Aller au contenu

Aller au sommaire

Moïse : en quoi sa vie vous concerne-t-elle ?

Moïse : en quoi sa vie vous concerne-t-elle ?

AUX yeux de nombreux érudits et critiques, Moïse n’est rien de plus qu’une figure de la mythologie. Ces spécialistes dénigrent le récit biblique en le soumettant à des critères de véracité qui feraient passer des hommes tels que Platon ou Socrate eux-​mêmes pour des légendes.

Pourtant, comme nous l’avons vu, il n’y a aucune raison valable de rejeter les récits bibliques relatifs à Moïse. Au contraire, pour ceux qui ont la foi, il existe de nombreuses preuves que la Bible dans son entier est “ la parole de Dieu ” *.  (1 Thessaloniciens 2:13 ; Hébreux 11:1.) Pour eux, l’étude de la vie de Moïse n’a rien d’un simple exercice intellectuel ; elle est surtout un moyen de bâtir leur foi.

Le véritable Moïse

Les cinéastes mettent souvent en valeur l’héroïsme et le courage physique de Moïse, des qualités qui séduisent le public. Naturellement, Moïse s’est montré courageux (Exode 2:16-19). Mais c’était avant tout un homme de foi. Dieu était pour lui bien réel — si réel que l’apôtre Paul a dit de lui qu’il “ est resté ferme comme s’il voyait Celui qui est invisible ”. — Hébreux 11:24-28.

Moïse nous enseigne ainsi la nécessité de cultiver des relations avec Dieu. Nous aussi nous pouvons, dans notre vie quotidienne, nous conduire comme si nous voyions Dieu. Dès lors, nous n’agirons jamais d’une manière qui puisse lui déplaire. Vous noterez également qu’on a inculqué la foi à Moïse alors qu’il n’était encore qu’un bébé. Sa foi a ensuite été suffisamment profonde pour résister à “ toute la sagesse des Égyptiens ”, dans laquelle il a baigné (Actes 7:22). Voilà un bel encouragement pour les parents, qui devraient commencer à parler de Dieu à leurs enfants dès leur toute petite enfance ! — Proverbes 22:6 ; 2 Timothée 3:15.

L’humilité de Moïse mérite également d’être relevée. Il était “ le plus humble de tous les hommes qui étaient sur la surface du sol ”. (Nombres 12:3.) De ce fait, il se montrait disposé à reconnaître ses erreurs. Il écrit lui-​même qu’il a négligé de circoncire son fils (Exode 4:24-26). Il rapporte avec franchise comment, un jour, il n’a pas rendu gloire à Dieu, et la punition sévère que Dieu lui a infligée (Nombres 20:2-12 ; Deutéronome 1:37). Il était en outre prêt à accepter les suggestions d’autrui (Exode 18:13-24). Les maris, les pères et les autres hommes exerçant une certaine autorité ne feraient-​ils pas bien de l’imiter ?

Certains critiques, il est vrai, contestent que Moïse ait été réellement humble, en rappelant la violence avec laquelle il a parfois agi (Exode 32:26-28). Jonathan Kirsch écrit ceci : “ Le Moïse de la Bible est rarement humble, jamais doux, et l’on ne peut pas toujours qualifier sa conduite de juste. Dans certaines situations dramatiques, [...] Moïse apparaît arrogant, sanguinaire et cruel. ” Cette critique est terriblement étriquée. Elle ne tient pas compte de ce que les actions de Moïse n’étaient pas motivées par la cruauté, mais par un amour passionné de la justice et une intolérance de la méchanceté. Alors que de nos jours il est de bon ton de tolérer des mœurs immorales, Moïse nous rappelle la nécessité de rester attachés indéfectiblement à des normes de moralité. — Psaume 97:10.

Les écrits de Moïse en héritage

Moïse nous a laissé un étonnant recueil d’écrits, qui comprennent de la poésie (Job, Psaume 90), de la prose historique (Genèse, Exode, Nombres), des généalogies (Genèse, chapitres 5, 11, 19, 22, 25) et un remarquable arsenal de lois appelé la Loi de Moïse (Exode, chapitres 20-40 ; Lévitique ; Nombres ; Deutéronome). Cette législation divinement inspirée contenait des concepts, des lois et des principes politiques en avance de plusieurs centaines d’années sur leur époque.

Là où le chef de l’État est également le chef spirituel, l’intolérance, l’oppression religieuse et l’abus de pouvoir sont souvent au rendez-vous. La Loi de Moïse, elle, instituait déjà le principe de séparation de l’Église et de l’État, le roi n’étant pas autorisé à exercer les fonctions de prêtre. — 2 Chroniques 26:16-18.

La Loi de Moïse contenait également des notions d’hygiène et de prévention sanitaire, telles que la mise en quarantaine des malades et l’élimination des déchets humains, mesures qui s’accordent avec les connaissances actuelles (Lévitique 13:1-59 ; 14:38, 46 ; Deutéronome 23:13). Cela est d’autant plus remarquable qu’à l’époque de Moïse la médecine égyptienne était un dangereux mélange de charlatanisme et de superstition. Aujourd’hui, dans les pays en voie de développement, des millions de personnes pourraient échapper à la maladie et à  la mort si les principes d’hygiène transmis par Moïse étaient en vigueur.

Les chrétiens ne sont pas tenus d’observer la Loi mosaïque (Colossiens 2:13, 14). Il est toutefois très profitable de l’étudier. Cette loi invitait Israël à vouer à Dieu un attachement exclusif et à fuir l’idolâtrie (Exode 20:4 ; Deutéronome 5:9). Elle ordonnait aux enfants d’honorer leurs parents (Exode 20:12). Elle condamnait également le meurtre, l’adultère, le vol, le mensonge et la convoitise (Exode 20:13-17). Ces principes, les chrétiens les tiennent en haute estime aujourd’hui.

Les principes d’hygiène enseignés dans la Loi mosaïque permettent de prévenir les maladies.

Un prophète comme Moïse

Seul Jésus s’est montré véritablement un prophète comme Moïse.

Nous vivons des temps particulièrement difficiles. L’humanité a incontestablement besoin d’un dirigeant comme Moïse, quelqu’un qui non seulement aurait la force et l’autorité, mais aussi ferait preuve d’intégrité, de courage, de compassion et manifesterait un amour sincère de la justice. Lorsque Moïse est mort, les Israélites ont dû se demander si le monde reverrait un jour un homme tel que lui. Moïse lui-​même avait répondu à cette interrogation.

 Ses écrits révèlent comment la maladie et la mort sont apparues et pourquoi Dieu a permis à la méchanceté de subsister (Genèse 3:1-19 ; Job, chapitres 1 et 2). En Genèse 3:15 est consignée la toute première prophétie divine, la promesse selon laquelle le mal finira par être éradiqué. Comment ? Cette prophétie annonçait la naissance de quelqu’un par qui viendrait le salut. C’est de là qu’est née l’espérance d’un Messie qui se lèverait pour délivrer l’humanité. Mais qui serait le Messie ? Moïse nous aide à l’identifier avec certitude.

Vers la fin de sa vie, il prononça ces paroles prophétiques : “ Un prophète du milieu de toi, d’entre tes frères, comme moi, voilà ce que Jéhovah ton Dieu suscitera pour toi — c’est lui que vous écouterez. ” (Deutéronome 18:15). Plus tard, l’apôtre Pierre appliqua directement ces paroles à Jésus. — Actes 3:20-26.

La plupart des commentateurs juifs rejettent vigoureusement toute comparaison entre Jésus et Moïse. Selon eux, les paroles précitées s’appliquent à n’importe lequel des vrais prophètes qui sont venus après Moïse. Néanmoins, d’après la Bible du Rabbinat français, traduite sous la direction du Grand-Rabbin Zadoc Kahn, on lit en Deutéronome 34:10 : “ Mais il n’a plus paru, en Israël, un prophète tel que Moïse, avec qui le Seigneur avait communiqué face à face. ”

Il va de soi que de nombreux prophètes fidèles, comme Isaïe ou Jérémie, se sont levés par la suite. Mais aucun n’a eu avec Dieu la relation privilégiée que Moïse connut, car il lui parlait “ face à face ”. L’annonce de la venue d’un prophète ‘ comme lui ’ doit donc s’appliquer à une seule personne : le Messie. Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’avant l’avènement du christianisme — et avant la persécution religieuse perpétrée par les faux chrétiens — les exégètes juifs comprenaient aussi les choses de cette façon. On en trouve la preuve dans des écrits judaïques tels que le Midrash Rabba, qui voit en Moïse le précurseur du “ dernier Rédempteur ”, ou Messie.

On ne peut nier qu’à de nombreux égards Jésus ressemble à Moïse. (Voir l’encadré “ Jésus : un prophète comme Moïse ”.) Il a force et autorité (Matthieu 28:19). Il est “ doux de caractère et humble de cœur ”. (Matthieu 11:29.) Il hait l’illégalité et l’injustice (Hébreux 1:9). Il est donc en mesure d’exercer la direction dont nous avons tant besoin. C’est lui qui écrasera bientôt la méchanceté et instaurera sur la terre les conditions paradisiaques dont parle la Bible *.

^ § 3 Voir le livre La Bible : Parole de Dieu ou des hommes ? publié par les Témoins de Jéhovah.

^ § 20 Si vous souhaitez en apprendre davantage sur la promesse biblique d’un paradis terrestre sous le Royaume de Christ, veuillez prendre contact avec les Témoins de Jéhovah. Ils seront heureux d’étudier gratuitement la Bible avec vous.