Aller au contenu

Aller au sommaire

 CHAPITRE VINGT-DEUX

Il a été fidèle face aux épreuves

Il a été fidèle face aux épreuves

1, 2. Que souhaite sans doute Pierre pendant que Jésus enseigne à Capernaüm, mais que se passe-​t-​il en fait ?

PIERRE observe les Juifs venus écouter Jésus dans la synagogue de Capernaüm. Il habite dans cette ville ; son entreprise de pêche est ici ; beaucoup de ses amis, de membres de sa famille et de ses relations d’affaires vivent là. Sans doute souhaite-​t-​il que tous aient la même opinion que lui sur Jésus, qu’ils aient le même plaisir à entendre le plus grand des enseignants parler du Royaume de Dieu.

2 Pourtant, beaucoup cessent d’écouter Jésus. Certains critiquent à voix haute son message. Mais ce qui trouble le plus Pierre, c’est que des disciples aussi réagissent mal. Leurs visages ne reflètent plus la joie de découvrir et de comprendre la vérité. Ils semblent contrariés, et même en colère. Il y en a qui protestent, disant que le discours de Jésus est choquant. Résultat : Ils sortent de la synagogue et arrêtent de suivre Jésus (lire Jean 6:60, 66).

3. Dans quel domaine la foi a-​t-​elle aidé Pierre ?

3 C’est un moment difficile pour les apôtres, Pierre y compris. C’est vrai que sans explication les paroles de Jésus peuvent être dures à comprendre, voire choquantes. Que va faire Pierre ? Sa fidélité envers son Maître a déjà été éprouvée. Et elle le sera encore. Découvrons comment la foi a aidé Pierre à surmonter ces difficultés et à rester fidèle.

Fidèle quand il est surpris

4, 5. Qu’a déjà fait Jésus d’inattendu ?

4 Pierre a souvent été surpris par Jésus. Bien des fois, son Maître a dit ou fait des choses inattendues. La veille, il a nourri miraculeusement des milliers de personnes. Après, celles-ci ont essayé de le faire roi. Mais il a refusé, ce qui en a étonné plus  d’un, puis il a demandé à ses disciples d’aller en bateau à Capernaüm, sur la rive nord de la mer de Galilée. Dans la nuit, Jésus a de nouveau surpris Pierre en marchant sur les eaux agitées et il lui a donné une grande leçon de foi.

5 Le matin, les disciples se sont rendu compte que la foule les avait suivis. Manifestement, ces gens ne cherchaient pas à être enseignés par Jésus, ils voulaient plutôt qu’il produise une nouvelle fois de la nourriture par miracle. Jésus leur a reproché leur état d’esprit matérialiste (Jean 6:25-27). À présent, la discussion se poursuit jusque dans la synagogue de Capernaüm, où il enseigne, de manière surprenante encore, une vérité importante et difficile à comprendre.

6. À quoi Jésus se compare-​t-​il, et comment ceux qui l’écoutent réagissent-​ils ?

6 Jésus veut être considéré, pas simplement comme quelqu’un qui fournit de la nourriture, mais comme l’envoyé de Dieu. Il est celui dont la vie et la mort en tant qu’homme permettront aux humains de vivre éternellement. Voilà pourquoi il se compare à la manne, le pain qui est descendu du ciel à l’époque de Moïse. Des critiques se font entendre. Jésus explique alors qu’il faut manger sa chair et boire son sang pour obtenir la vie. À ce moment-​là, certains se mettent en colère : « Ce langage est choquant ! Qui peut l’écouter ? » Et de nombreux disciples décident de l’abandonner * (Jean 6:48-60, 66).

7, 8. a) Qu’est-​ce que Pierre n’a pas encore compris ? b) Que répond Pierre à Jésus ?

7 Et Pierre ? Que va-​t-​il faire ? Lui aussi est probablement troublé par les paroles de Jésus. Il ne comprend pas encore que Jésus doit mourir pour accomplir la volonté de Dieu. Mais est-​il tenté de suivre les disciples qui quittent le Maître ? Non, quelque chose le rend différent.

8 Jésus se tourne vers les 12 apôtres et leur demande : « Vous ne voulez pas vous en aller, vous aussi, n’est-​ce pas ? » (Jean 6:67). Comme souvent, Pierre prend la parole. C’est peut-être le plus âgé. En tout cas, c’est certainement lui qui a le plus de franc-parler. Il hésite rarement à dire ce qu’il pense. Et en cette occasion, ce qu’il pense, il l’exprime par cette magnifique et mémorable déclaration : « Seigneur, vers qui irions-​nous ? Tu as des paroles de vie éternelle » (Jean 6:68).

9. Pourquoi peut-​on dire que Pierre est fidèle ?

 9 Quelles paroles touchantes ! Sa foi en Jésus a aidé Pierre à cultiver une qualité de très grande valeur : la fidélité. Pierre comprend bien que Jésus est le seul Sauveur et qu’il sauve par le moyen de ses « paroles », c’est-à-dire ses enseignements au sujet du Royaume de Dieu. Il sait que, même si certaines choses le surprennent, il n’a nulle part ailleurs où aller s’il veut recevoir l’approbation divine et la vie éternelle.

Soyons fidèles aux enseignements de Jésus, même s’ils ne correspondent pas à nos attentes ou à nos préférences.

10. Comment imiter la fidélité de Pierre ?

10 As-​tu le même état d’esprit que Pierre ? Malheureusement, beaucoup aujourd’hui prétendent aimer Jésus, mais ne lui sont pas fidèles. Pour lui être vraiment fidèles, nous devons aimer ses enseignements, comme Pierre les aimait. Nous devons les étudier, les comprendre et les appliquer, même s’ils nous étonnent ou ne correspondent pas à nos attentes ou à nos préférences personnelles. La fidélité est indispensable si nous voulons obtenir la vie éternelle que Jésus souhaite pour nous (lire Psaume 97:10).

Fidèle quand il est repris

11. Quel voyage Jésus entreprend-​il avec ses disciples ? (voir aussi la note).

11 Peu après cet épisode mouvementé, Jésus entreprend avec ses apôtres et quelques disciples une longue marche vers le nord. Ils suivent la route qui monte aux villages proches de Césarée de Philippe *. Le sommet enneigé du mont Hermôn, à l’extrémité nord de la Terre promise, est parfois visible depuis les eaux bleues de la mer de Galilée. À mesure que le groupe s’en approche, la montagne semble de plus en plus haute. Vers le sud, la vue sur la Terre promise est grandiose. Dans ce cadre superbe, Jésus pose une question à ses disciples.

12, 13. a) Pourquoi Jésus demande-​t-​il ce que les foules disent de lui ? b) Quelle déclaration de foi Pierre fait-​il ?

12 « Qui les foules disent-​elles que je suis ? » demande Jésus. Imagines-​tu Pierre qui croise le regard de son Maître et qui y lit la profondeur de sa bonté et de son intelligence ? Jésus veut savoir à quelles conclusions sont arrivés ceux qui l’ont vu et entendu. Ses disciples lui rapportent les idées fausses qui  circulent à son sujet. Mais il veut en savoir plus. Ses disciples, eux qui sont proches de lui, se trompent-​ils aussi ? Il les interroge : « Mais vous, qui dites-​vous que je suis ? » (Luc 9:18-20).

13 Comme d’habitude, Pierre répond immédiatement. Il dit tout haut ce que les autres pensent tout bas : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. » Imagine Jésus lui sourire et le féliciter chaleureusement. Il lui rappelle que ce n’est pas grâce à un homme qu’il a compris cela. C’est Jéhovah qui permet à ceux qui ont vraiment la foi de discerner l’une des plus grandes vérités : l’identité du Messie tant attendu, le Christ ! (lire Matthieu 16:16, 17).

14. Quelles responsabilités Jésus confie-​t-​il à Pierre ?

14 D’anciennes prophéties parlent du Christ comme d’une pierre rejetée par les bâtisseurs (Ps. 118:22 ; Luc 20:17). Ces prophéties à l’esprit, Jésus révèle que Jéhovah établira une congrégation sur la pierre (ou roc) que Pierre vient d’identifier. Puis il accorde à Pierre un grand rôle à jouer dans cette congrégation. Il ne l’élève pas au-dessus des autres apôtres, comme certains le pensent, mais il lui confie des responsabilités : « les clés du royaume » (Mat. 16:18, 19). C’est Pierre qui ouvrira la possibilité d’entrer dans le Royaume de Dieu à trois groupes de personnes : d’abord aux Juifs, ensuite aux Samaritains, et enfin aux Gentils, ou non-Juifs.

15. Quelle réprimande Pierre adresse-​t-​il à Jésus, et pourquoi ?

15 Cependant, à ceux à qui l’on donne beaucoup, on demande beaucoup, dira plus tard Jésus (Luc 12:48). Cela se vérifie dans le cas de Pierre. Jésus continue à révéler des vérités fondamentales sur son rôle de Messie. Par exemple, il va bientôt se rendre à Jérusalem, où il devra souffrir et mourir. Pierre est troublé. Il prend Jésus à part et le réprimande : « Sois bon avec toi, Seigneur ; non, tu n’auras pas un tel sort » (Mat. 16:21, 22).

16. Comment Jésus reprend-​il Pierre, et quelle leçon peut-​on en tirer ?

16 Pierre a sûrement de bonnes intentions ; la réponse de Jésus va donc le surprendre. Lui tournant le dos et regardant  les autres disciples — qui pensent certainement la même chose que Pierre —, Jésus dit : « Passe derrière moi, Satan ! Tu es pour moi un obstacle qui fait trébucher, parce que tu penses, non pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes » (Mat. 16:23 ; Marc 8:32, 33). C’est une belle leçon pour nous tous. Il est très facile de laisser un raisonnement humain nous faire oublier le point de vue de Jéhovah. Si cela nous arrive, même avec de bonnes intentions, nos paroles risquent d’encourager à faire la volonté de Satan au lieu de celle de Dieu. Mais quelle est la réaction de Pierre ?

17. Que veut dire Jésus par « passe derrière moi » ?

17 Pierre doit bien savoir que Jésus ne le prend pas pour Satan le Diable. D’ailleurs, Jésus n’a pas répondu à Pierre de la même façon qu’à Satan. À Satan, il a dit : « Va-​t’en », mais à Pierre : « Passe derrière moi » (Mat. 4:10). Jésus ne rejette pas l’apôtre, en qui il voit beaucoup de bien. Il corrige simplement son mauvais point de vue. En fait, Pierre doit arrêter de se poser en obstacle devant Jésus. Il doit plutôt passer derrière lui en disciple qui soutient son Maître.

En acceptant humblement la discipline et en en tirant leçon, nous continuerons à nous approcher de Jésus et de Jéhovah.

18. Comment Pierre fait-​il preuve de fidélité, et comment l’imiter ?

18 Est-​ce que Pierre se justifie, s’énerve, boude ? Non, il accepte la réprimande avec humilité. Encore une fois, il fait preuve de fidélité. Tous les chrétiens ont parfois besoin d’être repris. Ce n’est qu’en acceptant humblement la discipline et en en tirant leçon que nous continuerons à nous approcher de Jésus et de Jéhovah (lire Proverbes 4:13).

Pierre reste fidèle même quand il est repris.

Sa fidélité est récompensée

19. Que dit Jésus de surprenant, et que se demande peut-être Pierre ?

19 Jésus ne tarde pas à faire une autre déclaration surprenante : « Vraiment, je vous dis qu’il y en a quelques-uns de ceux qui se tiennent ici qui ne goûteront pas la mort, non, avant d’avoir vu d’abord le Fils de l’homme venir dans son royaume » (Mat. 16:28). Voilà qui doit éveiller la curiosité de Pierre : Que peut bien vouloir dire Jésus ? Il se demande peut-être  aussi si la réprimande qu’il vient de recevoir le privera d’un tel honneur.

20, 21. À quoi Pierre assiste-​t-​il, et que comprend-​il alors ?

20 Environ une semaine plus tard, Jésus emmène Jacques, Jean et Pierre sur « une haute montagne » (probablement le mont Hermôn, qui se trouve à une vingtaine de kilomètres). La nuit doit être tombée, car les trois hommes luttent contre le sommeil. Mais alors que Jésus prie, un phénomène leur fait passer l’envie de dormir (Mat. 17:1 ; Luc 9:28, 29, 32).

21 Le visage de Jésus se met à briller, à rayonner, comme le soleil ! Ses vêtements deviennent d’un blanc éclatant. Puis deux personnages apparaissent : l’un représente Moïse, l’autre Éliya. Ils discutent avec Jésus « de son départ qu’il [doit] accomplir à Jérusalem » (Luc 9:30, 31). Ils parlent manifestement de sa mort et de sa résurrection. Pierre comprend alors à quel  point il a eu tort de dire à Jésus qu’il n’allait ni souffrir ni mourir.

22, 23. a) De quelles qualités Pierre fait-​il preuve ? b) Quelle autre récompense Pierre, Jacques et Jean reçoivent-​ils cette nuit-​là ?

22 Pierre se sent tenu de participer d’une façon ou d’une autre à cette vision extraordinaire appelée transfiguration. Comme il semble que Moïse et Éliya quittent Jésus, peut-être cherche-​t-​il à les retenir. Il propose : « Instructeur, c’est une excellente chose que nous soyons ici ; dressons donc trois tentes, une pour toi et une pour Moïse et une pour Éliya. » Bien entendu, il s’agit d’une vision, et ces deux serviteurs de Jéhovah morts depuis longtemps n’ont pas besoin de tente. Pierre a parlé sans réfléchir. Mais n’es-​tu pas attiré par son côté enthousiaste et chaleureux ? (Luc 9:33).

Pierre, ainsi que Jacques et Jean, sont récompensés par une vision impressionnante.

23 Pierre, Jacques et Jean reçoivent une autre récompense cette nuit-​là. Un nuage se forme au-dessus d’eux et une voix en sort. C’est Jéhovah qui parle : « Celui-ci est mon Fils, celui qui a été choisi. Écoutez-​le. » Puis la vision prend fin, et les trois apôtres se retrouvent seuls avec Jésus sur la montagne (Luc 9:34-36).

24. a) Quel effet la transfiguration a-​t-​elle eu sur Pierre ? b) À quoi cette vision devrait-​elle nous inciter ?

24 Tant pour Pierre que pour nous, la transfiguration est un véritable cadeau ! Quelques dizaines d’années plus tard, l’apôtre racontera par écrit l’honneur qu’il a eu cette nuit-​là d’être l’un des « témoins oculaires de [la] magnificence » de Jésus, c’est-à-dire d’avoir un aperçu de la gloire que son Maître aurait lorsqu’il serait Roi dans les cieux. Cette vision a garanti la réalisation de nombreuses prophéties de la Parole de Dieu et a fortifié la foi de Pierre en vue d’épreuves futures (lire 2 Pierre 1:16-19). Elle peut avoir le même effet sur nous si, comme Pierre, nous restons fidèles au Maître que Jéhovah a établi sur nous. Alors apprenons de Jésus, acceptons d’être repris par lui et suivons-​le humblement jour après jour.

^ § 6 La foule a vite changé d’avis. La veille, elle avait déclaré avec enthousiasme que Jésus était un prophète de Dieu (Jean 6:14).

^ § 11 Le groupe part de la mer de Galilée, à 210 mètres au-dessous du niveau de la mer, et parcourt, à travers des régions de toute beauté, une cinquantaine de kilomètres pour arriver à 350 mètres d’altitude.