Aller au contenu

Aller à la table des matières

Devrait-il y avoir une distinction clergé-laïcs ?

Devrait-il y avoir une distinction clergé-laïcs ?

 D’après la Bible

Devrait-​il y avoir une distinction clergé-​laïcs ?

Révérendissime, Monseigneur, Père, Très Saint-Père, Rabbi, Son Éminence, Son Excellence, Sa Sainteté : tels sont quelques titres qui distinguent les clergés des laïcs. Pareille distinction, commune à de nombreuses religions, est-​elle voulue par Dieu ou est-​elle une tradition humaine ? Plus important si c’est une tradition humaine, Dieu l’approuve-​t-​il ?

“ QUE la première communauté chrétienne, telle qu’elle apparaît dans les Actes des Apôtres, n’ait pas dissocié des clercs et des laïcs, est une évidence. [...] l’absence de termes spécifiques [...] en fournit la preuve ”, déclare la revue catholique Communio. Selon Notre Histoire, “ on distingue dans la plupart des communautés chrétiennes les laïcs, ou simples fidèles, des clercs qui assument un service d’Église. Ces catégories, cependant, ne datent pas des origines du christianisme ”. Cette différenciation s’est précisée au IIIsiècle de notre ère, soit plus de 200 ans après Jésus Christ !

La distinction clergé-​laïcs n’est donc pas fondée sur le modèle laissé par les apôtres et les autres premiers chrétiens. Est-​elle mauvaise pour autant ? D’après la Bible, oui. Voyons pourquoi.

“ Vous êtes tous frères ”

L’Écriture enseigne que tous les chrétiens sont ministres de Dieu et qu’aucun n’est supérieur ou inférieur à un autre (2 Corinthiens 3:5, 6). “ Positivement, l’époque apostolique insistera sur l’absence de classe * ” parmi les premiers chrétiens, affirme Alexandre Faivre, un spécialiste. Cette “ absence de classe ” s’accorde avec ce que Jésus a dit à ses disciples : “ Vous êtes tous frères. ” — Matthieu 23:8.

Bien entendu, en ce temps-​là, des hommes spirituellement mûrs étaient des surveillants, assumant notamment les rôles de bergers et d’enseignants (Actes 20:28). Cependant, ces hommes n’étaient pas des ecclésiastiques rémunérés. La plupart d’entre eux avaient un travail. C’étaient des maris, des pères. De plus, ils n’acquéraient pas leurs aptitudes de surveillants en fréquentant des séminaires, mais en étudiant assidûment la Parole de Dieu et en cultivant les qualités spirituelles requises par Dieu. Un surveillant se devait par exemple d’être “ modéré dans ses habitudes, sain d’esprit, ordonné, hospitalier, capable d’enseigner, [...] raisonnable, non belliqueux, non ami de l’argent, [...] quelqu’un qui préside de belle façon sa propre maisonnée ”. — 1 Timothée 3:1-7.

Pourquoi s’en tenir à “ ce qui est écrit ”

“ N’allez pas au-delà de ce qui est écrit ”, déclare la Bible (1 Corinthiens 4:6). Malheureusement, le non-respect de cette directive inspirée par Dieu entraîne en général des dommages spirituels. Cela se vérifie dans le cas de la séparation clergé-​laïcs. De quelle manière ? Arrêtons-​nous sur six aspects de la question :

1. La mise à part d’une classe cléricale suppose que, pour être ministre de Dieu, il faut en avoir la vocation. Pourtant, la Bible indique que tout chrétien authentique doit servir Dieu et louer son nom (Romains 10:9, 10). Par ailleurs, chaque chrétien masculin est invité à aspirer à remplir un ministère dans la congrégation. C’est l’usage chez les Témoins de Jéhovah. — 1 Timothée 3:1.

  2. La distinction clergé-​laïcs incite à mettre les religieux sur un piédestal, témoin les titres louangeurs qu’ils prennent. Pourtant, Jésus a affirmé : “ Celui qui se conduit comme un petit parmi vous tous, c’est lui qui est grand. ” (Luc 9:48). Dans ce même esprit d’humilité, il a commandé à ses disciples de ne pas adopter de titres religieux. — Matthieu 23:8-12.

3. Une classe cléricale rémunérée peut représenter un lourd fardeau financier pour les laïcs, surtout lorsqu’elle vit dans le luxe. Les surveillants chrétiens, quant à eux, gagnent leur vie en exerçant une activité profane, et montrent ainsi l’exemple *. — Actes 18:1-3 ; 20:33, 34 ; 2 Thessaloniciens 3:7-10.

4. Un religieux qui dépend financièrement de paroissiens pourrait être tenté d’édulcorer le message biblique pour se concilier leurs bonnes grâces. C’est précisément ce que la Bible annonçait. On lit : “ Il y aura une période où ils ne supporteront pas l’enseignement salutaire, mais, selon leurs propres désirs, ils accumuleront des enseignants pour eux-​mêmes, afin de se faire agréablement caresser les oreilles. ” — 2 Timothée 4:3.

5. Quand il y a distinction, le peuple a tendance à se décharger des questions religieuses sur le clergé pour n’assister qu’aux offices hebdomadaires. Pourtant, chaque chrétien doit être conscient de sa pauvreté spirituelle et être un bon étudiant de la Bible. — Matthieu 4:4 ; 5:3.

6. Lorsque les laïcs sont ignorants des enseignements bibliques, des ecclésiastiques peuvent facilement les tromper, voire les exploiter. En fait, de nombreux abus de ce genre ont été commis tout au long de l’Histoire *. — Actes 20:29, 30.

Soucieux de se conformer étroitement au modèle établi dans les Écritures, les Témoins de Jéhovah ont, non pas un clergé, mais des bergers et enseignants non rémunérés qui soutiennent de bon cœur le troupeau de Dieu. Pourquoi ne pas le constater par vous-​même en vous rendant dans une de leurs Salles du Royaume ?

[Notes]

^ § 7 Les premiers laïcs : lorsque l’Église naissait au monde, Strasbourg, Éditions du Signe, coll. “ Croire et comprendre ”, 1999, p. 23.

^ § 13 Au Ier siècle, des surveillants itinérants ont parfois vécu “ par le moyen de la bonne nouvelle ”, en acceptant l’hospitalité et les dons offerts spontanément. — 1 Corinthiens 9:14.

^ § 16 Citons la vente des indulgences, l’Inquisition ou encore les autodafés de bibles par des ecclésiastiques qui ne voulaient pas que leurs ouailles aient la Parole de Dieu entre les mains. — Voir La Tour de Garde du 15 novembre 2002, page 27 (du même éditeur).

QU’EN PENSEZ-​VOUS ?

▪ Comment tous les serviteurs de Dieu devraient-​ils se considérer mutuellement ? — Matthieu 23:8.

▪ Comment les chrétiens masculins acquièrent-​ils leurs aptitudes de surveillants dans la congrégation ? — 1 Timothée 3:1-7.

▪ Pourquoi Dieu n’approuve-​t-​il pas la distinction clergé-​laïcs ? — 1 Corinthiens 4:6.

[Entrefilet, page 23]

Contrairement aux membres du clergé Jésus s’est conduit comme “ un petit ”.