Aller au contenu

Aller au sommaire

 DE L’AIDE POUR LES FAMILLES | LA VIE DE COUPLE

Quand une amitié va trop loin

Quand une amitié va trop loin

LE DÉFI

Vous avez un ami de l’autre sexe qui vous comprend vraiment bien. Vous pouvez lui parler de tout, et c’est d’ailleurs ce que vous faites. Vous vous dites : « On est juste amis. » Mais votre conjoint ne serait peut-être pas du même avis s’il assistait à vos longues conversations.

De toute évidence, votre amitié est déjà allée trop loin. Vous devez redresser la situation. En premier lieu, il vous faut déterminer pourquoi vous vous êtes laissé embarquer dans une telle relation.

POURQUOI C’EST COMPLIQUÉ

Le besoin de plaire. Il est agréable de faire l’objet de l’attention de l’autre sexe. Nous aimons savoir qu’on nous apprécie ; cela nous donne le sentiment que nous pouvons plaire. Si vous êtes marié depuis quelque temps, vous ressentez peut-être le besoin d’être rassuré sur votre pouvoir de séduction. Mais n’oubliez pas ceci : laisser quelqu’un d’autre que votre conjoint combler ce besoin n’est pas sans conséquence. En entretenant une relation affective avec quelqu’un de l’autre sexe, vous fragilisez votre relation avec votre conjoint. Vous lui volez, pour ainsi dire, l’affection que vous lui devez.

• Demandez-vous : « Quels besoins, qu’il serait préférable de combler au sein de mon couple, cette amitié comble-t-elle ? »

La vulnérabilité. La Bible prévient que ceux qui se marient auront des épreuves (1 Corinthiens 7:28). Par exemple, avez-vous parfois le sentiment d’être incompris ou délaissé par votre conjoint ? Gardez-vous du ressentiment à cause d’un conflit non résolu ? Si votre conjoint évite d’aborder de tels sujets, cela peut créer en vous de la frustration et vous rendre vulnérable sur le plan affectif. Des spécialistes affirment que les couples qui refusent de parler de sujets sensibles risquent fort d’avoir un mariage malheureux et même de divorcer.

• Demandez-vous : « Qu’est-ce qui m’a rendu vulnérable et m’a conduit à nouer une amitié dangereuse ? »

 CE QUE VOUS POUVEZ FAIRE

Ouvrez les yeux sur le danger. La Bible avertit : « Quelqu’un mettra-t-il du feu dans sa poche sans que ses vêtements s’enflamment ? » (Proverbes 6:27, Nouvelle Bible Segond). De la même façon, avoir une relation sentimentale avec quelqu’un d’autre que son conjoint est destructeur (Jacques 1:14, 15). Le problème n’est pas seulement ce qui pourrait arriver. C’est aussi ce qui est déjà arrivé : en vous intéressant à quelqu’un d’autre, vous avez volé à votre conjoint l’attention que vous lui deviez.

Ne vous bercez pas d’illusions. La relation que vous avez avec votre ami peut vous amener à vous demander ce qu’aurait été votre vie si vous l’aviez épousé. Mais attention : vous êtes probablement en train d’opposer les points forts de votre ami aux points faibles de votre conjoint, une comparaison pour le moins injuste ! Rappelez-vous également que l’euphorie que vous éprouvez en pensant à votre ami, vous l’éprouviez sans doute aussi au départ en pensant à votre conjoint. (Principe biblique : Jérémie 17:9.)

Fixez des limites. Celui qui veut protéger sa voiture ou sa maison contre le vol installe généralement une alarme. Vous pouvez agir de façon similaire pour protéger votre couple. « Préserve ton cœur », conseille la Bible (Proverbes 4:23). Comment y parvenir ? Essayez ceci :

  • Faites clairement savoir que votre cœur est déjà pris, par exemple en ayant une photo de votre conjoint sur votre bureau. (Principe biblique : Genèse 2:24.)

  • Déterminez la ligne de conduite que vous souhaitez adopter avec vos amis et vos collègues de l’autre sexe. Par exemple, vous permettrez-vous de confier vos problèmes conjugaux à l’un d’eux ? Ou d’aller boire un verre avec lui ?

  • Si vous êtes devenu trop proche de quelqu’un de l’autre sexe, mettez un terme à cette relation. Si cela vous semble trop difficile, demandez-vous pourquoi. Au lieu d’essayer de justifier cette relation, concentrez-vous sur les besoins de votre conjoint et prenez des mesures pour protéger votre couple. (Principe biblique : Proverbes 5:18, 19.)