Aller au contenu

Aller au sommaire

 DE L’AIDE POUR LES FAMILLES | L’ART D’ÊTRE PARENT

Comment féliciter votre enfant

Comment féliciter votre enfant

LE DÉFI

Certains disent qu’on ne félicite jamais trop son enfant. D’autres affirment que le féliciter constamment fera de lui un enfant gâté ou lui fera croire qu’il a tous les droits, que tout lui est dû.

Mais si le nombre de fois où vous félicitez votre enfant a son importance, vous ne devez pas négliger le genre de félicitations que vous lui faites. Quelles félicitations l’encourageront ? Lesquelles freineront ses progrès ? Quelle est la manière la plus efficace de féliciter votre enfant ?

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Toutes les félicitations que vous adressez à votre enfant ne se valent pas. Considérez ce qui suit :

Trop de félicitations peut lui causer du tort. Certains parents adressent des félicitations non méritées à leur enfant pour stimuler son estime de soi. Mais les enfants « sont assez intelligents pour percevoir l’exagération et en déduire que vous ne pensez pas vraiment ce que vous dites, avertit le professeur David Walsh. Ils savent que [ces félicitations] ne sont pas méritées et peuvent en conclure que vous n’êtes pas dignes de confiance * ».

Il est préférable de le féliciter pour ses capacités. Imaginez que votre enfant ait un don pour le dessin. Il est tout naturel de vouloir le féliciter à ce sujet ; cela l’incitera à développer encore plus son talent. Mais de telles félicitations peuvent aussi avoir des effets négatifs sur lui. Le féliciter uniquement pour ses talents pourrait l’amener à penser que les seules capacités qui méritent d’être cultivées sont celles qui s’acquièrent facilement. Il pourrait même se retenir d’affronter toute nouvelle difficulté par peur de l’échec. « Si quelque chose me demande des efforts, pensera-​t-​il, c’est que je ne dois pas être fait pour ça. Alors pourquoi essayer ? »

Le mieux est de le féliciter pour ses efforts. Les enfants que l’on félicite pour leur dur travail et leur persévérance, et pas seulement pour leurs talents, apprennent une vérité fondamentale : acquérir une compétence exige de la patience et des efforts. Sachant cela, les enfants « fourniront les efforts  nécessaires pour parvenir au résultat voulu, dit le livre Laissez-​le quitter le cocon avec amour et sérénité (angl.). En cas d’échec, ils ne se considéreront pas comme des bons à rien, mais comme des personnes en train d’apprendre ».

CE QUE VOUS POUVEZ FAIRE

Félicitez-​le pour ses efforts, pas seulement pour ses talents. Dire à votre enfant « je vois que tu as mis tout ton cœur dans ton dessin » lui sera plus profitable que de lui dire « tu es un artiste-né ». Ces deux déclarations sont des félicitations, mais, dans la seconde, vous lui laissez entendre sans le vouloir que les seules compétences qu’il peut développer sont celles qu’il possède naturellement.

En félicitant votre enfant pour ses efforts, vous lui enseignez qu’une aptitude se développe avec la pratique. Votre enfant pourra alors affronter de nouvelles difficultés avec plus d’assurance. (Principe biblique : Proverbes 14:23.)

Aidez-​le à accepter ses échecs. Même les gens bien font des erreurs, parfois de façon répétée (Proverbes 24:16). Mais après chaque faux pas, ils se relèvent, en tirent des leçons et vont de l’avant. Comment pouvez-​vous aider votre enfant à cultiver cet état d’esprit positif ?

Encore une fois, valorisez ses efforts. Imaginez la situation suivante : vous dites régulièrement à votre enfant « tu as un don pour les maths » ; mais un jour, il rate un contrôle de maths. Il risque d’en conclure qu’il a perdu son don et que cela ne sert à rien de chercher à s’améliorer.

Cependant, quand vous valorisez ses efforts, vous développez sa capacité à se relever. Vous l’aidez à voir un échec tel qu’il est vraiment : un échec et non une catastrophe. Ainsi, au lieu d’abandonner, il s’y prendra peut-être autrement ou fournira simplement plus d’efforts. (Principe biblique : Jacques 3:2.)

Faites-​lui des remarques constructives. Quand c’est fait de la bonne façon, parler à un enfant des erreurs qu’il a commises peut lui être profitable sans pour autant le démotiver. De plus, si vous adressez régulièrement des félicitations appropriées à votre enfant, il acceptera sans doute volontiers les remarques qui l’aideront à continuer de s’améliorer. Ses progrès deviendront alors une source de satisfaction pour lui comme pour vous. (Principe biblique : Proverbes 13:4.)

^ § 8 Extrait de Non : pourquoi les enfants, quel que soit leur âge, ont besoin de l’entendre. Comment les parents peuvent le dire (angl.).