Aller au contenu

Aller à la table des matières

 HASARD OU CONCEPTION ?

Des plantes capables de calculer

Des plantes capables de calculer

LES plantes se servent d’un processus complexe appelé photosynthèse pour extraire de la lumière du soleil l’énergie permettant de produire des aliments. Des études ont révélé que certaines espèces accomplissent une prouesse supplémentaire : elles calculent la vitesse idéale à laquelle cette nourriture doit être consommée pendant la nuit.

Considérez ceci : La journée, les plantes convertissent le dioxyde de carbone en amidon et en sucres. La nuit, beaucoup d’espèces consomment l’amidon stocké durant la journée pour ne pas souffrir de la faim et conserver leur productivité, notamment leur croissance. De plus, elles assimilent cet amidon à la bonne vitesse — ni trop rapidement, ni trop lentement — afin d’en utiliser environ 95 % avant le lever du soleil, lorsqu’elles recommencent à en produire.

Ces découvertes sont fondées sur des expérimentations effectuées sur une plante de la famille de la moutarde, appelée Arabidopsis thaliana. Des chercheurs ont découvert que cette plante rationne soigneusement la nourriture en réserve en fonction de la durée de la nuit, qu’il reste 8, 12 ou 16 heures avant le lever du soleil. Apparemment, la plante divise la quantité d’amidon disponible par la durée de nuit restante, déterminant ainsi la vitesse de consommation idéale.

Comment les plantes évaluent-​elles leur réserve d’amidon ? Comment mesurent-​elles le temps ? Et quel processus leur permet d’effectuer des calculs mathématiques ? Des recherches plus poussées répondront peut-être à ces interrogations.

Qu’en pensez-​vous ? La capacité des plantes à effectuer des calculs mathématiques est-​elle le produit du hasard ? Ou d’une conception ?