforcé d’avoir une vision globale de la situation. Il n’a pas éprouvé de ressentiment contre lui à cause de son erreur. Et il n’en a pas voulu à Jéhovah pour ce que David avait fait. Il s’est concentré sur ce qu’il pouvait faire pour soutenir le roi choisi par Dieu (2 Sam. 16:1-4 ; 19:24-30).  Si Jéhovah a voulu que son exemple se trouve dans sa Parole, c’est pour que nous en tirions profit (Rom. 15:4).

20. Quel effet une anxiété aigüe a-​t-​elle sur certains, mais de quoi peuvent-​ils être convaincus ?

20 Certains frères et sœurs qui souffrent d’anxiété aigüe se sentent stressés et mal à l’aise dans des situations de la vie courante où ils sont en contact avec les autres. Ils ont peur de la foule, mais ils continuent d’assister à nos réunions et à nos assemblées. Ils trouvent très difficile de parler à quelqu’un qu’ils ne connaissent pas, mais ils font l’effort de prêcher. Si c’est ton cas, sois sûr que tu n’as pas à affronter ces difficultés seul. Beaucoup doivent mener des combats semblables au tien. Rappelle-​toi que Jéhovah apprécie les efforts que tu fournis de tout ton cœur. Le fait que tu n’as pas renoncé prouve qu’il te bénit et qu’il te donne la force dont tu as besoin (Phil. 4:6, 7 ; 1 Pierre 5:7). Si tu continues de le servir malgré des limites physiques ou affectives, sois convaincu que tu as son approbation *.

21. Avec l’aide de Jéhovah, que parviendrons-​nous tous à faire ?

21 Heureusement, il y a des différences entre une course littérale et la course chrétienne. Dans les jeux de la Grèce antique que Paul avait à l’esprit, un seul coureur gagnait le prix. Dans la course chrétienne, tous ceux qui endurent fidèlement reçoivent le prix : la vie éternelle (Jean 3:16). De plus, dans les jeux de l’époque de Paul, tous les coureurs devaient être en bonne condition physique ; sinon, ils avaient peu de chances de gagner. Dans la course chrétienne, beaucoup endurent malgré des limites physiques (2 Cor. 4:16). Avec l’aide de Jéhovah, nous continuerons tous la course jusqu’au bout !

CANTIQUE 144 Fixons nos regards sur le prix !

^ § 5 Beaucoup de serviteurs de Jéhovah sont confrontés aux problèmes liés à l’âge. Certains souffrent d’une maladie grave. Et tous, nous nous sentons très fatigués par moments. L’idée de courir une course pourrait donc nous faire peur. Cet article explique comment nous pouvons courir avec endurance et gagner la course pour la vie éternelle dont l’apôtre Paul a parlé.

^ § 6 Voir l’article « La Bible transforme des vies » dans La Tour de Garde du 1er janvier 2013.

^ § 20 Voir l’émission de mai 2019 de JW Télédiffusion, qui contient des suggestions sur la façon de gérer son anxiété, ainsi que des exemples de personnes qui réussissent à le faire (à retrouver sur jw.org®, sous BIBLIOTHÈQUE > JW TÉLÉDIFFUSION).

^ § 63 DESCRIPTION DE L’ILLUSTRATION : Être actif en prédication aide ce frère âgé à rester dans la course chrétienne.

^ § 65 DESCRIPTION DE L’ILLUSTRATION : Nous pourrions faire trébucher les autres en insistant pour qu’ils boivent de l’alcool ou en ne limitant pas notre propre consommation.

^ § 67 DESCRIPTION DE L’ILLUSTRATION : Même s’il est sur un lit d’hôpital, un frère reste dans la course chrétienne en donnant un témoignage au personnel soignant.