Aller au contenu

Aller à la table des matières

Un remède contre le sida : vite !

Un remède contre le sida : vite !

 Un remède contre le sida : vite !

Au grand marché de Lilongwe (Malawi), Grace tient un étal de belles chaussures. Elle paraît heureuse et en pleine forme. Pourtant, son large sourire cache une histoire tragique.

Grace et son mari ont été fous de joie à la naissance de Tiyanjane, en 1993. Au début, la petite fille semblait en bonne santé. Mais rapidement, elle a cessé de prendre du poids et a contracté infection sur infection. À trois ans, Tiyanjane est morte du sida.

Quelques années plus tard, le mari de Grace est lui aussi tombé malade. Un jour, il a eu un grave malaise, et on l’a emmené à l’hôpital. Les médecins n’ont pas pu le sauver. Après huit ans de mariage, Grace se retrouvait veuve à cause du sida.

À présent, Grace vit seule dans une maison d’une pièce située dans la banlieue de Lilongwe. On pourrait s’attendre à ce qu’à 30 ans elle songe à refaire sa vie. Mais elle explique : “ Je suis porteuse du VIH ; je n’ai donc pas l’intention de me remarier, ni d’avoir des enfants *. ”

MALHEUREUSEMENT, de tels drames ne sont pas rares au Malawi, où 15 % de la population serait infectée par le VIH. Dans un hôpital de campagne, “ le taux d’occupation des lits est de 150 %, indique le Globe and Mail, et l’établissement a perdu plus de 50 % de son personnel médical ” à cause du sida. Le taux de séroprévalence est encore plus élevé dans d’autres pays d’Afrique subsaharienne. En 2002, le Programme commun des Nations unies sur le VIH/sida (Onusida) rapportait : “ L’espérance de vie en Afrique subsaharienne est aujourd’hui de 47 ans. Sans le sida, elle serait de 62 ans. ”

Mais le fléau s’étend bien au-delà du continent africain. Selon Onusida, en Inde, près de quatre millions d’adultes sont porteurs du VIH. “ Au rythme où vont les choses, dit-​il, le VIH deviendra la principale cause de mortalité chez les adultes durant cette décennie. ” L’épidémie se propage encore plus rapidement dans la Communauté des États indépendants (une fédération regroupant une grande partie des républiques de l’ex-Union soviétique). En Ouzbékistan, par exemple, “ on a enregistré plus de cas en 2002 qu’au cours de toute la décennie précédente ”, signale un rapport. Aux États-Unis, l’infection à VIH reste une des causes majeures de décès chez les 25-​44 ans.

 Réveillez-vous ! a publié son premier dossier sur le sida en 1986. Cette année-​là, le docteur Halfdan Mahler, alors directeur de l’Organisation mondiale de la santé, avait annoncé qu’environ dix millions de personnes dans le monde étaient peut-être infectées. Près de 20 ans plus tard, ce chiffre est, semble-​t-​il, passé à 42 millions, soit un taux de progression plus de 10 fois supérieur à celui de la croissance démographique ! D’après des spécialistes, l’avenir est encore plus sinistre. “ Dans les 45 pays les plus touchés, signale Onusida, on s’attend à ce qu’entre 2000 et 2020 le sida provoque la mort prématurée de 68 millions de personnes. ”

Devant une situation aussi alarmante, il est plus urgent que jamais de trouver un remède contre le sida. Voilà pourquoi les chercheurs travaillent d’arrache-pied. Quels progrès ont-​ils réalisés ? Est-​il raisonnable d’espérer en finir un jour avec le sida ?

[Note]

^ § 5 Le VIH (virus de l’immunodéficience humaine) est considéré comme étant le virus responsable du sida (syndrome d’immunodéficience acquise).

[Entrefilet, page 4]

Dans le monde, 42 millions de personnes, dont 2,5 millions d’enfants, vivraient avec le VIH/sida.

[Illustration, page 4]

INDE — Des agents de santé s’informent sur le sida.

[Indication d’origine]

© Peter Barker/Panos Pictures

[Illustration, page 4]

BRÉSIL — Une assistante sociale réconforte une femme atteinte du sida.

[Indication d’origine]

© Sean Sprague/Panos Pictures

[Illustration, page 4]

THAÏLANDE — Un bénévole s’occupe d’un enfant né avec le VIH.

[Indication d’origine]

© Ian Teh/Panos Pictures