Aller au contenu

Aller au sommaire

Le saviez-​vous ?

Le saviez-​vous ?

Comment faisait-​on autrefois pour voyager par bateau ?

LES bateaux qui transportaient uniquement des passagers étaient rares à l’époque de l’apôtre Paul. Pour faire une traversée, le voyageur devait se renseigner pour savoir si un navire marchand allait dans la direction qui l’intéressait et si le capitaine acceptait de prendre des passagers (Actes 21:2, 3). Même si le bateau n’allait pas exactement au même endroit que le voyageur, celui-ci pouvait en descendre lors d’un arrêt dans un port et chercher un autre bateau qui irait vers sa destination (Actes 27:1-6).

Les voyages en mer ne se faisaient généralement qu’à certaines périodes de l’année et les bateaux ne suivaient pas un calendrier fixe. Les marins pouvaient retarder leur départ à cause du mauvais temps ou par superstition. Ce pouvait être en raison d’un mauvais présage, par exemple s’ils avaient vu un bateau échoué sur un rivage ou un corbeau croasser sur un mât. Les marins attendaient que les vents soient favorables pour quitter un port. Une fois qu’un voyageur avait trouvé un bateau qui voulait bien le prendre à bord, il se rendait avec ses bagages à proximité du port et attendait le signal du départ.

L’historien Lionel Casson explique : « Rome offrait des services qui évitaient aux gens de devoir parcourir les quais à la recherche d’un bateau. Son port était situé à l’embouchure du Tibre. À Ostie, une ville voisine, il y avait une grande place entourée de bureaux dont beaucoup appartenaient à des transporteurs de différents ports : de Narbonne (aujourd’hui en France), de Carthage (aujourd’hui en Tunisie), [...] et ainsi de suite. Le voyageur à la recherche d’un bateau n’avait qu’à se renseigner dans les bureaux correspondant aux villes qui se trouvaient sur son itinéraire *. »

Le voyage par bateau faisait gagner du temps, mais il présentait aussi des risques. Par exemple, Paul a fait plusieurs fois naufrage au cours de ses voyages missionnaires (2 Cor. 11:25).

^ § 5 Travel in the Ancient World, The Johns Hopkins University Press, 1994.