Aller au contenu

Aller à la table des matières

Visite de Jérusalem au Québec

Visite de Jérusalem au Québec

 Visite de Jérusalem au Québec

LORSQU’ILS visitent Jérusalem, les touristes essaient d’imaginer à quoi elle ressemblait dans les temps bibliques. Toutefois, c’est à 8 500 kilomètres de là, dans une petite commune canadienne sur les rives du Saint-Laurent, que l’on peut admirer une vue incomparable de la ville antique : un panorama de Jérusalem et de ses environs. Mais comment est-​ce possible ? Une explication s’impose.

À Sainte-Anne-de-Beaupré, au Québec, un bâtiment circulaire abrite l’un des plus grands tableaux panoramiques du monde, le grand cyclorama de Jérusalem. Cette œuvre colossale mesure 14 mètres de haut et 110 mètres de circonférence. Bien que tous ses détails ne soient pas exacts, elle n’en demeure pas moins digne d’intérêt pour les étudiants de la Bible, car la représentation qu’elle offre de la vie à Jérusalem dans les temps bibliques est surprenante de réalisme.

Depuis une plateforme située au centre du bâtiment, les visiteurs contemplent la campagne qui entourait la Jérusalem du Ier siècle. Alors qu’ils balaient du regard le paysage à 360 degrés, la célèbre ville dévoile ses grandes murailles, son temple glorieux et ses palais somptueux. Plus loin encore, une autre scène apparaît, celle des derniers instants de la vie de Jésus sur terre. L’illusion de cette œuvre monumentale est telle que l’on a l’impression de faire partie du décor, d’être mêlé aux foules dans les rues de la vieille cité.

Si étonnant que cela puisse paraître, cette peinture aux effets tridimensionnels ne date pas d’hier. En fait, elle a été réalisée entre 1878 et 1882 par Paul Philippoteaux, célèbre artiste parisien. Cinq autres peintres (deux Américains, deux Français et un Anglais) ont apporté leur contribution à ce chef-d’œuvre. Cependant, c’est à Bruno Piglhein, un peintre allemand, que revient l’idée originale. Son objectif était de remédier à l’ignorance générale sur la vie aux temps bibliques. Achevé à Munich (Allemagne), le tableau a ensuite été exposé dans les grandes capitales européennes. Et, depuis 1895, c’est au Canada qu’on peut l’admirer.

[Crédit photographique, page 31]

Toutes les photos : Cyclorama de Jérusalem inc.