Aller au contenu

Aller à la table des matières

Pourquoi beaucoup désespèrent

Pourquoi beaucoup désespèrent

 Pourquoi beaucoup désespèrent

Dans le monde entier, des tendances inquiétantes font craindre l’avenir. De plus en plus de villes sont équipées de caméras de surveillance. À cause du terrorisme, beaucoup de grands aéroports sont devenus de véritables bases militaires. Toujours plus nombreux, voleurs et pédophiles rôdent sur Internet en quête de victimes sans méfiance. En ce qui concerne l’environnement, pollution, déforestation, extinction d’espèces et réchauffement climatique menacent la vie sur notre planète.

INIMAGINABLES il y a deux ou trois générations, ces préoccupations sont aujourd’hui mondiales. Rien d’étonnant à ce que bien des gens se demandent où va le monde et quel genre d’existence les attend, eux et leurs enfants. Se dirige-​t-​on vers une époque où la crainte nous empêchera de monter dans un bus, un train ou un avion ? Avec l’inflation et l’épuisement des ressources terrestres, les générations futures pourront-​elles se payer des soins adéquats, une nourriture de qualité et du combustible en quantité suffisante ?

“ L’avenir est très, très effrayant ”, a dit le ministre de la Santé de la Colombie-Britannique (Canada) à propos de la hausse du coût des soins. On tire également la sonnette d’alarme pour ce qui est de la nourriture et du combustible. Pour quelle raison ? Afin de réduire leur dépendance aux combustibles fossiles, des pays investissent massivement dans les biocarburants, comme l’éthanol, qui sont dérivés de végétaux. C’est pourquoi, pour la première fois dans l’Histoire, les estomacs humains et les réservoirs des automobiles se disputent le produit des terres disponibles. La hausse des prix qui en résulte dans l’alimentaire se fait déjà sentir.

Dans le même temps, l’écart entre riches et pauvres se creuse, ce qui augmente les tensions sociales. “ Cette première décennie du XXIsiècle voit d’immenses progrès dans le bien-être humain coexister avec un extrême dénuement ”, déclare un rapport de l’Organisation mondiale de la santé. “ Dans certains des pays les plus pauvres, l’espérance de vie s’est effondrée, tombant à moins de la moitié de celle des pays les plus riches. ” Sont principalement en cause la maladie ainsi que le chaos social et économique dans des États en échec politique.

Si on ajoute à tout cela le spectre du réchauffement de la planète, susceptible d’accentuer la désertification et de provoquer des conditions climatiques de plus en plus extrêmes, on n’est guère surpris que tant de personnes informées s’inquiètent du lendemain. Le Bulletin of the Atomic Scientists, qui règle l’“ horloge de la fin du monde ”, s’est dit pessimiste quant à l’avenir, “ étant donné que les scientifiques ne cessent de constater les effets en cascade [du réchauffement] sur les écosystèmes complexes de la planète ”.

Notre avenir est-​il aussi sombre qu’il en a l’air ? Notre seul espoir réside-​t-​il dans les instances commerciales, religieuses, politiques et scientifiques ? ‘ Quel autre choix avons-​nous ? observeront certains. C’est nous qui nous sommes mis dans ce pétrin ; à nous de nous en sortir. ’ D’autres pensent que les humains ne sont tout bonnement pas compétents pour trouver la solution et que notre seul espoir d’un avenir vraiment sûr repose sur Dieu. S’il en est ainsi, quelle assurance avons-​nous que Dieu s’intéresse à nous, qu’il nous sauvera de l’autodestruction ? Ces questions sont abordées dans les articles suivants.

[Entrefilet, page 3]

Notre seul espoir réside-​t-​il dans les instances commerciales, religieuses, politiques et scientifiques ?