Aller au contenu

Aller à la table des matières

Hasard ou conception ?

La trompe de l’éléphant

La trompe de l’éléphant

● Une entreprise est en train de mettre au point un bras-robot d’une grande dextérité et d’une remarquable souplesse. Le directeur de recherche explique que le dispositif “ dépasse de loin tout automatisme industriel connu à ce jour ”. De quoi les ingénieurs se sont-​ils inspirés ? “ De la trompe de l’éléphant ”, répond le chercheur.

Considérez ceci : On a parlé de la trompe de l’éléphant comme de “ l’appendice le plus polyvalent et le plus pratique qui soit ”. Cet instrument de quelque 140 kilos sert à l’animal de nez, de paille, de bras ou de main. Le pachyderme peut ainsi respirer, sentir, boire, saisir un objet et, pourquoi pas, barrir !

Mais ce n’est pas tout. Pourvue de 40 000 fibres musculaires, la trompe se meut dans n’importe quelle direction. Et elle est tout autant capable de soulever une charge de près de 300 kilos que de ramasser, avec son extrémité, une pièce de monnaie.

Les chercheurs espèrent qu’en copiant les propriétés de cet appendice hors du commun, ils pourront concevoir des robots supérieurs, à usage tant domestique qu’industriel. Un représentant de l’entreprise déjà mentionnée déclare : “ Nous avons créé un système d’assistance totalement inédit qui, pour la première fois, permet aux humains et aux machines de travailler ensemble efficacement et sans risque. ”

Qu’en pensez-​vous ? La trompe de l’éléphant est-​elle le produit de l’évolution ? Ou bien a-​t-​elle été conçue ?