Aller au contenu

Aller à la table des matières

Pourquoi suis-je toujours laissé de côté ?

Pourquoi suis-je toujours laissé de côté ?

 Les jeunes s’interrogent...

Pourquoi suis-​je toujours laissé de côté ?

“ Le week-end, on dirait que le monde entier s’amuse, sauf moi. ” — Renee.

“ Les jeunes se retrouvent pour se balader ensemble, et ils me laissent sur la touche. ” — Jeremy.

IL FAIT beau et vous n’avez rien de prévu. Par contre, tous les autres, si. Vos amis sont tous sortis s’amuser. Vous, on vous a encore une fois oublié !

Ne pas être invité est déjà pénible en soi, mais ce que cela suggère peut l’être encore plus. ‘ Quelque chose ne va pas chez moi ? vous demandez-​vous. Pourquoi personne ne veut de ma compagnie ? ’

Pourquoi c’est douloureux

Il est normal de désirer s’intégrer dans un groupe et en être accepté. En effet, étant des êtres sociaux, nous nous épanouissons au contact des autres. “ Il n’est pas bon que l’homme reste seul ”, a dit Jéhovah au sujet d’Adam avant de créer Ève (Genèse 2:18). De toute évidence, nous avons besoin les uns des autres ; c’est ainsi que nous sommes faits. Voilà précisément pourquoi il est si douloureux d’être laissé pour compte.

Si cela se produit de façon répétée ou que ceux dont vous recherchez l’amitié vous font comprendre que vous ne correspondez pas à leurs critères, c’est particulièrement décevant. “ Il y a des clans de jeunes qui font des trucs super, dit Marie, mais tu vois bien qu’ils ne te trouvent pas assez bon pour aller avec eux. ” Quand les autres vous excluent de leur groupe, vous finissez par vous retrouver terriblement seul.

Parfois, le sentiment d’isolement vous envahit même au milieu d’une foule. “ Aussi bizarre que ça puisse paraître, explique Nicole, je me souviens de m’être sentie affreusement seule à une réunion entre amis. Je crois que c’est parce que je croisais beaucoup de gens, mais que je  n’étais proche de personne. ” Certains souffrent de la solitude lors d’assemblées chrétiennes. “ À croire que tout le monde connaît tout le monde sauf moi ! ” s’exclame Meagan. Pareillement, Maria explique : “ On dirait que je suis entourée d’amis sans en avoir aucun. ”

Nul n’est à l’abri du sentiment de solitude, pas même les personnes apparemment les plus appréciées ou les plus heureuses. “ Même dans le rire le cœur peut être dans la douleur ”, déclare un proverbe biblique (Proverbes 14:13). Quand il est profond et persistant, ce sentiment peut fragiliser. “ À cause de la douleur du cœur il y a un esprit abattu ”, dit la Bible, ou, selon une autre version, “ le chagrin peut écraser ”. (Proverbes 15:13 ; Contemporary English Version.) Si vous vous sentez écrasé parce qu’on vous met à l’écart, que pouvez-​vous faire ?

Contre le sentiment de solitude

Pour lutter contre le sentiment de solitude, essayez ceci :

Concentrez-​vous sur vos qualités (2 Corinthiens 11:6). Demandez-​vous : ‘ Quels sont mes points forts ? ’ Pensez à des talents ou à des qualités que vous possédez, et faites-​en la liste ci-dessous.

․․․․․

Quand il vous semble qu’on vous délaisse, rappelez-​vous vos points forts (comme ceux que vous avez inscrits ci-dessus). Certes, vous avez aussi des points faibles, et vous devriez travailler à les corriger. Mais essayez de ne pas être accablé par vos défauts. Considérez-​vous plutôt comme un ouvrage en cours. Tout n’est pas en place, mais certaines choses le sont. Concentrez-​vous sur celles-là !

Élargissez-​vous (2 Corinthiens 6:11-13). Allez au-devant des autres. Il est vrai que ce n’est pas toujours facile. “ Les groupes peuvent sembler très intimidants, remarque Liz, 19 ans, mais si tu abordes juste une personne et que tu la salues, tu es aussitôt inclus dans le groupe. ” (Voir l’encadré “ L’art de la conversation ”.) À propos de mise à l’écart, faites attention, vous-​même, à ne mettre personne de côté, les moins jeunes notamment. “ Quand j’avais une dizaine d’années, se rappelle Cori, une adolescente, j’avais une amie beaucoup plus âgée. Nous étions très proches, malgré notre différence d’âge. ”

Pensez à deux adultes de votre congrégation que vous aimeriez mieux connaître.

․․․․․

À la prochaine réunion de la congrégation, pourquoi ne pas aborder l’un d’eux ? Engagez la conversation. Demandez-​lui comment est né son intérêt pour la Bible. Plus vous aurez de contacts avec “ toute la communauté des frères ”, moins vous risquerez de vous sentir délaissé. — 1 Pierre 2:17.

Confiez-​vous à un adulte (Proverbes 17:17). Vous ouvrir de vos inquiétudes à vos parents ou à un autre adulte peut atténuer votre sensation de solitude. C’est ce qu’une adolescente de 16 ans a constaté. Au début, elle se tourmentait trop d’être tenue à l’écart. “ Je repensais à ce qui avait fait que je me sente mise de côté ; je me rejouais la scène mentalement. Mais ensuite j’en parlais à ma mère, et elle me conseillait sur la façon d’y remédier. C’est vraiment utile de parler ! ”

Si vous aviez besoin un jour de parler à quelqu’un d’un sentiment persistant de solitude, à qui pourriez-​vous vous adresser ?

․․․․․

Pensez aux autres (1 Corinthiens 10:24). La Bible déclare que nous devrions “ [avoir] l’œil non pas uniquement sur [n]os propres affaires, par intérêt personnel, mais aussi, par intérêt personnel, sur celles des autres ”. (Philippiens 2:4.) Évidemment, le sentiment d’être tenu à l’écart engendre facilement la déprime ou la tristesse. Cependant, au lieu de vous enfoncer dans le désespoir, pourquoi ne pas faire quelque chose pour quelqu’un qui se trouve dans le besoin ? Ce peut être le début d’une amitié !

Pensez à une personne, par exemple de votre famille ou de votre congrégation, à qui votre  compagnie ou votre aide seraient profitables. Notez son nom ci-dessous, ainsi que la façon de l’aider.

․․․․․

En pensant à d’autres qu’à vous et en leur rendant service, vous avez moins le temps de ruminer votre solitude. Du coup, votre état d’esprit et votre comportement sont plus positifs, ce qui donne envie de rechercher votre amitié. Proverbes 11:25 affirme : “ Celui qui arrose abondamment autrui sera lui aussi abondamment arrosé. ”

Faites le tri (Proverbes 13:20). Il est préférable d’avoir quelques vrais amis qui se soucient de vous, plutôt que de nombreux soi-disant amis susceptibles de vous attirer des ennuis (1 Corinthiens 15:33). Considérez le jeune Samuel de la Bible. Il a pu se sentir seul au tabernacle. Ses compagnons de travail étaient Hophni et Phinéas. Ils avaient beau être les fils du grand prêtre, leurs mauvaises actions faisaient d’eux des fréquentations peu recommandables. Essayer de se modeler sur eux aurait été pour Samuel un suicide spirituel ! Mais ce n’est absolument pas ce qu’il voulait. “ Pendant ce temps, relate la Bible, le garçon Samuel grandissait et devenait de plus en plus attachant, tant du point de vue de Jéhovah que de celui des hommes. ” (1 Samuel 2:26). Quels hommes ? Sûrement pas Hophni et Phinéas, qui peut-être même l’évitaient en raison de sa bonne conduite. Les belles qualités de Samuel l’ont rendu cher aux défenseurs des normes de Dieu. Des personnes qui aiment Jéhovah : voilà le genre d’amis qu’il vous faut !

Soyez positif (Proverbes 15:15). Tout le monde se sent seul de temps à autre, ne serait-​ce qu’un peu. Que faire alors ? Au lieu de ressasser des pensées négatives, efforcez-​vous d’adopter un regard positif sur la vie. N’oubliez pas : vous ne pouvez pas maîtriser tous les aspects de votre existence, mais vos réactions, si.

Quand vous vous sentez exclu, prenez des mesures pour modifier votre situation, ou au moins le regard que vous portez dessus. Rappelez-​vous toujours que Jéhovah sait comment vous êtes fait ; il connaît donc vos besoins et la meilleure façon de les satisfaire. Parlez-​lui dans la prière de votre sentiment persistant de solitude. Soyez certain que “ lui [vous] soutiendra ”. — Psaume 55:22.

Vous trouverez d’autres articles de la rubrique “ Les jeunes s’interrogent... ” sur le site www.watchtower.org/ypf

QUESTIONS DE RÉFLEXION

▪ Comment m’y prendre si je me sens mis de côté ?

▪ Quels versets peuvent m’aider à avoir une opinion équilibrée de moi-​même et à ne pas être submergé par des pensées négatives ?

[Encadré/Illustration, page 12]

L’art de la conversation

Souriez. Votre abord chaleureux sera une invitation à converser avec vous.

Présentez-​vous. Dites votre nom et d’où vous venez.

Posez des questions. Sans indiscrétion, posez à votre interlocuteur des questions judicieuses sur lui.

Écoutez. Ne pensez pas à ce que vous allez dire ensuite. Écoutez d’abord. Votre question ou votre propos suivant viendra naturellement.

Détendez-​vous ! Une conversation peut ouvrir la voie à une amitié. Alors, profitez de cet instant !