Aller au contenu

Aller à la table des matières

“ Écrivez à Antone ! ”

“ Écrivez à Antone ! ”

 “ Écrivez à Antone ! ”

● À Chtchelkane, village reculé de la province de Stavropol (Russie), vivait un adolescent Témoin de Jéhovah nommé Antone. Il souffrait depuis son enfance de la dystrophie de Duchenne, une maladie incurable qui atrophie rapidement les muscles et dont on meurt généralement avant l’âge de 20 ans. À neuf ans, il ne pouvait déjà plus marcher ni se lever.

Ievgueni et sa femme, Diana, l’ont rencontré alors qu’ils rendaient visite à une congrégation de Témoins. “ Antone était extrêmement frêle, explique Diana, mais sa foi était forte. Son frère aîné étant mort de la même maladie à 19 ans, il savait que ses jours étaient comptés. Pourtant, il était heureux et optimiste. ”

Diana et son mari ont suggéré au jeune homme d’accroître son activité d’évangélisation en écrivant à des habitants d’autres villages isolés de sa région. En 2005, il a ainsi envoyé environ 500 lettres. Il n’a cependant reçu aucune réponse. Bien que déçu, il a persévéré et a prié Dieu avec ferveur de lui indiquer comment, malgré ses limites, obtenir de bons résultats.

Un jour, en lisant un journal, il est tombé sur la lettre d’une dame malade qui avait besoin de réconfort. Il lui a alors écrit une lettre, dont le journal a publié cet extrait : “ Bien que ma maladie soit incurable, la lecture de la Bible m’aide à envisager l’avenir avec confiance. J’aime énormément recevoir du courrier. Je guette le facteur tous les jours. ”

Profondément touchée, la dame a de nouveau écrit. Sa réponse a été reproduite dans une colonne intitulée “ Écrivez à Antone ! ” Elle y exprimait sa reconnaissance pour les pensées encourageantes qu’il lui avait communiquées et ajoutait : “ Soutenons Antone ! Il faut lui écrire. Ce jeune homme a tant besoin de paroles consolantes ! ” L’adresse était fournie.

Dans le petit bureau de poste du village d’Antone, les missives ont commencé à pleuvoir. Jusqu’à 30 par jour ! Des centaines de lecteurs des quatre coins de Russie, ainsi que des pays baltes, d’Allemagne et même de France avaient été sensibles à l’appel. “ Antone était fou de joie, se rappelle Diana. Il avait à présent des centaines de correspondants à qui exposer ses croyances bibliques. ”

Antone a entretenu cette correspondance pendant plus d’un an. Perdant peu à peu l’usage de ses mains, il s’était mis à dicter ses lettres. En septembre 2008, la maladie l’a emporté. Il avait 20 ans. Bien qu’extrêmement affaibli, grâce à sa foi et à son amour pour l’œuvre d’évangélisation, il avait trouvé le moyen d’atteindre des centaines de personnes.