Aller au contenu

Aller à la table des matières

Beauté sauvage

Beauté sauvage

 Beauté sauvage

DANS LES SAVANES desséchées de l’Afrique pousse un véritable joyau : Adenium obesum, que les indigènes appellent “ rose du désert ”. Cet arbrisseau élégant aux branches contorsionnées croît lentement et vivrait plusieurs siècles. Son tronc, renflé, et ses racines lui servent de réservoir d’eau, ce qui lui permet de s’épanouir dans un milieu aride et inhospitalier.

Les racines, les graines et la sève (laiteuse) de cette plante succulente contiennent un poison mortel. Un extrait de ses graines est d’ailleurs utilisé pour empoisonner l’extrémité des flèches, et les pêcheurs jettent ses branches dans l’eau pour étourdir les poissons et mieux les attraper. Quant aux gardiens de troupeaux, ils s’en servent pour préparer un poison qui tue les tiques et les poux de leurs chameaux et de leurs bovins. Bizarrement, les animaux sauvages qui se nourrissent de ses feuilles n’en ressentent aucun trouble.

Pourquoi qualifier une plante toxique de joyau ? Avec ses bouquets d’inflorescences délicates dont la couleur varie du rose vif au cramoisi, Adenium obesum offre un bien beau spectacle. Alors que tout, autour de lui, est sec et terne, cet arbrisseau se pare d’une profusion de fleurs qui semblent s’enflammer sous les rayons du soleil.

Pareille beauté dans ces régions désolées n’est qu’un avant-goût du temps où “ le désert et la région aride exulteront, [où] la plaine désertique sera joyeuse et fleurira ”. (Isaïe 35:1.) Cette promesse merveilleuse s’accomplira sous la domination du Royaume de Dieu. À cette époque, la terre tout entière ‘ exultera ’ : elle deviendra un paradis où la beauté régnera, mais aussi la paix pour tous les hommes. — Psaume 37:11, 29 ; Isaïe 35:6, 7.

[Crédit photographique, page 31]

© Mary Ann McDonald