Aller au contenu

Aller à la table des matières

Insaisissable cœlacanthe !

Insaisissable cœlacanthe !

 Insaisissable cœlacanthe !

DE L’UN DE NOS RÉDACTEURS AU KENYA

EN AVRIL 2001, un cœlacanthe femelle (prononcez sélacante), long de 1,70 mètre et pesant 77 kilos, a été capturé au large du Kenya *. Ce poisson est reconnaissable à sa queue trilobée et à sa couleur, bleue avec des taches blanches.

On le croyait éteint depuis la nuit des temps, jusqu’à ce qu’un spécimen soit pêché près des côtes sud-africaines en 1938. Il s’agissait d’une des découvertes zoologiques les plus spectaculaires du XXe siècle, ce poisson n’étant connu auparavant que grâce aux empreintes fossiles. Depuis cette première prise, d’autres cœlacanthes ont été aperçus aux abords du Mozambique et de Madagascar. Des populations assez importantes ont également été localisées aux Comores.

Les femelles ne pondent pas leurs œufs dans l’eau. Elles sont ovovivipares, c’est-à-dire que les œufs fécondés se développent et éclosent dans le ventre maternel, ou juste après en avoir été expulsés. Dix-sept de ces œufs, chacun de la taille d’une balle de tennis, ont été extraits de la femelle capturée l’an dernier.

Les animaux marins tels que le cœlacanthe magnifient l’inventivité et la sagesse de leur Créateur, Jéhovah Dieu. — Psaume 148:7.

[Note]

^ § 3 Le nom cœlacanthe vient du grec koilos (creux) et akantha (épine), en référence aux épines creuses des nageoires de ce poisson.

[Crédit photographique, page 23]

Photo et dessins : Section d’ichtyologie/NATIONAL MUSEUMS OF KENYA