Aller au contenu

Aller à la table des matières

La Science a-t-elle eu raison de Dieu ?

La Science a-t-elle eu raison de Dieu ?

 La science a-​t-​elle eu raison de Dieu ?

PENDANT 50 ans, le philosophe britannique Antony Flew a été un défenseur de l’athéisme hautement respecté par ses pairs. Son article “ Theology and Falsification ”, rédigé en 1950, “ est devenu la publication philosophique la plus reproduite du [XXe] siècle ”. En 1986, il passait pour “ le plus puissant détracteur du théisme ”. D’où la stupéfaction de beaucoup lorsque, en 2004, il a annoncé qu’il avait révisé son point de vue.

Quelle a été la cause de ce revirement ? En bref, la science. Il a acquis la conviction que l’univers, les lois de la nature et la vie elle-​même ne pouvaient pas avoir surgi par hasard. Est-​ce une conclusion logique ?

Comment les lois de la nature sont-​elles apparues ?

Paul Davies, auteur et physicien, observe que la science s’y entend très bien à expliquer des phénomènes physiques comme la pluie. Il admet néanmoins : “ Face aux interrogations du genre : ‘ Pourquoi y a-​t-​il des lois dans la nature ? ’ les choses sont moins claires. Les découvertes scientifiques ont peu d’incidence sur ces grandes questions. Nombre d’entre elles demeurent sans réponse depuis le début de la civilisation et continuent de nous embarrasser. ”

“ Le point important, écrivait M. Flew en 2007, ce n’est pas uniquement qu’il y ait des constantes dans la nature, mais qu’elles sont universelles, ‘ étroitement liées ’ et d’une précision mathématique. Einstein en a parlé comme de la ‘ raison incarnée ’. Ce qu’il faut se demander, c’est comment la nature en est venue à présenter de telles caractéristiques. Nul doute que, de Newton à Heisenberg en passant par Einstein, des savants se sont posé cette question — et y ont répondu. Pour eux, c’était l’Esprit de Dieu. ”

On le voit, beaucoup de scientifiques très estimés ne jugent pas antiscientifique de croire en une Cause première intelligente. De plus, soutenir que l’univers, ses lois et la vie sont apparus par hasard n’est pas satisfaisant intellectuellement. La vie de tous les jours nous montre que toute conception suppose un concepteur, que cela concerne le simple ou l’extrêmement complexe.

 Quelle foi choisirez-​vous ?

Même si les nouveaux athées aiment se réclamer de la science, le fait est que ni l’athéisme ni le théisme ne reposent strictement sur la science. Les deux doctrines font intervenir la foi : l’athéisme, en un hasard aveugle ; le théisme, en une Cause première intelligente. Les tenants de l’athéisme défendent l’idée selon laquelle “ toute croyance religieuse est une croyance aveugle ”, écrit John Lennox, professeur de mathématiques à l’université d’Oxford (Angleterre). Il ajoute : “ Il nous faut souligner avec force qu’ils ont tort. ” La question est donc celle-ci : Quelle foi résiste à l’examen ? la foi athée ou la foi religieuse ? Intéressons-​nous par exemple à l’origine de la vie.

Bien qu’il existe de nombreuses théories contradictoires, les évolutionnistes reconnaissent volontiers que l’origine de la vie reste un mystère. Richard Dawkins, athée de premier plan, prétend que vu la multitude de planètes que comprend sûrement l’univers la vie devait bien apparaître quelque part. Mais quantité de scientifiques réputés n’en sont pas si sûrs. John Barrow, professeur à Cambridge, dit que la croyance en “ l’évolution de la vie et de l’esprit ” débouche sur “ une impasse à tous les niveaux. Il y a tellement de probabilités pour que la vie n’évolue pas dans un environnement complexe et hostile qu’il serait incroyablement présomptueux d’affirmer que, moyennant suffisamment de carbone et de temps, tout devient possible. ”

Rappelons également que la vie n’est pas qu’un mélange d’éléments chimiques. Elle repose sur une forme d’information fabuleusement élaborée, encodée dans l’ADN. Par conséquent, évoquer l’origine de la vie, c’est aussi évoquer l’origine de l’information biologique. Or d’où provient toujours une information ? D’une intelligence. Le hasard produirait-​il des informations complexes, comme un programme informatique, une formule algébrique, une encyclopédie ou même la recette d’un gâteau ? Non, bien sûr. Pourtant, en matière d’élaboration et d’efficacité, les informations de ce genre sont loin de rivaliser avec celles qui sont stockées dans le code génétique des organismes vivants.

Le hasard comme cause première : est-​ce bien scientifique ?

D’après les athées, explique Paul Davies, “ l’univers est comme il est, mystérieusement, et il se trouve qu’il rend la vie possible. [...] Eut-​il été différent, nous ne serions pas là pour en discuter. Que l’univers ait ou non une unité fondamentale, il n’est le reflet d’aucune intention, d’aucun but ni objet, du moins d’aucun qui revête un sens pour nous. ” “ L’avantage de cette position, signale le physicien, c’est qu’elle est facile à tenir, facile au point qu’elle sert d’échappatoire ”, c’est-à-dire de moyen commode d’éluder le problème.

Dans son livre Évolution : Une théorie en crise, Michael Denton, biologiste moléculaire, conclut que la théorie de l’évolution “ ressemble plus à un principe de l’astrologie médiévale qu’à une théorie scientifique sérieuse * ”. Il parle également de l’évolution selon Darwin comme d’un des plus grands mythes de notre temps.

 Sans conteste, invoquer la chance comme cause première fleure la fable. Imaginez ceci : un archéologue voit une roche brute, plus ou moins carrée. Peut-être attribuera-​t-​il cette forme au hasard, ce qui semble sensé. Mais plus tard, il trouve un bloc de pierre parfaitement façonné, jusque dans les moindres détails, en buste humain. Attribuera-​t-​il cette découverte au hasard ? Non. Son esprit logique lui dicte que quelqu’un a fait cela. Recourant au même raisonnement, la Bible dit : “ Toute maison [...] est construite par quelqu’un, mais celui qui a construit toutes choses, c’est Dieu. ” (Hébreux 3:4). Qu’en dites-​vous ?

Le professeur Lennox écrit : “ Plus nous en apprenons sur l’univers, plus l’hypothèse d’un Dieu créateur ayant conçu l’univers dans un dessein précis gagne en crédibilité et se révèle la meilleure explication à notre présence ici. ”

Malheureusement, la croyance en un Créateur est souvent sapée par le mal perpétré au nom de Dieu. Certains en concluent que le monde se porterait mieux sans la religion. Qu’en pensez-​vous ?

[Note]

^ § 14 Traduction N. Balbo, Paris, Londreys, 1988, p. 315.