Aller au contenu

Aller à la table des matières

Coup d’œil sur le monde

Coup d’œil sur le monde

 Coup d’œil sur le monde

La nuit porte conseil

“ De nombreuses personnes ont constaté qu’un problème qu’elles n’arrivaient pas à résoudre avant de se coucher leur paraissait beaucoup plus simple le lendemain matin, comme si leur cerveau avait travaillé dessus toute la nuit sans qu’elles s’en aperçoivent ”, fait remarquer le Times de Londres. Des scientifiques allemands affirment détenir désormais la preuve qu’il en est bien ainsi. Les résultats de leur expérience ont été publiés dans la revue Nature. On a soumis un problème mathématique à 66 participants, en leur donnant deux règles pour le résoudre. Toutefois, on leur avait caché une troisième règle qui permettait d’arriver plus vite à la bonne solution. On a ensuite autorisé certains participants à dormir, tandis qu’on a maintenu les autres éveillés. “ Le sommeil a fait des miracles ”, a rapporté le Daily Telegraph de Londres, à propos de la même expérience. Ceux qui avaient dormi “ ont trouvé deux fois plus facilement la troisième règle ”. Pour s’assurer que la réussite de ces participants n’était pas due au fait qu’ils étaient frais et dispos, les chercheurs ont mené une deuxième expérience. Ils ont présenté le problème au premier groupe le matin, après une nuit de sommeil, et au deuxième groupe le soir. Les deux groupes ont eu le même niveau de performance, ce qui démontre que “ ce n’est pas le fait d’avoir un cerveau reposé qui aide à trouver la solution, mais le fait d’avoir un cerveau qui s’est réorganisé pendant le sommeil ”, explique le Times. “ En fait, conclut Ullrich Wagner, un des chercheurs, le sommeil agit comme un processus d’apprentissage créatif. ”

 Les jeunes et la société de consommation

Actuellement, les enfants et les adolescents américains constituent “ la génération la plus obnubilée par les marques, la plus consommatrice et la plus matérialiste de l’Histoire ”, affirme Juliet Schor, sociologue au Boston College, qui étudie l’impact de la société de consommation sur les enfants. Parmi les caractéristiques de ces jeunes consommateurs invétérés figurent “ un perpétuel souci de l’apparence et des vêtements, l’obsession de la célébrité et de la richesse, le nombre croissant d’heures passées devant la télévision, sur Internet ou sur des jeux vidéo ”, déclare le journal canadien Globe and Mail. Mme Schor a constaté que les enfants obsédés par les choses qu’ils désirent acheter aspirent davantage à devenir riches. “ Ils deviennent également autocritiques et ne sont pas satisfaits de leur vie, qu’ils comparent avec ce qu’ils voient à la télévision ou dans les publicités. ” En revanche, on a remarqué que les enfants moins matérialistes sont moins dépressifs, moins anxieux, souffrent moins de troubles psychosomatiques, ont davantage d’estime de soi et entretiennent de meilleures relations avec leurs parents, ajoute le Globe.

Autocensure

“ On estime entre 300 000 et 500 000 le nombre d’accros [aux casinos] en France ”, lit-​on dans Le Figaro. Toutefois, les joueurs dépendants sont de plus en plus conscients de la nécessité de se défaire de leur vice. Le journal indique que 28 000 Français se sont volontairement interdit l’accès aux casinos en demandant à la police de les refouler des établissements de jeux pour une durée minimale de cinq ans. La police rapporte qu’elle reçoit chaque année entre 2 000 et 3 000 demandes, et que ces demandes ont été multipliées par six en dix ans. Beaucoup de joueurs pathologiques aimeraient que leur dépendance soit reconnue comme “ un véritable problème de santé publique, au même titre que le tabac, l’alcool ou la drogue ”, ajoute Le Figaro.

Contre les nausées matinales

Lu dans le journal Australian : “ La racine de gingembre soulage les nausées matinales des premiers mois de la grossesse. ” Des recherches réalisées par une université sud-australienne ont révélé que la prise quotidienne d’environ un gramme de gingembre réduisait les nausées chez les femmes enceintes. Le gingembre est un remède traditionnel contre ce genre de troubles dans de nombreux pays. Cependant, son efficacité n’est pas scientifiquement prouvée. D’après ces mêmes recherches, le gingembre agit tout aussi bien qu’une dose journalière de vitamine B6, autre remède couramment prescrit.

Les transfusions sanguines augmentent le taux de mortalité

Une étude publiée dans JAMA (Journal of the American Medical Association) a montré que les patients atteints d’un syndrome coronarien aigu qui étaient régulièrement transfusés risquaient davantage de mourir que ceux qui ne recevaient pas de transfusion. “ Le risque de décès lié aux transfusions, ajoutait l’article, a été attesté même après la prise en compte de facteurs démographiques et peropératoires (hémorragies, actes de chirurgie effractive, etc.). ” Les médecins qui ont dirigé cette étude l’ont résumée en ces termes : “ Nous déconseillons le recours systématique à la transfusion sanguine, pour maintenir un taux soi-disant normal d’hématocrite chez les patients souffrant de maladie coronarienne et dont l’état est stable. ”

Division chez les Anglicans

Philip Jensen, doyen de l’Église anglicane de Sydney et l’un des plus éminents prélats d’Australie, a récemment qualifié l’archevêque de Cantorbéry de “ prostitué de la religion, qui gagne sa vie sous des faux-semblants ”. C’est ce qu’on a pu lire dans le journal australien The Age. M. Jensen accusait le chef de son Église d’avoir une opinion laxiste sur l’homosexualité. Le journal ajoutait ceci : “ À travers le monde, l’Église anglicane est profondément divisée sur le sujet de l’homosexualité. De nombreuses branches africaines et asiatiques, par exemple, ont rompu tout lien avec l’Église anglicane du Canada qui bénit les unions homosexuelles, et avec celle des États-Unis, qui a nommé évêque un homosexuel notoire. ”

Un milliard d’enfants souffrent

Selon le Fonds des Nations unies pour l’enfance, plus de la moitié des enfants dans le monde (soit plus de un milliard) souffrent de privations extrêmes, rapporte le New York Times. La plupart des avancées réalisées au cours de ces 15 dernières années ont été anéanties par les guerres, le sida et la pauvreté. Depuis 1990, les conflits (dont 55 guerres civiles) ont fauché environ 3,6 millions de vies, dont près de la moitié étaient des enfants. Dans beaucoup de ces conflits, les enfants sont kidnappés par les rebelles, violés ou envoyés au combat. La malnutrition fait rage et les soins médicaux sont quasiment inexistants. En 2003, le nombre d’enfants devenus orphelins à cause du sida a atteint le chiffre de 15 millions. Plus de deux millions d’enfants ont été exploités par l’industrie du sexe. En outre, poursuit le rapport, les dépenses militaires annuelles se sont élevées à 740 milliards d’euros, alors qu’il n’en faudrait que de 30 à 50 milliards pour combattre la pauvreté.