Aller au contenu

Aller à la table des matières

Un monde sans religion serait-il meilleur ?

Un monde sans religion serait-il meilleur ?

 Un monde sans religion serait-​il meilleur ?

LES nouveaux athées envisagent un monde sans religion : fini les attentats-suicides, les guerres de religion, les télévangélistes qui escroquent leurs ouailles. Cette perspective vous attire-​t-​elle ?

Avant de répondre, demandez-​vous : ‘ Les faits montrent-​ils qu’un monde athée serait un monde meilleur ? ’ Considérez ceci : pas moins de 1,5 million de Cambodgiens ont péri lorsque les Khmers rouges ont voulu établir un état marxiste sans Dieu. En URSS, nation officiellement athée, la dictature de Staline a entraîné la mort de dizaines de millions de personnes. Bien sûr, ces maux ne sont pas directement imputables à l’athéisme, mais ils montrent clairement que son règne ne garantit pas la paix ni l’harmonie.

Peu nieront que la religion est à l’origine de nombreuses souffrances. Toutefois, Dieu est-​il coupable ? Non. Pas plus qu’un constructeur  automobile ne le serait d’un accident provoqué par un conducteur qui téléphone au volant. La souffrance a bien des causes, l’une d’elles étant plus profonde que la religion. La Bible incrimine l’imperfection humaine. “ Tous [...] ont péché et n’atteignent pas à la gloire de Dieu. ” (Romains 3:23). Cette inclination au péché favorise l’égoïsme, la fierté excessive, le désir d’indépendance morale et la violence (Genèse 8:21). Elle pousse également à se justifier et à se tourner vers des croyances qui excusent les mauvaises actions (Romains 1:24-27). Jésus Christ a déclaré à juste titre : “ C’est du cœur que sortent raisonnements mauvais, meurtres, adultères, fornications, vols, faux témoignages, blasphèmes. ” — Matthieu 15:19.

Une distinction à faire

À ce stade, il faut faire la distinction entre le vrai culte, celui que Dieu agrée, et le faux. Le vrai culte doit aider à combattre les inclinations viles. Il est censé encourager l’amour désintéressé, la paix, la bienveillance, la bonté, la douceur, la maîtrise de soi, la fidélité conjugale et le respect (Galates 5:22, 23). La fausse religion a plutôt tendance à flatter les penchants du grand nombre, à “ caresser les oreilles ”, comme dit la Bible, en tolérant certaines des choses malsaines condamnées par Jésus. — 2 Timothée 4:3.

Se pourrait-​il que l’athéisme contribue à la même ambiguïté, ou confusion, morale ? ‘ Pas de Dieu ’ signifie pas de comptes à rendre à une autorité divine, ni de “ valeurs objectives qu’on soit obligé de respecter ”, dit Phillip Johnson, professeur de droit. La morale devient alors relative : chacun définit ses propres normes, si tant est qu’on décide d’en suivre. Nul doute que vu sous cet angle l’athéisme est pour certains une philosophie séduisante. — Psaume 14:1.

Le fait est que Dieu ne tolérera pas indéfiniment le mensonge, athée ou religieux, ni ceux qui le propagent *. Il promet : “ Les hommes [moralement et spirituellement] droits sont ceux qui résideront sur la terre, et les hommes intègres sont ceux qui y resteront. Quant aux méchants, ils seront retranchés de la terre ; et les traîtres, eux, en seront arrachés. ” (Proverbes 2:21, 22). Il en résultera ce qu’aucun humain, aucune philosophie ni institution humaine ne pourront jamais apporter : une paix et un bonheur universels. — Isaïe 11:9.

[Note]

^ § 8 Le chapitre 11 du manuel d’étude Qu’enseigne réellement la Bible ? publié par les Témoins de Jéhovah explique à l’aide de la Bible et de façon convaincante pourquoi Dieu tolère temporairement la méchanceté et la souffrance.

[Encadré, page 6]

LE POINT DE VUE DE DIEU SUR LES ATROCITÉS RELIGIEUSES

Le pays qui a été donné à l’Israël antique était habité par des Cananéens, un peuple dépravé qui se livrait à l’immoralité sexuelle, notamment à l’inceste, à la sodomie et à la bestialité, mais aussi aux sacrifices rituels d’enfants (Lévitique 18:2-27). L’ouvrage L’archéologie et l’Ancien Testament (angl.) rapporte que des fouilles “ ont mis au jour des monceaux de cendres et des restes de squelettes de petits enfants dans les cimetières entourant les autels païens, ce qui montre l’étendue [de ces sacrifices d’enfants] ”. Les Cananéens adoraient leurs dieux en s’adonnant à des pratiques immorales et en leur sacrifiant leurs premiers-nés, précise le Manuel biblique de Halley. Il ajoute : “ Les archéologues qui effectuent des fouilles dans les villes cananéennes s’étonnent que Dieu ne les ait pas détruites plus tôt. ”

La destruction des Cananéens nous enseigne quelque chose d’important : Dieu ne supportera pas indéfiniment le mal perpétré en son nom. Actes 17:31 dit qu’il “ a fixé un jour où il va juger la terre habitée avec justice ”.

[Illustrations, page 7]

Des atrocités ont été commises aussi bien par des croyants que par des incroyants.

Soutien de l’Église à Hitler.

Crânes de victimes des Khmers rouges, au Cambodge.

[Indication d’origine]

AP Photo