Aller au contenu

Aller à la table des matières

 CHAPITRE DIX-SEPT

« Vois ! L’esclave de Jéhovah ! »

« Vois ! L’esclave de Jéhovah ! »

1, 2. a) Quelle salutation surprenante Marie reçoit-​elle ? b) Pourquoi Marie est-​elle à un tournant de sa vie ?

MARIE regarde tout étonnée celui qui vient d’entrer chez elle. Il ne demande à rencontrer ni son père ni sa mère. C’est bien elle qu’il vient voir. Il n’est pas de Nazareth, cela ne fait aucun doute. Dans cette petite ville, on remarque vite les étrangers. D’ailleurs, celui-là se ferait remarquer n’importe où. Il s’adresse à Marie comme jamais personne ne l’a fait : « Bonjour, femme extrêmement favorisée, Jéhovah est avec toi » (lire Luc 1:26-28).

2 C’est ainsi que la Bible nous présente Marie, fille de Héli, de la ville de Nazareth, en Galilée. Nous la découvrons à un tournant de sa vie. Elle est fiancée au charpentier Joseph. Ce n’est pas un homme riche, mais c’est un homme de foi. L’avenir de Marie semble tout tracé. Elle mènera une vie simple ; elle prendra soin de son mari et de leurs enfants. Mais voilà que, d’un coup, elle se trouve face à ce visiteur qui a pour elle une mission de la part de Dieu. Il lui confie une responsabilité qui va bouleverser sa vie.

3, 4. Pour bien comprendre qui est Marie, que faut-​il laisser de côté et que faut-​il examiner ?

3 Beaucoup sont surpris d’apprendre que la Bible donne peu de détails sur Marie. Elle ne dit pas grand-chose de son passé, encore moins de sa personnalité et absolument rien de son apparence physique. Pourtant, les quelques renseignements qu’on y trouve sont riches de leçons.

4 Si nous voulons bien comprendre qui est Marie, ne nous arrêtons pas sur ce que certaines religions enseignent à son sujet. Ne tenons pas compte des nombreux « portraits » que les peintres et les sculpteurs ont faits d’elle. Laissons également de côté les enseignements complexes qui ont attribué à cette femme humble des titres glorieux comme « Mère de Dieu » et  « Reine du Ciel ». Contentons-​nous d’examiner ce que dit la Bible sur sa foi. Cela nous sera très utile pour l’imiter.

La visite d’un ange

5. a) Que nous apprend la réaction de Marie à la salutation de Gabriel ? b) Quelle leçon importante Marie a-​t-​elle comprise ?

5 Celui qui rend visite à Marie n’est pas un homme. C’est l’ange Gabriel. Il l’appelle « femme extrêmement favorisée ». « Profondément troublée », Marie s’interroge sur le sens de cette salutation inhabituelle (Luc 1:29). Extrêmement favorisée par qui, d’abord ? Elle ne s’attend pas à l’être par son entourage. Mais c’est de la faveur de Jéhovah que l’ange veut parler. Cette faveur-​là compte pour Marie. Toutefois, elle n’est pas prétentieuse. Elle ne s’imagine pas qu’elle mérite un tel honneur. Comme elle, cherchons à obtenir la faveur de Dieu sans penser orgueilleusement que nous l’avons déjà. Nous saisirons alors une leçon importante que la jeune Marie avait bien comprise : Dieu s’oppose aux orgueilleux, mais il aime et soutient les humbles (Jacq. 4:6).

Marie ne s’imagine pas qu’elle mérite la faveur de Dieu.

6. Quel privilège l’ange offre-​t-​il à Marie ?

6 Marie va avoir besoin d’humilité, car l’ange lui offre un privilège incomparable : mettre au monde un enfant qui deviendra le plus important de tous les humains. Gabriel explique : « Jéhovah Dieu lui donnera le trône de David son père, et il régnera sur la maison de Jacob pour toujours, et il n’y aura pas de fin à son royaume » (Luc 1:32, 33). Marie connaît la promesse que Dieu a faite plus de mille ans auparavant, à savoir que l’un des descendants de David régnerait pour toujours (2 Sam. 7:12, 13). Et voilà que c’est elle qui sera la mère du Messie attendu depuis des siècles par le peuple de Dieu !

L’ange Gabriel offre à Marie un privilège incomparable.

7. a) Que révèle la question de Marie ? b) Quelle leçon les jeunes peuvent-​ils tirer de l’exemple de Marie ?

7 Mais ce n’est pas tout : l’ange ajoute que l’enfant sera « appelé Fils du Très-Haut ». Comment une femme pourrait-​elle donner naissance au Fils de Dieu ? D’ailleurs, comment Marie pourrait-​elle donner naissance à un enfant tout court ? Elle n’est pas encore mariée. Cette question, elle l’exprime en toute franchise : « Comment cela se fera-​t-​il, puisque je n’ai pas  de relations avec un homme ? » (Luc 1:34). As-​tu remarqué que Marie parle de sa virginité sans aucune honte ? Elle accorde même un grand prix à la morale sexuelle. De nos jours, bien des jeunes sont pressés de ne plus être vierges et se moquent de ceux qui le restent. Il est certain que le monde a changé. Mais pas Jéhovah (Mal. 3:6). Aujourd’hui comme à l’époque de Marie, il aime ceux qui respectent ses normes morales (lire Hébreux 13:4).

8. Comment Marie, qui est imparfaite, pourra-​t-​elle avoir un enfant parfait ?

8 Bien qu’elle serve Dieu fidèlement, Marie est imparfaite. Alors, comment pourra-​t-​elle avoir un enfant parfait ? Gabriel répond : « De l’esprit saint viendra sur toi, et de la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. C’est pourquoi aussi ce qui naîtra sera appelé saint, le Fils de Dieu » (Luc 1:35). « Saint » signifie « pur », « sacré ». Normalement, les humains transmettent à leurs enfants leur condition impure de pécheurs. Mais, dans le cas présent, Jéhovah va faire un miracle qui ne se reproduira plus. Il va transférer la vie de son Fils, qui est au ciel, dans le ventre de Marie. Puis, grâce à sa force agissante ou esprit saint, il « couvrira de son ombre » Marie, protégeant ainsi l’enfant de toute trace de péché. Quelle est la réaction de Marie ? Croit-​elle à la promesse de l’ange ?

La réponse de Marie

9. a) Quelle vérité ceux qui doutent du récit sur Marie oublient-​ils ? b) Comment Gabriel renforce-​t-​il la foi de Marie ?

9 Beaucoup, y compris des spécialistes de questions religieuses, ont du mal à croire qu’une vierge ait pu avoir un enfant. Malgré leur savoir, ils oublient une vérité toute simple. Pour reprendre les termes de Gabriel, « chez Dieu aucune déclaration ne sera quelque chose d’impossible » (Luc 1:37). Marie est une jeune fille qui a une grande foi. Elle ne doute pas des paroles de Gabriel. Mais, comme toute personne qui réfléchit, elle a besoin d’éléments solides sur lesquels baser sa foi. Gabriel est prêt à lui en apporter. Il lui parle de sa parente âgée, Élisabeth, dont la stérilité est connue depuis longtemps. Voilà que Dieu lui a miraculeusement permis d’être enceinte !

10. Pourquoi la situation de Marie est-​elle délicate ?

10 Que va faire Marie à présent ? Elle a une mission et la garantie que Dieu va réaliser tout ce que Gabriel a dit, mais elle se retrouve dans une situation délicate. D’une part, elle est fiancée. Joseph voudra-​t-​il encore l’épouser quand il saura qu’elle  attend un bébé ? D’autre part, la mission elle-​même a de quoi l’impressionner. Elle va porter en elle la plus précieuse de toutes les vies : celle du Fils bien-aimé de Dieu ! Elle devra veiller sur lui tant qu’il sera un enfant sans défense et le protéger dans un monde cruel. Quelle lourde responsabilité !

11, 12. a) Comment des hommes forts et pleins de foi ont-​ils réagi devant des missions que Dieu leur confiait ? b) Que nous apprend la réponse de Marie à Gabriel ?

11 La Bible montre que même des hommes forts et pleins de foi ont hésité à accepter des missions difficiles que Dieu leur confiait. Moïse pensait qu’il ne s’exprimait pas assez bien pour être le porte-parole de Dieu (Ex. 4:10). Jérémie a pris pour excuse de n’être « qu’un garçon », trop jeune pour assumer ce que Dieu lui demandait (Jér. 1:6). Quant à Yona, il a carrément fui devant sa mission ! (Yona 1:3). Qu’en est-​il de Marie ?

12 Avec humilité et obéissance, Marie répond à Gabriel par ces paroles touchantes : « Vois ! L’esclave de Jéhovah ! Que tout se passe pour moi selon ta déclaration » (Luc 1:38). Une esclave est une servante de basse condition ; sa vie dépend entièrement de son maître. C’est ainsi que Marie se considère par rapport à son Maître, Jéhovah. Elle sait qu’elle est en sécurité auprès de lui, qu’il est fidèle envers ceux qui lui sont fidèles, et qu’il la bénira si elle fait de son mieux pour remplir son rôle difficile (Ps. 18:25).

Marie sait qu’elle est en sécurité auprès de son Dieu fidèle, Jéhovah.

13. Pourquoi l’exemple de Marie nous est-​il utile ?

13 Parfois, ce que Dieu nous demande nous semble difficile, voire impossible. Cependant, dans sa Parole, il nous donne de nombreuses raisons de lui faire entièrement confiance (Prov. 3:5, 6). Suivrons-​nous l’exemple de Marie ? Dans ce cas, Jéhovah nous récompensera, ce qui renforcera notre foi en lui.

Chez Élisabeth

14, 15. a) Que se passe-​t-​il quand Marie arrive chez Élisabeth et Zekaria ? b) Que nous apprennent les paroles de Marie rapportées en Luc 1:46-55 ?

14 Ce que Gabriel a dit au sujet d’Élisabeth a marqué Marie. Quelle autre femme pourrait mieux la comprendre ? Bien vite, Marie se rend dans la région montagneuse de Juda, chez Élisabeth, qui est mariée à Zekaria, un prêtre. C’est un voyage de trois ou quatre jours. Dès son arrivée, Jéhovah lui offre un  élément de plus pour affermir sa foi : Élisabeth, qui a entendu la salutation de Marie, sent aussitôt l’enfant tout joyeux remuer dans son ventre. Remplie d’esprit saint, elle appelle Marie « la mère de mon Seigneur ». Dieu lui a révélé que le fils de Marie deviendrait son Seigneur, le Messie. De plus, sous l’inspiration de Dieu, Élisabeth félicite Marie pour sa foi et son obéissance : « Heureuse aussi est celle qui a cru » (Luc 1:39-45). En effet, tout ce que Jéhovah a annoncé à Marie va se réaliser !

Marie et Élisabeth sont de bonnes amies qui s’encouragent.

15 À son tour, Marie s’exprime. Ses paroles sont rapportées avec précision dans la Bible (lire Luc 1:46-55). C’est de loin sa plus longue intervention dans le récit. La louange de Marie en  dit long sur sa personnalité. Elle est pleine de reconnaissance, parce que Jéhovah lui a accordé l’honneur de porter celui qui deviendra le Messie. Elle a également une foi profonde en la capacité de Jéhovah d’humilier les orgueilleux et les puissants, et de venir en aide aux humbles et aux pauvres qui veulent le servir. Enfin, ses propos laissent deviner qu’elle connaît bien les Écritures hébraïques. On pense qu’elle y fait référence plus de 20 fois * !

16, 17. a) Sous quel rapport devons-​nous imiter Marie et son fils ? b) Que nous rappelle la visite de Marie à Élisabeth ?

16 À l’évidence, Marie médite profondément la Parole de Dieu. Mais elle reste humble, préférant la laisser parler plutôt que d’exprimer ses propres idées. Le fils qui grandit en elle manifestera le même état d’esprit. Il dira : « Ce que j’enseigne n’est pas de moi, mais de celui qui m’a envoyé » (Jean 7:16). Demandons-​nous : « Ai-​je le même respect pour la Parole de Dieu ? Ou bien est-​ce que je préfère enseigner mes idées ? » Marie est un bel exemple sous ce rapport.

17 Marie reste chez Élisabeth environ trois mois. Les deux femmes doivent beaucoup s’encourager (Luc 1:56). Ce récit nous rappelle toute la valeur de l’amitié. Si nous cherchons des amis parmi ceux qui aiment réellement Jéhovah, nous renforcerons nos relations avec lui (Prov. 13:20). Vient finalement le moment pour Marie de rentrer chez elle. Que va dire Joseph lorsqu’il apprendra qu’elle est enceinte ?

Marie et Joseph

18. Qu’explique Marie à Joseph, et comment réagit-​il ?

18 Marie n’attend probablement pas que sa grossesse se remarque pour en parler à Joseph. Jusqu’au dernier moment, elle se demande peut-être comment va réagir cet homme respectable qui craint Dieu. Elle lui raconte pourtant tout ce qui lui est arrivé. Comme tu peux t’en douter, Joseph est profondément troublé. Il a bien envie de croire cette jeune fille attachante, mais il semble qu’elle lui a été infidèle. La Bible ne dit pas ce qu’il pense à ce moment-​là. Elle dit simplement qu’il décide de divorcer, puisqu’à cette époque les fiancés étaient considérés comme mariés. Cependant, il ne souhaite pas l’exposer au déshonneur public ni faire un scandale. Il choisit donc de divorcer  en secret (Mat. 1:18, 19). Marie doit souffrir de voir l’homme qu’elle aime si bouleversé. Mais elle ne laisse pas des sentiments négatifs l’envahir.

19. Comment Jéhovah aide-​t-​il Joseph à prendre la bonne décision ?

19 Jéhovah vient alors en aide à Joseph pour qu’il prenne la bonne décision. Dans un rêve, un ange lui confirme que la grossesse de sa fiancée est le résultat d’un miracle. Soulagé, Joseph fait à présent ce que Marie a fait depuis le début : il agit en accord avec la direction de Jéhovah. Il épouse Marie et se prépare à assumer la responsabilité extraordinaire d’élever le Fils de Jéhovah (Mat. 1:20-24).

20, 21. Que peuvent apprendre de Marie et de Joseph ceux qui sont mariés ou qui pensent au mariage ?

20 Ceux qui sont mariés ou qui pensent au mariage ont beaucoup à apprendre de ce couple qui a vécu il y a 2 000 ans. Lorsqu’il voyait sa jeune épouse remplir son rôle de mère, Joseph devait certainement se réjouir d’avoir été guidé par un ange. Il a dû constater l’importance de s’appuyer sur Jéhovah. Lorsqu’il prenait des décisions, ce chef de famille était sûrement prudent et attentionné (Ps. 37:5 ; Prov. 18:13).

21 Quant à Marie, elle a accepté d’épouser Joseph même s’il a douté d’elle. Que pouvons-​nous en conclure ? Elle a su patienter et continuer à faire confiance à celui qui deviendrait le chef de famille. Elle a compris que la patience est une qualité précieuse. Voilà un bon exemple pour les chrétiennes d’aujourd’hui. Ces étapes ont manifestement appris à Joseph et à Marie qu’il est important de communiquer avec franchise et honnêteté (lire Proverbes 15:22).

22. Quel fondement Joseph et Marie ont-​ils donné à leur vie de famille, et qu’est-​ce qui les attendait ?

22 Joseph et Marie ont assurément donné à leur vie de famille le meilleur des fondements. Ils aimaient Jéhovah plus que tout et désiraient lui plaire en étant des parents responsables et aimants. Des défis les attendaient, mais aussi de grandes joies. Ils allaient élever Jésus, qui deviendrait le plus grand homme de tous les temps.

^ § 15 Il semble que Marie cite notamment Hanna, une femme pleine de foi que Jéhovah a bénie en lui donnant un enfant (voir l’encadré « Deux prières remarquables », au chapitre 6).