Aller au contenu

Aller au sommaire

 HASARD OU CONCEPTION ?

La peau du serpent

La peau du serpent

COMME ils n’ont pas de membres pour se déplacer, les serpents ont besoin d’une peau solide qui puisse supporter des frottements constants. Certaines espèces grimpent le long de troncs rugueux tandis que d’autres s’enfouissent dans le sable, une matière abrasive. Qu’est-ce qui rend la peau du serpent si résistante ?

Considérez ceci : L’épaisseur et la structure de la peau du serpent varient d’une espèce à l’autre. Cependant, tous les serpents ont une chose en commun : leur peau est ferme à l’extérieur et devient progressivement souple vers l’intérieur. Pourquoi est-ce avantageux ? « Une matière qui est rigide à l’extérieur et devient souple vers l’intérieur peut répartir sur une plus grande surface les pressions qu’elle subit », explique la chercheuse Marie-Christin Klein. L’architecture particulière de la peau du serpent donne au corps suffisamment d’adhérence pour permettre à l’animal de se déplacer. Dans le même temps, elle répartit de façon homogène les pressions exercées par les pierres aux bords tranchants, réduisant ainsi les dégâts causés à la peau. Cette résistance est vitale, car les serpents ne muent généralement que tous les deux ou trois mois.

Des matériaux ayant les propriétés de la peau du serpent pourraient être utiles en médecine, par exemple dans la fabrication d’implants artificiels antidérapants et ultrarésistants. Par ailleurs, on pourrait réduire l’utilisation de lubrifiants polluants en appliquant cette découverte à la fabrication de tapis roulants.

Qu’en pensez-vous ? La peau du serpent est-elle le produit du hasard ? Ou d’une conception ?