Aller au contenu

Aller au sommaire

Comment obtenir la vraie liberté

Comment obtenir la vraie liberté

« Si donc le Fils vous libère, vous serez réellement libres » (JEAN 8:36).

CANTIQUES : 54, 36

1, 2. a) Qu’est-​ce qui montre que beaucoup accordent une grande importance à la liberté ? b) Qu’entraînent souvent les tentatives pour obtenir plus de liberté ?

AUJOURD’HUI, on parle beaucoup d’égalité et de liberté. Dans de nombreux endroits, les gens ne veulent plus être victimes de traitements injustes, de préjugés et de la pauvreté. D’autres réclament avec force la liberté d’expression et de choix, et le droit de décider ce qu’ils feront de leur vie. Partout, les gens veulent être libres.

2 Pour satisfaire ces désirs, beaucoup manifestent, ou même font des révolutions. Mais leurs tentatives pour obtenir plus de liberté réussissent-​elles ? Au contraire, elles entraînent souvent de grandes souffrances et font de nombreux morts. Voilà qui confirme les paroles que Jéhovah a inspirées au roi Salomon : « L’homme domine l’homme pour son malheur » (Eccl. 8:9, Ostervald).

3. Que devons-​nous faire pour être vraiment heureux et libres ?

3 Le disciple Jacques a expliqué ce que nous devons faire pour être vraiment heureux et libres. Il a écrit : « Celui qui  plonge les regards dans la loi parfaite, celle de la liberté, et qui y persiste [...] sera heureux en la faisant » (Jacq. 1:25). C’est Jéhovah qui nous a donné cette loi parfaite, et il sait mieux que personne de quoi les humains ont besoin pour être pleinement heureux et satisfaits. Il a donné au premier couple humain tout ce qu’il leur fallait pour être heureux, y compris la vraie liberté.

QUAND LES HUMAINS POSSÉDAIENT LA VRAIE LIBERTÉ

4. Quel genre de liberté Adam et Ève possédaient-​ils ? (voir l’illustration du titre).

4 Les deux premiers chapitres de la Genèse montrent clairement qu’Adam et Ève possédaient le genre de liberté qui paraît impossible dans le monde d’aujourd’hui : Ils ne manquaient de rien, ne ressentaient aucune peur et personne ne les traitait injustement. Ils n’avaient pas à s’inquiéter au sujet de la nourriture, du travail, de la maladie et de la mort (Gen. 1:27-29 ; 2:8, 9, 15). Cela signifie-​t-​il que leur liberté était absolue, c’est-à-dire sans limites ?

5. Contrairement à ce que beaucoup pensent, qu’est-​ce qui est nécessaire pour être libre ?

5 Beaucoup pensent que pour être vraiment libre, on doit pouvoir faire tout ce qu’on veut, quand on veut, sans se soucier des conséquences. Un dictionnaire définit la liberté comme la « possibilité d’agir selon ses propres choix ». Mais un autre ouvrage (The World Book Encyclopedia) précise : « D’un point de vue juridique, les gens sont libres quand la société ne leur impose pas de limites injustes, inutiles ou déraisonnables. » Cela signifie que certaines limites sont nécessaires pour que tous soient libres dans une société. Mais qui a le droit de déterminer quelles limites sont justes, utiles et raisonnables ?

6. a) Pourquoi Jéhovah est-​il le seul à posséder la liberté absolue ? b) Quel genre de liberté les humains possèdent-​ils ? Explique.

6 Jéhovah est le seul à posséder la liberté absolue. Pourquoi ? Parce qu’il est le Créateur de toutes choses et le Souverain tout-puissant de l’univers (1 Tim. 1:17 ; Rév. 4:11). Le roi David a expliqué, en termes poétiques, que Jéhovah occupe la position la plus élevée qui soit (lire 1 Chroniques 29:11, 12). Nous en déduisons logiquement que toutes les créatures au ciel et sur la terre ont une liberté qui n’est que relative, c’est-à-dire qui n’est pas totale. Tous doivent admettre que Jéhovah a l’autorité suprême pour imposer les limites qu’il estime justes, utiles et raisonnables. Et c’est d’ailleurs ce qu’il a fait avec les premiers humains.

7. Cite certaines choses que nous accomplissons naturellement et qui nous font plaisir.

7 Même si au départ Adam et Ève bénéficiaient de nombreuses libertés, ils avaient aussi des limites à respecter. Certaines d’entre elles étaient naturelles, mais c’étaient quand même des limites. Par exemple, ils savaient que pour continuer à vivre, ils devaient respirer, manger et dormir. Cela les privait-​il de liberté ? Non, car Jéhovah avait prévu qu’ils éprouvent du plaisir à combler ces besoins quotidiens (Ps. 104:14, 15 ; Eccl. 3:12, 13). En effet, qui n’apprécie pas de respirer une bonne bouffée d’air frais, de manger son plat préféré ou de se réveiller en forme après une bonne nuit de repos ? Ces choses nécessaires ne nous semblent ni contraignantes ni pesantes, et nous les  faisons avec joie. C’était certainement pareil pour Adam et Ève.

8. Quel ordre Dieu avait-​il donné à nos premiers parents, et dans quel but ?

8 Jéhovah avait ordonné à Adam et Ève de remplir la terre et d’en prendre soin (Gen. 1:28). Cet ordre les privait-​il de liberté ? Bien au contraire ! Cela leur donnait la possibilité de jouer un rôle dans le projet de leur Créateur : faire de la terre un paradis où les humains seraient parfaits et vivraient pour toujours (Is. 45:18). Aujourd’hui, ceux qui choisissent de rester célibataires ou de ne pas avoir d’enfants ne s’opposent pas à la volonté de Jéhovah. Cela dit, de nombreuses personnes se marient et élèvent des enfants, même si ces choix peuvent entraîner des difficultés (1 Cor. 7:36-38). Pourquoi ? Parce qu’en temps normal, ces choix procurent de la joie et de la satisfaction (Ps. 127:3). Adam et Ève auraient pu avoir une vie de famille heureuse pour l’éternité.

COMMENT LA VRAIE LIBERTÉ A ÉTÉ PERDUE

9. Pourquoi l’ordre de Dieu contenu en Genèse 2:17 n’était-​il pas injuste, inutile ou déraisonnable ?

9 Jéhovah avait donné un autre ordre à Adam, et il lui avait clairement indiqué ce qui se passerait s’il désobéissait : « Quant à l’arbre de la connaissance du bon et du mauvais, tu ne dois pas en manger, car le jour où tu en mangeras, tu mourras à coup sûr » (Gen. 2:17). Cet ordre était-​il injuste, inutile ou déraisonnable ? Privait-​il Adam et Ève de leur liberté ? Certainement pas. En fait, plusieurs biblistes ont fait remarquer que cet ordre était logique et plein de bon sens. L’un d’eux a dit : « On déduit de l’ordre de Dieu contenu [en Genèse 2:16, 17] que seul Dieu sait ce qui est bon [...] pour les humains et ce qui ne l’est pas [...]. Pour bénéficier de ce qui est “bon”, les humains doivent lui faire confiance et lui obéir. S’ils désobéissent, ils seront livrés à eux-​mêmes et devront décider tout seuls ce qui est bon [...] et ce qui ne l’est pas. » C’est un poids trop lourd à porter pour les humains.

Le choix d’Adam et Ève a été catastrophique ! (voir les paragraphes 9-12).

10. Pourquoi ne faut-​il pas confondre la liberté de faire des choix avec le droit de décider ce qui est bien ou mal ?

10 Aujourd’hui, beaucoup diraient que l’ordre donné à Adam le privait de la liberté de faire ce qu’il voulait. Mais ce serait confondre la liberté de faire des choix avec le droit de décider ce qui est bien ou mal. Adam et Ève étaient bel et bien libres de choisir s’ils allaient obéir ou non à Dieu. Mais seul Jéhovah a le droit de décider ce qui est bien ou mal, droit qui était symbolisé par « l’arbre de la connaissance du bon et du mauvais » (Gen. 2:9). Nous ne pouvons pas toujours prévoir les conséquences de nos choix ; nous ne savons pas non plus s’ils nous seront à chaque fois profitables. C’est pour cela que nous voyons si souvent des gens prendre des décisions qui leur semblent bonnes, mais qui entraînent souffrances et drames (Prov. 14:12). En effet, les humains sont très limités. En donnant l’ordre contenu en Genèse 2:17, Jéhovah a enseigné à Adam et Ève qu’ils devaient lui obéir pour être vraiment libres. Comment ont-​ils réagi ?

11, 12. Pourquoi le choix d’Adam et Ève a-​t-​il été catastrophique ? Explique à l’aide d’un exemple.

11 Malheureusement, Adam et Ève  ont choisi de désobéir. Ève a écouté Satan, qui avait dit : « Vos yeux ne manqueront pas de s’ouvrir et, à coup sûr, vous serez comme Dieu, connaissant le bon et le mauvais » (Gen. 3:5). En faisant ce choix, Adam et Ève ont-​ils obtenu plus de liberté, comme Satan le leur avait promis ? Non. En fait, ils ont vite constaté que rejeter les directives de Jéhovah menait au désastre (Gen. 3:16-19). Pourquoi ? Tout simplement parce que Jéhovah ne leur avait pas donné la liberté de décider par eux-​mêmes ce qui est bien ou mal (lire Proverbes 20:24 ; Jérémie 10:23).

12 On peut comparer la situation dans laquelle ils étaient à celle d’un pilote aux commandes de son avion. Pour arriver à destination en toute sécurité, il doit généralement suivre une trajectoire de vol établie à l’avance. Il utilise pour cela les instruments de navigation de l’appareil et reste en contact avec les contrôleurs aériens. Cependant, s’il décide d’ignorer les indications qu’il reçoit et de choisir lui-​même sa route, le résultat pourrait être catastrophique. Adam et Ève ont voulu faire les choses à leur manière. Ils ont rejeté les indications que Dieu leur avait données. Résultat ? Ils ont récolté l’imperfection et la mort pour eux-​mêmes et pour leurs descendants (Romains 5:12). En voulant décider par eux-​mêmes ce qui est bien ou mal, ils ont perdu la vraie liberté.

COMMENT OBTENIR LA VRAIE LIBERTÉ

13, 14. Comment obtenir la vraie liberté ?

13 Certains pensent que plus ils ont de liberté, mieux c’est. Mais en réalité, posséder la liberté absolue serait dangereux. En effet, imagine à quoi ressemblerait le monde si les humains n’avaient aucune limite ! L’encyclopédie déjà citée explique que toute société organisée doit avoir des lois pour protéger, mais aussi limiter, les libertés individuelles. Ce n’est pas si simple. C’est pour cela qu’il existe tant de lois, sans parler de tous les juristes et juges  qu’il faut pour les interpréter et les faire appliquer !

14 À l’inverse, Jésus Christ a indiqué un moyen simple d’obtenir la vraie liberté. Il a dit : « Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples, et vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous libérera » (Jean 8:31, 32). Pour obtenir la vraie liberté, nous devons donc faire deux choses : accepter la vérité qu’il a enseignée et devenir ses disciples. Mais de quoi serons-​nous libérés ? Jésus poursuit : « Tout homme qui pratique le péché est un esclave du péché. Si donc le Fils vous libère, vous serez réellement libres » (Jean 8:34, 36).

15. Pourquoi la liberté que Jésus a promise peut-​elle nous rendre « réellement libres » ?

15 À l’évidence, la liberté que Jésus a promise à ses disciples est largement supérieure à la liberté que beaucoup recherchent aujourd’hui. Quand Jésus a dit qu’il pourrait nous rendre « réellement libres », il parlait de nous libérer du pire esclavage qui soit : l’esclavage du péché, ou de l’imperfection. En quel sens sommes-​nous esclaves de l’imperfection ? En ce sens qu’elle nous pousse à pratiquer le mal et peut nous retenir de faire ce que nous savons être bien, ou de donner le meilleur de nous-​mêmes. Tout cela ne produit que déception, tristesse, souffrance et mort (Rom. 6:23). Cet esclavage peinait profondément l’apôtre Paul (lire Romains 7:21-25). C’est seulement quand nous serons libérés de l’imperfection que nous obtiendrons la vraie liberté, celle que nos premiers parents avaient au départ.

16. Que devons-​nous faire pour être un jour « réellement libres » ?

16 En disant « si vous demeurez dans ma parole », Jésus a montré que, pour qu’il nous libère, nous devons faire certaines choses. Lesquelles ? Nous renier nous-​mêmes, ou renoncer à nos désirs égoïstes, et accepter les limites qu’il a fixées à ses disciples (Mat. 16:24). Comme il l’a promis, nous serons « réellement libres » quand nous recevrons tous les bienfaits de son sacrifice.

17. a) Comment pouvons-​nous avoir un but et une satisfaction véritables dans la vie ? b) Que verrons-​nous dans l’article suivant ?

17 En obéissant aux enseignements de Jésus, nous aurons un but et une satisfaction véritables dans la vie. Et nous pourrons être un jour complètement libérés de l’esclavage de l’imperfection et de la mort (lire Romains 8:1, 2, 20, 21). Dans l’article suivant, nous verrons comment utiliser sagement la liberté que nous avons aujourd’hui dans le but d’honorer pour toujours Jéhovah, le Dieu de la vraie liberté.