Aller au contenu

Aller au sommaire

Dieu s’en soucie-t-il ?

Dieu s’en soucie-t-il ?

LE MATIN du 1er novembre 1755, un séisme secoue Lisbonne, capitale du Portugal. Il est suivi d’un tsunami et d’incendies qui détruisent presque complètement la ville et font des milliers de victimes.

Après le tremblement de terre survenu à Haïti en 2010, un éditorial du National Post, quotidien canadien, commentait : “ Tout drame majeur met à l’épreuve la foi de l’humanité en une puissance supérieure. Mais certains, comme cette réédition de Lisbonne, plus que d’autres. ” Conclusion de l’article, “ Dieu a peut-être abandonné Haïti ”.

Étant le “ Tout-Puissant ”, Jéhovah Dieu détient un pouvoir illimité, dont celui de mettre fin à la souffrance (Psaume 91:1). De plus, nous pouvons être sûrs qu’il n’est pas indifférent. Voyons pourquoi.

Que savons-​nous sur Dieu ?

Il compatit à la souffrance humaine. Quand les Israélites étaient esclaves en Égypte et maltraités, Dieu a dit à Moïse : “ Vraiment, j’ai vu l’affliction de mon peuple qui est en Égypte et j’ai entendu leur clameur à cause de ceux qui les poussent au travail, car je connais bien les douleurs qu’ils subissent. ” (Exode 3:7). Qu’indiquent ces paroles ? Que les souffrances ne laissent pas Dieu indifférent. Au contraire. Voici ce que, des siècles plus tard, le prophète Isaïe a écrit au sujet des Israélites : “ Durant toute leur détresse, cela a été pour lui une détresse. ” — Isaïe 63:9.

“ Toutes ses voies sont justice. ” (Deutéronome 32:4). Dieu est impartial et juste dans tout ce qu’il fait. “ Il gardera la voie de ses fidèles ”, mais aussi ‘ rendra la tribulation à ceux qui font subir la tribulation ’ aux justes (Proverbes 2:8 ; 2 Thessaloniciens 1:6, 7). Dans son impartialité, il “ ne prend pas le parti des chefs, il ne traite pas mieux un riche qu’un pauvre. En effet, il les a créés tous les deux ”. (Job 34:19, Parole de Vie.) Dieu sait également quelle est la meilleure façon de guérir la souffrance. Les solutions humaines sont quant à elles comparables à un sparadrap qu’on collerait sur une blessure par balle. Le pansement masquerait le mal, mais ne s’attaquerait pas au véritable problème et mettrait encore moins fin au supplice du blessé.

Un médecin collerait-​il un simple sparadrap sur une blessure par balle ?

Il est “ miséricordieux et compatissant, [...] et abondant en bonté de cœur ”. (Exode 34:6.) Le terme “ miséricorde ” tel que l’emploie la Bible emporte l’idée d’une compassion chaleureuse et d’une pitié qui incitent une personne à venir en aide à une autre. La racine du terme hébreu rendu par “ compatissant ” est définie comme “ la réaction, venant du cœur, de quelqu’un qui a quelque chose à donner à une personne ayant un besoin ”. D’après un dictionnaire, le mot traduit par “ bonté de cœur ” comporte la notion d’“ intervention en faveur de quelqu’un qui subit un revers ou connaît la détresse ”. (Theological Dictionary of the Old Testament.) Non seulement Jéhovah Dieu éprouve de la peine quand un humain souffre,  mais sa miséricorde, sa compassion et sa bonté de cœur le poussent à offrir son aide. Nous pouvons donc être sûrs qu’il mettra fin à la souffrance.

Dans l’article précédent, nous avons identifié trois grands facteurs de souffrance, aucun n’étant imputable à Dieu. Voyons à présent à quoi ils sont dus.

Les choix personnels

À l’origine, Adam, le premier homme, était dirigé par Dieu. Mais lorsqu’il a eu un choix à faire, il a décidé de se soustraire à cette domination et de voir ce que l’indépendance à l’égard de Dieu amènerait. Il a méprisé l’avertissement de Jéhovah consigné en Genèse 2:17 : “ Tu mourras à coup sûr. ” Le rejet de la domination parfaite de Dieu a produit le péché et l’imperfection. La Bible explique : “ Par un seul homme le péché est entré dans le monde et par le péché la mort, et [...] ainsi la mort s’est étendue à tous les hommes parce que tous avaient péché. ” (Romains 5:12). Mais Dieu éliminera les conséquences du péché.

Les aléas de la vie

Ayant rejeté la direction divine, Adam s’est privé de la direction dont les humains ont précisément besoin pour vivre en sécurité, notamment à l’abri des catastrophes naturelles. Son comportement est comparable à celui d’un patient qui refuse les soins d’un médecin habile et expérimenté. Quand le patient ne sait rien des risques et des complications qu’il encourt, son ignorance délibérée peut lui être préjudiciable. De même, c’est la mauvaise gestion humaine de la planète (dont les pratiques de construction peu sûres et la méconnaissance des phénomènes terrestres) qui est souvent à l’origine de catastrophes naturelles. Toutefois, Dieu ne permettra pas que cette situation s’éternise.

“ Le chef de ce monde ”

Pourquoi Dieu a-​t-​il permis que, après avoir poussé le premier couple humain à la rébellion, Satan domine le monde ? Selon des spécialistes, “ un nouveau régime, quel qu’il soit, dispose à ses débuts d’une courte période durant laquelle il peut faire porter la responsabilité de ses difficultés au gouvernement précédent ”. Si Jéhovah avait renversé immédiatement “ le chef de ce monde ”, celui-ci aurait pu lui imputer, à lui, son prédécesseur, la responsabilité de ses échecs (Jean 12:31). Dieu lui a donc laissé le temps d’exercer pleinement son autorité sur le monde pour que preuve soit faite de son incompétence. Mais une question demeure : comment être sûr que la souffrance prendra fin ?