Aller au contenu

Aller au sommaire

 DE L’AIDE POUR LES FAMILLES | LES JEUNES

Quand un parent meurt

Quand un parent meurt

LE DÉFI

Dami avait six ans quand elle a perdu son père d’un anévrisme. Derrick avait neuf ans quand son père a succombé à une maladie cardiaque. Jeannie avait sept ans quand sa mère est morte après une longue année de combat contre un cancer des ovaires *.

Ces trois jeunes ont bien trop tôt été confrontés à la perte d’un être aimé. As-tu vécu une situation semblable ? Si oui, cet article peut t’aider à faire face à cette épreuve *. Mais voyons tout d’abord quelques vérités relatives au deuil.

CE QUE TU DOIS SAVOIR

On ne réagit pas tous de la même manière face au deuil. Cela signifie que la façon dont tu exprimes ton chagrin peut être différente de celle dont un autre l’exprime. « Faire face à la mort ne suit pas un simple modèle préétabli ou un ensemble de règles * », dit un livre sur les adolescents endeuillés. Mais ce qui est important, c’est que tu ne refoules pas ton chagrin. Pourquoi ? Parce que...

Refouler son chagrin peut être néfaste. Jeannie, mentionnée en introduction, dit : « Je pensais que je devais être forte pour ma petite sœur, du coup je contenais mes émotions. Aujourd’hui encore, j’ai tendance à refouler les émotions douloureuses, et ce n’est pas bon. »

C’est ce que disent aussi des spécialistes. « Les émotions qui sont niées ou enfouies au fond de soi ne restent pas enfouies pour toujours, fait remarquer un guide destiné aux adolescents endeuillés. Elles resurgiront au moment où vous vous y attendrez le moins sous la forme de crises émotionnelles ou d’affections physiques *. » Un chagrin refoulé peut aussi conduire quelqu’un à abuser de l’alcool ou à se droguer, dans le seul but de faire taire sa douleur.

Le deuil peut s’accompagner de sentiments troublants. Par exemple, certains ressentent de la colère envers la personne décédée, lui reprochant de les avoir « abandonnés ». D’autres en veulent à Dieu, estimant qu’il aurait dû empêcher la mort. Beaucoup d’endeuillés se sentent coupables pour des choses  qu’ils ont faites ou dites à la personne disparue, étant donné qu’il n’y a plus aucun moyen de réparer les torts qui ont été causés.

Manifestement, le processus du deuil peut être complexe. Comment peux-tu alors trouver du réconfort et de l’aide pour aller de l’avant ?

CE QUE TU PEUX FAIRE

Parle à quelqu’un. Tu pourrais avoir tendance à t’isoler durant cette période difficile. Mais épancher tes sentiments auprès d’un membre de ta famille ou d’un ami t’aidera à gérer tes émotions et à empêcher ce drame de te terrasser. (Principe biblique : Proverbes 18:24.)

Tiens un journal. Écris au sujet du parent que tu as perdu. Par exemple, quel est le souvenir de lui que tu chéris le plus ? Parle de ses belles qualités. Lesquelles aimerais-tu imiter dans ta vie ?

Si tu es tourmenté par des idées noires — par exemple, si tu n’arrêtes pas de penser à quelque chose de dur que tu as dit à ton parent avant sa mort —, mets par écrit ce que tu ressens et pourquoi. Par exemple : « Je me sens coupable parce que je me suis disputé avec mon père la veille de sa mort. »

Ensuite, demande-toi s’il est raisonnable de te culpabiliser ainsi. « Tu ne peux pas t’en vouloir de ne pas avoir su que tu n’aurais plus la possibilité de t’excuser, dit le guide précité. Penser que quelqu’un ne doit jamais dire ou faire quoi que ce soit qui nécessitera peut-être des excuses n’est tout simplement pas réaliste. » (Principe biblique : Job 10:1.)

Prends soin de toi. Repose-toi suffisamment, fais de l’exercice et mange de façon équilibrée. Si tu n’as pas d’appétit, au lieu d’un repas, prends des en-cas nutritifs au cours de la journée — au moins jusqu’à ce que tu retrouves un appétit normal. Ne noie pas ton chagrin dans la « malbouffe » ou dans l’alcool ; cela ne ferait qu’aggraver les choses.

Parle à Dieu dans la prière. La Bible déclare : « Jette ton fardeau sur Jéhovah lui-même, et lui te soutiendra » (Psaume 55:22). Prier n’est pas quelque chose que l’on fait simplement pour se sentir mieux. Quand tu pries, tu communiques réellement avec Dieu, Celui « qui nous console dans toute notre tribulation » (2 Corinthiens 1:3, 4).

Un des moyens que Dieu utilise pour consoler les endeuillés est sa Parole, la Bible. Pourquoi ne pas examiner ce qu’elle enseigne sur la véritable condition de ceux qui sont morts et sur l’espoir de la résurrection * ? (Principe biblique : Psaume 94:19.)

^ § 4 Tu en apprendras plus sur ce qu’ont vécu Dami, Derrick et Jeannie en lisant l’article qui suit.

^ § 5 Même si, dans cet article, il est question de la mort d’un père ou d’une mère, les principes examinés peuvent aussi s’appliquer lors du décès d’un frère, d’une sœur ou d’un ami.

^ § 7 Dougy Center, Helping Teens Cope With Death, The Dougy Center, 2011.

^ § 9 H. Fitzgerald, The Grieving Teen: A Guide for Teenagers and Their Friends, Fireside Books, 2000.

^ § 19 Voir le chapitre 16 du livre Les jeunes s’interrogent. Réponses pratiques (volume 1). Ce livre est téléchargeable gratuitement sur www.jw.org. À retrouver sous PUBLICATIONS.